The world’s premier auctions
 
 
WELCOME TO INVALUABLE
Be the first to know about
the latest online auctions.
Please enter a valid email address (name@host.com)
Sign Up »
PS: We value your privacy
Thank you!
 
 
Want to learn more
about online auctions?
Take a Quick Tour »
WE'VE CHANGED OUR NAME
is now
 
To celebrate, we’ve enhanced our site with
larger images and browsing by category to help
you easily find what you’re passionate about.
Remember to update your bookmarks.
Get Started »
 
Invaluable cannot guarantee the accuracy of translations through Google Translate and disclaims any responsibility for inaccurate translations.
Show translation options
Auction Description for Alde: Bibliothèque d'architecture de Vitruve à Ledoux
Viewing Notes:
Exposition privée
À la librairie Lardanchet
sur rendez-vous du 5 au 24 février 2014
Exposition publique
À la librairie Lardanchet
100 rue du Faubourg Saint-Honoré - 75008 Paris
Tél : 01 42 66 68 32 - Fax : 01 42 66 25 60
meaudre@online.fr
du 25 février au 3 mars 2014
de 10h à 13h et de 14h à 17h30
le 4 mars 2014 de 10h à 13h et de 14h à 16h
À l'Hôtel Meurice
228 rue de Rivoli - 75001 Paris
Tél : 01 44 58 69 05
jeudi 6 mars 2014 de 10h à 13h
Sale Notes:
Exposition privée
À la librairie Lardanchet
sur rendez-vous du 5 au 24 février 2014
Exposition publique
À la librairie Lardanchet
100 rue du Faubourg Saint-Honoré - 75008 Paris
Tél : 01 42 66 68 32 - Fax : 01 42 66 25 60
meaudre@online.fr
du 25 février au 3 mars 2014
de 10h à 13h et de 14h à 17h30
le 4 mars 2014 de 10h à 13h et de 14h à 16h
À l'Hôtel Meurice
228 rue de Rivoli - 75001 Paris
Tél : 01 44 58 69 05
jeudi 6 mars 2014 de 10h à 13h

Bibliothèque d'architecture de Vitruve à Ledoux

by Alde Maison de Ventes

Platinum House

148 lots with images

March 6, 2014

Live Auction

Hôtel Meurice - SALON POMPADOUR

228 rue de Rivoli

Paris, Ile de France, 75001 France

Phone: + 33 (0)1 44 58 69 05

Fax: + 33 (0)1 45 49 09 30

Email: contact@alde.fr

148 Lots
Sort by:
Lots with images first
Next »
Per page:
ALBERTI (L. B.). De re aedificatoria. Florence, Nicoló de Lorenzo, [29 XII] 1485, in-folio de 204 ff. n. ch. sign. a-d8, e8, f-o8, p6, q-z8, &8, ?8, ?8, veau fauve, dos à nerfs orné, tranches mouchetées (reliure du XVIIIe siècle).

Lot 1: ALBERTI (L. B.). De re aedificatoria. Florence, Nicoló de Lorenzo, [29 XII] 1485, in-folio de 204 ff. n. ch. sign. a-d8, e8, f-o8, p6, q-z8, &8, ?8, ?8, veau fauve, dos à nerfs orné, tranches mouchetées (reliure du XVIIIe siècle).

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: ALBERTI (L. B.). De re aedificatoria. Florence, Nicoló de Lorenzo, [29 XII] 1485, in-folio de 204 ff. n. ch. sign. a-d8, e8, f-o8, p6, q-z8, &8, ɔ8, ♃8, veau fauve, dos à nerfs orné, tranches mouchetées (reliure du XVIIIe siècle). ÉDITION PRINCEPS, rare. Elle a été établie par Ange Politien (1454-1494) sur un manuscrit de la bibliothèque de Laurent de Médicis (1449-1492), qui en est le dédicataire. Leon Battista Alberti (1404-1472) aurait eu l'intention première de dédier l'ouvrage à Federico da Montefeltro (1422-1482), duc d'Urbino. Ayant commencé son ouvrage vers 1443, Alberti le termine en 1452, profondément influencé par l'aeuvre de Vitruve : il en résulte une longue réflexion sur l'architecture classique et une théorie de l'esthétique fondée sur l'harmonie et des formes bien agencées. Avec cette première édition paraît aussi probablement le premier livre d'architecture imprimé. Sa publication est antérieure d'au moins une année à la première édition du De architectura de Vitruve (Rome, Eucharius Silber, vers 1486 ou 1487 ; voir BAL, IV, 3489, qui date l'édition entre août 1486 et août 1487). Sur la chronologie du premier livre d'architecture imprimé : "The first printed edition of the text appeared well after Alberti's death, and was published in Florence on 29 December 1485. It was the first publication on architecture to be turned into a printed book, and thus appeared in advance of Vitruvius' De architectura, printed in 1486." (R. Tavernor, 1998, p. 16) ; voir aussi BAL, I, 46 (Alberti, 1485) : "First edition of probably the first printed book devoted to architecture, since the undated Vitruvius editio princeps has only been fixed with fair certainty to somewhere between 1483 and 1490." (BAL, I, 46, p. 26) ; dans la notice consacrée au Vitruve de 1486/1487, on lit : "However, this was almost certainly not the first architectural treatise to be printed in Europe ; this distinction belongs to Alberti's De re aedificatoria of 1485" (BAL, IV, 3489, p. 2272). Artiste complet, Alberti est souvent comparé à Léonard de Vinci. Comme celui-ci, il brilla dans tous les domaines où il exerça ses nombreux talents : on lui doit des travaux mathématiques (Ludi mathematici), des traités d'architecture (De re aedificatoria), de peinture (De pictura), de sculpture (De statua), ainsi que des réalisations concrètes (Santa Maria Novella à Florence, San Sebastiano et Sant'Andrea à Mantoue). L'ensemble influencera durablement et notablement les arts italiens de la Renaissance, en particulier par la redécouverte de Vitruve et des grandes réalisations de l'Antiquité. Alberti meurt en 1472, en pleine gloire, quelques mois après avoir fait visiter les ruines romaines à Laurent le Magnifique. Originaire du diocèse de Breslau (Wrocław, Pologne), l'imprimeur Nicolas Laurent vint s'installer à Florence où il imprima pour la première fois le De christiane religione de Marsile Ficin, entre le 10 novembre et le 10 décembre 1476. Il fut célèbre pour son édition de Dante ornée de bois gravés d'après Botticelli (1481). Exemplaire très bien conservé, présentant les caractéristiques suivantes : - Les ff. l4 et l5 sont imprimés avec le Nerlius R 110, alors que le reste du volume l'est avec le Nerlius R 111. - Au colophon, on lit Clarissimii, elegantissimum, Chalandas ianuarias, comme pour l'exemplaire de la BL, G 9158, au lieu de Clarissimi, Elegátissimú, Kalandas Ianuarias. À belles marges, l'exemplaire a été abondamment annoté, à la sanguine, par une main de la première moitié du XVIe siècle, très probablement d'origine italienne. Ses annotations dénotent un esprit attentif et critique. Rédigées en latin, leur nombre varie selon les pages. On en trouve plus ou moins tout au long du volume. Rares sont les pages restées vierges. Répété à plusieurs reprises, le signe « N », pour « nota », est très caractéristique et nous pensons que des recherches futures, menées dans d'autres ouvrages, permettront d'identifier cette main encore anonyme. Le premier groupe d'annotations consiste en des annotations finalement assez classiques, avec des mots repris du corps du texte et isolés dans la marge par le lecteur, permettant une identification rapide. Cela relève finalement du « mot-clé » ou du « concept-clé » : on fait ressortir en marge un mot ou concept, ainsi plus aisément repérable dans le texte imprimé. En revanche, certaines offrent des interprétations. Par exemple, on trouve en marge de la p. 4, les notes suivantes : « voluptas et architectura » [plaisir des sens et architecture] et « laus et architectura » [gloire et architecture] ; ou des jugements de valeur : « Consilium optimum » [Très bon conseil] (p. 340). L'annotateur renvoie aussi à d'autres ouvrages de Leon Battista Alberti : « Bap[tis]te liber de navibus » [Alberti, Navis, traité aujourd'hui perdu, où serait évoqué le renflouage d'un ancien navire romain dans le lac de Nemi. Alberti aurait réussi à faire remonter à la surface un de ces anciens navires, qui se serait cassé et aurait coulé de nouveau] ; « Bap[tis]te liber Theogenius » [Alberti, Theogonius, Dialogue stoïcien, ed. in Opere volgari, II, 1966] (p. 349). Le second type d'annotations est plus intéressant : l'annotateur y formule des appréciations plus personnelles, n'hésitant pas à s'adresser directement à l'auteur au moyen d'une familiarité toute rhétorique et bien humaniste (« Mon bon Baptiste »). Parmi ces appréciations, citons : « Brutii non sunt hi bone baptista » [Ces choses ne sont pas lourdes, mon bon Baptiste] (p. 63) ; « Et hic appellatur redivivus ni fallor mi baptista non quem tu putas superius » [Et cela est appelé « vieux matériau » si je ne me trompe pas mon Baptiste et non comme tu penses ci-dessus] (p. 74) ; « Erras bone Baptista. Pulvis puteolanus aliud est quoniam id quod tu rapillum vocas » [Tu te trompes, mon bon Baptiste. La poudre de Pouzzoles est autre chose que ce que tu appelles « rapillo »] (p. 103). Effectivement, Alberti confondait la poudre dite « pouzzolane » (découverte près de Naples) à partir de laquelle les Anciens préparaient du ciment, avec le « rapillo », sorte de plâtre. En outre, il faut relever les pages qui contiennent des figures géométriques qui illustrent graphiquement le texte ; certaines seront reprises dans les éditions postérieures, notamment des traductions françaises (p. 69 ; pp. 127-128 ; pp. 225-226). Il y a, enfin, une seconde main qui fournit quelques annotations, à l'encre brune (p. 158). Au XVIIIe siècle, au moment de la reliure, le feuillet [a1] de l'exemplaire a été monté sur un onglet de renfort. Discrète trace de mouillure en marge des premiers feuillets affectant parfois les annotations. Habile restauration de papier n'atteignant pas le texte au f. a6. Le feuillet de registre est légèrement sali. Dimensions : 278 x 191 mm. Provenances : initiales non identifiées « S. F. S », au-dessus du registre en fin de volume (main du XVIe siècle) ; estampille au titre : « Biblioth. Corsinia Vetus ». Cardinal Neri Corsini (senior) (1624-1679), oncle du pape Clément XII (Lorenzo Corsini). Ce premier fonds, nommé « Corsinia Vetus », comptait près de 40 000 volumes. Héritier du cardinal Corsini, le pape Clément XII donna une partie de sa bibliothèque à son neveu Neri Maria Corsini (junior) en 1733 (ce qui deviendra la « Corsinia Nova » ouverte en 1754), le reste fut dispersé (Sur cette bibliothèque, voir Pinto (O.), Storia della Bibliotheca corsiniana..., Florence, 1956) ; étiquette « 2807 », contrecollée dans le coin supérieur gauche du contre-plat supérieur : Bibliothèque de Pierre Antoine Bolongaro-Crevenna (Milan, ca 1736-1792), important bibliophile italien, établi à Amsterdam. Cet exemplaire figure au Catalogue des livres de la bibliothèque de Pierre Antoine Bolongaro-Crevenna, II, Amsterdam, 1789, p. 244, puis dans le catalogue de sa vente en 1793, Catalogue de la bibliothèque de feu Mr. Pierre-Antoine Bolongaro Crevenna, 1793, n° 85. Ce collectionneur possédait également l'édition italienne d'Alberti, sous la cote « 2808 » ; inscription à l'encre, d'une main du XIXe siècle : « Voyez Laserna F. 2, fol. 28 ». Il s'agit des travaux de Carlos Antonio de la Serna Santander (1752-1813), grand spécialiste des incunables, conservateur à la bibliothèque de l'École centrale de Bruxelles. La référence renvoie à son Dictionnaire bibliographique choisi du XVe siècle... Seconde partie A-G, Bruxelles, 1806, pp. 28-29 (référence bibliographique générale qui ne concerne pas cet exemplaire en particulier). BAL, I, 46 ("The colophon for the first, presumably earlier setting, is distinguishable from the BAL variant by reading «Clarissimii» instead of «Clarissimi», «Elegantissimum» instead of «Elegátissimú» and «Chalandas ianurias» instead of «Kalendas Ianuarias».") ; Fowler & Baer, 3 (indique deux tirages, avant et après la réimpression du dernier cahier, avec les différences notées au colophon) ; Millard, IV, 4 (indique trois tirages) ; Cicognara, 370 ; BNF, Catalogue des incunables, A-112 ; BMC, VI, pp. 630-631 ; Carter (J.) & Muir (P. H.), Printing and the Mind of Man, 28.

Condition Report: Provenance : ... sous la cote « 2808 » de la bibliothèque de la Serna. Cat., 1959, n°1) Certificat d'exportation demandé et obtenu

View additional info and full condition report »
Realized: Log in or create account to view price data
ALBERTI (L. B.). Libri de re aedificatoria decē ... Paris, B. Rembolt, 1512, in-4° de 188 ff. sign. A8, B6, C2, a-x8, y6, vélin ivoire rigide, dos lisse, titre en long en lettres peintes, étiquette de titre, tranches mouchetées (reliure du XVIIe

Lot 2: ALBERTI (L. B.). Libri de re aedificatoria decē ... Paris, B. Rembolt, 1512, in-4° de 188 ff. sign. A8, B6, C2, a-x8, y6, vélin ivoire rigide, dos lisse, titre en long en lettres peintes, étiquette de titre, tranches mouchetées (reliure du XVIIe

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: ALBERTI (L. B.). Libri de re aedificatoria decē ... Paris, B. Rembolt, 1512, in-4° de 188 ff. sign. A8, B6, C2, a-x8, y6, vélin ivoire rigide, dos lisse, titre en long en lettres peintes, étiquette de titre, tranches mouchetées (reliure du XVIIe siècle). LE PREMIER TRAITÉ D'ARCHITECTURE PUBLIÉ EN FRANCE. Geoffroy Tory (ca 1480-1533), un jeune humaniste à Paris. Arrivé vers 1507 dans la capitale, Tory développa, par son statut de régent d'école, des relations avec le monde de l'édition parisienne. Imprimeurs et libraires diffusent ses textes. C'est à Berthold Rembolt qu'il confie le soin de publier cette seconde édition du Libri de re aedificatoria decē, établie sur un exemplaire de l'originale. Dédiée à Philibert Babou et Jean Lallemant, elle servira de base aux éditions suivantes. Sa présentation est nouvelle : elle est divisée en chapitres. Titre en rouge et noir, surmontant la marque typographique de Rembolt, dans un encadrement composé de bois à fond criblé. Impression en caractères romains. L'un des très rares exemplaires complets du cahier C (« Encomium rei aedificatorie » de Jean Kierher), qui manque pour ainsi dire toujours. Ouvrage bien conservé, dont les marges comportent quelques annotations manuscrites très joliment calligraphiées, datant d'avant la reliure. Le titre et le f. y1 ont été partiellement renforcés par un tout petit papillon de papier. Dimensions : 199 x 138 mm. Provenances : ex-libris manuscrit Josephi Zolae ; un timbre humide [TM] non identifié, au recto du premier feuillet de garde. BAL, I, 47, pour un exemplaire sans le cahier C, d'une hauteur de 188 mm ; Fowler & Baer, 4, pour un ex. sans le cahier C, d'une hauteur de 210 mm ; Cicognara, 371 ; Millard, I, 1, pour un ex. sans le cahier C, d'une hauteur de 205 mm ; Mortimer, I, 11, pour un ex. sans le cahier C, d'une hauteur de 202 mm ; Davies, I, 5, pour un ex. sans le cahier C ; Bernard, pp. 106-107 (ne mentionne pas de cahier C) ; [...], Geoffroy Tory, imprimeur de François Ier, graphiste avant la lettre, pp. 20-23 et p. 143, n° 10.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
ALBERTI (L. B.). L'architettura... Florence, Lorenzo Torrentino, 1550, in-folio de 216 ff. sign. a-z6, A-C6, [i-i2], D4, E2, F-L6, M4, N-O6, demi-vélin, dos lisse avec étiquette de titre, tranches lisses (reliure du XIXe siècle).

Lot 3: ALBERTI (L. B.). L'architettura... Florence, Lorenzo Torrentino, 1550, in-folio de 216 ff. sign. a-z6, A-C6, [i-i2], D4, E2, F-L6, M4, N-O6, demi-vélin, dos lisse avec étiquette de titre, tranches lisses (reliure du XIXe siècle).

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: ALBERTI (L. B.). L'architettura... Florence, Lorenzo Torrentino, 1550, in-folio de 216 ff. sign. a-z6, A-C6, [i-i2], D4, E2, F-L6, M4, N-O6, demi-vélin, dos lisse avec étiquette de titre, tranches lisses (reliure du XIXe siècle). PREMIÈRE ÉDITION illustrée et ÉDITION ORIGINALE de la traduction de Cosimo Bartoli (1503-1572). Dédiée à Cosme de Médicis (1519-1574), elle reprend l'organisation du texte de l'édition latine de G. Tory, et sera de nombreuses fois réimprimée. Leoni l'utilisera encore au XVIIIe siècle pour son édition anglaise de 1726. Importante illustration en PREMIER TIRAGE. Un frontispice allégorique, un portrait d'Alberti et 83 bois gravés dont 37 à pleine page, figurent des diagrammes, des plans, des élévations, des monuments... Bartoli indique dans sa dédicace qu'une partie du cycle iconographique a été dessinée « d'après les descriptions faites par Alberti dans ses propres réalisations ou d'après ses vaeux, s'il avait pu les décrire ». Exemplaire très plaisant, bien conservé. Discrètes traces de mouillures en marge de quelques feuillets. Petit manque au bois du f. z6. Dimensions : 338 x 221 mm. Provenance : Francesco Bracchini, avec son ex-libris gravé sur bois et la mention manuscrite « Razzolini, page 11 ». BAL, I, 52, pour un ex. en reliure moderne, d'une hauteur de 323 mm ; Fowler & Baer, 6 (hauteur de 345 mm) ; Millard, IV, 6 (hauteur de 342 mm) ; Mortimer, II, 12, pour un ex. relié à l'époque, d'une hauteur de 345 mm ; Razzolini (L.), Bibliografia dei testi di lingua a stampa citati dagli accademici della Crusca, 1878, p. 11.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
VITRUVE (Marcus Vitruvius Pollio, dit). Hoc in volumine haec opera continentur. L. Vitruuii Pollionis de architectura libri decem - Sexti Iulii Frontini de aquaeductibus liber unus. Angeli Policiani opusculum : quod panepistemon inscribitur. Angeli

Lot 4: VITRUVE (Marcus Vitruvius Pollio, dit). Hoc in volumine haec opera continentur. L. Vitruuii Pollionis de architectura libri decem - Sexti Iulii Frontini de aquaeductibus liber unus. Angeli Policiani opusculum : quod panepistemon inscribitur. Angeli

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: VITRUVE (Marcus Vitruvius Pollio, dit). Hoc in volumine haec opera continentur. L. Vitruuii Pollionis de architectura libri decem - Sexti Iulii Frontini de aquaeductibus liber unus. Angeli Policiani opusculum : quod panepistemon inscribitur. Angeli Policiani in priora analytica praelectio. Cui titulus est Lamia. [Venise, Christophorus de Pensis (?)], 13 nov. 1495, in-folio de 86 ff. sign. [∏2], A-I6, K-L4, a-b6, aa6, bb4 (∏1 r°, titre ; ∏2 v°, index ; A1, Vitruvius : L4 r°, premier colophon : Florentiae, 1496 ; L4 v°, blanc ; a1 r°, Politiani Panepistemon ; a6 v°, second colophon : Venetiis, 13 nov. 1495 ; b1 r°, Politiani Lamia ; aa1, Frontinus), veau brun estampé à froid sur ais de bois, traces de fermoir, tranches lisses (reliure de l'époque). SECONDE ÉDITION, très rare. Le De architectura connut trois éditions incunables, toutes introuvables aujourd'hui. La première, datée aujourd'hui entre août 1486 et août 1487, fut éditée par J. Sulpitius à Rome, probablement sur les presses soit de E. Silber, soit de G. Herolt, natif de Bamberg. La seconde, établie pour le De architectura en partie d'après celle de Sulpitius, est complétée par le texte de Frontin, De aquaeductibus et ceux de Angel Politianus, l'éditeur du De re aedificatoria (Florence, 1485, le n° 1 de cette collection), Panepistemon et Lamia. Les bibliographes ne s'accordent pas sur le nom de l'imprimeur : le BMC a retenu celui de Christophorus de Pensis, de Venise, et pour le nom de l'éditeur, celui de Cattaneo est proposé par le BAL. Le De architectura libri decem, l'unique traité d'architecture qui nous soit parvenu de l'époque romaine. Les historiens sont partagés quant à l'époque où vécut Vitruve. Les uns proposent le Ier siècle avant J.-C., les autres, le siècle suivant. Néanmoins, son traité, qui décrit la pratique romaine sous l'empereur Auguste, a nourri la passion de la Renaissance pour le style classique. Découvert en 1414, le texte inspira ainsi des architectes aussi importants qu'Alberti ou Palladio. La tradition n'avait pas conservé les dessins. 5 bois gravés, dont deux diagrammes. Exemplaire sauvage à belles marges, bien conservé dans sa première reliure. Traces de mouillures, plus ou moins prononcées, en marge des feuillets. Dos anciennement couvert d'un vélin. L'ordre des textes indiqué au f. 1 r° n'a pas été suivi ici, comme dans l'exemplaire décrit par le BAL et le BMC. Dimensions : 317 x 213 mm. Provenances : W. Gedney Beatty (1869-1941) ; Metropolitan Museum of Art, Department of Prints, avec son cachet « Metropolitan duplicate, 10/07 ». BAL, IV, 3490, pour un ex. en vélin du XVIe siècle, d'une hauteur de 312 mm ; Fowler & Baer, 391, pour un ex. en vélin ancien, d'une hauteur de 295 mm ; Cicognara, 694 ; Millard, IV, 155 ; BMC, V, 474 (éd. de 1497), pour un ex. en maroquin bleu décoré, 281 x 194 mm ; Goff, V-307 ; IGI, 10347 ; Sander, 7693 ; Carter (J.) & Muir (P. H.), Printing and the Mind of Man, 26, (édition princeps, 1483-1490).

Condition Report: Certificat d'exportation demandé et obtenu

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
VITRUVE (Marcus Vitruvius Pollio, dit). [De architectura libri decem]. Per Iocundum solito castigatior factus cum figuris et tabula. Venise, G. Tacuinus, 1511, in-folio de 124 ff. sign. AA4, A-N8, O6, P10, demi-basane mouchetée à coins, plats de

Lot 5: VITRUVE (Marcus Vitruvius Pollio, dit). [De architectura libri decem]. Per Iocundum solito castigatior factus cum figuris et tabula. Venise, G. Tacuinus, 1511, in-folio de 124 ff. sign. AA4, A-N8, O6, P10, demi-basane mouchetée à coins, plats de

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: VITRUVE (Marcus Vitruvius Pollio, dit). [De architectura libri decem]. Per Iocundum solito castigatior factus cum figuris et tabula. Venise, G. Tacuinus, 1511, in-folio de 124 ff. sign. AA4, A-N8, O6, P10, demi-basane mouchetée à coins, plats de papier, dos lisse orné, tranches rouges (reliure du XVIIIe siècle). PREMIER TRAITÉ D'ARCHITECTURE ILLUSTRÉ et première édition illustrée du De architectura. Fra Giocondo (1433-1515), un artiste protéiforme conformément à l'idéal des humanistes de la Renaissance, exégète et éditeur de Vitruve. Le De architectura constituait à la fin du XVe et au début du XVIe siècle, une source incontournable de savoir, mais son texte d'accès difficile n'avait pu satisfaire pleinement ses principaux lecteurs, les architectes. À la fois par son travail de restauration philologique, et par l'illustration qui l'accompagne, Fra Giocondo parvint à le rendre lisible et d'une compréhension plus aisée. 136 gravures sur bois de facture archaïque. Ce cycle iconographique servira de modèle pour les éditions ultérieures. L'encadrement du titre, qui semble apparaître ici pour la première fois, compte dans l'histoire de l'ornementation du livre au XVIe siècle. Certains l'attribuent à Fra Giocondo. Exemplaire de qualité. Annotations manuscrites du XVIe siècle en marge de quelques feuillets. Petite et très discrète mouillure aux feuillets 17 à 20 et 24 à 26, n'atteignant pas le texte. Sans le dernier f. blanc P10. Dimensions : 296 x 197 mm. BAL, IV, 3491, pour un ex. en cartonnage du XVIIe siècle, d'une hauteur de 280 mm ; Fowler & Baer, 393, pour un ex. en veau du XVIIIe siècle, d'une hauteur de 295 mm ; Cicognara, 696 ; Millard, IV, 156 ("Illustrated by Fra Giovanni Giocondo"), pour un ex. en demi-veau du XXe siècle, 300 x 202 mm ; Mortimer, II, 543.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
VITRUVE (Marcus Vitruvius Pollio, dit). De architectura libri decem... Côme, Gottardo da Ponte, 15 juillet 1521, in-folio de 192 ff. sign. ?8, A-Z8, veau brun sur ais de bois, plats ornés d'un grand décor estampé à froid, avec roulettes et

Lot 6: VITRUVE (Marcus Vitruvius Pollio, dit). De architectura libri decem... Côme, Gottardo da Ponte, 15 juillet 1521, in-folio de 192 ff. sign. ?8, A-Z8, veau brun sur ais de bois, plats ornés d'un grand décor estampé à froid, avec roulettes et

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: VITRUVE (Marcus Vitruvius Pollio, dit). De architectura libri decem... Côme, Gottardo da Ponte, 15 juillet 1521, in-folio de 192 ff. sign. Π8, A-Z8, veau brun sur ais de bois, plats ornés d'un grand décor estampé à froid, avec roulettes et filets d'encadrement, 4 fers argentés (oxydés) dont l'un à décor de feuillage répétés sur les plats, dos à nerfs orné, tranches lisses, fermoirs de laiton (reliure germanique de l'époque). PREMIÈRE ÉDITION en langue vernaculaire, l'italien. À l'initiative de Cesare Caesarino (1478-1543), peintre et architecte milanais, élève de Bramante, et avec le soutien financier de deux mécènes, Augustino Gallo et Aloysio Pirovano, ce projet d'édition devait voir le jour à Milan. L'arrivée des Français dans cette ville, ainsi que la brouille entre Caesarino, ses collaborateurs et les mécènes, firent que l'ouvrage fut imprimé à Côme, en 1521. Le texte de Vitruve, dans la traduction de B. Mauro da Bergamo et B. Jovio da Camasco, occupe en gros caractères le centre de la page ; les commentaires de Caesarino, qui s'arrêtent au chapitre VI, sont imprimés autour, dans un caractère plus petit. Les 117 gravures sur bois, qui forment l'iconographie, marquent, selon Roland Recht, un moment essentiel dans l'architecture occidentale : une théorie architecturale, vieille de quinze siècles, reçoit des formes enfin visibles. Elle rompt avec la conception et le rendu des illustrations de 1511, qui peuvent paraître sommaires. Ces 117 bois alternativement imprimés sur fond noir et blanc, sont considérés comme des modèles ; ils furent exécutés d'après les dessins de Caesarino, Massimo Bono Mauro et Benedetto Giovio (1471-1545). Superbe exemplaire, à belles marges (quelques traces de témoin), dans sa première reliure. L'auteur de la notice du catalogue Pfeiffer précise que « la reliure estampée à froid montre de riches ornements décoratifs et figurés, des portraits-médaillons de rois, parmi lesquels Maximilien Ier [du Saint-Empire (1459-1519)], entre des trophées, l'aigle de Nuremberg, etc. » Il indique en outre que « l'ex-libris collé Chr. Andr. von Imhof attire l'attention sur la reliure qui pourrait être un travail nurembergeois. » Intérieurement très bien conservé, le dos reste fragile. Le feuillet d'errata Z8 et le titre courant sont en premier état (« tuta lopera »). Ff. G6 et Y7 légèrement brunis. Dimensions : 431 x 296 mm. Provenances : cote de bibliothèque (« 6 ») en tête de la tranche de gouttière ; Christoph Andreas Imhof, à Helmstadt, avec son ex-libris du XVIIIe siècle ; Alfred Ritter von Pfeiffer (Cat. I , Leipzig, 4-6 mai 1914, n° 696, « magnifique édition de Vitruve, dont les exemplaires bien conservés sont de la plus grande rareté »), avec son ex-libris armorié du XIXe siècle et ce qui pourrait être sa cote de rangement accompagnée de son chiffre [AP] couronné ; Pierre Berès (Cat. IV, Le Cabinet des livres, 2006, n° 7). BAL, IV, 3519, pour un ex. en veau du XVIIIe siècle, d'une hauteur de 420 mm ; Fowler & Baer, 395, pour un ex. en vélin ancien, d'une hauteur de 415 mm ; Cicognara, 698 ; Millard, IV, 158, pour un ex. en veau moderne, 399 x 265 mm ; Mortimer, II, 544.

Condition Report: Certificat d'exportation demandé et obtenu

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
VITRUVE (Marcus Vitruvius Pollio, dit). Architecture ou art de bien bastir... Paris, J. Cazeau, 1547, in-folio de 184 ff. sign. A4, A-Z6, Aa-Cc6, A-D6, veau fauve, dos à nerfs orné d'un chiffre entrelacé couronné plusieurs fois répété, roulette

Lot 7: VITRUVE (Marcus Vitruvius Pollio, dit). Architecture ou art de bien bastir... Paris, J. Cazeau, 1547, in-folio de 184 ff. sign. A4, A-Z6, Aa-Cc6, A-D6, veau fauve, dos à nerfs orné d'un chiffre entrelacé couronné plusieurs fois répété, roulette

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: VITRUVE (Marcus Vitruvius Pollio, dit). Architecture ou art de bien bastir... Paris, J. Cazeau, 1547, in-folio de 184 ff. sign. A4, A-Z6, Aa-Cc6, A-D6, veau fauve, dos à nerfs orné d'un chiffre entrelacé couronné plusieurs fois répété, roulette intérieure dorée, doublure de tabis vert, tranches rouges (reliure du début du XVIIIe siècle). ÉDITION ORIGINALE de la première traduction française complète du De architectura. Un livre à trois mains. Bien que publié par J. Cazeau, ce livre a été conçu par Jean Barbé avec la collaboration de Jean Martin et du sculpteur Jean Goujon (ca 1510-ca 1569). Il mourut l'année même de sa parution, son beau-frère et associé se chargea de le diffuser. Jean Martin (?-1553), le traducteur du Songe de Poliphile (1546), des aeuvres d'Alberti (1553) et de Serlio, est l'auteur de cette traduction revue par Jean Goujon, qui réclame aussi la paternité d'une partie des illustrations, revendication confirmée par J. Martin dans son « Avertissement aux lecteurs » : « ... Maistre Iehan Gouion qui a faict nouvellement les figures concernant la massonnerie ». C'est donc l'un des seuls livres que l'on puisse attribuer formellement à Jean Goujon, l'artiste du château d'Anet, puisque les autres le sont sans preuve. 158 figures, dont un portrait sur le feuillet de titre répété au colophon, constituent le cycle iconographique. Excepté celles dessinées et peut-être gravées par Jean Goujon, une partie sont inspirées des Vitruve de 1511 et 1521 et du Serlio de 1545. L'ornementation est constituée d'une belle série d'initiales soit à fond criblé soit à arabesques noires. Prestigieux exemplaire, réglé et à grandes marges, relié pour l'un des grands bibliophiles du XVIIIe siècle, Jean Baptiste Denis Guyon de Sardière (1674-1759). Il avait pour habitude de faire habiller ses livres de veau fauve, qu'il marquait de sa signature aux premier et dernier feuillets. Il acquit en 1724 d'importants manuscrits à la vente du château d'Anet. À sa mort, sa bibliothèque fut acquise en bloc par le duc de La Vallière. Coiffes frottées. Dimensions : 360 x 235 mm. Provenances : Guyon de Sardière (Cat., 1759, n° 383) ; La Vallière (Cat. I, 1767, n° 2132) ; Firmin Didot (Cat., 29 mai 1879, n° 296) ; Foulc (Cat., 1914, n° 63) ; Rahir (Cat. II, 1931, n° 704) ; Abdy (Cat., 1975, n° 24) ; Le Franc. BAL, IV, 3509, pour un ex. dans une reliure du milieu du XVIe siècle, d'une hauteur de 369 mm ; Fowler & Baer, 403, pour un ex. dans une reliure à l'imitation de celles de Grolier, d'une hauteur de 340 mm ; Cicognara, 710 ; Millard, I, 163, pour un ex. relié à l'époque, 360 x 240 mm ; Mortimer, II, 549.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
[SAGREDO (D. de)] - VITRUVE. Raison d'architecture antique, extraite de Vitruve, et autres anciens architecteurs nouvellement traduicte d'Espaignol en Français... Paris, R. Chaudiere, 1550, in-8° de 51 ff., sign. a-f8, g4, demi-chagrin rouge, dos à

Lot 8: [SAGREDO (D. de)] - VITRUVE. Raison d'architecture antique, extraite de Vitruve, et autres anciens architecteurs nouvellement traduicte d'Espaignol en Français... Paris, R. Chaudiere, 1550, in-8° de 51 ff., sign. a-f8, g4, demi-chagrin rouge, dos à

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: [SAGREDO (D. de)] - VITRUVE. Raison d'architecture antique, extraite de Vitruve, et autres anciens architecteurs nouvellement traduicte d'Espaignol en Français... Paris, R. Chaudiere, 1550, in-8° de 51 ff., sign. a-f8, g4, demi-chagrin rouge, dos à nerfs orné d'un chiffre entrelacé et couronné plusieurs fois répété, tranches mouchetées (reliure du XIXe siècle). Ouvrage non décrit par BAL, Fowler & Baer, Millard, Adams... Quatrième édition, rare, de cette traduction anonyme en français donnée d'après l'originale établie par Diego de Sagredo, parue à Tolède en 1526 sous le titre, Medidas del Romano. Attribuée parfois au sculpteur Jean Goujon (ca 1515- ca 1569), cette version française fut publiée pour la première fois par Simon des Colines avant 1537, puis en 1539, 1542, 1550 et 1555. Elle eut une influence sur plusieurs générations d'architectes français. Jean Goujon sut s'en souvenir pour l'illustration de son Vitruve. Louis Savot la recommande encore dans son Architecture française des bastiments particuliers, publiée en 1624. Un bel encadrement de titre et 112 bois gravés in-texte, copiés sur ceux de l'édition de Tolède, accompagnent le texte. Exemplaire court de marges, au chiffre [LL (?)] entrelacé et couronné, non identifié. La pagination a parfois été atteinte par le couteau du relieur ; celui-ci n'a pas conservé le feuillet blanc g4. Dimensions : 211 x 148 mm. Katalog Berlin, 2759 (éd. de 1539) ; Mortimer, II, 477 (éd. de 1539) ; Brunet, V, p. 31 ; STC of Books Printing in France, p. 445 (éd. de 1539) ; Foulc, 1914, n° 50 (éd. de 1550) ; Macclesfield, VI, octobre 2005, 1795, pour un ex. en cartonnage du XVIIIe siècle, 228 x 165 mm.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
VITRUVE. I dieci libri dell'architettura. Venise, Francesco Marcolini, 1556, in-folio de 151 ff. sign. A8, B6, C7, D-G8, H6, K-L9, M-Q8, R6, S-T8, V4, demi-maroquin rouge à grains longs, à coins, dos lisse orné à fond étoilé avec attributs de

Lot 9: VITRUVE. I dieci libri dell'architettura. Venise, Francesco Marcolini, 1556, in-folio de 151 ff. sign. A8, B6, C7, D-G8, H6, K-L9, M-Q8, R6, S-T8, V4, demi-maroquin rouge à grains longs, à coins, dos lisse orné à fond étoilé avec attributs de

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: VITRUVE. I dieci libri dell'architettura. Venise, Francesco Marcolini, 1556, in-folio de 151 ff. sign. A8, B6, C7, D-G8, H6, K-L9, M-Q8, R6, S-T8, V4, demi-maroquin rouge à grains longs, à coins, dos lisse orné à fond étoilé avec attributs de l'architecture, en pied, frappé en lettres dorées [Molinos], tranches jaunes (reliure ancienne). ÉDITION ORIGINALE de la traduction de Daniele Barbaro (1514-1570). Dès le milieu du XVIe siècle, la version de Caesarino, publiée en 1521 à Côme, ne répondait plus aux exigences des architectes. Aussi, quelques tentatives de nouvelles traductions furent entreprises, mais ne virent pas le jour. Seule celle de Barbaro fut publiée. Ce dernier commença son travail en 1547, avant son ambassade en Angleterre, et il la continua à son retour à Venise, en 1551. Pour mener à bien sa tâche, Barbaro profita non seulement des acquis scientifiques de l'époque, mais aussi des conseils d'Andrea Palladio (1508-1580), lequel avait une connaissance exacte de l'architecture classique. La qualité de leur travail, très vite reconnue, fit que cette traduction fut consultée tout au long des XVIe et XVIIe siècles, et montra que les seules connaissances d'un philologue n'étaient pas suffisantes pour donner une interprétation adéquate de l'aeuvre de Vitruve. Élégamment imprimé en caractères romains, pour le texte, et italiques, pour les commentaires - dans lesquels on trouve les premiers fondements du premier ouvrage de Barbaro, La practicia delle perspective -, l'ouvrage s'ouvre sur un très beau frontispice architectural et allégorique, suivi d'un grand bois montrant des architectes et leurs instruments, et de 131 figures dans le texte dont 8 à double page et 15 à pleine page. 6 gravures portent des manchettes et 3 des volvelles. Ce cycle iconographique a été interprété sur bois par Giuseppe Salviati (1520-1575), dit le Jeune, d'après des dessins dont certains sont de Palladio. Le reste de l'ornementation consiste en une série de grandes lettrines sur fond de villes et d'architectures, ouvrant chacune un des dix livres. Chaque chapitre commence par une lettrine historiée. Bel exemplaire, grand de marges, conforme aux caractéristiques mentionnées par Mortimer (cartons aux ff. B3, E8 et F7). Quelques légères traces de mouillures. Un onglet de renfort a été appliqué au feuillet de titre au moment de la reliure. L'exemplaire a appartenu à deux architectes connus : au XVIIe siècle, à l'élève de Louis Le Vau, Daniel Gittard (1625-1686), architecte du roi, et au XIXe siècle, à Jacques Molinos (1741-1831), architecte lyonnais, qui subit l'influence de Pierre-Gabriel Bugniet. La marque de Gittard figure en deux endroits, en pied de la page de titre, « ex-libris, D Gittard », et en tête du feuillet de dédicace, « ex-libris, D Gittard 1651 ». L'inventaire après décès de Daniel Gittard (Minutier central des Archives nationales / XCVIII / 298, 24 décembre 1686) ne nous apporte pas beaucoup d'informations sur la bibliothèque de ce dernier, les livres ayant été prisés sous forme de « pacquet ». La plupart, au format in-folio, reliés en veau ou en vélin, concernent l'architecture. Au XIXe siècle, l'exemplaire a ensuite été la propriété de Jacques Molinos (1743-1831). Son nom a été frappé en pied du dos, probablement par Courteval, l'un des meilleurs praticiens des premières décennies du XIXe siècle. Homme de culture, Molinos avait constitué une belle bibliothèque dont les livres étaient uniformément reliés par Courteval, selon un programme d'ornementation reconnaissable, en demi-maroquin, avec les attributs de l'architecture et son nom frappé en pied. Molinos a réalisé, sous le règne de Louis XVI, quelques constructions à Paris et à Brest, en collaboration avec son ami Jacques Guillaume Legrand (1743-1808), puis il fut architecte de la ville de Paris sous l'Empire et la Restauration, périodes pendant lesquelles il fut ordonnateur des fêtes et édifia de nombreux bâtiments publics : charpente de la Halle aux blés, marché Saint-Honoré, marché Popincourt, fontaine Valhubert, Halle-aux-Vieux-Linges. Dimensions : 411 x 280 mm. Provenances : Daniel Gittard ; Jacques Molinos (Cat., 1831, n° 82, « in-fol. fig. en bois, dos de mar. r. ») ; prince Walewski (?) ; Fred Feinsilber (Cat., 2006, n° 17). BAL, IV, 3522, pour un ex. en veau du XVIIe siècle, d'une hauteur de 405 mm ; Fowler & Baer, 407, pour un ex. en veau du XVIIe siècle, d'une hauteur de 402 mm ; Cicognara, 713 ; Millard, IV, 160, pour un ex. en reliure du XVIIe siècle, 406 x 273 mm ; Mortimer, II, 547, pour un ex. en vélin du XVIIIe siècle, 415 x 280 mm ; Szambien (W.) et Toda (I.), « Une bibliothèque commune ? Legrand et Molinos, une association complexe », in Bibliothèques d'architecture, INHA, 2009, p. 250 (« Beaucoup de livres y sont en plusieurs exemplaires. Les éditions de Vitruve notamment sont nombreuses : ... des éditions italiennes (2 de Barbaro avec leurs planches dues à Palladio, 1556...) »).

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
SERLIO (S.). Il primo libro d'architettura de Sebastiano Serlio, Bolognese. Le Premier Livre d'architecture... Il secondo libro de perspetiva de Sebastiano Serlio Bolognese. Le Second Livre de perspective... Paris, J. Barbé, 22e jour d'août 1545,

Lot 10: SERLIO (S.). Il primo libro d'architettura de Sebastiano Serlio, Bolognese. Le Premier Livre d'architecture... Il secondo libro de perspetiva de Sebastiano Serlio Bolognese. Le Second Livre de perspective... Paris, J. Barbé, 22e jour d'août 1545,

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: SERLIO (S.). Il primo libro d'architettura de Sebastiano Serlio, Bolognese. Le Premier Livre d'architecture... Il secondo libro de perspetiva de Sebastiano Serlio Bolognese. Le Second Livre de perspective... Paris, J. Barbé, 22e jour d'août 1545, in-folio de 78 ff. sign. āā4, a-h8, i10 ; 1 pl. hors-texte, veau fauve, sur les plats, filets dorés et à froid en encadrement, au centre, grand motif d'entrelacs se terminant par un fer trilobé à fond azuré, l'ensemble sur fond criblé, dos lisse orné, tranches dorées (reliure de l'époque). ÉDITION ORIGINALE des Livres I et II, dédiée à François Ier. Un traité en sept livres destiné à répondre aux besoins des nouveaux architectes, nourris de l'héritage antique et des inventions de la Renaissance. En choisissant une structure en sept livres, Sebastiano Serlio (1475-1554) se démarque avec éclat des Dix Livres d'architecture de Vitruve et d'Alberti. Il commença par publier à Venise les Livres III et IV, respectivement en 1540 et 1537, puis, lors de son séjour à Fontainebleau, il publie les Livres I et II qu'il finance avec les dotations du roi et de Marguerite de Navarre et les émoluments d'Ipolito d'Este et d'Antoine de Clermont. Le Livre I traite de la géométrie et le Livre II de la perspective avec à la fin un développement sur la scénographie théâtrale. Jean Martin, un traducteur talentueux. Serlio trouve en Jean Martin (?-1553), secrétaire du cardinal Robert de Lenoncourt, non seulement un excellent italianisant, mais aussi un humaniste s'intéressant tout particulièrement à l'architecture. De là, un texte français élégant, clair et précis, très fidèle à la pensée de son auteur. Un magnifique frontispice, couronné de la salamandre de François Ier, puis 132 bois dont 26 à pleine page. Exemplaire du tirage C. Vène, p. 66, 9 ; BAL, IV, 2966-15 ; Fowler & Baer, 303 ; Cicognara, 666. Est relié avec : 1. Il terzo libro... nel qual si fugarano, e descrivono le antiqua di Roma, e le altri che sono in Italia, e fuori de Italia... Venise, Francesco Marcolini, 1544, in-folio de 78 ff. sign. A2, B-V4. Seconde édition du Livre III, paru pour la première fois en 1540. « En plus d'offrir aux architectes, une visite aux grands monuments de l'Antiquité à Rome et en Italie, et même à la grande pyramide de Khéops et au sphinx de Gizeh en Égypte, Serlio présente dans le livre III ses connaissances sur l'architecture antique avec les différentes variations possibles, profitant d'un siècle de recherches et de relevés d'architecture... La grande originalité de Serlio dans les Livres III et IV est de présenter les relevés d'après l'antique en les confrontant systématiquement avec les règles énoncées dans le De architettura de Vitruve. » Vène, p. 62, 7 ; BAL, IV, 2968 ; Fowler & Baer, 309. 2. Reigles generales de l'architecture, sur les cinq manières d'edifices... Anvers, Pierre vā Aelft, 1545, in-folio de 72 ff. sign. A-S4. Seconde édition de la traduction française par Pieter Coecke du Livre IV. Publiée pour la première fois en 1542, elle l'a été sans l'accord de Serlio qui s'en plaint dans la préface de l'originale de 1545 des Livres I et II. Le Livre IV est la pierre angulaire de l'ensemble. Il détaille le système des cinq ordres, appliqué aux colonnes et entablements, mais aussi aux portes, fenêtres et cheminées. Vène, p. 68, 10 ; Fowler & Baer, 317. 3. Quinto libro d'architettura di Sabastiano Serlio bolognese, Nel quale se tratta de diverse forme de Tempij Sacri... À Paris, Michel de Vascosan, 1547, in-folio de 34 ff. sign. A-E6, F4. ÉDITION ORIGINALE du Livre V. L'ouvrage met en pratique la grammaire architecturale énoncée au Livre IV pour les édifices religieux. Traduction de Jean Martin avec en vis-à-vis le texte italien imprimé en italique. 29 bois gravés et un superbe encadrement de titre sur fond noir. Exemplaire du tirage B, au nom de Vascosan. Vène, p. 68, 10 ; BAL, IV, 2966-23 ; Fowler & Baer, 321 ; Millard, I, 152. Intéressante réunion des cinq premiers livres de Sebastiano Serlio, le grand théoricien de l'architecture du milieu du XVIe siècle, professeur et maître de tous les architectes de l'Europe de son époque. Précédé par Fra Giocondo, il sera suivi par Andrea Palladio. Dans le domaine du livre, la grande nouveauté apportée par Serlio consiste en la prééminence de l'image, le texte jouant le rôle de simple commentaire. Précieux exemplaire relié à Paris pour Marcus Fugger (1529-1597), le banquier augsbourgeois de l'Empire germanique, avec sa signature autographe. Ayant succédé en 1560 à son père Anton, le fameux banquier d'Augsbourg, dont la famille favorisa l'accession au trône de Charles-Quint, il devint le banquier de ses successeurs. Comme ses cousins, Raimond, Johann Jakob et Ulrich, Marcus constitua une importante bibliothèque. Deux principes présidèrent à ses choix de bibliophile : érudition et goût pour les reliures de qualité. Ainsi, confia-t-il ses volumes aux meilleurs relieurs parisiens, parmi lesquels Gommar Estienne. La reliure du Serlio est à la croisée de ses reliures élaborées et de celles d'aspect plus modeste. Elle est d'origine parisienne et date des années 1550, époque où il visita Paris. Elle présente un intéressant décor central où l'un des fers employés l'était aussi par le Cupid's Bow Binder, l'Atelier de l'arc de Cupidon, qui travailla pour Grolier, Catherine de Médicis, Anne de Montmorency, le duc de Ferrare... D'une belle teinte, elle présente des restaurations. Le dos a été anciennement refait. Les livres d'architecture de cette provenance sont rares. Dimensions : 367 x 249 mm. Provenances : Marcus Fuggerus (signature en haut du premier plat, accompagnée d'une marque de rangement) ; Philipp Fugger, son fils, mort en 1601 ; Marcus Philipp Fugger, fils de celui-ci, mort en 1620 ; Marquart Fugger, frère du précédent, qui épousa en 1624 Maria Christina, comtesse d'Öttingen-Wallerstein ; princes d'Öttingen-Wallerstein (Cat., 6-7 nov. 1933, n° 331, « Komplett von grösster Seltenheit... Rücken rest[auriert] [(Les exemplaires) complets sont de la plus grande rareté... Dos restauré] »), avec leur cachet sur la page de titre, ici gratté. Culot (P.) & Hubson (A.), La Reliure en Italie et en France au XVIe siècle, pp. 101 et 106 ; Nixon, British Museum, Bookbindings from the Library of Jean Grolier, 1965, pl. I, fer n° 44 ; Needham (P.), Twelve Centuries of Bookbindings, pp. 204-205 ; Schäfer (O.), Europäische Einbandkunst aus sechs Jahrhunderten, 42 ; Nixon, PML, n° 26.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
COLONNA (F.). Hypnerotomachie ou discours du songe de Poliphile, ... Paris, J. Kerver, 1546, in-folio de 164 ff. sign. ā*6, A-Z6, Aa-Bb6, Cc8, veau fauve, filets à froid autour des plats avec fer doré en angles, armes au centre, dos à nerfs

Lot 11: COLONNA (F.). Hypnerotomachie ou discours du songe de Poliphile, ... Paris, J. Kerver, 1546, in-folio de 164 ff. sign. ā*6, A-Z6, Aa-Bb6, Cc8, veau fauve, filets à froid autour des plats avec fer doré en angles, armes au centre, dos à nerfs

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: COLONNA (F.). Hypnerotomachie ou discours du songe de Poliphile, ... Paris, J. Kerver, 1546, in-folio de 164 ff. sign. ā*6, A-Z6, Aa-Bb6, Cc8, veau fauve, filets à froid autour des plats avec fer doré en angles, armes au centre, dos à nerfs orné, tranches lisses (reliure parisienne de l'époque). ÉDITION ORIGINALE, illustrée, de la première traduction française, par Jean Martin (?-1553). Dédié au comte de Nanteuil-le-Haudouin, Henri de Lenoncourt, gouverneur du Valois, l'ouvrage est illustré d'un beau titre à bordure historiée et de 181 figures sur bois en PREMIER TIRAGE, dont 13 à pleine page. Comparé à l'édition aldine de 1499 et à sa réimpression italienne de 1545, le livre présente de nombreuses différences. Il ne s'agit plus d'un ouvrage italien, mais d'une production spécifiquement française. Le texte, dépouillé d'un grand nombre de ses obscurités initiales, est devenu intelligible. Le traducteur indique lui-même qu'il a « aeuvré à partir d'une langue italienne meslée de grec et de latin, si confusément mis ensemble que les italiens mesme, s'ils ne sont pas moyennement doctes, n'en peuvent tirer construction ». L'ornementation n'est plus celle des livres italiens mais celle de l'école de Fontainebleau. La trame antiquisante et symbolique de l'aeuvre sert davantage de support aux tendances architecturales et horticoles dont la Renaissance française constituera l'apogée. Si les artistes, qui ont gravé ces planches, ont suivi, souvent fort fidèlement le modèle italien en ce qui concerne la forme, 14 figures nouvelles ont été ajoutées, représentant principalement des sujets liés à l'architecture et aux jardins. Intéressante reliure parisienne des années 1550, proche dans son dessin de celles que fit exécuter Marcus Fugger. Le vocabulaire ornemental, avec autour des plats ses encadrements de filets à froid, alternativement maigres et gras, avec un fer en angle plusieurs fois répété et semblable à celui que l'on trouve sur les reliures du banquier d'Augsbourg, datant de ses passages à Paris dans les années 1540-1550. Dos refait, coins restaurés et gardes renouvelées. Au XVIIIe siècle, l'exemplaire a appartenu à Louis-Joseph de Bourbon-Condé (1736-1818), qui y fit frapper ses armes. D'esprit libéral, le prince de Condé quitta le royaume dès la prise de la Bastille et demeura en Angleterre jusqu'à la Restauration. Rentré définitivement en France après les Cent-Jours, il reçut diverses marques d'honneur et mourut le 13 mai 1818. Dimensions : 335 x 215 mm. Provenances : Louis-Joseph de Bourbon-Condé ; Bignon (la mention manuscrite « acheté à la vente Bignon et payé... ! Édition recherchée comme offrant les plus belles gravures. La gravure p. 69 [L'Offrande] est intacte » ne correspond pas à la notice de l'exemplaire (n° 1007, « Kerver, 1561 ») décrit dans le catalogue de la vente Jérôme Bignon de 1836).

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
DE L'ORME (P.). Le Premier Tome de l'architecture de Philibert De l'Orme... Paris, Morel, 29 novembre 1567, in-folio de 293 ff. sign. a4, e6, a-n6, o4, p2, q6, r4, s-v6, x4, y-z6, A-C6, D2, E-M6, N4, O-V6, X5, Y6, Z4, Aaa6, Bbb4, Ccc-Ddd6,

Lot 12: DE L'ORME (P.). Le Premier Tome de l'architecture de Philibert De l'Orme... Paris, Morel, 29 novembre 1567, in-folio de 293 ff. sign. a4, e6, a-n6, o4, p2, q6, r4, s-v6, x4, y-z6, A-C6, D2, E-M6, N4, O-V6, X5, Y6, Z4, Aaa6, Bbb4, Ccc-Ddd6,

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: DE L'ORME (P.). Le Premier Tome de l'architecture de Philibert De l'Orme... Paris, Morel, 29 novembre 1567, in-folio de 293 ff. sign. ā4, ē6, a-n6, o4, p2, q6, r4, s-v6, x4, y-z6, A-C6, D2, E-M6, N4, O-V6, X5, Y6, Z4, Aaa6, Bbb4, Ccc-Ddd6, Eee4, veau fauve, filet doré autour des plats, dos à nerfs orné, tranches lisses (reliure du début du XVIIe siècle). ÉDITION ORIGINALE de l'aeuvre majeure du grand architecte promoteur de la Renaissance en France et « prophète de la modernité ». Dédié à Catherine de Médicis, l'ouvrage de Philibert De l'Orme devait se présenter comme un traité rédigé sur le modèle des De architettura de Vitruve et d'Alberti. Ainsi, ses deux premiers livres sont consacrés à l'étude des lieux pour bâtir, les deux suivants, en rupture avec le modèle précédent, traitent de la stéréotomie ; les livres 5 à 7 développent les ordres et les observations archéologiques ; le livre 8 dresse un inventaire des arcs, portes, colonnes et compositions soumises aux divines proportions ; le 9e et dernier livre est dédié aux cheminées. Initialement un second volume était prévu, qui ne vit jamais le jour. La stéréotomie, ou art du trait, est la partie la plus novatrice des différents livres. Dans la préface de son Architecture des voûtes, publiée en 1643 (v. n° 41 du présent catalogue), le père Derand écrit : « Delorme est le premier, que je sache, et à vrai dire l'unique qui, jusqu'à présent, peut être dit avoir traité ce sujet. » Un titre et 205 gravures par Philibert De l'Orme, dont 74 à pleine page et 7 à double page. Celles-ci figurent des diagrammes, des plans, des coupes et des élévations de bâtiments qui restituent la beauté d'édifices pour la plupart détruits et définissent cet ordre français que prônait l'auteur. Exemplaire du premier tirage, dont l'extrait du privilège (f. Eee4) est daté du 27 août 1567. Sans les feuillets Eee5 et Eee6 présents dans quelques très rares exemplaires. Précieux exemplaire de François Le Vau (1613-1676), dont les armes gravées ont été contre-collées en pied et en tête de la page de titre. Claude Mignot, dans son article « Bibliothèques d'architectes en France au XVIIe siècle », précise en deux endroits que bon nombre des volumes ayant appartenu à François semblent venir de la bibliothèque de son frère aîné, Louis (1612-1670) qui fut premier architecte du roi à partir de 1654 et à qui l'on doit l'hôtel Lambert. Du reste dans l'inventaire de sa bibliothèque, publié par Hillary Ballon aux Presses Universitaires de Princeton, l'ouvrage est clairement mentionné sous le numéro 99 page 163. Mors et coiffes restaurés. Petite déchirure au f. a5, restaurée. Dimensions : 364 x 245 mm. Provenances : Louis Le Vau (?) ; François Le Vau, mention manuscrite au recto du premier feuillet de garde : « De l'inventaire de Monsieur Levau, ce 2 sept 76 4ii » ; ex-libris manuscrit « de Chevallines » en deux endroits, il s'agit peut-être des Guéroult, seigneur de Chevallines, installés dans l'Eure-et-Loir depuis le XVIIe siècle ; Fernand Pouillon (Cat., 1986, n° 37, sans identification de la provenance Le Vau : « On a collé, dans le décor du titre, des armoiries gravées découpées »), avec sa signature au recto du premier feuillet de garde. BAL, II, 1955, pour un ex. en maroquin, d'une hauteur de 347 mm ; Fowler & Baer, 99, pour un ex. en cartonnage du XIXe siècle, d'une hauteur de 365 mm ; Millard, I, 105, pour un ex. en veau du XVIIIe siècle, 358 x 238 mm ; Mortimer, II, 355 ; Pérouse de Montclos, Philibert De l'Orme, architecte du Roi (1514-1570), pp. 107-121 (Philibert De l'Orme... est encore cité dans les écoles d'architecture, où il est l'objet d'une sorte de culte... ») ; Cojannot (A.), Louis Le Vau et les nouvelles ambitions de l'architecture française, 1612-1684.

Condition Report: Certificat d'exportation demandé et obtenu

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
DE L'ORME (P.). Nouvelles inventions pour bien bastir et a petits fraiz, trouvees n'agueres par Philibert De l'Orme Lyonnais, Architecte, Conseiller et Aulmonier ordinaire du feu Roy Henry, & Abbé de S. Eloy Lez Noyon. À Paris, Frédéric Morel, 1561,

Lot 13: DE L'ORME (P.). Nouvelles inventions pour bien bastir et a petits fraiz, trouvees n'agueres par Philibert De l'Orme Lyonnais, Architecte, Conseiller et Aulmonier ordinaire du feu Roy Henry, & Abbé de S. Eloy Lez Noyon. À Paris, Frédéric Morel, 1561,

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: DE L'ORME (P.). Nouvelles inventions pour bien bastir et a petits fraiz, trouvees n'agueres par Philibert De l'Orme Lyonnais, Architecte, Conseiller et Aulmonier ordinaire du feu Roy Henry, & Abbé de S. Eloy Lez Noyon. À Paris, Frédéric Morel, 1561, in-folio de 68 ff. sign. A-K6, L-M4, réglé, maroquin rouge janséniste, dos à nerfs, roulette intérieure dorée, tranches dorées (Belz-Niedrée). ÉDITION ORIGINALE du premier traité de l'architecte lyonnais, Philibert De l'Orme (1514-1570), dédié à Charles IX. L'ouvrage fut réédité trois fois au cours du XVIe siècle, en 1568, 1576 et 1578. Les deux livres qui forment les Nouvelles Inventions pour bien bâtir et à petits frais, décrivent l'invention de la charpente à petit bois appliquée aux combles (Livre I) et aux planchers (Livre II). Cette ingénieuse technique qui consiste à utiliser des petits éléments plats, incurvés, assemblés comme des claveaux en lieu et place de grandes pièces rectilignes de section carrée, semble correspondre à une approche logique permettant d'amoindrir les coûts, de rationaliser la fabrication et d'utiliser une main-d'aeuvre peu qualifiée. Elle ne sera vraiment exploitée qu'à l'ère industrielle. L'invention, qui peut être datée des environs de 1555, fut éprouvée en présence d'Henri II. Celui-ci incita alors l'architecte, dont les travaux suscitaient une curiosité susceptible de lui faire perdre les bénéfices de sa découverte, à publier ses travaux. Édité par Frédéric Morel, qui donna six ans plus tard le Premier Tome de l'architecture, l'ouvrage de mise en page soignée est illustré d'une vignette de titre et de 34 bois gravés dont 23 à pleine page. Le dernier feuillet (M4) est ici blanc, comme l'est celui des exemplaires décrits par Mortimer, Fowler & Baer et Millard, alors que celui de la British Architectural Library comporte une vignette. Exemplaire réglé, à belles marges, avec la marque de Morel joliment mise en couleurs à l'époque. Petites épidermures à la reliure. Dimensions : 317 x 217 mm. BAL, II, 1954, pour un ex. en veau de l'époque, d'une hauteur de 347 mm ; Fowler & Baer, 98, pour un ex. en vélin ancien, d'une hauteur de 330 mm ; Millard, I, 104, pour un ex. relié à l'époque, 331 x 220 mm ; Pérouse de Montclos, Philibert De l'Orme, architecte du Roi (1514-1570), pp. 107-108 (« Les deux livres des Nouvelles Inventions pour bien bastir et à petits frais sont consacrés à la présentation de la technique de charpente dont De l'Orme se dit l'inventeur. »).

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
CATANEO (P.). L'architettura... Venise, Alde, 1567, in-folio de 104 ff. sign. [ 2], A-AA4, BB2, CC4, veau fauve, sur les plats, encadrements de filets à froid et dorés, en angle écoinçon de feuillage entourant un cartouche ovale autour d'une tête

Lot 14: CATANEO (P.). L'architettura... Venise, Alde, 1567, in-folio de 104 ff. sign. [ 2], A-AA4, BB2, CC4, veau fauve, sur les plats, encadrements de filets à froid et dorés, en angle écoinçon de feuillage entourant un cartouche ovale autour d'une tête

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: CATANEO (P.). L'architettura... Venise, Alde, 1567, in-folio de 104 ff. sign. [ 2], A-AA4, BB2, CC4, veau fauve, sur les plats, encadrements de filets à froid et dorés, en angle écoinçon de feuillage entourant un cartouche ovale autour d'une tête d'angelot, au centre grand fer ovale feuillagé, dos à nerfs orné d'un fer doré plusieurs fois répété, tranches dorées (reliure du XVIe siècle). PREMIÈRE ET UNIQUE ÉDITION COLLECTIVE, en partie originale. Les livres 5-8 paraissent ici pour la première fois, les livres 1, 2, 3 ont été remaniés et augmentés. D'origine siennoise, Pietro Cataneo (ca 1510-ca 1574) est surtout passé à la postérité pour ses travaux sur la forme urbaine, en particulier les fortifications. Son travail s'inscrit dans la lignée du grand architecte Francesco di Giorgio Martini (1439-1502). Élégante reliure feuillagée, décorée de têtes d'angelot en médaillon. Dans son dessin, elle est à rapprocher de la reliure du Bara de la collection Michel Wittock qui a été attribuée à un atelier parisien, le nom de Nicolas Ève ayant été évoqué. Néanmoins, le fer figurant une tête d'angelot est ici légèrement différent. Mors restaurés et petit manque à la coiffe supérieure. Dimensions : 360 x 243 mm. Provenance : Belin (Cat., Livres des XVe et XVIe siècles dans leurs reliures originales, 1914, n° 73, avec reproduction). BAL, I, 583, pour un ex. en reliure moderne, d'une hauteur de 365 mm ; Fowler & Baer, 83, pour un ex. en vélin ancien, d'une hauteur de 363 mm ; Millard, IV, 31 (éd. de 1554) ; Barker, IIIb, 565, pour un ex. en vélin, d'une hauteur de 346 mm ; [...], Collection Michel Wittock, III, octobre 2005, n° 5.

Condition Report: Tranches redorées

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
SAMBIN (H.). Œuvre de la diversité des termes dont on use en architecture, reduict en ordre... Lyon, par Marcorelle pour J. Durant, 1572, in-folio de 39 ff. sign. A-I4, K4, basane olive, filets à froid autour des plats avec petit fer en angle, dos

Lot 15: SAMBIN (H.). Œuvre de la diversité des termes dont on use en architecture, reduict en ordre... Lyon, par Marcorelle pour J. Durant, 1572, in-folio de 39 ff. sign. A-I4, K4, basane olive, filets à froid autour des plats avec petit fer en angle, dos

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: SAMBIN (H.). Œuvre de la diversité des termes dont on use en architecture, reduict en ordre... Lyon, par Marcorelle pour J. Durant, 1572, in-folio de 39 ff. sign. A-I4, K4, basane olive, filets à froid autour des plats avec petit fer en angle, dos lisse orné (reliure moderne). ÉDITION ORIGINALE et PREMIER TIRAGE. Hugues Sambin (ca 1520-1601), un créateur au XVIe siècle. De récentes découvertes nous éclairent sur le parcours de Sambin, né à Gray, en Franche-Comté, d'un père menuisier. Sa présence à Fontainebleau, le chantier le plus prestigieux à l'époque, est attestée en 1544. Il y passe cinq mois et demi, reçoit 10 livres de salaire par mois, et il ne fait aucun doute qu'il a dû participer à l'un des grands projets décoratifs confiés par François Ier au Primatice (1504-1570). Ce séjour n'a pu être que déterminant sur la carrière de notre artiste. On le retrouve en 1547 à Dijon, travaillant chez le menuisier Jean Boudrillet, dont il épouse la fille en novembre de la même année. Avec son beau-père et ses deux frères, Guillaume et Claude, ils travaillent au décor destiné à l'entrée du Roi, Henri II. En 1548, il est reçu « maître-menuisier ». En 1557, il devient associé. L'atelier, florissant, emploie huit compagnons menuisiers, dont Guillaume. Il ne tarde pas à faire entrer son fils David dans l'officine, qui participe dès 1564 au décor de l'entrée de Charles IX. Après la mort de son beau-père, le 7 septembre 1567, il semble mettre sa vie professionnelle entre parenthèses. L'une des raisons évoquées serait son attachement à la religion réformée, sa belle-famille étant proche du protestantisme. En 1571, il est au service de Léonor Chabot, comte de Charny, à qui, l'année suivante, il dédie l'Œuvre de la diversité des termes. On le retrouve à Dijon (1587), où il termine sa vie en 1601. Un manuel à l'usage des architectes ornemanistes, des menuisiers et des huchets, s'inscrivant dans le courant esthétique architectural français du temps de la Pléiade. Il semble qu'Hugues Sambin ait découvert la gravure à l'eau-forte lors de son séjour à Fontainebleau. Il s'est adonné à cette technique à plusieurs reprises. On en a identifié 6, entre 1554 et 1556, signées H. S., marque autrefois attribuée à Hercule Serté de Modène. Elles sont aujourd'hui reconnues comme étant de la main de Sambin. Il abandonne cette technique pour la gravure sur bois lorsqu'il publie l'Œuvre de la diversité des termes, en 1572, chez Durand. Précédé dans cet exercice par un recueil gravé d'Androuet du Cerceau, l'ouvrage, consacré aux seuls termes, s'ouvre sur un feuillet de dédicace signé Hugues Sambin, architecteur en la ville de Dijon, suivi d'un sonnet d'Étienne Tabourot et de 36 gravures sur bois, figurant 36 termes, soit 18 couples, reproduits deux à deux, au dessin typique du maniérisme français. Ces termes-cariatides sont classés suivant les cinq ordres classiques : toscan, dorique, ionique, corinthien et composite. Exemplaire à grandes marges, non lavé. En tête du feuillet de titre un intéressant ex-libris manuscrit du XVIe siècle : ... Archtto Sig. Montere di Toglizza (?). Petites traces de salissures aux pp. 65 à 78. Sans le f. blanc K4. Dimensions : 340 x 215 mm. Provenances : Archtto Sig. Montere di Toglizza (?) ; une mention manuscrite au recto du feuillet de garde, « Jiours li 20 8be 1633 a... », signée des initiales JV. Fowler & Baer, 285, pour un ex. en vélin de l'époque, d'une hauteur de 327 mm ; Millard, I, 150, pour un ex. en veau de l'époque, 299 x 189 mm ; Guilmard, p. 25, n° 20 ; Baudrier, I, p. 139 ; Mortimer, II, 481, pour un ex. sans le feuillet blanc K4 ; Fairfax Murray, II, 500, pour un ex. sans le feuillet K4 ; Barral (C.) et alii, Hughes Sambin, Musée des beaux-arts, Dijon, 1989, pp. 9-29 ; [...], Hughes Sambin, un créateur au XVIe siècle, Cahiers du Musée national de la Renaissance, n° 1, exposition du 24 oct. 2001 au 21 janv. 2002, passim.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
PALLADIO (A.). I quattro libri dell'architettura. Venice, Dominicho Franceschi, 1570, 4 parties en un vol. in-4° de 166 ff., sign A2, B-II4, KK4, AAA-FFF4, AAAA-RRRR4, vélin ivoire rigide, dos à nerfs, tranches mouchetées (reliure du XVIIIe siècle).

Lot 16: PALLADIO (A.). I quattro libri dell'architettura. Venice, Dominicho Franceschi, 1570, 4 parties en un vol. in-4° de 166 ff., sign A2, B-II4, KK4, AAA-FFF4, AAAA-RRRR4, vélin ivoire rigide, dos à nerfs, tranches mouchetées (reliure du XVIIIe siècle).

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: PALLADIO (A.). I quattro libri dell'architettura. Venice, Dominicho Franceschi, 1570, 4 parties en un vol. in-4° de 166 ff., sign A2, B-II4, KK4, AAA-FFF4, AAAA-RRRR4, vélin ivoire rigide, dos à nerfs, tranches mouchetées (reliure du XVIIIe siècle). ÉDITION ORIGINALE. Des traités italiens d'architecture du XVIe siècle, I quattro libri dell'Architettura d'Andrea Palladio (1508-1580) est le plus influent. Ayant reçu une solide formation d'architecte, par opposition à ses contemporains qui en étaient très souvent dépourvus, Palladio expose un savoir qui semble préexister à son aeuvre, donnant ainsi à son texte une rigueur et une clarté qu'aucun traité d'alors n'avait offertes. Pendant plusieurs siècles et encore aujourd'hui, architectes, écoles et traditions les plus variées se réclament de son enseignement, plus particulièrement en Angleterre. L'ouvrage est formé de 4 livres. Le premier décrit les cinq ordres et les principes essentiels de l'édification ; le second traite des palais et des villas, types de constructions auxquels Palladio consacra l'essentiel de son temps, leur accordant dans ses activités une priorité jamais concédée jusque-là par aucun autre architecte de la Renaissance. Le troisième livre s'intéresse aux espaces publics, le dernier évoque les modèles antiques dont l'influence persistante s'exerça sur les réalisations de l'architecte de Vicence. Chaque livre est annoncé par un beau titre-frontispice, puis suit, à l'appui du texte, un grand nombre de bois gravés, 217 au total, que les rédacteurs du catalogue Fowler & Baer attribuent aux frères Chrieger et à C. Coriolano. Exemplaire de qualité, à marges respectables. Quelques restaurations. Dimensions : 296 x 204 mm. BAL, III, 2383, pour un ex. en veau du XVIIIe siècle, d'une hauteur de 292 mm ; Fowler & Baer, 212, pour un ex. en brochage d'origine, d'une hauteur de 293 mm ; Millard, IV, 65, pour un ex. en veau du XVIIe siècle, 289 x 198 mm ; Mortimer, II, 352, pour un ex. en vélin de l'époque, 300 x 210 mm ; Carter (J.) & Muir (P. H.), Printing and the Mind of Man, 92 ; Wiebenson, Architectural Theory and Practice, I-25 ("The quattro libri exerted an astonishing impact on the architects and architecture of the centuries following its publication, and helped Palladio the most imitated architect of all time") ; Masson, Italian Gardens, pp. 206-207.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
DUPÉRAC (E.). I vestigi dell'antichita di Roma... Rome, Laurent de la Vacherie, 1575, in-4°, cuir de Russie havane, roulette et filets dorés autour des plats, dos à nerfs orné d'un éléphant plusieurs fois répété, tranches dorées (reliure anglaise du

Lot 17: DUPÉRAC (E.). I vestigi dell'antichita di Roma... Rome, Laurent de la Vacherie, 1575, in-4°, cuir de Russie havane, roulette et filets dorés autour des plats, dos à nerfs orné d'un éléphant plusieurs fois répété, tranches dorées (reliure anglaise du

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: DUPÉRAC (E.). I vestigi dell'antichita di Roma... Rome, Laurent de la Vacherie, 1575, in-4°, cuir de Russie havane, roulette et filets dorés autour des plats, dos à nerfs orné d'un éléphant plusieurs fois répété, tranches dorées (reliure anglaise du XVIIIe siècle). ÉDITION ORIGINALE et PREMIER TIRAGE. Un feuillet de titre et 39 eaux-fortes chiffrées 2 à 40. Architecte, peintre et graveur français, Étienne Dupérac (1525-1604) travailla pour Henri IV qui lui confia la direction des travaux qu'il fit exécuter au palais de Fontainebleau. Tout en remplissant ses fonctions d'architecte, Dupérac peignit dans la salle de bains cinq sujets inspirés des dieux marins et des amours de Jupiter et de Callisto. Avant d'occuper cette charge, il fit un long séjour à Rome, période pendant laquelle il travailla pour Lafreri en gravant de nombreuses vues pour le Speculum romanae magnificentiae. Il réalisa pour son propre compte la série d'eaux-fortes que nous présentons ici, I vestigi dell'antichita di Roma, dont la valeur documentaire reste encore capitale pour les archéologues. Il s'était attaché à y reproduire les monuments romains (temples, arcs de triomphe, thermes, pyramides, colonnes...) dans l'état dans lequel ils étaient à l'époque. L'ordre des planches est établi suivant un itinéraire ; cette suite était en effet initialement destinée aux pèlerins. L'ouvrage connut un vif succès et fut réédité de nombreuses fois au cours des XVIIe et XVIIIe siècles. Superbe exemplaire monté sur onglet, dont la reliure peut être attribuée à John Brindley, Christopher Chapman ou encore Edwin Moore, les meilleurs artisans de l'époque. Dimensions : 236 x 210 mm. Provenance : Sir Andrew Fontaine (1676-1753), le célèbre collectionneur anglais, ami de Leibnitz, Swift, Cosimo III, Duke of Devonshire... et propriétaire de Narford. BAL, V, 3833 (éd. de 1773) ; Fowler & Baer, 111 (second tirage, collation différente) ; Millard, IV, 35 (collation différente) ; Olschki, 16857 ; [...], Builder and Humanists, The Renaissance Popes as Patron of the Arts, University of St-Thomas Art Department, Houston, 1966, pp. 307-308 ("It is a key source for the state of the roman monuments as they existed in the sixteenth century.") ; Kissner, 125 (éd. de 1575, un titre et 39 pl.) ; Clavreuil (B.) & Périer (N.), Des Français à Rome, p. 15 (« Édition originale, deuxième tirage, avec la dédicace à Giacomo Buoncompagni. »).

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
ANDROUET DU CERCEAU (J.). Le Premier [Second] Volume des plus excellents bastiments de France... À Paris, Pour le dit Iacques Androuet, du Cerceau, 1576 - 1579, 2 tomes en un vol. in-folio de 8 ff. sign. A8 et 67 pl. pour le tome I, et 8 ff. sign. A8

Lot 18: ANDROUET DU CERCEAU (J.). Le Premier [Second] Volume des plus excellents bastiments de France... À Paris, Pour le dit Iacques Androuet, du Cerceau, 1576 - 1579, 2 tomes en un vol. in-folio de 8 ff. sign. A8 et 67 pl. pour le tome I, et 8 ff. sign. A8

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: ANDROUET DU CERCEAU (J.). Le Premier [Second] Volume des plus excellents bastiments de France... À Paris, Pour le dit Iacques Androuet, du Cerceau, 1576 - 1579, 2 tomes en un vol. in-folio de 8 ff. sign. A8 et 67 pl. pour le tome I, et 8 ff. sign. A8 (le dernier blanc) et 63 pl. pour le tome II, veau brun, plats ornés d'un grand cartouche central et d'une grande plaque en écoinçon à motifs d'entrelacs à fond azuré, filets dorés autour des plats, dos à nerfs orné d'un fleuron plusieurs fois répété, tranches dorées (reliure de l'époque). Tome I : Le Louvre, 9 gravures sur 9 ff. ; Vincennes, 2 grav. sur 2 ff. ; Chambord, 3 grav. sur 3 ff. ; Boulogne, dit Madrid, 10 grav. sur 9 ff. dont 2 simples ; Creil, une grav. (2 sujets) sur un f. ; Coussy, 4 grav. (7 sujets) sur 4 ff. ; Folambray, 2 grav. sur 2 ff. ; Montargis, 5 grav. sur 4 ff. ; Saint-Germain, 7 grav. sur 4 ff. ; La Muette, 3 grav. sur 2 ff. simples ; Valleri, 5 grav. sur 5 ff. ; Verneuil, 10 grav. sur 10 ff. dont 2 simples : Anssy le Franc, 5 grav. sur 3 ff. ; Gaillon, 9 grav. sur 7 ff. ; Maune, 2 grav. sur 2 ff. Soit 77 gravures sur 60 ff. doubles et 6 ff. simples. Tome II : Blois, 5 grav. sur 5 ff. ; Amboise, 3 grav. sur 3 ff. ; Fontainebleau, 7 grav. sur 7 ff. ; Villers-Coterets, 3 grav. sur 3 ff. ; Charleval, 5 grav. sur 5 ff. dont 2 simples ; Les Tuileries, 4 grav. sur 3 ff. ; Saint-Maur, 3 grav. sur 3 ff. ; Chenonceau, 4 grav. sur 3 ff. ; Chantilly, 9 grav. sur 7 ff. ; Anet, 10 grav. sur 7 ff. dont 2 simples ; Ecouan, 5 grav. sur 5 ff. ; Dampierre, 4 grav. sur 4 ff. ; Challuau, 3 grav. sur 2 ff. ; Beauregard, 3 grav. sur 3 ff. ; Busy, 4 grav. sur 3 ff. Soit 72 gravures sur 59 ff. doubles et 4 ff. simples. Première édition. Dédiée à Catherine de Médicis, cette fresque architecturale de la Renaissance française n'a d'équivalent nulle part ailleurs en Europe. Elle représente les demeures du roi et de ses grands vassaux, dont plusieurs ont aujourd'hui disparu. Cependant, les historiens ne s'accordent pas toujours sur le sens de l'ouvrage. Les Plus Excellents Bastiments..., une anthologie controversée. Élaboré dès 1550, le projet fut définitivement arrêté en 1561. Trois tomes devaient voir le jour, le dernier devant être consacré à Paris. Une telle entreprise nécessita de rassembler une documentation considérable, dont la collecte fut rendue difficile, voire impossible, par les troubles religieux qui agitaient alors le royaume. Seules les périodes d'accalmie, de 1563 à 1566 et de 1570 à 1572, furent favorables à notre éditeur. Il arrêta à 15 le nombre de demeures décrites dans chaque volume, réparties ainsi : dix et huit, pour les châteaux royaux, cinq et sept, pour les châteaux seigneuriaux. Souhaitant donner à cet ensemble une présentation luxueuse, il choisit le format in-folio pour faire graver ses dessins - Françoise Boudon leur accorde la plus grande exactitude -, Du Cerceau possédant à la fois un aeil d'architecte et celui d'un topographe. Bien que partiels, ils sont avec les interprétations de l'auteur, la source la plus riche sur les jardins et l'architecture française de la Renaissance. Yves Pauwels considère toutefois que l'on ne peut pas s'y fier totalement. En effet, celui-ci attribue à l'ouvrage une signification différente. Selon lui, Du Cerceau n'a pas conçu un recueil destiné aux futurs chercheurs, mais un hommage aux mécènes - et non aux architectes ! - qui ont permis à ces réalisations de voir le jour. En ce sens, il constituerait une manière de pendant architectural à La Franciade de Ronsard (1572), les deux auteurs travaillant selon la même démarche. Leur volonté n'est pas d'être exacts, ils interprètent, ils imaginent... Du Cerceau dessinateur fait aeuvre de poète et non d'architecte. 77 gravures disposées sur 60 ff. doubles et 6 ff. simples, pour le tome premier, et 72 gravures, sur 59 ff. doubles et 4 ff. simples pour le second. Les légendes sont en français et en latin. Exceptionnel exemplaire, d'un très beau tirage et à grandes marges (traces de témoins), dans sa première reliure au décor élégant. Celle-ci est semblable par son dessin à celles des exemplaires de Fernand Pouillon et de la bibliothèque de Harvard. L'ensemble est monté sur onglets. Les exemplaires conservés en reliure de qualité de l'époque sont rares. Filigranes relevés : tome I (Ancy-le-Franc, le plan des caves), Nicolas Lebe (Briquet, 8079 : Paris, 1567-1595). On rencontre cette marque, ou une variante, tout au long du volume. Feuillets de garde, la lettre B. Mors, coiffes et coins restaurés. Dimensions : 408 x 293 mm. Provenance : D. D. P. P. de Nicolay, avec leur ex-libris. BAL, I, 100 ; Fowler & Baer, 24 ; Millard, I, 8 ; Destailleur, 1895, pp. 65-66 ; Geymüller, pp. 312-313 ; Boudon (F.), « Du Cerceau et les plus excellents bastiments de France », in Jacques Androuet du Cerceau, Picard, 2010, pp. 257-274.

Condition Report: Certificat d'exportation demandé et obtenu

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
ANDROUET DU CERCEAU (J.). Livre d'architecture de Jacques Androuet du Cerceau contenant les plans et dessaings de cinquante bastiments tous différents... Paris, Jean Berjon, 1611, in-folio de 16 ff. sign. A-D4, veau blond, filets dorés autour des

Lot 19: ANDROUET DU CERCEAU (J.). Livre d'architecture de Jacques Androuet du Cerceau contenant les plans et dessaings de cinquante bastiments tous différents... Paris, Jean Berjon, 1611, in-folio de 16 ff. sign. A-D4, veau blond, filets dorés autour des

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: ANDROUET DU CERCEAU (J.). Livre d'architecture de Jacques Androuet du Cerceau contenant les plans et dessaings de cinquante bastiments tous différents... Paris, Jean Berjon, 1611, in-folio de 16 ff. sign. A-D4, veau blond, filets dorés autour des plats, armes au centre, dos à nerfs orné d'un chiffre entrelacé couronné, tranches rouges (reliure de l'époque). Troisième édition du Livre d'architecture. Il fut imprimé pour la première fois en 1559, en français. La même année, une édition latine paraissait chez Benoît Prévost. 69 gravures numérotées I à L, avec légendes en latin. BAL, I, 96 ; Geymüller, p. 310 ; Guilmard, p. 13 ; non cité par Folwer & Baer, Millard et Cicognara. Est relié avec : 1) Livre d'architecture de Jacques Androuet du Cerceau. Auquel sont contenues diverses ordonnances de plants et élévations de bastiments pour Seigneurs... Paris, Jacques Androuet du Cerceau, 1615, in-folio de 26 ff. sign. A4, B-D6, E4 et 52 ff. Troisième édition du troisième Livre d'architecture. L'originale date de 1572. 64 gravures sur 52 ff. avec légendes en français. BAL, I, 97 ; Fowler & Baer, 23 (collation différente, annonce une pl. XI bis) ; Guilmard, p. 14. 2) Livre des édifices antiques romains contenant les ordonnances et dessaings des plus signalez et principaux bastiments qui se trouvent à Rome. S. é, 1584, in-folio de 2 ff. et 48 ff. ÉDITION ORIGINALE. Geymüller distingue deux tirages, le nôtre est celui avec le manque à la planche du Theatrum Palatinum et celle du Collis Hortulorum refaite. BAL, I, 99 ; Millard, I, 10 (Collation différente, 96 gravures sur 47 ff.) ; Geymüller, pp. 306-307 ; Mortimer, I, 24. Exemplaire aux armes et chiffre de Gilbert, seigneur du Puy du Fou, seigneur de Ridellières et de la Roche du Pont de Louan. Un exemplaire de l'édition de 1576-1579 des Plus Excellents Bâtiments de France, de la même provenance, est conservé à la New York Public Library (Spencer collection). Mors légèrement fendus. Plats épidermés. Dimensions : 412 x 272 mm. Provenances : ex-libris armorié de la famille du Puy du Fou, gravé et signé « Ioan. Picart Fecit » ; monastère de la Visitation Sainte-Marie de la Flèche ; cachet rouge [VD], non identifié, en pied de la page de titre. Olivier, 2024.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
BRAUN (G.) - HOGENBERG (F.). Théâtre des Cités du monde. Partie I à IV. [Cologne, G. von Kempen, 1576 (?) - 1583  (?)], 4 parties en un vol. in-folio, veau glacé raciné, dos à nerfs orné, tranches lisses (reliure de la toute fin du XVIIIe siècle).

Lot 20: BRAUN (G.) - HOGENBERG (F.). Théâtre des Cités du monde. Partie I à IV. [Cologne, G. von Kempen, 1576 (?) - 1583  (?)], 4 parties en un vol. in-folio, veau glacé raciné, dos à nerfs orné, tranches lisses (reliure de la toute fin du XVIIIe siècle).

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: BRAUN (G.) - HOGENBERG (F.). Théâtre des Cités du monde. Partie I à IV. [Cologne, G. von Kempen, 1576 (?) - 1583  (?)], 4 parties en un vol. in-folio, veau glacé raciné, dos à nerfs orné, tranches lisses (reliure de la toute fin du XVIIIe siècle). Collation : T. I : un titre-frontispice ; un f. (r° : privilège en latin daté Bruxelles 22 nov. 1574 - v° : début de la préface) ; 2 ff. (« Préface ») ; 3 ff. (« Déclaration du frontispice ») ; un f. blanc ; 59 vues et plans avec texte au recto ; 13 ff. (« ... au lecteur debonnare... janvier 1575 » - « Index ») ; un f. (r° : « Boece au livre II... » - v° : blanc). T. II : un f. (r° : titre-frontispice - v° : privilège en latin daté Bruxelles 22 novembre 1574) ; 3 ff. (« ... au lecteur bénévole... » - « Remacle de Lembourg docteur en medecine... 1575 ») ; 59 vues et plans avec texte au recto ; 4 ff. (« Table du second volume... »). T. III : un f. (r° : titre-frontispice - v° : privilège en latin daté Bruxelles 22 nov. 1574) ; 2 ff. de dédicace datée à Couloigne le 23 de May 1583 ; 7 ff. (« ... aux lecteurs salut » daté A Couloigne, anno 1580 - « In Georgii Braun II theatrum... » - « Interpration du frontispice... » se terminant par Coloniae typis Johannis Sinniger... 1583) ; 59 vues et plans avec texte au recto ; 10 ff. (« Table du livre III... », se terminant par Coloniae... impressit Johannes Sinnige). T. IV : un f. (r° : « Titre-frontispice » ; v° : « In frontispicium... ») ; un f. (r° : dédicace - v° : privilège daté Bruxelles XXII novembre 1574) ; un f. (r° : « ... au lecteur salut... ») ; 59 vues et plans avec texte au recto ; 8 ff. (« Registre »). Édition française du « Civitates orbis terrarum ». "The Civitates Orbis Terrarum is the earliest systematic city atlas." (Koeman, II, p. 10). Publié pour la première fois en latin en 1572, cet atlas à caractère éducatif, formé de 6 parties, fut de nombreuses fois réédité. Il connut une édition française en 1575 et une allemande en 1582. Peu d'exemplaires de l'édition française subsistent aujourd'hui ; plus rares encore ceux qui sont complets. Comme le nôtre, celui de la Bibliothèque nationale de France et ceux de l'Arsenal sont sans les deux dernières parties éditées au début du XVIIe siècle, en 1600 et 1618. Elles sont respectivement accompagnées de 69 et 58 planches. 4 frontispices et 236 vues et plans de ville, à double page, forment l'iconographie de notre exemplaire. Exemplaire mis en couleurs à l'époque. Le coloris est de belle qualité. Il est resté frais. Petite déchirure restaurée aux planches 15 (Metz) et 16 (Besançon) de la deuxième partie. Mouillure angulaire aux feuillets de texte de la troisième partie, ainsi qu'aux planches 6, 37 et 38. Coins, coiffes et coupes légèrement épidermées. Dimensions : 391 x 275 mm. Provenance : ex-libris manuscrit « Collège Jésuite Besançon, 1601 ». Koeman, Atlantes Neerlandici, II, pp. 10-25, B & H 13-18 (collation différente pour les ff. de texte) ; Phillips, A list of Geographical Atlases in the Library of Congress, IV, p. 4 ("The maps in the french édition are the same as those in the latin").

Condition Report: Certificat d'exportation demandé et obtenu

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
RAMELLI (A.). Le diverse et artificiose Machine... Paris, L'Auteur, 1588, in-folio de 354 ff. sign. [-]1, *7, **8, a-s8, t6, u-z8, A-D8, E-K4.2, L6, M-Q4.2, R-X8, Y4, Z2, Aa2, Bb8, Cc-Ff4.2, Gg-Kk6.2, demi-cuir de Russie rouge, dos lisse orné d'un

Lot 21: RAMELLI (A.). Le diverse et artificiose Machine... Paris, L'Auteur, 1588, in-folio de 354 ff. sign. [-]1, *7, **8, a-s8, t6, u-z8, A-D8, E-K4.2, L6, M-Q4.2, R-X8, Y4, Z2, Aa2, Bb8, Cc-Ff4.2, Gg-Kk6.2, demi-cuir de Russie rouge, dos lisse orné d'un

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: RAMELLI (A.). Le diverse et artificiose Machine... Paris, L'Auteur, 1588, in-folio de 354 ff. sign. [-]1, *7, **8, a-s8, t6, u-z8, A-D8, E-K4.2, L6, M-Q4.2, R-X8, Y4, Z2, Aa2, Bb8, Cc-Ff4.2, Gg-Kk6.2, demi-cuir de Russie rouge, dos lisse orné d'un motif à froid plusieurs fois répété, tranches mouchetées (reliure ancienne). ÉDITION ORIGINALE. Le plus beau livre de mécanique du XVIe siècle. Dédié à Henri II, ce livre fondamental pour la technologie offre un panorama d'instruments et de machines. Imprimé aux frais de l'auteur, il fit l'objet d'une traduction en allemand en 1620. Agostino Ramelli (1531-1590), natif de Ponte Tresa, reçut une formation de mathématicien, puis participa aux guerres d'Italie en qualité d'ingénieur militaire. À son arrivée en France, il se mit sous la protection du duc d'Anjou, futur Henri III, le dédicataire de l'ouvrage. Livre d'images, l'ouvrage se présente comme une suite de gravures avec, vis-à-vis de chacune d'elles, un texte explicatif français-italien contenu dans un élégant encadrement gravé sur bois. Le cycle iconographique, en PREMIER TIRAGE, se compose d'un titre avec, au verso, le portrait de l'auteur, l'ensemble interprété par Léonard Gautier, puis de 194 planches gravées en taille-douce, certaines à double page (20), figurant des machines en action : pompes aspirantes et refoulantes, fontaines, derricks, ponts mobiles, forges, grues, machines de siège, roues à livres... L'attribution de ces planches reste encore incertaine aujourd'hui. Elles ont été tour à tour données à Jean de Gourmont - en fonction de la présence, répétée 3 fois, du monogramme 'JG' -, à un atelier de gravure par Mortimer et Brun - qui y voyaient l'intervention de plusieurs mains -, et plus récemment à Ambroise Bachot par M. T. Gnide. Elles inspirèrent pendant plus de deux siècles l'iconographie des livres de mécanique. Exemplaire à belles marges, d'un bon tirage, bien conservé. Sa reliure date de la fin du XVIIIe ou du tout début du XIXe siècle. Quelques feuillets restaurés. Dimensions : 348 x 221 mm. Provenance : ex-libris manuscrit du début du XVIIe siècle « De bibliotheca Illus... et Rever... Card... [François d'Escoubleau] de Sourdis » (1574-1628). Cousin de Gabrielle d'Estrées, il fut nommé archevêque de Bordeaux et primat d'Aquitaine en 1599 et joua un rôle notable au côté du roi Henri IV. Dibner, Heralds of Science, 173 ; Norman, II, 1777, pour un ex. en maroquin aux armes des Peiresc, 335 x 222 mm ; Cockle, 788 ; Katalog Berlin, 1770 ; Mortimer, II, 452 ; Parson (W. P.), Engineers and Engineering in the Renaissance, 1939, p. 108 ; Gnide (M. T.), Ramelli and Ambroise Bachot, Technology & Culture, 15, 1979, pp. 614-625 ; Seris (J.-P.), Machine et communication, Le Théâtre des Machines, pp. 11-23 (« Il n'est pas interdit de penser que les Théâtres ont contribué à faire pénétrer les inventions technologiques de Léonard de Vinci au caeur de la pratique technologique européenne. »).

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
FONTANA (D.). Della trasportatione dell'obelisco vaticano et delle fabriche di Nostro Signore papa Sisto V dal Cavaliere Domenico Fontana, architetto di sua Santita... Roma, Domenico Basa, 1590, in-folio de [1], 112 ff. ch. 108, et 4 ff. n. ch.,

Lot 22: FONTANA (D.). Della trasportatione dell'obelisco vaticano et delle fabriche di Nostro Signore papa Sisto V dal Cavaliere Domenico Fontana, architetto di sua Santita... Roma, Domenico Basa, 1590, in-folio de [1], 112 ff. ch. 108, et 4 ff. n. ch.,

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: FONTANA (D.). Della trasportatione dell'obelisco vaticano et delle fabriche di Nostro Signore papa Sisto V dal Cavaliere Domenico Fontana, architetto di sua Santita... Roma, Domenico Basa, 1590, in-folio de [1], 112 ff. ch. 108, et 4 ff. n. ch., maroquin rouge, double filet doré autour des plats, motif floral en angle, dos à nerfs très finement orné, tranches dorées (reliure du début du XVIIe siècle). ÉDITION ORIGINALE. Domenico Fontana (1543-1607), un architecte au service de Sixte V. Natif de Lugano, Fontana reçut une formation de mathématicien. Après divers travaux d'architecture, il rencontra le cardinal Felice Peretti, futur Sixte Quint (1585-1590), s'installa à Rome au service de ce dernier, qui l'imposa en qualité d'architecte en chef. Fontana participa ainsi à son ambitieux projet : reconstruire la Ville éternelle. Sixte Quint, ayant décidé de déplacer l'obélisque mal situé au ras de l'abside du nouveau Saint-Pierre, confia à Fontana, muni des pleins pouvoirs, la réalisation de ce tour de force. L'un des événements majeurs de la Rome du cinquecento. Envisagé dès le milieu du XIVe siècle, ce vieux rêve fut rapidement abandonné faute des moyens techniques nécessaires. Il fallut attendre 1583, l'année où Camillo Agrippa publia son Di Trasportar la guglia in su la piazza di san Pietro, pour relancer le projet. Le 24 août 1585, Sixte créa une commission chargée d'organiser un concours. Fontana l'emporta malgré l'avis défavorable de celle-ci qui le trouvait relativement inexpérimenté. Les travaux débutèrent, notamment celui de la tour qui devait permettre le transport de l'obélisque, étape qui commença le 30 avril 1586. La phase la plus délicate, celle de l'élévation, requit 800 hommes, 140 chevaux et 40 treuils, travaillant au rythme des sons de cloches et de trompettes, alors que la foule, massée derrière un cordon de police, restait silencieuse. Gravures de Natale Bonifacio (1537-1592) d'après les dessins de Fontana. Il interpréta sur cuivre un portrait de l'architecte, 35 planches simples, 2 doubles et une dépliante. Douze concernent l'opération en elle-même, les 26 autres représentent les travaux de Fontana pour Sixte Quint : la Villa Montalto, résidence du pape sur le mont Quirinal, la chapelle de Santa Maria Maggiore, l'érection dans l'abside de cette chapelle d'un obélisque augustinien, la description de la cathédrale San Giovanni, et diverses portes conçues pour le programme de Sixte V d'urbanisation et de sécurisation de Rome. Sorti des presses de l'imprimerie vaticane, dirigée alors par Domenico Basa, l'ouvrage fut réédité à Naples en 1604, augmenté d'un livre II, en rien comparable à l'édition que nous présentons. Exemplaire de qualité, à belles marges, ayant appartenu à un bibliophile connu pour son exigence, H. F. Norman (1915-1996). Ce dernier, dont la bibliothèque scientifique et médicale n'a pas connu d'équivalent, avait la réputation de n'acquérir que ce que le marché offrait de mieux et ce à une époque où le choix était plus large. Au moment de la reliure, deux gravures, datées 1591, ont été placées entre la fin du texte et les feuillets de table et la planche 11 a été contre-collée sur un feuillet. Datant du tout début du XVIIe siècle, cette reliure a anciennement fait l'objet de discrètes restaurations. Dimensions : 414 x 270 mm. Provenances : Thomas Anson of Shugborough (ex-libris), frère de George Anson (1697-1762), connu pour son A Voyage Round The World, publié à Londres en 1748 ; Rufford Abbey, avec son étiquette concernant l'usage des livres en salle de lecture ; Haskell F. Norman (Cat. I, 1998, n° 95 "Fine Copy").

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
RUSCONI (G. A.). Della architettura... Venise, Gioliti, 1590, in-folio de 78 ff. sign. [a]-c2, A-Z2, AA-NN2, vélin ivoire, roulette et filet dorés autour des plats, dos lisse orné, tranches bleues (reliure italienne du XVIIIe siècle).

Lot 23: RUSCONI (G. A.). Della architettura... Venise, Gioliti, 1590, in-folio de 78 ff. sign. [a]-c2, A-Z2, AA-NN2, vélin ivoire, roulette et filet dorés autour des plats, dos lisse orné, tranches bleues (reliure italienne du XVIIIe siècle).

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: RUSCONI (G. A.). Della architettura... Venise, Gioliti, 1590, in-folio de 78 ff. sign. [a]-c2, A-Z2, AA-NN2, vélin ivoire, roulette et filet dorés autour des plats, dos lisse orné, tranches bleues (reliure italienne du XVIIIe siècle). ÉDITION ORIGINALE de cette traduction italienne du De re architectura de Vitruve. C'est le seul texte publié par l'auteuR. Rusconi, un architecte et décorateur d'origine vénitienne. Giovanni Antonio Rusconi (ca 1520-1587) commença sa carrière en Dalmatie en qualité d'architecte militaire au service de la Sérénissime, puis rentra à Venise, où il collabora avec Palladio. Cette traduction ne fut imprimée qu'après la mort de Rusconi, car celui-ci, ayant craint la comparaison avec celle de Barbaro et Palladio, n'avait pas voulu qu'elle paraisse de son vivant. Ce furent finalement les héritiers de Gioliti, Giovanni et Giovanni Paulo, qui l'imprimèrent. Un superbe encadrement de titre et 160 bois gravés d'après les dessins de Rusconi. Une partie de ces bois est inspirée de l'iconographie traditionnelle vitruvienne, une autre relève de l'invention de l'auteuR. Exemplaire du second tirage. Feuillets de titre, de dédicace et de table renforcés dans la marge extérieure, et petites brunissures en marge de quelques feuillets. Dimensions : 290 x 195 mm. Provenance : un ex-libris non identifié avec la devise « Omnia cum tempore ». BAL, III, 2880, pour un ex. en vélin du XVIIIe siècle, d'une hauteur de 293 mm ; Fowler & Baer, 280, pour un ex. en veau du XVIIe siècle, d'une hauteur de 280 mm ; Cicognara, 640 ; Mortimer, I, 551, pour un ex. en veau du XVIIIe siècle, 290 x 200 mm ; Harvard, Italian Books, 551.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
BOILLOT (J.). Nouveaux Pourtraitz et figures de termes pour user en l'architecture. Langres, Iehan des Prey, [1592], petit in-folio de 62 ff. sign. *6, A-H6, I8, veau fauve, encadrement à froid autour des plats, serti d'une pièce de veau plus sombre,

Lot 24: BOILLOT (J.). Nouveaux Pourtraitz et figures de termes pour user en l'architecture. Langres, Iehan des Prey, [1592], petit in-folio de 62 ff. sign. *6, A-H6, I8, veau fauve, encadrement à froid autour des plats, serti d'une pièce de veau plus sombre,

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: BOILLOT (J.). Nouveaux Pourtraitz et figures de termes pour user en l'architecture. Langres, Iehan des Prey, [1592], petit in-folio de 62 ff. sign. *6, A-H6, I8, veau fauve, encadrement à froid autour des plats, serti d'une pièce de veau plus sombre, motif doré au centre, dos à nerfs orné d'un fer plusieurs fois répété, tranches lisses (reliure du XXe siècle). ÉDITION ORIGINALE, rare. Elle est dédiée à Louis de Gonzague, duc de Nevers. Joseph Boillot (ca 1545-1605), à la fois architecte, peintre et graveur, servit Henri IV dans son armée en qualité d'ingénieuR. En remerciement de ses bons services, le roi le nomma contrôleur du grenier à sel et directeur du magasin des poudres et salpêtres à Langres, sa ville natale. On lui doit ce recueil de termes et un ouvrage d'art militaire, Modèles d'artifices de feu et de divers instruments de guerre, publié en 1598 par Quentin Mareschal à Langres. Dans sa préface, l'auteur nous explique en quoi son travail est novateur : « ceste invention ou disposition de termes en forme d'animaulx serait pour sa nouveauté plustost receuë & bien venuë, que la façon ordinaire avec le temps d'avoir du crédit. » Ne ferait-il pas ici allusion aux travaux d'Hugues Sambin (ca 1520-1601) qui avait publié en 1572 un recueil de termes d'hommes et de femmes ? Du reste, Sambin est celui qui a le plus influencé Boillot, qui lui-même semble être l'une des sources d'inspiration de Wendel Dietterlin (ca 1550-1599). Les textes sont un mélange de légendes extraites du De natura animalium d'AElian (ca 175-ca 235) et des écrits d'Aristote, Pline, Albert le Grand et Conrad Gesner (1516-1565). L'illustration se compose d'un encadrement de titre gravé, d'un portrait de l'auteur et de 55 gravures de termes d'animaux à pleine page où règne la fantaisie : 16 sont interprétées sur bois et 39 selon la technique de la taille-douce, seules ces dernières sont signées J. Boillot. L'iconographie est complétée par une série d'initiales ornées d'animaux, de bandeaux et culs-de-lampe. L'ouvrage connut une traduction allemande, publiée à Strasbourg en 1604, et une édition parisienne sortie des presses de Pierre van Lochon, avec les figures réduites. Exemplaire de qualité à bonnes marges, non lavé. Le bandeau et le cul-de-lampe du feuillet C1 ont été mal imprimés. Dimensions : 310 x 195 mm. Guilmard, p. 26, n° 21 ; Linzeler, Inv. du fonds français : graveurs du XVIe siècle, 1932, I, pp. 98-114 ; Mortimer, I, 108 ; Jeanson, I, 1987, n° 79 ; [...], Bêtes édifiantes, le divertissement d'un ingénieur langrois du XVIe siècle, Joseph Boillot, Langres, 1995.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
DIETTERLIN (W.). Architectura, von Außtheilung, Symetria und Proportion der fünff Seulen und allerdarauß volgender Kunst Arbeit von Fenstern, Caminen, Thürgerichten, Portalen, Bronnen und Epitaphien... Nürnberg, Hubrecht und Balthasar Caymox, 1598,

Lot 25: DIETTERLIN (W.). Architectura, von Außtheilung, Symetria und Proportion der fünff Seulen und allerdarauß volgender Kunst Arbeit von Fenstern, Caminen, Thürgerichten, Portalen, Bronnen und Epitaphien... Nürnberg, Hubrecht und Balthasar Caymox, 1598,

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: DIETTERLIN (W.). Architectura, von Außtheilung, Symetria und Proportion der fünff Seulen und allerdarauß volgender Kunst Arbeit von Fenstern, Caminen, Thürgerichten, Portalen, Bronnen und Epitaphien... Nürnberg, Hubrecht und Balthasar Caymox, 1598, in-folio de 5 titres gravés, un portrait, 8 ff. de texte, 196 pl. et un f. de colophon, maroquin rouge, filets dorés autour des plats, fleurons dorés aux petits fers en angles, dos à nerfs orné, roulette intérieure dorée, tranches dorées (Hardy). Première édition collective, en grande partie originale. Formée de quatre livres (ordres toscan, dorique, ionique et composite), seuls les deux premiers avaient fait l'objet d'une édition, publiée respectivement en 1593 et 1594. Architecte et peintre de la Renaissance, admirateur de Vitruve et des Anciens, Wendel Dietterlin (ca 1550-1599) s'inspira de l'imagerie gothique la plus débridée, de Dürer et des formes les plus pures de la Renaissance française et hollandaise qui confèrent à ses constructions toute leur fantaisie et leur originalité. Elles préfigurent de manière remarquable les libertés et les innovations du siècle suivant, et eurent un retentissement énorme sur l'art décoratif baroque du XVIIe siècle allemand. L'auteur doit sa renommée non pas à ses réalisations dont aucune n'a survécu, mais à l'ouvrage qu'il réalisa à la fin de sa vie, Architectura..., dont l'organisation n'est pas sans rappeler celle du Libro extraordinario de Serlio, que l'on retrouve également dans les livres de Vredeman de Vries. C'est en effet une suite de planches gravées, accompagnée d'un court texte. Ces 196 gravures représentent des projets très travaillés et exubérants de colonnes, corniches, pilastres, fenêtres, portiques, fontaines... entourés de personnages fantastiques, d'animaux et de plantes. Notre exemplaire, grand de marges et d'un beau tirage, présente les caractéristiques suivantes : a) feuillet de titre général imprimé en rouge et noir au nom de Hubrecht et Balthasar Caymox ; b) les pages de titre des livres II et V sont sans numéro ; c) la dédicace commence au recto du 2e feuillet ; d) la 86e planche est numérotée ; e) les planches 176 et 179 sont respectivement chiffrées 175 et 178. Il est semblable à celui de la Library of Congress. Feuillet de titre ré-emmargé, petits défauts dans les marges des pl. 11, 113, 130, 149 et 172, feuillets de texte 45 et 94 légèrement plus courts de marge. Le feuillet de texte 5 a été consolidé dans la marge intérieure. Quelques légères rousseurs, plus prononcées à la pl. 182. Cet ouvrage est extrêmement difficile à rencontrer complet de toutes ses planches. Dimensions : 381 x 282 mm. Provenance : baron Horace de Landau (Cat. des livres manuscrits et imprimés composant la bibliothèque de..., 1885-1890, II, p. 213, n° 6 « in-fol. Frontisp ; 209 p. ff. ch. ; 1 f. pour la souscription. fig. »), avec son ex-libris. Fondé de pouvoir de la banque Rothschild à Turin, Horace de Landau (1824-1903) contribua à la négociation des emprunts qui permirent de financer l'unification italienne. Collectionneur, il avait rassemblé dans sa villa de Florence une importante collection de manuscrits et d'éditions anciennes qui furent en partie légués à la ville. Katalog Berlin, 1942 ; Fowler & Baer, 105, pour un ex. sans le colophon ; Guilmard, p. 378, n° 70, idem ; Destailleur, 1895, n° 512, pour un ex. sans portrait ni colophon ; BAL, I, 881 ; Fairfax Murray, Early German Books, 134, pour un ex. incomplet du feuillet de dédicace.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
Entrée de Charles IX à Paris. Bref et sommaire recueil de ce qui a esté faict, et de l'ordre tenüe à la ioyeuse et triumphante Entree de très-puissant seigneur... Prince Charles IX... Avec le couronnement de tres-haute tres illustre & tres excellente

Lot 26: Entrée de Charles IX à Paris. Bref et sommaire recueil de ce qui a esté faict, et de l'ordre tenüe à la ioyeuse et triumphante Entree de très-puissant seigneur... Prince Charles IX... Avec le couronnement de tres-haute tres illustre & tres excellente

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: [...]. Entrée de Charles IX à Paris. Bref et sommaire recueil de ce qui a esté faict, et de l'ordre tenüe à la ioyeuse et triumphante Entree de très-puissant seigneur... Prince Charles IX... Avec le couronnement de tres-haute tres illustre & tres excellente Princesse Madame Élizabet d'Autriche son espouse, le Dimanche vingtcinquième. et entrée de ladicte dame en icelle ville... Paris, Imprimerie de Denis du Pré, pour Olivier Codoré, 1572-1571, 4 parties en un vol. in-4° de 53, [2 pl. et 1] ff. ; 10 ff. ; 26, [2 dern. bl.] ff. ; 9, [un bl.] ff., vélin blanc à rabats, dos lisse avec titre en long à l'encre brune, traces de lacet (reliure de l'époque). Première édition. Ce récit décrit les festivités (entrée et couronnement) organisées du 6 au 25 mars 1571, par la ville de Paris, en l'honneur du couple royal, Charles IX et Élisabeth d'Autriche, la fille de l'empereur Maximilien II. La relation de ces événements que l'on doit à Simon Bouquet, fut imprimée l'année suivante. Ces récits sont entremêlés d'un grand nombre de pièces de RONSARD, Baïf, Jamyn, Dorat... Le XVIe siècle, âge d'or des entrées royales, qui furent un laboratoire d'essais, révélateur de l'évolution générale de l'art autant qu'instrument essentiel de l'affirmation du pouvoir monarchique. Conçues à la façon des anciens triomphes romains, elles étaient l'objet de longs et coûteux préparatifs. Ces fêtes se déroulaient dans un décor éphémère, réalisé à partir de structures en bois sur lesquelles étaient tendues des toiles ornées de figures en trompe-l'aeil. Ces créations étaient dues à un nouveau type d'artistes qui se faisaient à la fois architectes, peintres et sculpteurs. Les poètes composaient pour la circonstance des vers soit déclamés au passage des cortèges, soit inscrits sur les édifices. Les échevins de Paris, avec à leur tête Simon Bouquet, confièrent ici à Ronsard et à Dorat la responsabilité des deux entrées solennelles dans la capitale. Ronsard, l'organisateur principal, choisit alors un programme iconographique reflétant deux thèmes : l'union de deux pays, la France et l'Allemagne, assurée par le mariage de Charles IX et d'Élisabeth, et la paix retrouvée, en vertu du traité de Saint-Germain. Plus de six mois furent nécessaires à la préparation ; les responsables engagèrent pour l'occasion Germain Pilon (ca 1528-1590) comme sculpteur, Le Conte pour les travaux de charpenterie ; les perspectives et les peintures furent confiées à Pierre d'Angers et à Nicolo dell'Abbate (ca 1509-1571), l'émule du Primatice à Fontainebleau. Bien que les entrées aient eu lieu à trois semaines d'intervalle, celle du roi le 6 mars et celle d'Elisabeth le 25, quatre jours après le couronnement, il semblerait que leur programme ait été le même. 16 bois gravés à pleine page forment le cycle iconographique. On les doit au graveur et lapidaire Olivier Codoré. Ils représentent les arcs de triomphe élevés à la porte Saint-Denis, à la porte aux Peintres, et au bout du pont Notre-Dame, les fontaines du Ponceau et des Saints-Innocents, la statue de Junon, l'arc de triomphe élevé devant le Châtelet, à l'Apport de Paris, la décoration du pont Notre-Dame, le surtout de vermeil offert au roi par les échevins de Paris... La quatrième partie, qui manque à la plupart des exemplaires, est occupée par un long poème d'Étienne Pasquier, où l'historien célèbre le traité de Saint-Germain, terme d'une décennie de guerres qui avaient ajourné d'autant l'entrée de Charles IX dans sa capitale. La paix, signée en août 1570, offrait enfin un moment propice pour les cérémonies. Seul Ruth Mortimer distingue différentes émissions pour cet ouvrage. Notre volume a le feuillet G3 imprimé en caractères romains, les feuillets I2 et I3 recomposés ; en revanche, le mot vouloir au verso du f.?I2 n'a pas été ajouté. Exemplaire parfaitement conservé, à très belles marges, traces de témoins, dans sa première reliure en vélin. Mortimer décrit un exemplaire sur papier fort d'après l'épaisseur du volume qui est de 15 mm, elle est ici de 16 mm. Condition rare. L'exemplaire est placé dans une boîte à rabats et dos de maroquin bleu. Dimensions : 243 x 164 mm. Provenance : Helmut N. Friedlaender (Cat., 2001, n° 142). Gourary, 342 ("First edition of one of the finest french fête books of the 16th century") ; Ruggieri, 276, pour un ex. sans la 4e partie, relié par Lortic ; Vinet, 474 ; Destailleur, 1891, n° 293 ; Mortimer, I, 205-206, pour des ex. reliés au XVIIIe et XIXe siècle ; Fairfax-Murray, I, 152, pour un ex. sans la 4e partie, relié par Niédrée ; Barbier, Ma Bibliothèque poétique, II, Ronsard, 79 ; Tchemerzine, IX, 97-98 ; Veyrin-Forrer (J.), Ronsard, la trompette et la lyre, Bibliothèque nationale, pp. 173-174 ; Guignard (J.), Trésors de la bibliothèque de l'Arsenal, n° 158, pour un ex. en vélin relié par Claude de Picques pour être offert au roi.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
La Voye de laict ou le chemin des héros au Palais de la Gloire, ouvert à l'entrée triomphante de Louis XIII, roy de France et de Navarre, en la cité d'Avignon, le 16 novembre 1622. Avignon, J. Bramereau, 1623, petit in-4°, veau fauve, filets dorés

Lot 27: La Voye de laict ou le chemin des héros au Palais de la Gloire, ouvert à l'entrée triomphante de Louis XIII, roy de France et de Navarre, en la cité d'Avignon, le 16 novembre 1622. Avignon, J. Bramereau, 1623, petit in-4°, veau fauve, filets dorés

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: [...]. La Voye de laict ou le chemin des héros au Palais de la Gloire, ouvert à l'entrée triomphante de Louis XIII, roy de France et de Navarre, en la cité d'Avignon, le 16 novembre 1622. Avignon, J. Bramereau, 1623, petit in-4°, veau fauve, filets dorés autour des plats, armes au centre, dos à nerfs orné d'un chiffre entrelacé, tranches mouchetées (reliure de l'époque). Première édition. La Voye de laict ou le chemin des héros relate l'entrée de Louis XIII dans Avignon, de retour, victorieux, de Montpellier, où il avait signé la paix avec les Réformés. Les différents intervenants nous sont connus. Annibal Gelliot (1594-"), professeur de rhétorique au collège jésuite de la ville, en sa qualité de programmateur de la fête, choisit comme thème la lutte victorieuse du roi contre les Protestants ; l'architecte François de Royers de la Valfenière (1575-1667) et le peintre Charles Gentilis coordonnèrent et surveillèrent les travaux. Onze peintres collaborèrent à la réalisation des décors, parmi eux, Louis Palme (ou Lapalme, Luis Palma de son vrai nom). Originaire de Lisbonne, il assura la décoration du Théâtre de la force et de la piété, dressé sur la place du Change. Pour immortaliser les édifices provisoires, décorés de peintures et de sculptures, érigés à cette occasion, Louis Palme grava à l'eau-forte dix planches composées d'un frontispice, d'un portrait de Louis XIII et de 8 planches dépliantes qui annoncent chaque chapitre de la relation. Sur la vie de Louis Palme, il reste encore beaucoup d'incertitudes. Néanmoins, sa présence est attestée à Avignon dès 1620. Il demeura et exerça son métier de peintre dans cette ville et dans le Comtat Venaissin jusqu'à sa mort survenue à Cavaillon en 1683. Précieux exemplaire aux armes des de Thou. Après la mort de Jacques-Auguste de Thou, en 1617, ses troisièmes armes et chiffre furent utilisés par sa veuve, Gasparde de la Chastre, ou par ses fils. Olivier propose plutôt ses fils, François-Auguste ou Jacques-Auguste. Ayant été transmis de l'un à l'autre, le fonds paternel, après la mort de Jacques-Auguste, passa à Jean-Jacques Charron de Ménars, puis au cardinal de Rohan, en 1706, et enfin, au prince de Soubise, dont la bibliothèque fut dispersée en 1789. Au moment de la reliure, le cahier i a été placé avant les cahiers g et h. La dimension des planches imposa au relieur des aménagements pour les mettre au format du livre. Un mors anciennement restauré. Dimensions : 210 x 145 mm. Provenances : De Thou ; Charron de Menars (Cat., La Haye, 21 juin 1720, n°2153 « Le Chemin des Héros au Palais de la Gloire, ouvert à l'Entrée triumphante de Louis XIII. Roy de France et de Navarre, en la Cité d'Avignon, le 16 novembre 1622. A Avignon, 1623, avec de belles gravures » ) ; cardinal de Rohan (?) ; prince de Soubise (?) ; H. Destailleur (Cat., 1891, n° 237), avec son ex-libris ; M. Burrus (Cat., 15 nov. 1971, n° 54), avec son ex-libris. Vinet, 485 (« Volume fort rare omis par Brunet ») ; Ruggieri, 427-428 ; Watanabe, 1770 ; Gourary, 26 ; [...], Les Entrées solennelles à Avignon et à Carpentras, XVIe-XVIIIe siècles, Avignon, Bibliothèque municipale, n° 10.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
Discours sur les arcs triomphaux dressés en la ville d'Aix. Aix, I. Tholosan, 1624, in-folio, maroquin vert olive, plats et dos ornés d'un semé de fleur de lys et d'un chiffre entrelacé couronné, armes au centre, dos lisse, tranches dorées (reliure

Lot 28: Discours sur les arcs triomphaux dressés en la ville d'Aix. Aix, I. Tholosan, 1624, in-folio, maroquin vert olive, plats et dos ornés d'un semé de fleur de lys et d'un chiffre entrelacé couronné, armes au centre, dos lisse, tranches dorées (reliure

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: [...]. Discours sur les arcs triomphaux dressés en la ville d'Aix. Aix, I. Tholosan, 1624, in-folio, maroquin vert olive, plats et dos ornés d'un semé de fleur de lys et d'un chiffre entrelacé couronné, armes au centre, dos lisse, tranches dorées (reliure de l'époque). ÉDITION ORIGINALE de cet ouvrage célébrant l'entrée de Louis XIII à Aix-en-Provence, après la reddition de Montpellier. Le texte est rédigé par Pierre de Chasteuil-Galaup. Une grande planche dépliante, représentant l'arc des Augustins par lequel le roi entra dans la ville, et 7 gravures hors-texte nous montrant des arcs de triomphe, illustrent le texte. On trouve, à la fin du volume, 7 figures disposées sur 4 p. ff. hors-texte, tableaux emblématiques conçus à partir de devises, placés le long du chemin du roi, et un plan de la ville. Cet ensemble est dû au graveur Maretz. Précieux exemplaire relié pour la reine Anne d'Autriche (1601-1666). Fille aînée de Philippe III, roi d'Espagne, et de Marguerite d'Autriche, elle épousa Louis XIII, le 25 novembre 1615 à Bordeaux. À la mort de celui-ci, en 1643, elle fut déclarée régente et gouverna pendant la minorité de Louis XIV, jusqu'au 7 septembre 1661. Elle mourut le 20 janvier 1666. L'exemplaire appartint ensuite à Jean Ballesdens (1595-1675), collectionneur réputé pour la qualité de ses livres et l'intérêt de ses manuscrits. Le chancelier Séguier en fit son secrétaire particulier, puis, en 1643, le précepteur de ses petits-enfants. Le volume ne semble pas avoir fait partie de l'inventaire dressé lors de « la vente en bloc » de la bibliothèque Ballesdane à Colbert. Deux coins usés. Dimensions : 336 x 235 mm. Provenances : Anne d'Autriche ; J. Ballesdens, qui a inscrit son nom, en pied du feuillet de titre, $ Ballesdens. Ad. $ ; mention manuscrite sur un des feuillets de garde, Ch. Charest ; p. de la Mare, ex-libris manuscrit suivi de la mention C 8z ; mention manuscrite de prix d'achat, 4# ; monogramme entrelacé, cachet humide, non identifié au f. ?2. Vinet, 486 (« Ouvrage rare et curieux omis par Brunet ») ; Ruggieri, 425, pour un ex. relié par Masson et Debonelle ; Gourary, 1 ; Praz (M.), Studies in Seventeenth-Century Imagery, p. 552 ; Quentin Bauchart (E.), Les Femmes bibliophiles de France, I, pp. 191-218 ; [...], La Bibliothèque d'un académicien au XVIIe siècle. Inventaire et prisée des livres rares et des manuscrits de J. Ballesdens..., Imprimerie nationale, 1885 ; Olivier, 2505.

Condition Report: Planche dépliante anciennement restaurée, et une petite déchirure.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
[TRONCON (J.)]. L'Entrée triomphante de leurs maiestez Louis XIV, roi de France et de Navarre, et Marie-Thérèse d'Austriche son espouse,... Paris, Pierre Le Petit - Thomas Joly - Louis Bilaine, s. d. [1662], in-folio, maroquin rouge, filets dorés

Lot 29: [TRONCON (J.)]. L'Entrée triomphante de leurs maiestez Louis XIV, roi de France et de Navarre, et Marie-Thérèse d'Austriche son espouse,... Paris, Pierre Le Petit - Thomas Joly - Louis Bilaine, s. d. [1662], in-folio, maroquin rouge, filets dorés

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: [TRONCON (J.)]. L'Entrée triomphante de leurs maiestez Louis XIV, roi de France et de Navarre, et Marie-Thérèse d'Austriche son espouse,... Paris, Pierre Le Petit - Thomas Joly - Louis Bilaine, s. d. [1662], in-folio, maroquin rouge, filets dorés autour des plats, fleur de lys en angle, dos à nerfs orné de même, tranches dorées (reliure de l'époque). Première édition, rare. Une longue tradition en France : les entrées solennelles inspirées des triomphes romains. Après la proclamation de la paix et le mariage royal, Louis XIV et Mazarin voulurent sceller, avec un éclat particulier, la fin de la Fronde et l'alliance avec l'Espagne. Louis XIV entra à Paris le 16 août 1660 pour y recevoir l'ovation de ses sujets, au cours d'une cérémonie orchestrée par le prévôt des Marchands et des Échevins. On fit appel aux architectes et aux artistes pour transformer l'itinéraire du roi en une succession d'arcs de triomphe et de monuments à sa gloire : place du Trône, un dais monumental ; faubourg Saint-Antoine, un arc de triomphe ; place Baudoyer, une porte en forme de mont Parnasse... Charles Le Brun avait été chargé de métamorphoser la place Dauphine en un amphithéâtre « à l'antique » et de l'orner d'un obélisque. Tout est symbole dans ces constructions éphémères et tout y est luxe. L'exécution fut confiée aux plus habiles peintres, doreurs, brodeurs, menuisiers, charpentiers... du début du règne. Le cortège, tout aussi spectaculaire, composé selon un protocole étudié, était formé de tous les corps de l'État, en costumes chamarrés d'or, d'argent, de broderies et de pierreries... Un frontispice signé François Chauveau (1613-1676), un portrait de Louis XIV resté anonyme, un feuillet de dédicace gravé, et 22 planches dont 12 portent la signature de Jean Marot (ca 1619-1679). Exemplaire de qualité. Relié à l'époque en maroquin rouge, condition rare, il a été décoré d'une fleur de lys plusieurs fois répétée. Coiffes supérieure et inférieure, et coins anciennement restaurés. Dimensions : 436 x 290 mm. Provenances : ex-libris manuscrit de l'époque « f. Contenot » ; Gourary (Cat., 2009, n° 354). Vinet, 501 (un portrait et 19 pl.) ; Ruggieri, 494 ; Millard, I, 159 ; Cicognara, 1459 ; Brunet, II, 1004 (un portrait et 18 pl.) ; [...], Chroniques de l'éphémère, le Livre de fête dans la collection Jacques Doucet, INHA, n° 4 (ex. aux armes de la marquise de Pompadour).

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
[PATAS]. Sacre et couronnement de Louis XVI, Roi de France et de Navarre... Paris, Chez Vente, 1775, in-8°, maroquin rouge, filets dorés autour des plats, fleur de lys en angle, armes au centre, dos à nerfs orné d'une fleur de lys plusieurs fois

Lot 30: [PATAS]. Sacre et couronnement de Louis XVI, Roi de France et de Navarre... Paris, Chez Vente, 1775, in-8°, maroquin rouge, filets dorés autour des plats, fleur de lys en angle, armes au centre, dos à nerfs orné d'une fleur de lys plusieurs fois

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: [PATAS]. Sacre et couronnement de Louis XVI, Roi de France et de Navarre... Paris, Chez Vente, 1775, in-8°, maroquin rouge, filets dorés autour des plats, fleur de lys en angle, armes au centre, dos à nerfs orné d'une fleur de lys plusieurs fois répétée, tranches dorées (reliure de l'époque). Un frontispice, un titre gravé (ici p. 130), un grand plan de Reims, une planche d'armoiries, 9 planches pliées et 39 figures de costumes. Exemplaire aux armes de France. Coiffe supérieure fragile. Plan de Reims restauré. Dimensions : 214 x 143 mm. Cohen, 785-786 ; Vinet, 529 (éd. in-4°) ; Ruggieri, 605 (éd. in-8°).

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
Représentation des fêtes données par la ville de Strasbourg pour la convalescence du Roi à l'arrivée et pendant le séjour de sa Majesté en cette ville. Paris, Aubert, s. d. [1748], in-folio, maroquin rouge, large dentelle de rinceaux de feuillage

Lot 31: Représentation des fêtes données par la ville de Strasbourg pour la convalescence du Roi à l'arrivée et pendant le séjour de sa Majesté en cette ville. Paris, Aubert, s. d. [1748], in-folio, maroquin rouge, large dentelle de rinceaux de feuillage

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: [...]. Représentation des fêtes données par la ville de Strasbourg pour la convalescence du Roi à l'arrivée et pendant le séjour de sa Majesté en cette ville. Paris, Aubert, s. d. [1748], in-folio, maroquin rouge, large dentelle de rinceaux de feuillage avec cartouche aux armes, armoiries au centre, dos à nerfs orné d'un chiffre couronné plusieurs fois répété, roulette intérieure dorée, tranches dorées (Padeloup). Alors qu'il est à la tête de ses armées à Metz, Louis XV, du 11 au 19 août 1744, est en proie à une très forte fièvre, au point de recevoir l'extrême-onction. À la nouvelle de son rétablissement, des Te Deum résonnent un peu partout dans le royaume, et particulièrement à Strasbourg, qui doit recevoir sa visite. Son entrée, le 5 octobre, fut triomphale. Douze cents cavaliers et fantassins l'accueillirent au son des timbales, trompettes, hautbois, cors de chasse et autres instruments. Toutes les cloches de la ville carillonnèrent. Le roi passa sous un arc de triomphe de soixante pieds de hauteur, se rendit à la cathédrale, puis au palais épiscopal, construit sur ordre du cardinal de Rohan. La nuit venue, le clocher de la cathédrale, les places publiques et toutes les maisons de la ville furent illuminés, produisant un effet jamais égalé dans le royaume. Vers 8 heures du soir, un feu d'artifice fut tiré sur la rivière, en face du palais où résidait le roi. Pour remercier le peuple de l'accueil qu'il avait fait au roi, les magistrats de la ville firent dresser des fontaines de vin et des banquets de victuailles. La fête se prolongea plusieurs jours, avec des joutes organisées par les bateliers, des vins d'honneur présentés par les tonneliers... Afin d'immortaliser cet événement, François-Joseph de Klinglin, prêteur royal à Strasbourg, ordonna l'exécution de ce magnifique album. Il se compose d'un titre gravé par Marvye, d'un portrait de Louis XV gravé par Wille d'après Parrocel, de 11 planches sur double page interprétées par J.-p. Le Bas d'après Weis, et de 10 feuillets de texte gravés avec encadrements et fleurons variés. Exemplaire de présent aux armes des Nicolay dans la reliure luxueuse de Padeloup. L'étiquette d'Antoine-Michel Padeloup (1685-1758), dit Padeloup le Jeune, est contre-collée sur la page de titre. Il est le plus célèbre des Padeloup, et fut reçu relieur ordinaire du roi, sur le mandement du duc d'Antin, en 1733. Il réalise sa seconde grande reliure à plaques, après celle du Sacre de Louis XV. Le maroquin a conservé toute sa fraîcheuR. Petit manque à la coiffe supérieure. Un mors légèrement épidermé et un coin usé. Dimensions : 625 x 469 mm. Provenance : ex-libris gravé du XVIIIe siècle, D. D. p. p. de Nicolay. Vinet, 520 ; Ruggieri, 574 ; Cohen, 870 ; Gourary, 475, pour un ex. en demi-maroquin moderne ; Olivier, 1730-1736 et 2495.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
ERRARD (J.). La Fortification réduicte en art et desmontré... À Paris, 1600, in-folio de 2 ff. sign a2, et 102 pp. A-Z2, Aa-Cc2, vélin ivoire, filets dorés autour des plats, couronne de lauriers au centre, dos lisse orné d'une fleur de lys

Lot 32: ERRARD (J.). La Fortification réduicte en art et desmontré... À Paris, 1600, in-folio de 2 ff. sign a2, et 102 pp. A-Z2, Aa-Cc2, vélin ivoire, filets dorés autour des plats, couronne de lauriers au centre, dos lisse orné d'une fleur de lys

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: ERRARD (J.). La Fortification réduicte en art et desmontré... À Paris, 1600, in-folio de 2 ff. sign ?2, et 102 pp. A-Z2, Aa-Cc2, vélin ivoire, filets dorés autour des plats, couronne de lauriers au centre, dos lisse orné d'une fleur de lys plusieurs fois répétée, tranches dorées (reliure de l'époque). ÉDITION ORIGINALE du premier traité d'architecture militaire français. Dédiée à Henri IV, elle est très rare et manque à beaucoup de grandes bibliothèques publiques. Le XVIe siècle est marqué par une véritable évolution en matière de fortification. Apparaissent notamment pour la première fois en Italie (1525), puis en France (1530), les bastions et les citadelles. L'aeuvre d'Errard s'inscrit dans ce courant, qui annonce celle de Vauban. Il est le père de la fortification française. Jean Errard (1554-1610), protestant natif de Bar-le-Duc, suivit de bonnes études de mathématiques et de géométrie, puis entra en 1580 au service de Charles III de Lorraine. En 1583, il reçoit de ce dernier une somme d'argent pour publier des livres. Ainsi, paraît son Premier Livre des instruments mathématiques méchaniques... Son protecteur s'étant rallié à la ligue, Errard dut quitter la Lorraine en 1584, pour se réfugier dans la principauté calviniste de Sedan, où il reçut le titre d'ingénieur du prince de Sedan. Très vite, il acquit une juste réputation et poursuivit les travaux de l'enceinte urbaine bastionnée, puis, en 1587, il partit à Jametz, les Sedanais ayant décidé de mettre la place en état de défense. Assiégés par les troupes lorraines de Charles III, à la fin de 1587, les Sedanais, après un conseil de guerre auquel assista l'ingénieur, capitulèrent, le 24 juillet 1589. Sa longue défense de Jametz lui valut d'être remarqué par Henri IV, nouvellement couronné, qui l'appela à son service. Il accompagna alors le souverain dans les différentes campagnes menées pour reconquérir son royaume, s'occupa des opérations de siège, construisit des bastions et édifia de nouvelles fortifications. En 1599, Henri IV le nomma, pour le remercier, ingénieur ordinaire des fortifications des provinces de Picardie et d'Île-de-France. Il poursuivit son aeuvre jusqu'en 1610, date de sa mort. Son ouvrage repose sur les données de la géométrie, l'auteur nous explique tous les procédés qui permettent de tracer sur le terrain les différents polygones, réguliers et irréguliers, indispensables pour bien fortifier une place. Véritable sommet sur le sujet, souvent cité par ses successeurs, il a servi de référence à tous les auteurs des traités ultérieurs, et connut de nombreuses rééditions, traductions et contrefaçons. Une partie des frais d'impression de l'édition originale fut prise en charge par Henri IV, à la demande de Sully, qui était alors surintendant des Bâtiments du roi. L'exemplaire de dédicace est aujourd'hui conservé à la Bibliothèque nationale. D'un format royal, l'ouvrage est encore par sa mise en page, sa typographie, son ornementation, un livre comme seul le XVIe siècle sut en produire. Il s'ouvre sur un magnifique titre gravé, suivi de diagrammes interprétés sur bois et 38 gravures sur cuivre, la plupart occupant les deux tiers des pages. Sublime exemplaire dans un beau vélin ivoire de l'époque, soigneusement réglé. Il est parfaitement conservé. Condition exceptionnelle. Dimensions : 414 x 274 mm. Provenances : ex-libris manuscrit de l'époque, illisible ; timbre humide en allemand non déchiffré, en pied de la page de titre ; indication manuscrite de collation en allemand. Brunet, II, 1050 (éd. de 1604 et 1620) ; Millard, I, 68 (éd. de 1620) ; Katalog Berlin, 3518 (éd. de 1622) ; Gaber, Jean Errard de Bar-le-Duc, ingénieur des fortifications du roi de France Henri IV, pp. 105-118 ; Pouillon (Cat., 1985, n° 45, édition de 1603).

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
PERRET (J.). Des fortifications et artifices, architecture et perspective... [Paris, 1601], in-folio d'un frontispice gravé, de 20 ff., dont un f. de dédicace et un de privilège, et 22 pl., dont 21 doubles, vélin ivoire, filets dorés autour des

Lot 33: PERRET (J.). Des fortifications et artifices, architecture et perspective... [Paris, 1601], in-folio d'un frontispice gravé, de 20 ff., dont un f. de dédicace et un de privilège, et 22 pl., dont 21 doubles, vélin ivoire, filets dorés autour des

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: PERRET (J.). Des fortifications et artifices, architecture et perspective... [Paris, 1601], in-folio d'un frontispice gravé, de 20 ff., dont un f. de dédicace et un de privilège, et 22 pl., dont 21 doubles, vélin ivoire, filets dorés autour des plats, armes au centre, dos lisse sobrement orné, tranches dorées (reliure de l'époque). ÉDITION ORIGINALE, rare. Dédié à Henri IV, l'ouvrage s'inscrit dans la vague de publications sur les fortifications que connut la France à la fin du XVIe siècle et au début du siècle suivant, phénomène rencontré en Italie dans les années 1550. Le premier traité paru fut celui de Jean Errard, qui fut rapidement suivi par celui de Jacques Perret (ca 1545-ca 1620). L'un et l'autre connurent plusieurs éditions. Peu de renseignements nous sont parvenus sur ce visionnaire. D'origine savoyarde, de confession protestante, il servit Henri IV en qualité d'architecte et d'ingénieuR. Il occupa également une chaire de mathématicien au collège de Chambéry, alors tenu par les Jésuites. Son travail se situe dans la mouvance de celui des grands humanistes et architectes, tels Thomas More ou Alberti, tous deux habités par l'idée d'une ville parfaite. Déjà dans son aeuvre transparaît, à travers ses conceptions de la rue, de la place et du jardin, ce que sera l'urbanisme tel que nous le connaissons aujourd'hui. Un aspect futuriste affleure dans certaines planches, en particulier dans celle qui présente un « building » de 130 mètres, pouvant abriter 500 personnes, lequel n'est pas sans évoquer les premiers gratte-ciel américains. Par son format, par la qualité des planches, par son impression, la publication d'un tel ouvrage nécessitait des fonds importants. Henri II de Rohan, dont les armes apparaissent sur quinze des planches de l'ouvrage, pourrait bien en avoir été le mécène, tout comme Henri IV l'avait été pour La Fortification reduicte en art et desmontré d'Errard. Sitôt paru, le livre fit l'objet d'une édition, ou contrefaçon, imprimée en français à Francfort-sur-le-Main (1602) par Wolf Richter, aux dépens de la veuve et des deux fils de Théodore de Bry. C'est par cette édition que l'ouvrage est généralement connu. Dans le même temps, une première édition allemande fut publiée, suivie quelques années plus tard (1613) par celle d'Oppenheim. L'année supposée de la mort de Perret, en 1620, est imprimée et diffusée une seconde édition parisienne. Plus récemment, un reprint de l'originale a été publié par Le Jardin de Flore, maison fondée par Fernand Pouillon. L'illustration fut confiée à un autre protestant, Thomas de Leu (Flandres, 1555-Paris, 1612), qui avait été nommé graveur d'Henri IV en 1594. Il travailla d'abord à Anvers avec Jean Ditmer, puis s'installa à Paris en 1577, ville où il termina sa carrière. Pour le traité de Perret, de Leu grava un titre-frontispice et 22 planches, parmi lesquelles sont représentées des villes fortifiées ou « villes idéales ». Elles font l'objet d'un plan au sol ou d'un plan en élévation et perspective, accompagné d'une notice. Les plans au sol sont ceinturés d'inscriptions bibliques tirées pour la plupart des Psaumes, symbolisant ainsi que la vraie défense est la parole de Dieu, mais aussi que la bonne architecture est celle qui se calque directement sur l'ordonnance divine. Les 17 notices élégamment imprimées en caractères ronds sont ornées d'une série d'initiales à fond décoré. Exemplaire de très grande qualité, aux armes de Louis-Henri de Bourbon-Condé, fils de Louis III et de Louise-Françoise de Bourbon, dite Mademoiselle de Nantes. Dimensions : 427 x 291 mm. Provenances : Louis-Henri de Bourbon-Condé (1692-1740) ; traces de cachet, illisibles. BAL, III, 4050 (éd. de 1620) ; Katalog Berlin, 2368 (éd. de 1620) ; Brunet, IV, 511 ; Millard, I, 139 ; BNF, Estampes, Inventaire du fonds français, I, pp. 476-484 ; Cockle, 799 ; [...], Utopie, la quête de la société idéale en Occident, BNF, pp. 139 et 173-176.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
ZEISING (H.). Theatri machinarum. Leipzigk et Altenburg, Grossen - Liegern - Meuschken - Jansonium, 1614-1629, 6 parties en 2 vol. in-8° oblong, vélin ivoire, dos lisses, traces de lacets, tranches bleutées (reliure de l'époque).

Lot 34: ZEISING (H.). Theatri machinarum. Leipzigk et Altenburg, Grossen - Liegern - Meuschken - Jansonium, 1614-1629, 6 parties en 2 vol. in-8° oblong, vélin ivoire, dos lisses, traces de lacets, tranches bleutées (reliure de l'époque).

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: ZEISING (H.). Theatri machinarum. Leipzigk et Altenburg, Grossen - Liegern - Meuschken - Jansonium, 1614-1629, 6 parties en 2 vol. in-8° oblong, vélin ivoire, dos lisses, traces de lacets, tranches bleutées (reliure de l'époque). Premier théâtre de machines allemand. L'auteur, étudiant en architecture, confia à son ami, Henning Grosse le Jeune, libraire à Leipzig, le soin de publier cette seconde édition, l'originale étant parue en 1607. Il s'assura les services de Hieronymus Megiser pour les traductions et ceux de Johann Meuschken, Georg Liegern et Justum Jansonium pour l'impression. Le texte s'articule autour de six parties, chacune annoncée par un bel encadrement de titre baroque, deux d'entre eux étant signés soit du nom soit des initiales de Andreas BretschneideR. L'illustration, inspirée de celle de Ramelli, se compose de 152 gravures sur cuivre, représentant des pompes aspirantes et refoulantes, des fontaines, des treuils, des leviers, des ponts mobiles, des grues, des machines hydrauliques, des écluses... La plupart présentent un aspect plus animé et détaillé que celles des autres théâtres de machines de Ramelli, Zonca, Branca et BoeckleR. Bien que la moitié d'entre elles ne soient pas signées, certaines planches portent les mentions HZ f. HG exc. ou AB f. HG exc. Il faut certainement voir dans ces initiales les noms de Henning Grosse, Heinrich Zeising et Andreas BretschneideR. Nous savons que ce dernier s'installa à Leipzig en 1611, et qu'il travailla à l'illustration de livres pour Grosse, avec notamment les gravures d'un Ramelli publié en 1620. On remarque que les planches signées ont été traitées avec plus de soin que certaines autres, restées anonymes. Exemplaire étalon, très bien conservé, de cet ouvrage rare en belle condition. Dimensions : 156 x 185 mm (texte) ; 146 x 165 mm (atlas). Aucune marque de provenance. Wolf, A History of Science, Technology... in the XVIth and XVIIth Centuries, p. 541 ; V. D. 17, pp. 72-73, 221-223 et 340-342 ; Holstein (B.), pp. 154-156.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
ZONCA (V.). Novo teatro di machine et edificii... Padoua, P. Bertelli, 1607, in-4°, maroquin bleu, sur les plats, décor à froid, dos à nerfs, doublure de maroquin blanc, tranches dorées (David).

Lot 35: ZONCA (V.). Novo teatro di machine et edificii... Padoua, P. Bertelli, 1607, in-4°, maroquin bleu, sur les plats, décor à froid, dos à nerfs, doublure de maroquin blanc, tranches dorées (David).

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: ZONCA (V.). Novo teatro di machine et edificii... Padoua, P. Bertelli, 1607, in-4°, maroquin bleu, sur les plats, décor à froid, dos à nerfs, doublure de maroquin blanc, tranches dorées (David). ÉDITION ORIGINALE de ce théâtre de machines, publié quelques années après les ouvrages de Besson et Ramelli. Il fut réédité. S'inspirant des dessins du manuscrit, Trattato di architettura, de l'ingénieur siennois, François-Georges Martini (1439-1501), qui est aujourd'hui conservé à la Bibliothèque laurentienne, Zonca nous offre ici un panorama d'instruments et de machines, formé de 42 planches gravées, ici en PREMIER TIRAGE, figurant des presses à huile et à caractères mobiles, des machines à tisser, des écluses, des pompes hydrauliques, des élévateurs... Ces illustrations servirent de modèles à de nombreux ingénieurs. Le livre s'ouvre sur un très beau titre-frontispice. Exemplaire luxueusement relié. Dimensions : 288 x 198 mm. Aucune marque de provenance. Riccardi, I, 669 ; Norman, 2281 ; Singer, Technology, III, pp. 41, 172 et 451 ; Wolf, A History of Science, Technology... in the XVIth and XVIIth Centuries, p. 540 ; Reti, Technology and Culture, pp. 287-298 ; Dibner, Heralds of Science, 173 ; Séris (J.-P.), Machine et communication, p. 28.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
SCAMOZZI (V.). L'Idea della architettura universale... divisa in X Libri. Venise, L'Auteur, 1615, 2 parties en un vol. in-folio, vélin rigide ivoire, dos à nerfs, tranches lisses (reliure de l'époque).

Lot 36: SCAMOZZI (V.). L'Idea della architettura universale... divisa in X Libri. Venise, L'Auteur, 1615, 2 parties en un vol. in-folio, vélin rigide ivoire, dos à nerfs, tranches lisses (reliure de l'époque).

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: SCAMOZZI (V.). L'Idea della architettura universale... divisa in X Libri. Venise, L'Auteur, 1615, 2 parties en un vol. in-folio, vélin rigide ivoire, dos à nerfs, tranches lisses (reliure de l'époque). ÉDITION ORIGINALE. Vincenzo Scamozzi (1552-1616), un continuateur de Palladio. Il resta très longtemps attaché à l'architecte de Padoue, et ce n'est qu'après la mort de ce dernier, qu'il se libéra de son influence pour adopter le style baroque naissant. Grand voyageur, on le retrouve à Vicence, à Venise, à Padoue. Il passa les dernières années de sa vie au service des Habsbourg. L'Idea della architettura, le dernier grand traité de la Renaissance. Commencé en 1582, l'ouvrage devait être initialement composé de douze livres et aurait constitué la somme de toutes les connaissances développées au cours du XVIe siècle. Pour des raisons restées inconnues, seuls six livres virent le jour, dont l'impression fut financée par l'auteur. Un titre inscrit dans un grand portique orné du portrait de l'auteur annonce chaque partie, puis suivent 36 bois et 5 cuivres pour la première partie, et 6 bois et 41 cuivres pour la seconde. Exemplaire conservé dans sa première reliure. Tranche-fil cassée. Mors anciennement renforcés. Dimensions : 345 x 226 mm. Provenance : Robert Middleton, avec son ex-libris. BAL, IV, 2917, Fowler & Baer, 292 ; Katalog Berlin, 2605 ; Cicognara, 651 ; Millard, IV, 123.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
KESLAR (Fr.). Espargne-bois, c'est à dire, nouvelle et parci-devant non commune, ni mise en lumière, invention de certains et divers fourneaux artificiels, par l'usage desquels, on pourra annuellement espargner une infinite de bois, & autres matières

Lot 37: KESLAR (Fr.). Espargne-bois, c'est à dire, nouvelle et parci-devant non commune, ni mise en lumière, invention de certains et divers fourneaux artificiels, par l'usage desquels, on pourra annuellement espargner une infinite de bois, & autres matières

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: KESLAR (Fr.). Espargne-bois, c'est à dire, nouvelle et parci-devant non commune, ni mise en lumière, invention de certains et divers fourneaux artificiels, par l'usage desquels, on pourra annuellement espargner une infinite de bois, & autres matières nourrissantes le feu, & neantmoins entretenir es poiles une chaleur commode, & plus salubre, escrite premierement en Allemand, pour le bien & le profit de l'Allemagne, & declaré par Figures representantes les dits fourneaux. Maintenant publiee en François pour le bien & le profit public de la France, & de tous ceux qui usent de cette langue. Oppenheim, Jean Théodore de Bry, 1619, in-4°, maroquin rouge, triple filet doré autour des plats, dos lisse orné, coupes filetées or, roulette intérieure dorée, doublure et gardes de soie bleue, tranches dorées (reliure du XVIIIe siècle). Première et unique (?) édition française. Elle a été publiée par le graveur sur cuivre et éditeur Jean Théodore de Bry (1561-1623), né à Strasbourg, qui s'établit à Oppenheim, en 1609. Le livre a paru l'année précédente en allemand, chez le même éditeur, sous le titre Holzsparkunst. Premier livre sur le chauffage individuel au moyen de poêles. Peintre de Francfort, Franz Keslar ou Kessler (ca 1580-ca 1630) décrit plusieurs modèles de chauffage alors inédits en France. "In 1619, Franz Keslar, a painter from Frankfurt-am-Main, published at Oppenheim, in french, his Espargne-bois ('Wood-saver'), in which he set out merits of what was, in France, still an invention for the future. It was a way to keep warm in cold weather while economising on wood, and so to bring relief to the poor and the mass of the people. In France, following Germany, the public good was involted in this new still at guiding fire and capturing heat, getting rid of smoke through pipes made of earthenware or metal, and warming rooms both large and small. The model advocated by Keslar was a wood-burning furnace such as is still used today, several tiers high and «magnificently» decored, probably to make up for the loss of decoration due to the disappearance of the fireplace." 5 planches gravées sur cuivre, dont une dépliante. Intéressante illustration figurant les divers types de poêles, dont deux sont des chauffages individuels richement décorés, à la manière des kachelofen [poêles à carreaux] alsaciens. Reliure en maroquin, de la seconde moitié du XVIIIe siècle, faite avec soin, dans la lignée de celles élégamment exécutées par Derome pour le duc de La Vallière. Feuillets brunis comme très souvent. Dimensions : 196 x 142 mm. Provenance : Yemeniz (Cat., 1867, n° 894 (« Livre extrêmement curieux et pour le texte et pour les figures dont il est enrichi et qui représentent des systèmes de chauffage, dont quelques-uns, malgré les progrès de ces derniers temps, ne seraient pas à dédaigner »)), avec son ex-libris. Roche (D.), A History of Everyday Things, the Birth of Consumption in France, 1600-1800, p. 128.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
JOUSSE (M.). La Fidelle ouverture de l'art de serrurier... Ensemble un petit traité de diverses trempes... La Flèche, G. Griveau, 1627, petit in-folio, maroquin bleu janséniste, dos à nerfs, roulette intérieure dorée, tranches dorées (Lortic).

Lot 38: JOUSSE (M.). La Fidelle ouverture de l'art de serrurier... Ensemble un petit traité de diverses trempes... La Flèche, G. Griveau, 1627, petit in-folio, maroquin bleu janséniste, dos à nerfs, roulette intérieure dorée, tranches dorées (Lortic).

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: JOUSSE (M.). La Fidelle ouverture de l'art de serrurier... Ensemble un petit traité de diverses trempes... La Flèche, G. Griveau, 1627, petit in-folio, maroquin bleu janséniste, dos à nerfs, roulette intérieure dorée, tranches dorées (Lortic). ÉDITION ORIGINALE du premier traité important exclusivement consacré à l'art du serrurier et du forgeron, sorti des presses de G. Griveau, imprimeur à La Flèche, petite ville de la Sarthe. L'auteur s'étonne d'ailleurs dans son texte que rien n'ait été encore publié sur le sujet : « Il m'estonne que veu le besoing que l'utilité publique en a, personne que je sache ne s'est encor jusqu'à présent, ingéré d'en mettre aucune sorte par écris. » Jousse rassembla donc les connaissances nécessaires à la pratique de ces métiers qui s'exerçaient suivant les traditions du XVIe siècle et reçut, le 20 mars 1626, le privilège de faire imprimer son ouvrage pour dix ans. Pour accompagner son texte, 67 gravures, dont 39 sur cuivre, toutes d'esprit baroque, furent dessinées. Elles figurent des clefs dont les anneaux sont composés d'élégants rinceaux symétriques, finement ciselés et ajourés, des garnitures de sûreté, des serrures appelées vertevelles, des tirouërs, pièces aux formes héraldiques ou florales permettant de mouvoir le verrou, des targettes décorées de chimères à becs d'oiseaux, à têtes de bélier... et des heurtoirs, boucles ornées de feuilles. Une planche représente pour la première fois un outil à tailler les limes. "Very few technical treatises qualify as contributions to the history of art. La Fidele ouverture de l'art de serrurerie is one of the elect..." (Besterman). Bel exemplaire. Dimensions : 310 x 202 mm. BAL, II, 1639 ; Katalog Berlin, 1333 ; Guilmard, Les Maîtres ornemanistes, 26 ; Besterman, Old Art Books, 50 ; D'Allemagne (H.), Les Anciens Maîtres serruriers et leurs meilleurs travaux, Gründ, 1943 ; [...], Le Livre dans la vie quotidienne, BNF, 443-444 ; [...], La Fidèle Ouverture ou l'art du serrurier, Rouen, Musée Le Secq des Tournelles, 2007, pp. 47-51.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
DAN (P.). Le Trésor des merveilles de la maison de Fontainebleau... Paris, S. Cramoisy, 1642, in-folio, veau granité, armes au centre des plats, dos à nerfs orné, tranches dorées (reliure de l'époque).

Lot 39: DAN (P.). Le Trésor des merveilles de la maison de Fontainebleau... Paris, S. Cramoisy, 1642, in-folio, veau granité, armes au centre des plats, dos à nerfs orné, tranches dorées (reliure de l'époque).

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: DAN (P.). Le Trésor des merveilles de la maison de Fontainebleau... Paris, S. Cramoisy, 1642, in-folio, veau granité, armes au centre des plats, dos à nerfs orné, tranches dorées (reliure de l'époque). ÉDITION ORIGINALE de la première étude descriptive du château de Fontainebleau et de ses jardins et dépendances, depuis sa fondation jusqu'aux diverses modifications apportées sous le règne de Louis XIII (1589-1643). Pierre Dan (ca 1580-1649), supérieur du couvent royal de Fontainebleau, se présente dans ce livre à la fois comme historien de la célèbre résidence royale, mais aussi comme son chroniqueuR. En tant qu'historien, il décrit les bâtiments, rappelant entre autres que la construction des ailes de la cour du Cheval blanc est due à Serlio, attribution confirmée par J.-M. Pérouse de Montclos, il s'attarde sur les différentes pièces, avec une importante place consacrée à la galerie d'Ulysse, et n'oublie pas les jardins avec leurs célèbres fontaines, dessinées par les Francine, les dépendances et les alentours, dont les forêts. Puis, le chroniqueur consigne un grand nombre d'événements qui ont émaillé la vie du château : une cérémonie organisée à l'occasion d'une promotion de l'ordre du Saint-Esprit, la visite d'une ambassade turque, une chasse avec Henri IV... La famille florentine des Francini, ou Francine, fut une dynastie d'ingénieurs hydrauliciens ou fontainiers qui occupèrent les fonctions d'intendants des eaux et forêts royales pendant cent soixante ans. Les premiers arrivés, en 1598, sont Thomas, le surintendant des eaux et fontaines de Pratolino, entre 1594 et 1596, et Alexandre, qui fut nommé en 1602 responsable des jeux d'eaux des jardins de Fontainebleau, alors que son aîné en avait dessiné les fontaines. Dan confia la partie iconographique à Abraham Bosse (1604-1676) et Michel Lasne (1595-1667), qui gravèrent 9 planches d'après les dessins des frères Thomas et Alexandre Francine. Huit d'entre elles représentent des fontaines, dont celle de la Volière, bâtie sous Henri IV, et celle du Tibre. La neuvième est un plan du château et des jardins montrant une vue à vol d'oiseau prise côté ouest. Ce plan, semble-t-il, ne fut précédé que par ceux d'Androuet du Cerceau, publiés vers 1579. Prestigieux exemplaire, sur GRAND PAPIER, aux armes de Louis-Urbain Le Fèvre de Caumartin, marquis de Saint-Ange, qui fut successivement intendant des finances en 1690, puis conseiller d'État en 1697. Il mourut dans son château de Saint-Ange, près de Fontainebleau, où il avait rassemblé une importante bibliothèque. Un mors et une coiffe très habilement restaurés, ainsi qu'une petite galerie de vers obturée. Dimensions : 339 x 244 mm. Provenances : Bibliothèque Barbet (Cat., 1932, n° 532), avec son cachet ; un ex-libris moderne non identifié. Katalog Berlin, 2460 ; Ganay, 18 ; Pérouse de Montclos (J.-M.), Fontainebleau, pp. 29, 46, 52, 210 et 217 ; Olivier, 651.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
CHASTILLON (Cl. de). Topographie française ou représentation de plusieurs villes, bourgs, chasteaux, maisons de plaisance, ruines... [Paris], Boisseau, 1641 (?), in-folio, vélin rigide, tranches lisses (reliure ancienne).

Lot 40: CHASTILLON (Cl. de). Topographie française ou représentation de plusieurs villes, bourgs, chasteaux, maisons de plaisance, ruines... [Paris], Boisseau, 1641 (?), in-folio, vélin rigide, tranches lisses (reliure ancienne).

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: CHASTILLON (Cl. de). Topographie française ou représentation de plusieurs villes, bourgs, chasteaux, maisons de plaisance, ruines... [Paris], Boisseau, 1641 (?), in-folio, vélin rigide, tranches lisses (reliure ancienne). Claude Chastillon, un ingénieur au service de l'État. Né à Chalons-sur-Marne, Claude Chastillon (1559-1616) fut l'un des six ingénieurs du roi chargés de surveiller les programmes de fortification mis en place aux frontières du pays. La Champagne lui fut attribuée. On le retrouve ensuite dans le Poitou, en 1605, puis en Guyenne, en 1606, où il achève la construction du phare de Cordouan, à Rouen, en 1608, où il collabore au projet de port sur la Seine, et enfin, à Paris, en 1608 et 1613. Il meurt en 1616, laissant derrière lui une importante somme de croquis, dont certains étaient déjà gravés, mais rien n'avait été encore publié. La Topographie : la « France monumentale » d'Henri IV. Publiée en 1641, on la doit au dynamique marchand de tailles-douces parisien, Jean Boisseau, qui avait acquis les dessins de Chastillon et qui les fit pour la plupart graveR. Plusieurs éditions se succédèrent. La première, parue en 1641, avec 392 vues, une carte et un plan, fut probablement remise en vente en 1644, augmentée de vues, puis, en 1648, avec environ 484 figures, et encore, par Louis Boissevin, en 1655, avec 558 compositions. Parmi ces compositions, certaines portent l'excudit de Jacques Poissart, Mathieu Merian, François Langlois et des frères Briot. Exemplaire composite, s'ouvrant sur un feuillet de titre daté 1641, contre-collé et amputé de l'encadrement de J. Gautier, puis suivent un f. de table, ayant subi des restaurations, et 396 vues, certaines contre-collées. Quelques planches sont datées 1645. Nous nous limiterons à numéroter ces vues en nous fondant sur la nomenclature de Mme Pastoureau : 1-62 ; 64-66 ; 68-114 ; 116-119 ; 121-138 ; 140-217 ; 219-258 ; 260-269 ; 272-273 ; 275 ; 277-290 ; 292-337 ; 340-355 ; 357-369 ; 372-386 ; 395 ; 396 ; 397 ; 399-401 ; 403 ; 405-406 ; 422 ; 425-426 ; 428 ; 430 ; 448-449 ; 451 ; 455 ; 458 ; 460 ; 462-463 ; 468. 3 vues non identifiées. Vendu sans retour. Dimensions : 421 x 304 mm. Pastoureau, Atlas français des XVIe et XVIIe siècles, pp. 98-124 ; Millard, I, 31 ; Buissent (D.), Ingénieurs et fortifications avant Vauban, pp. 69-73 (« Chastillon a sans doute influencé la manière dont les Français de l'époque "voyaient" leur pays. »).

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
DERAND (R. P. François). L'Architecture des voûtes ou l'art des traits et coupes des voûtes... Paris, S. Cramoisy, 1643, in-folio, maroquin rouge, roulette et filets dorés autour des plats, fleur de lys en angle, armes au centre, dos à nerfs orné

Lot 41: DERAND (R. P. François). L'Architecture des voûtes ou l'art des traits et coupes des voûtes... Paris, S. Cramoisy, 1643, in-folio, maroquin rouge, roulette et filets dorés autour des plats, fleur de lys en angle, armes au centre, dos à nerfs orné

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: DERAND (R. P. François). L'Architecture des voûtes ou l'art des traits et coupes des voûtes... Paris, S. Cramoisy, 1643, in-folio, maroquin rouge, roulette et filets dorés autour des plats, fleur de lys en angle, armes au centre, dos à nerfs orné d'une large fleur de lys plusieurs fois répétée, roulette intérieure dorée, tranches dorées (reliure de l'époque). ÉDITION ORIGINALE. L'ouvrage fut réédité en 1743 et 1755. L'un des grands traités de stéréotomie. Les années 1640 voient paraître coup sur coup le Secret d'architecture (1642) de Mathurin Jousse, le Brouillon project d'exemples d'une manière universelle... touchant la pratique du trait (1640) de Desargues et L'Architecture des voûtes (1643) de Derand. Leur point commun est d'avoir placé la stéréotomie de manière autonome tant vis-à-vis des mathématiques que de l'architecture. L'intérêt du traité de Derand (1588-1644), à la fois mathématicien et architecte, tient non seulement à la qualité de la publication, mais aussi par la caution que le mathématicien apporte au pragmatisme des maçons. D'Aviler en fait l'éloge : « Le meilleur de tous, au goût de ceux qui joignent la pratique à la théorie, est le père François Derand, jésuite, qui en a fait un ample volume avec tous les éclaircissements nécessaires par discours et par figures ; aussi est-ce celui que les ouvriers recherchent le plus et on le donne aux apprentis comme le plus sûr guide pour parvenir à la connaissance de cette partie qui n'est pas la moins difficile de l'architecture. » 126 gravures à pleine page avec leur titre placé dans d'élégants cartouches. Exemplaire aux armes de La Ballue, conseiller au Parlement de Paris en 1690. Rare dans cette condition. Partie inférieure du mors supérieur anciennement restaurée. Dimensions : 427 x 282 mm. Provenances : La Ballue ; duc de Newcastle, avec son ex-libris. BAL, I, 844 ; Fowler & Baer, 101 ; Cicognara, 490 ; Millard, I, 60 ; Olivier, 206 ; Pérouse de Montclos (J.-M.), L'Architecture à la française, du milieu du XVe à la fin du XVIIIe siècle, pp. 93-102.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
BARRIÈRE (D.). Villa Aldobrandina Tusculana sive varii illius hortorum et fontium prospectus. Rome, Iacobi de Rubeis, 1647, in-folio de 22 planches, veau granité, filet à froid autour des plats, dos à nerfs orné de fleurons, pièce de titre rouge,

Lot 42: BARRIÈRE (D.). Villa Aldobrandina Tusculana sive varii illius hortorum et fontium prospectus. Rome, Iacobi de Rubeis, 1647, in-folio de 22 planches, veau granité, filet à froid autour des plats, dos à nerfs orné de fleurons, pièce de titre rouge,

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: BARRIÈRE (D.). Villa Aldobrandina Tusculana sive varii illius hortorum et fontium prospectus. Rome, Iacobi de Rubeis, 1647, in-folio de 22 planches, veau granité, filet à froid autour des plats, dos à nerfs orné de fleurons, pièce de titre rouge, tranches jaspées (reliure de l'époque). Seule et unique édition, rare. Belle suite entièrement gravée en taille-douce, composée d'un titre-frontispice orné, dans un médaillon, du portrait allégorique du jeune Louis XIV, alors âgé de 9 ans, dédicataire de l'ouvrage, une épître au souverain, un avis au lecteur et 19 planches dont 6 doubles de Dominique Barrière. Les figures représentent sept vues de la villa et de ses jardins, une vue de l'intérieur de la villa, dix scènes mythologiques d'après les fresques de Domenico Zampieri (1581-1641), dit le Dominiquin, qui ornent le palais et un plan topographique de la villa. Dominique Barrière (vers 1615-vers 1678) : un graveur français exerçant à Rome. Élève de Giulio Parigi (1571-1635), il vécut à Rome dans la première moitié du XVIIe siècle au milieu d'un groupe d'éminents aquafortistes et de burinistes français qui y séjournèrent plus ou moins longuement, tels Jacques Callot, Claude Mellan, Philippe Thomassin, Sébastien Vouillemont, Nicolas Chaperon et François Collignon. La villa Aldobrandini avait été construite à Frascati, sur les collines de Tusculum, dans les environs de Rome, entre 1598 et 1603, à la demande du cardinal Pietro Aldobrandini (1571-1621), neveu du pape Clément VIII, pour fixer le souvenir de l'annexion du duché de Ferrare au domaine de l'Église. Les travaux furent entrepris par l'architecte Giacomo della Porta (1532-1602), élève de Michel-Ange et indirectement de Vignola, puis achevés à sa mort par Carlo Maderno (1556-1629) avec l'aide de l'ingénieur Domenico Fontana (1543-1607). Giovanni Battista Viola (1576-1622) collabora avec le Dominiquin au décor de la villa de 1616 à 1617. Cette villa, également connue sous le nom de Villa du Belvédère, en raison de sa remarquable situation géographique sur la campagne romaine, se caractérise par un surprenant jardin s'élevant en amphithéâtre jusqu'au sommet de la colline, orné de fontaines avec niches, cascades, jeux d'eau, balustrades, sculptures de colosses et de satyres, vases et orangerie. C'est tout particulièrement son savant théâtre d'eau qui en fit la renommée par la complexité technique mise en aeuvre pour l'adduction de ses eaux et la beauté de ses effets. Il fut dessiné par Orazio Olivieri et Giovanni Guglielmi. Devenue veuve de Paolo Borghèse en 1646, Olimpia Aldobrandini (1623-1681), princesse de Rossano, épousa l'année suivante, en 1647, le prince Camillo Pamphili, neveu du pape Innocent X, qui renonça de fait au cardinalat. La dot de son premier mariage, en 1638, comprend, entre autres, la magnifique villa qu'elle avait héritée de son oncle, le cardinal Ippolito Aldobrandini (1594-1638), lui-même neveu de Pietro Aldobrandini. À la fin du XVIIIe siècle, cette demeure passa aux mains des Borghèse. Elle appartient aujourd'hui à l'un des membres de la famille Rothschild. Exemplaire relié à l'époque, bien conservé. Il est de l'état avec les numéros, les planches étant signées du monogramme de Dominique Barrière, hormis la première qui ne porte pas le monogramme, mais dont on ne connaît pas d'état successif. Reliure restaurée. Dimensions : 401 x 260 mm. BAL, I, 195 ("22 engraved plates, including title and engraved prelims", demi-maroquin bleu moderne) ; Rossetti, p. 808 ("[3] ff., 19 plates", condition non précisée) ; Katalog Berlin, 3490 (incomplet de la planche 7) ; Robert-Dumesnil, III, 144-165 ; IFF, XVIIe siècle, I, 34-55, pp. 274-276 ; Brunet, I, 667 (« 22 planches ») ; Le Blanc, 36-57 ; Kissner (aucun exemplaire) ; Giannalisa Feltrinelli Library, III, 1997, 235 (3 p. ff. et 19 pl., reliure du XVIIIe siècle, gardes renouvelées) ; D'Onofrio (C.), La Villa Aldobrandini di Frascati, Rome, 1963 ; Coffin, Gardens and gardening in papal Rome, 1991 ; Mosser (M.), Histoire des jardins de la Renaissance à nos jours, 2002 (non cité).

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
BARRIÈRE (D.). Villa Pamphilia, eiusque palatium, cum suis prospectibus, statuae, fontes, vivaria, theatri, assolae, plantarum... Rome, Iacobi de Rubeis, s. d. [ca 1666], in-folio de 2 ff. de texte et 84 planches, maroquin rouge, filets dorés autour

Lot 43: BARRIÈRE (D.). Villa Pamphilia, eiusque palatium, cum suis prospectibus, statuae, fontes, vivaria, theatri, assolae, plantarum... Rome, Iacobi de Rubeis, s. d. [ca 1666], in-folio de 2 ff. de texte et 84 planches, maroquin rouge, filets dorés autour

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: BARRIÈRE (D.). Villa Pamphilia, eiusque palatium, cum suis prospectibus, statuae, fontes, vivaria, theatri, assolae, plantarum... Rome, Iacobi de Rubeis, s. d. [ca 1666], in-folio de 2 ff. de texte et 84 planches, maroquin rouge, filets dorés autour des plats, fleur de lys en angle, dos à nerfs richement orné, tranches dorées sur marbrure (reliure de l'époque). PREMIÈRE ÉDITION. La villa Pamphilia, la dernière et la plus somptueuse des villas romaines. Construite dans la décennie 1640, sur un projet pensé par le sculpteur bolognais, Alessandro Algardi (1598-1654), et l'architecte Jean-François Grimaldi, elle salua la montée sur le trône pontifical de Jean-Baptiste Pamphili, sous le nom d'Innocent X. Ce fut le neveu du pape, Camille Pamphili (1622-juin 1666), mécène et collectionneur, qui commanda en 1650, trois ans après son union avec Olimpia Aldobrandini, l'embellissement de cette villa palladienne dont les jardins ont été en partie dessinés par Le Nôtre (1613-1700). La collection familiale de sculptures y fut mise en scène à l'intérieur du palais, dans les niches de la façade, ainsi que dans les jardins. Pour célébrer ce magnifique projet, il demanda à Dominique Barrière (ca 1615-ca 1678), l'un des meilleurs dessinateurs d'architecture, qui se trouvait alors à Rome, de réaliser les dessins et les gravures de certaines vues de la villa, ainsi que ceux des statues ou bustes de la collection. L'ouvrage, auquel son commanditaire ajouta des vues par Falda (ca 1640-1678), est pour ainsi dire le second volet d'un diptyque, dont le premier serait la Villa Aldobrandina Tusculana, paru vingt ans plus tôt, en 1647. Un frontispice gravé par Barrière, figurant l'entrée de la villa Pamphilia, un portrait de Camille Pamphili, interprété au burin par Visscher, d'après une peinture du Génois Jean-Baptiste Gaulli, et 82 planches de Dominique Barrière et de Falda gravées sur cuivre, dont 5 grandes vues, un plan, 4 planches de fontaines et 72 de statues. Exemplaire exceptionnel. Dimensions : 439 x 305 mm. Provenance : Famille Aldobrandini, avec son ex-libris. BAL, IV, 3482, pour un exemplaire en veau de l'époque ; Katalog Berlin, 3491 ; Cicognara, 3911 ; Olschki, 16896 ; Rossetti, Rome, A Bibliography from the Invention of Printing through 1899, II, 4827.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
VASARI (G.). Le vite de' piu eccelenti Pittori, Scultori et Architettori... Bologna, Heredi di Evangelista Dozza, 1647, 3 vol. in-4° maroquin rouge, filets dorés autour des plats, dos à nerfs, dans le caisson supérieur titre en lettres dorées,

Lot 44: VASARI (G.). Le vite de' piu eccelenti Pittori, Scultori et Architettori... Bologna, Heredi di Evangelista Dozza, 1647, 3 vol. in-4° maroquin rouge, filets dorés autour des plats, dos à nerfs, dans le caisson supérieur titre en lettres dorées,

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: VASARI (G.). Le vite de' piu eccelenti Pittori, Scultori et Architettori... Bologna, Heredi di Evangelista Dozza, 1647, 3 vol. in-4° maroquin rouge, filets dorés autour des plats, dos à nerfs, dans le caisson supérieur titre en lettres dorées, tranches dorées (reliure italienne de l'époque). Le plus célèbre et le plus sérieux ouvrage d'histoire de l'art, contenant les biographies des peintres, sculpteurs et architectes depuis le XIIIe jusqu'au XVIe siècle, et l'étude de leurs aeuvres. Le livre fut offert pour la première fois au public en 1550. Seconde édition illustrée, reprise sur celle des Giunta publiée à Florence en 1568. Le texte a été augmenté de commentaires, imprimés en marge, et l'illustration, de quelques portraits. Giorgio Vasari (1511-1574), le biographe de la Renaissance. Avec Le vite de' piu eccelenti pittori, scultori e architettori, ou Les Vies des plus excellents peintres, sculpteurs et architectes, Vasari, qui est à la fois peintre et architecte, compose un texte de la plus haute importance qui accompagne autant qu'il le célèbre le grand élan de la Renaissance italienne, dont il est le premier à utiliser le terme (rinascimento). Mélangeant appareil critique et biographique, ses commentaires sont étayés d'analyses d'aeuvres qui, parce qu'il est autant praticien que théoricien, s'avèrent pertinentes. Tout au long de son travail, il démontre que l'architecture, la sculpture et la peinture sont des arts moins manuels qu'intellectuels. En 1563, il fonda l'académie de dessin de Florence, dont le premier président fut Michel-Ange, et où Titien, Tintoret et bien d'autres furent élèves. Cette institution posa pour longtemps les bases de l'enseignement des beaux-arts, qui se devait d'être tout autant philosophique que technique. Un titre frontispice par Bloemaert d'après Giovanni Angelo Camino, répété dans chaque tome, et 152 portraits contenus dans de beaux encadrements, l'ensemble gravé sur bois. Superbe exemplaire dans une reliure italienne de l'époque. Quelques feuillets brunis au t. II. Dimensions : 239 x 166 mm. Provenance : Gerald & Dorothy Wellesley, avec leur ex-libris. PMM, 88 (éd. de 1568 : "It became a model for subsequent writings on the history of arts... (for its period it has remained the chief authority...") ; Mortimer, II, 514 (éd. de 1568) ; Schlosser, p. 289.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
AURIGNAC (Fr. d'). Abbrégé de toutes sortes de fortifications, tant régulières qu'irrégulières, bastions, plats, forts de campagne... Paris, A. Courbé - Chez l'auteur, 1650, in-4° de 4 ff. sign. A4 et 36 ff. sign. B-K4, maroquin rouge, plats ornés

Lot 45: AURIGNAC (Fr. d'). Abbrégé de toutes sortes de fortifications, tant régulières qu'irrégulières, bastions, plats, forts de campagne... Paris, A. Courbé - Chez l'auteur, 1650, in-4° de 4 ff. sign. A4 et 36 ff. sign. B-K4, maroquin rouge, plats ornés

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: AURIGNAC (Fr. d'). Abbrégé de toutes sortes de fortifications, tant régulières qu'irrégulières, bastions, plats, forts de campagne... Paris, A. Courbé - Chez l'auteur, 1650, in-4° de 4 ff. sign. A4 et 36 ff. sign. B-K4, maroquin rouge, plats ornés d'un semé de fleurs de lys, dos à nerfs orné de même, tranches dorées (reliure de l'époque). ÉDITION ORIGINALE, inconnue de Fowler & Baer, Millard, du Katalog Berlin, du BAL et de Brunet ; elle est rare. Sur François d'Aurignac (1622-1670), nous avons peu de renseignements. Il indique dans sa dédicace à Louis XIV, qu'il a passé vingt ans aux armées. À la suite de cet Abbrégé, il publiera, à compte d'auteur, successivement deux éditions de son Livre de toutes sortes de fortifications (1664 et 1670). 31 planches gravées (schémas de fortifications), un tableau dépliant (« Abbrégé de toutes les fortifications précédentes ») et une table dépliante (« Table de toutes sortes de profils »). Superbe exemplaire de présent, entièrement couvert de l'emblème royal, la fleur de lys. Dimensions : 235 x 167 mm. Provenances : Barbry (inscription manuscrite : « Abbé (?) Minet donné amoy Barbry ») ; de Montessuy, avec son timbre humide.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
SILVESTRE (I.). Vue de Paris, des environs de Paris, et des villes et châteaux de France dessinées et gravées par Israël Silvestre. Paris, Henriet, s. d. [ca 1660], 2 vol., grand in-folio et petit in-folio, maroquin rouge, dentelle du Louvre autour

Lot 46: SILVESTRE (I.). Vue de Paris, des environs de Paris, et des villes et châteaux de France dessinées et gravées par Israël Silvestre. Paris, Henriet, s. d. [ca 1660], 2 vol., grand in-folio et petit in-folio, maroquin rouge, dentelle du Louvre autour

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: SILVESTRE (I.). Vue de Paris, des environs de Paris, et des villes et châteaux de France dessinées et gravées par Israël Silvestre. Paris, Henriet, s. d. [ca 1660], 2 vol., grand in-folio et petit in-folio, maroquin rouge, dentelle du Louvre autour des plats avec petit soleil en angle, armes au centre, dos à nerfs ornés d'un chiffre couronné [LL] plusieurs fois répété, tranches dorées (reliure de l'époque). Précieuse collection d'environ 563 gravures, formée par l'abbé de Marolles. La France sous Louis XIV : 171 vues concernent Paris et 392, la province, la plupart par Israël Silvestre (1621-1691). Issu du milieu artistique lorrain du XVIIe siècle, qui vit s'épanouir Jacques Bellange, Claude Deruet, Georges de La Tour, Jacques Callot... Israël Silvestre, très tôt orphelin, migre à Paris chez son oncle Israël Henriet, le marchand d'estampes de Callot. Pour parfaire sa formation, il voyage en France et en Italie, ce qui lui permet d'être ce merveilleux témoin de son époque, dont on apprécie le trait en feuilletant ses carnets de route. L'ensemble est complété par un portrait de Silvestre interprété par Edelinck d'après Le Brun et de 8 estampes de Le Clerc, Della Bella, Drevet. Michel de Marolles, un collectionneur d'estampes novateur, dont La Bruyère fit le Démocède de ses Caractères. Traducteur de nombreux auteurs latins, Michel de Marolles (1600-1681), abbé de Villeloin, fréquenta les salons parisiens, dont celui de Madeleine de Scudéry. C'est cependant à sa passion des estampes qu'il doit sa notoriété. Il avait en effet rassemblé une collection de gravures de tous les temps et de tous les pays, considérable par le nombre (123 000 pièces) et la qualité (6 000 artistes, parmi lesquels Mantegna, Dürer, Bosse, Callot...). La Bruyère en fit l'un de ses Caractères, raillant ce qui ne constituait à ses yeux que passion exclusive et obsessionnelle. L'acquisition par Colbert, en 1667, de l'ensemble de la collection pour le roi peut être considérée comme l'acte fondateur du Cabinet des estampes de la Bibliothèque royale. Le classement novateur, en aeuvres monographiques et en séries thématiques, que Marolles avait créé pour sa collection, fut le système adopté pour les collections du Cabinet jusqu'au XIXe siècle. Nos volumes sont décrits aux nos 133 et 134 de l'inventaire manuscrit du catalogue Marolles du Cabinet des estampes, établi au début du XVIIIe siècle. En 1892 (?), ils furent cédés par la Bibliothèque nationale, très certainement à Hippolyte Destailleur dans le cadre d'un échange. Luxueuses reliures aux armes royales. « Lorsque l'abbé de Marolles céda sa collection d'estampes à Louis XIV, il [...] constitua des volumes qu'il fit relier en maroquin du Levant frappé aux armes royales. » (Beaumont-Maillet, p. 6). Dimensions : 600 x 460 mm ; 491 x 326 mm. Provenances : Abbé de Marolles, avec son numéro d'inventaire, Marolles n° 133 ; Bibliothèque royale puis nationale, avec ses cachets au recto et verso de certaines vues ; Hippolyte Destailleur (Cat., 1895, n° 742 « Collection de pièces en premières et belles épreuves, formée par l'abbé de Marolles ») ; un timbre humide rouge figurant le chiffre [RB] au verso des gravures ; F. Pouillon, mais ne figure pas à ses catalogues de vente. Beaumont-Maillet (L.), « Les Collectionneurs au Cabinet des estampes », in Nouvelles de l'estampe, n° 132, déc. 1993, pp. 5-27.

Condition Report: Certificat d'exportation demandé et obtenu

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
ZEILLER (M.). Topographia Galliae sive descriptio et delineatio famosissimorum locorum in potentissimo Regno Galliae... Francfort, Merian, 1655-1661, 13 parties en 4 vol. in-4°, t. I : 6 ff. (titre gravé, titre, dédicace), pp. 5-80 de texte, 2 ff.

Lot 47: ZEILLER (M.). Topographia Galliae sive descriptio et delineatio famosissimorum locorum in potentissimo Regno Galliae... Francfort, Merian, 1655-1661, 13 parties en 4 vol. in-4°, t. I : 6 ff. (titre gravé, titre, dédicace), pp. 5-80 de texte, 2 ff.

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: ZEILLER (M.). Topographia Galliae sive descriptio et delineatio famosissimorum locorum in potentissimo Regno Galliae... Francfort, Merian, 1655-1661, 13 parties en 4 vol. in-4°, t. I : 6 ff. (titre gravé, titre, dédicace), pp. 5-80 de texte, 2 ff. d'index des lieux, 2 ff. de table, 4 ff. « Manuductor in urbem parisiorum... » ; t. II : un titre gravé (1656), un f. de dédicace, pp. 4-36 de texte, 2 ff. d'index et table - titre gravé (1556), un f. de dédicace, pp. 5-25 de texte, 3 pp. d'index et table ; t. III : f. de titre (1657), un f. de dédicace, 2 ff. de table des planches, parties V à VIII, pp. 3-21 de texte, pp. 22-23 index - f. de titre (1657), pp. 3-24 de texte, 2 ff. d'index - f. de titre (1657), pp. 3-64 de texte, 3 ff. d'index - f. de titre (1657), pp. 3-44, 2 ff. d'index, 2 ff. « Manuductor » ; t. IV : f. de titre (1661), un f. « informatio pro bibliopego », parties IX-XIII, pp. 3-23 de texte, 3 pp. d'index - f. de titre (1661), pp. 3-54, 3 ff. d'index - f. de titre (1661), pp. 3-72, 3 ff. d'index, f. blanc - f. de titre (1661) ; pp. 3-37, 2 pp. d'index - f. de titre (1661), pp. 3-31, 3 pp. d'index, 6 pp. « notae », maroquin rouge, filets dorés autour des plats, dos à nerfs richement ornés, tranches dorées (reliure de l'époque). ÉDITION ORIGINALE, en latin, publiée simultanément avec une édition allemande et une hollandaise. La France monumentale sous Louis XIV. La Topographie de Zeiller est la plus importante somme topographique du XVIIe siècle ; elle fit l'objet de plusieurs rééditions. Les cartes sont tirées de l'Atlas de Mercator, les vues sont pour beaucoup inspirées des planches de Silvestre et de Marot. Importante illustration : 340 cartes, vues et plans, la plupart à double page ou repliées, interprétées sur cuivre. L'exemplaire idéal, bien complet de toutes les pièces requises, texte comme illustrations, est rare. Ici, une vue dépliante de Paris (1re partie) et 4 pl. (nos 41, 59 et 102 de la 1re partie ; n° 34 de la 3e) sont absentes. Exemplaire bien conservé, en reliure française de l'époque. Quelques rares planches et feuillets de texte roussis. La pl. du Pont-Neuf est restaurée et présente quelques petits manques. La pl. du gouvernement général d'Orléans (T. III, 7e partie) présente un petit manque dans la pliure centrale. Dimensions : 302 x 197 mm. Provenance : bibliothèque de Ragley Hall, avec son ex-libris.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
ZEILLER (M.). Topographia Galliae. Pars V[-VIII]. Francfort, Merian, 1657, 4 parties en un vol. in-folio, maroquin rouge, armes au centre des plats, dos à nerfs orné d'un chiffre et d'armes plusieurs fois répétés, tranches dorées (reliure de

Lot 48: ZEILLER (M.). Topographia Galliae. Pars V[-VIII]. Francfort, Merian, 1657, 4 parties en un vol. in-folio, maroquin rouge, armes au centre des plats, dos à nerfs orné d'un chiffre et d'armes plusieurs fois répétés, tranches dorées (reliure de

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: ZEILLER (M.). Topographia Galliae. Pars V[-VIII]. Francfort, Merian, 1657, 4 parties en un vol. in-folio, maroquin rouge, armes au centre des plats, dos à nerfs orné d'un chiffre et d'armes plusieurs fois répétés, tranches dorées (reliure de l'époque). ÉDITION ORIGINALE, en latin. 4 titres gravés, 6 cartes et 51 planches, la plupart à double page, illustrent ces quatre parties de la Topographie consacrées aux Lyonnais-Forez-Bourbonnais, Berry-Auvergne-Limousin, Pays de Loire et Normandie. Parmi ces planches, il faut mentionner les 8 plans à vol d'oiseau de Lyon, La Rochelle, Caen, Cherbourg, Dieppe, Le Havre, Honfleur et Rouen, dans lesquels le graveur Matthaüs Merian (1593-1650) porte à son apogée ce type de cartographie par sa précision et sa finesse, combinant une vue de la ville et un panorama de sa banlieue. Superbe exemplaire non tomé, aux armes du chancelier Séguier. Successivement conseiller au Parlement, maître des requêtes, garde des Sceaux, puis chancelier de France, Pierre Séguier (1588-1672), qui fut aussi mécène, bibliophile et l'un des fondateurs de l'Académie, forma l'une des plus belles collections de son temps, aidé en cela par sa fonction, qui lui permit de bénéficier du dépôt légal. La plupart de ses livres étaient reliés par A. Ruette ou Le Gascon. Rien de surprenant à trouver un tel ouvrage dans sa bibliothèque, puisqu'il portait un intérêt particulier à la cartographie, ce qui l'amena à commander au graveur-topographe Jacques Gomboust (16"- ca 1688) le premier plan géométrique de Paris. En 1685, treize ans après sa mort, Le Ceinte et Hortemels dressèrent le catalogue de sa bibliothèque. Il ne fut pas suivi d'une vente. Ses livres furent conservés dans sa famille jusqu'à son arrière-petit-fils, Henri du Cambout de Coislin (1665-1732), évêque de Metz. La couleur du maroquin est restée très vive. Quelques feuillets brunis. Dimensions : 305 x 200 mm. Provenances : Pierre Séguier ; ex-libris manuscrit du XVIIIe siècle, Dervaÿe ; ex-libris armorié du XVIIIe siècle (cep de vigne fruité de trois grappes accolé à son échalas, couronne de comte, supports : deux licornes), non identifié.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
[MAROT (J.)]. Le magnifique château de Richelieu, en général et en particulier ou les plans, les élévations et profils généraux et particuliers dudit chasteau... Paris, s. d. [ca 1660], in-4° oblong, veau moucheté, roulette dorée autour des plats,

Lot 49: [MAROT (J.)]. Le magnifique château de Richelieu, en général et en particulier ou les plans, les élévations et profils généraux et particuliers dudit chasteau... Paris, s. d. [ca 1660], in-4° oblong, veau moucheté, roulette dorée autour des plats,

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: [MAROT (J.)]. Le magnifique château de Richelieu, en général et en particulier ou les plans, les élévations et profils généraux et particuliers dudit chasteau... Paris, s. d. [ca 1660], in-4° oblong, veau moucheté, roulette dorée autour des plats, dos de maroquin rouge à nerfs orné d'un treillage de filets ondulés, chiffre entrelacé et couronné frappé dans le caisson supérieur, tranches mouchetées (reliure du XVIIIe siècle). ÉDITION ORIGINALE. Richelieu bâtisseur. Depuis son entrée au Conseil du roi en 1624, jusqu'à sa mort, Armand Jean du Plessis de Richelieu (1585-1642), cardinal duc de Richelieu, ne cessa de construire, mais c'est à partir de 1630, année charnière où il consolide son pouvoir, qu'il donna une plus large ampleur à ses activités de bâtisseuR. En douze ans, il fit bâtir le palais Cardinal à Paris, le château de Rueil, l'église et l'université de la Sorbonne, ainsi que le château et la ville de Richelieu en Poitou. De cette production, seule subsiste l'église de la Sorbonne, quelques estampes, et cet album. Aucun dessin original de cette entreprise n'est aujourd'hui conservé. Le Cardinal et Jacques Lemercier (1585-1654). Préfigurant Louis XIV qui prit Le Vau à Fouquet, Richelieu emprunta dès 1627 à Marie de Médicis l'architecte du palais du Luxembourg, Jacques LemercieR. Peu connu et étudié, Lemercier reçut une formation de maître-maçon qui l'amena naturellement au métier d'architecte. Son séjour à Rome au début du XVIIe siècle l'influença durablement. Homme de culture, comme en témoigne sa vaste bibliothèque, il devint architecte du roi en 1619, mais le réel envol de sa carrière date de sa rencontre avec le Cardinal, qui en fit le responsable de son programme architectural. En 1639, il devint premier architecte du roi, la plus haute fonction pour un architecte à la cour. À la mort du Cardinal, Lemercier se fit plus discret. Le château de Richelieu en Poitou. Construit à l'origine par son père en 1580, Richelieu demanda à son architecte de préserver le vieux château et de l'incorporer à un ensemble plus vaste, s'articulant autour de ce château, d'un parc et d'une ville. Cette combinaison ville-château deviendra l'archétype des formes baroques au service du pouvoiR. L'influence italienne se retrouve ici dans une profusion de statues romaines, modèle que Lemercier observa en visitant les villas Médicis et Borghèse, lors de son séjour italien. Le château fut démoli au XIXe siècle. Pour commémorer cette entreprise, un album fut élaboré, peut-être à l'initiative de Buisine, l'auteur de la dédicace. Il le dédia au neveu du Cardinal. 19 planches, simples ou doubles, par Jean Marot (1609-1679), forment cet album. Elles figurent des plans, des vues et perspectives, ainsi que des élévations et profils. Exemplaire du premier tirage au chiffre du Earl of Essex, Viscount Maldon et Baron Capell of Hadham. Coiffe supérieure usée. Dimensions : 242 x 332 mm. Provenance : Earl of Essex, avec son ex-libris. BAL, III, 2043 ; Fowler & Baer, 192 ; Millard, I, 115 ; Guilmard, p. 84, n° 3.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
Plans, élévations et vues des châteaux du Louvre et des Tuileries. S. l. [Paris], s. d. [1727 ou 1743], in-folio grand aigle, maroquin citron, double filet doré autour des plats, chiffre couronné en angle, armes au centre, dos à nerfs orné d'un

Lot 50: Plans, élévations et vues des châteaux du Louvre et des Tuileries. S. l. [Paris], s. d. [1727 ou 1743], in-folio grand aigle, maroquin citron, double filet doré autour des plats, chiffre couronné en angle, armes au centre, dos à nerfs orné d'un

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: [...]. Plans, élévations et vues des châteaux du Louvre et des Tuileries. S. l. [Paris], s. d. [1727 ou 1743], in-folio grand aigle, maroquin citron, double filet doré autour des plats, chiffre couronné en angle, armes au centre, dos à nerfs orné d'un chiffre couronné plusieurs fois répété, tranches dorées (reliure de l'époque). Forme la première partie du quatrième volume du Cabinet du roi, de l'édition de 1727 ou 1743. 15 planches gravées par Berain, S. Le Clerc, J. Marot et Israël Silvestre. Elles représentent des plans, dont celui du jardin des Tuileries, des façades, des machines, dont celles qui ont servi à élever les deux grandes pierres qui couvrent le fronton de l'entrée principale du Louvre, et 4 sont des vues des Tuileries. Est relié avec : Ornements de peinture et de sculpture de la Galerie d'Apollon au Louvre. Id., s. d. [ca 1710]. 29 planches gravées, y compris le frontispice, par J.-B. Scotin, J. Berain, f. Chauveau et Le Moine, représentant les grands et les petits trumeaux ainsi que les plafonds de la Galerie d'Apollon, et les portes, dessus-de-porte et lambris du grand appartement des Tuileries. Exemplaire de qualité, en reliure du temps, aux armes et chiffre de Louis XIV. Quelques planches, comme toujours, ombrées. Rare en maroquin citron. Dimensions : 625 x 456 mm. Provenances : Sir Pearson Viscount Cowdray, avec son ex-libris ; Alexis de Redé, avec son ex-libris.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
Per page:
1
2
3
Next »