The world’s premier auctions
 
 
WELCOME TO INVALUABLE
Be the first to know about
the latest online auctions.
Please enter a valid email address (name@host.com)
Sign Up »
PS: We value your privacy
Thank you!
 
 
Want to learn more
about online auctions?
Take a Quick Tour »
WE'VE CHANGED OUR NAME
is now
 
To celebrate, we’ve enhanced our site with
larger images and browsing by category to help
you easily find what you’re passionate about.
Remember to update your bookmarks.
Get Started »
 
Invaluable cannot guarantee the accuracy of translations through Google Translate and disclaims any responsibility for inaccurate translations.
Show translation options

Lot 27: Jean COCTEAU Correspondance inédite avec Jean Triquenot, 1957-1963

Books & Manuscripts

Platinum House

by Artcurial - Briest - Poulain - F. Tajan

December 13, 2012

Paris, France

Live Auction
Sold
  • Jean COCTEAU  Correspondance inédite avec Jean Triquenot, 1957-1963
  • Jean COCTEAU  Correspondance inédite avec Jean Triquenot, 1957-1963
  • Jean COCTEAU  Correspondance inédite avec Jean Triquenot, 1957-1963
  • Jean COCTEAU  Correspondance inédite avec Jean Triquenot, 1957-1963
Looking for the realized and estimated price?

Description: Jean COCTEAU
Correspondance inédite avec Jean Triquenot, 1957-1963
20 janvier 1957-2 octobre 1963
Important ensemble de 52 lettres a.s., soit 60 p. in-4 ou in-12. 8 des lettres sont illustrées : 3 le sont par des profils de personnages masculins, 5 par des croquis ou des plans liés à la réalisation des édifices. Certaines à en-tête de la villa de Santo-Sospir, à Saint Jean Cap-Ferrat ; 3 enveloppes conservées.
- Chapelle Saint-Pierre, à Villefranche-sur-Mer. En cette année 1957, Cocteau évoque notamment ses difficultés administratives pour rendre la chapelle Saint-Pierre, dont les pêcheurs avaient fait un entrepôt à filets, à sa fonction première. Cocteau, parti en cure à Saint-Moritz, s'assure que les travaux vont bon train en son absence : " ce serait grave pour moi d'apprendre de loin que les choses restent sur place, alors que j'ai calculé cette cure de telle sorte qu'elle ne retarde en rien mon travail. Je tiens terriblement à votre aide, justement à cause de votre supériorité profonde sur le technicien, qui ne m'apporte qu'une aide plate ". Sur les pêcheurs qui ne comprennent rien à son travail : " Ces pêcheurs veulent bien toucher du fric, mais n'en jamais sortir de leur poche. […] La seule chose, c'est que je ne veux pas leur donner l'impression qu'ils peuvent compter sur moi, en dehors de l'effort sublime que je leur consacre " (20 janv. 1957). Il donne à Triquenot des directives pour la réalisation des fresques (" Je vous serai très reconnaissant en mon absence de mener notre artiste à Menton et de lui faire tracer un personnage sur le mur de la noce avec le modèle Bichon (bistre sombre) ainsi au retour je déciderai de tout " (4 juill. 1957) et le rassure quant au choix de l'artisan (" Ne vous inquiétez pas votre peintre est remarquable et ce qui me marque est un orange vif et pur " (22 août 1957).
- La Chapelle de la Vierge à l'église Notre-Dame de France, à Londres
L'accord anglais ayant été donné dès avril 1958, Cocteau lance les travaux préparatoires des murs : ils sont faits au poncif chez Triquenot, par son fils. " Les maquettes sont à Londres. Le travail de Gaou consistera dans la mise à point des emplacements et de l'enduit apte à unifier le mur du triptyque. Il préparerait tout et me rapporterait les maquettes afin de préparer ensemble le décor final. " (16 avr. 1958). Une fois ce travail fait, il adresse les mesures exactes (avec plan) de l'ensemble à réaliser : " Mon bien cher Triquenot, Voici les mesures exactes [plan]. L'ambassade attend avec impatience. […] De tout cœur. Jean ". (28 avr. 1958). Mais ses problèmes de santé le handicapent : " Ma santé tombe à pic et ne me permets plus aucune chose de ce genre. Je vais essayer de remonter la pente en montagne. […] Je vais avoir besoin de vous pour l'inscription au dessus de la porte de la salle de la mairie ". (6 août 1958). Sa santé retarde même les travaux : " Je ne me vois pas à Londres en Septembre et, en vrai, avant le printemps prochain. Mais je vous vois à merveille préparant le travail. C'est pourquoi dès mon retour au Cap je m'efforcerai de faire le dernier panneau de la Vierge ". (17 août 1958). Touchante lettre sur sa santé : " Je me ronge un peu, car cette immobilité d'hôpital (et sur le dos) tombe sur une période où j'ai un gros travail de présence. Heureusement Doudou [Edouard Dermit] a pu se rendre à Paris et téléphoner les fautes et les corriger. Mais on ne travaille bien que sur place et de ses propre mains. Du reste, je ne crois pas la Chapelle [de Londres] et Menton responsables de mes globules, mais la bille que je me suis faite pour le film et le "mauvais sang" " (5 fév. 1959). Il demande à son collaborateur de construire une maquette de la Chapelle et d'ajouter un petit coffret qu'il puisse coiffer d'un autre " comme les coffres du tombeau de Ramsès ".
Dans une longue lettre, Cocteau détaille son modus operandi pour réaliser ces fresques avec son collaborateur Triquenot : " Bien que je ne sache pas encore ce que je ferai sur l'autel (peut-être des simples signes quasi géométriques pour ne pas accabler l'œil d'images et de pléonasmes), je souhaite qu'on (je dis on, c'est toi, c'est ton fils) pose très légèrement au fusain les lignes de l'ensemble des groupes (de manière à ce que ce fusain puisse s'effacer au coup de torchon ou de plumeau). C'est là-dessus que je changerai - donnerai le trait définitif. Ensuite on repassera soigneusement ces lignes définitives avec les lignes de couleurs.(comme à la Chapelle, sauf que chaque personne aura sa couleur au lieu d'être en bistre). " (9 mars 1959). Pour l'autel, il charge Triquenot de réaliser une maquette de la chapelle à partir de laquelle il pourra mieux travailler : " Sois un ange : avec ton fils, fais-moi une vraie maquette (à l'échelle de l'ensemble de mon travail, construit un autel en carton). Cela m'avance à imaginer l'autel " (10 mat 1959). Mais Cocteau réprimande légèrement Triquenot : il préfère que les enfants auxquels il fait appel ne collaborent pas à la réalisation des fresques : " les gosses sont des amours, je les aime, je les estime, mais le travail est du travail et ils ne peuvent encore se mêler d'une de ces graves aventures qui nous obligent à ne rien négliger de la naissance d'une œuvre à sa fin. […] Un enfant ne pense pas la ligne. Elle reste morte, jusqu'à ce qu'il retrouve le génie que tous les gosses possèdent entre 5 et 9 ans. Continuer le travail sur cette base, c'est ma ruine et un suicide, cela doit passer avant la tendresse fraternelle pour votre famille. Cherchez une autre méthode et je reprendrai la besogne sans fatigue. " (9 avril 1959). Comme Triquenot lui fait des propositions d'aménagements, Cocteau les rectifie pour les adapter à son style : " Le style arrondi convient toujours mal à mes lignes, et je crois que ce mélange de transparence et de fresque résoudra le problème " (14 oct. 1962). Le poète réalise aussi le dessin de candélabres : " J'ai préparé le dessin de la croix et des candélabres. " Evoque notamment Francine Weisweiller (pour laquelle il a réalisé les fresques de la villa Santo-Sospir).
- Chapelle Notre-Dame de Jérusalem, à Fréjus
Les lettres datée de 1963, à propos de la Chapelle Notre-Dame de Jérusalem, à Fréjus sont plus nombreuses : gravement malade, Cocteau s'est retiré à Milly-la-Forêt ou ailleurs, et son échange de lettres s'intensifie avec Triquenot, qui dirige les travaux à Fréjus. " Je suis heureux que la naissance de notre chapelle se produise sans haltes. " Le Maître juge parfois durement la réalisation du travail qu'on lui soumet : " L'ensemble architectural me semble être une assez belle réussite, mais, hélas, si consterné que je sois de vous causer la moindre peine. Le malheur (réparable) c'est que je croyais, pour la couronne la grâce mince et svelte des […?] au lieu de ces lourdes moquettes rondes et molles. La catastrophe, ce sont les portes, car toutes les lignes, même en imaginant les raccords, sont inexactes et ne sont plus écrites dans ma langue. Par malchance, j'avais reçu, la veille, les photographies des vitraux de Metz et leur extraordinaire exactitude me prouve qu'on peut calquer au lieu d'improviser. Il m'est impossible de signer ce travail et je vous supplie de supprimer et d'attendre. Moretti connaît mes moindre lignes qui résultent toutes d'un calcul " (26 juillet 1963). Il commente aussi les couleurs choisies : " La valeur du rouge est bonne, peut-être le faudrait-il un peu plus sombre. Naturellement, je suppose que la ligne blanche ne compte pas. Il est essentiel que le rouge soit direct et sans ligne blanche. Je n'aime pas les bleus des échantillons - les vôtres, l'un ou l'autre, me semblent mille fois [plus] merveilleux. […] Les petites croix internes n'ont pas encore trouvé leur ligne noble. Laissez donc l'académie tranquille " (18 août 1963).
Afin de pouvoir venir terminer les travaux sur place lui-même, Cocteau demande en août à Triquenot de lui concevoir une petite villa (voir lot…). Hélas, bien qu'il continue à vouloir s'installer à Fréjus (" l'essentiel pour moi est de passer nov. et déc. à Fréjus, ensuite fin janvier et toujours ou presque " (27 sept. 1963)), sa santé empire (" Crise terrible d'empoisonnement au visage et aux mains, par les antibiotiques ", 5 sept. 1963). Il annonce, dans une dernière lettre, sa venue prochaine : " Je compte arriver fin du mois et voudrait être sûr que tout soit en ordre. L'exécution des premiers vitraux de Metz par Brière est étonnante de faste et d'exactitude " (2 oct. 1963). Une crise cardiaque l'emportera le 11 octobre ; c'est Edouard Dermit et Jean Triquenot qui réaliseront les fresques sur les murs du sanctuaire d'après les esquisses laissées par Cocteau. Joint :
- 1 l.a.s. au maire de Saint-Jean-Cap-Ferrat, 6 juill. 1961.
- Copies des lettres que Triquenot a envoyées à Cocteau, permettant de mieux comprendre les réponses du poète.
- Copies de lettres de Cocteau adressées à Jean Triquenot. Ensemble de retranscriptions de lettres de Cocteau, dont parfois les originaux sont perdus.




Title
Lot title
$0 (starting bid)
Lot title
$0 (starting bid)
Lot title
$0 (starting bid)
 
Lot title
$0 (starting bid)
Lot title
$0 (starting bid)
Lot title
$0 (starting bid)
 
Lot title
$0 (starting bid)
Lot title
$0 (starting bid)
Lot title
$0 (starting bid)