WELCOME TO INVALUABLE
Be the first to know about
the latest online auctions.
Please enter a valid email address (name@host.com)
Sign Up »
PS: We value your privacy
Thank you!
 
 
Want to learn more
about online auctions?
Take a Quick Tour »
 
Invaluable cannot guarantee the accuracy of translations through Google Translate and disclaims any responsibility for inaccurate translations.
Show translation options
Sold
  • AGUSTIN ESTEVE Y MARQUÈS (1753-1835)
  • AGUSTIN ESTEVE Y MARQUÈS (1753-1835)
  • AGUSTIN ESTEVE Y MARQUÈS (1753-1835)
Looking for the realized and estimated price?

Description: AGUSTIN ESTEVE Y MARQUÈS (1753-1835)
Portrait de jeune fille souriante en robe de mousseline
Huile sur toile
70,5 x 50,5 cm
Provenance :
Dr Hans Wendland ,Lugano
Vente de la collection,Berlin, 24-25 Avril 1931 n°65
A.Weinberger,Berlin,1931-1933 puis Paris 1933-1940
Spolié par les allemends en 1940 puis restitué au propriétaire par l' intermédiaire de l' Office Suisse
de compensation,service de liquidation des biens allemands en 1947. Collection A.Patino
Exposition :
Paintings, drawings and prints by Franscisco Goya
Palace of the légion of Honor, Juillet 1937, n°16
Bibliographie :
A.L Mayer ,Francisco de Goya, Barcelone,1925,cat n°517,p.211 ,ill 105

Fils d' un sculpteur Valence, Agustin Estève se forme à l' académie San Carlos puis rejoint en 1770, L' Académie madrilène
où l' influence de Mengs sera prépondérante. En 1778, son échec au concours pour le premier prix de peinture le
fait s' orienter vers le portrait, qu' il pratique avec succès à partir des années 1780. C' est vers 1785 qu' a lieu la rencontre
décisive avec Goya, dont Estève devient le proche collaborateur et l' ami : tout au long des années 1790, il réalise ainsi
de nombreuses répliques aux portraits de cour peint le par le maître (Charles IV et Marie-Louise, Madrid, fondation
Rhône Lazaro Galdiano). Son sens du détail et la précision de son pinceau en font un portraitiste recherché par les plus
grandes familles de la bourgeoisie ou de l' aristocratie Madrilène.
Comme les Orsuna (la duchesse d' Orsuna comme dame de l' ordre des dames noble de la reine Marie Louise, 1796–
1797, Madrid, musée del Prado) ou les Montijo ( la comtesse de Montijo et ses filles, Madrid, fondation Casa de Alba).
Estève est aussi le portraitiste des modèles les plus célèbres de Goya : la duchesse d' Albe et Godoy (manuel Godoy,
prince de la paix, 1807, Valence, museo de Ballas Artes) dont il est le protégé. Sa carrière culmine en 1800 avec le titre
de Pintor de Camara et sa nomination à L' académie de Valence. Durant la guerre d' indépendance, Estève, qui travaille
pour Joseph Napoléon Ier, est dans une position ambiguë vis-à-vis de l' occupant : il sera cependant maintenu dans sa
charge au retour de Ferdinand VII. Mais, alors que la gloire d' un Vicente Lopez nommé Pintor de Camara et portraitiste
officiel en 1814, ne cesse de monter, Estève, avec son maître Goya est considéré comme un homme du passé. N' obtenant
que des travaux mineurs, presque aveugle, il est autorisé à se retirer en 1819 dans sa ville natale, où il meurt à
une date inconnue, vers 1835.
À côté de ses portraits de cour au faire minutieux et à la touche précise, Estève peint des portraits plus libres, retrouvant
le coloris clair et transparent de Goya et sa formule dépouillée. Il fait se détacher le personnage sur un fond nu sans
accessoires. C' est le cas pour notre portrait où Estève appréhende son modèle en buste dans le naturel d' une pause
sans apret : une toute jeune fille issue de la haute bourgeoisie madrilène, sans doute représentée a l' occasion d' un
mariage. Elle porte une robe de mousseline blanche et les cheveux longs et libres, alors à la mode, qui vont donner à
Goya et à Estève, dans les années 1795–1797, un motif privilégié où exercer leur virtuosité. On songe, pour le premier,
à la duchesse d' Albe ( Madrid, fondation casa de Alba) et pour le second, à Dona Tomasa de Palafox y Portocarrero en
costume blanc et chale bleu ( collection particulière), ou encore Maria Rafaela Gutierrez de Teran, comtesse de Casa
Flores ( Sao Paulo, Museo de Arte), portrait autrefois attribué à Goya, comme notre oeuvre, et aujourd' hui rendu à son
ami : ici et là, le costume est prétexte à un beau morceau de peinture.
Dans cette oeuvre d' Estève, dont la réalisation doit être proche de 1797, le fond vert de gris sur

Browse more items
Lot title
$0 (starting bid)
Lot title
$0 (starting bid)
Lot title
$0 (starting bid)
 
Lot title
$0 (starting bid)
Lot title
$0 (starting bid)
Lot title
$0 (starting bid)
 
Lot title
$0 (starting bid)
Lot title
$0 (starting bid)
Lot title
$0 (starting bid)