The world’s premier auctions
 
 
WELCOME TO INVALUABLE
Be the first to know about
the latest online auctions.
Please enter a valid email address (name@host.com)
Sign Up »
PS: We value your privacy
Thank you!
 
 
Want to learn more
about online auctions?
Take a Quick Tour »
 
Invaluable cannot guarantee the accuracy of translations through Google Translate and disclaims any responsibility for inaccurate translations.
Show translation options

Lot 22: Marie-Anne Goyon de Matignon, Madame de GRAVE (1697-1738) fille du maréchal de Matignon, elle fut la maîtresse de Montesquieu. 2 L.A., Montpellier juillet-août [1735], à MONTESQUIEU à Paris ; 2 pages et quart in-4 chaque, adresses avec cachets cire

Succession Lally-Tollendal et à divers amateurs

by Le Brech & Associés

December 18, 2012

Paris, France

Live Auction
Sold
Looking for the realized and estimated price?

Description: Marie-Anne Goyon de Matignon, Madame de GRAVE (1697-1738) fille du maréchal de Matignon, elle fut la maîtresse de Montesquieu. 2 L.A., Montpellier juillet-août [1735], à Montesquieu à Paris ; 2 pages et quart in-4 chaque, adresses avec cachets cire rouge aux armes (un brisé, 2 petits manques de papier à la première sans perte de texte). [CM 428 et 433]
Belles lettres de son ancienne maîtresse sur le séjour de Montesquieu à Chantilly et sa liaison avec la princesse de Clermont.
29 juillet. Elle a su « que vous faisiez lornement de Chantilly et que vous y estiez fort assidu. [...] Vous connoissez assez la province les provinciennes et leurs ressources pour que je men rapporte à vous sur les amusements quon en peut tirer, il y a cependant quelque chose de plus dans cette ville qui je croy nest nulle part sest quils prenne tres souvent à injure les politesses qu'on leur fait et quils vous font parler toute la journée sans que vous ayez quelques fois ouvert la bouche adjoutez à cela la grossiereté la vanité la bonne opinion et la mechanceté dans les hommes, l'impertinence, les tracasseries, la curiosité, et le peu desprit dans les fammes. Joignez y un desir unanime dans les deux sexes d'écraser le dernier homme de condition ou celuy qui a plus de dix mille livres de rente, et vous aurez mon president un petit echantillon de nos habitans, je me garde bien de leur faire connoistre ce que je pense d'eux. Je les sers le plus quil mest possible à leur mode grands compliments, force visittes, belle reverence, et mauvais propos je népargne rien, et fais reellement de mon mieux pour gagner leur amitié »...
12 août. « Il me revient de tous cottés que vous faittes les beaux jours de Chantilly et que vous este favori de la princesse [Mademoiselle de Clermont ...] cette même renommée pretend que votre caeur se laisse attendrir aupres de cette princesse que vos discours tombent toujours sur elle, sur son esprit, sur ses graces enfin que vous la trouvez charmante. Il y a longtemps que je vous ay dit quelle letoit mais quil la faloit connoistre. [...] Elle a même assez de bonté pour permettre quon laime, et je suis persuadée qu'elle recevra vos soins avec plaisir mais mon president sy vous en voulez davantage, je vous plains vous este vif et elle tres froide cela fait un grand contraxte. Je vous trouve fort heureux de luy pouvoir faire votre cour et voudrois bien luy faire la mienne voila son voyage de Chantilly finy nous verrons sy lamour vous conduira sur ses pas ». Elle avait espéré une suspension d'armes, mais « je crains fort que lempereur et le roy d'Espagne ne termine pas leurs differens aussy à l'amiable que nous avons fait les notres vous et moy car au bout du compte mon president je pretends et je croy estre fort bien avec vous quoyque non relativement à ce que vous savez »...

Title
Lot title
$0 (starting bid)
Lot title
$0 (starting bid)
Lot title
$0 (starting bid)
 
Lot title
$0 (starting bid)
Lot title
$0 (starting bid)
Lot title
$0 (starting bid)
 
Lot title
$0 (starting bid)
Lot title
$0 (starting bid)
Lot title
$0 (starting bid)