The world’s premier auctions
 
 
WELCOME TO INVALUABLE
Be the first to know about
the latest online auctions.
Please enter a valid email address (name@host.com)
Sign Up »
PS: We value your privacy
Thank you!
 
 
Want to learn more
about online auctions?
Take a Quick Tour »
 
Invaluable cannot guarantee the accuracy of translations through Google Translate and disclaims any responsibility for inaccurate translations.
Show translation options
Auction Description for Artcurial: Le Mans Classic 2014 by Artcurial Motorcars
Viewing Notes:
Vente : 2535
Lieu : Le Mans
Date : 5 juil. 2014 14:00
Commentaires
Vacations
Automobilia 11h : Lot 1-148

Le Mans Classic 2014 by Artcurial Motorcars 14h :
Lot 201-Fin

Communiqué de presse

Commissaire-priseur :
Hervé Poulain
EXPOSITION
4 juillet, de 10h à 22h
5 juillet, de 10h à 14h

Tente Artcurial
Circuit des 24H du Mans
72000 Le Mans
Sale Notes:
Vente : 2535
Lieu : Le Mans
Date : 5 juil. 2014 14:00
Commentaires
Vacations
Automobilia 11h : Lot 1-148

Le Mans Classic 2014 by Artcurial Motorcars 14h :
Lot 201-Fin

Communiqué de presse

Commissaire-priseur :
Hervé Poulain
EXPOSITION
4 juillet, de 10h à 22h
5 juillet, de 10h à 14h

Tente Artcurial
Circuit des 24H du Mans
72000 Le Mans

Le Mans Classic 2014 by Artcurial Motorcars

(110 Lots)

by Artcurial - Briest - Poulain - F. Tajan

Platinum House

110 lots with images

July 5, 2014

Live Auction

Tente Artcurial, Circuit des 24 heures du Mans

Le Mans , 72000 France

Phone: +33 2 43 40 39 50

Sort by:  
Lots with images first
Per page:  
1967 Austin Mini 850 automatique, transformation voiture de plage  No reserve

Lot 201: 1967 Austin Mini 850 automatique, transformation voiture de plage No reserve

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: 1967 Austin Mini 850 automatique, transformation voiture de plage No reserve Carte grise française Châssis n° 1000925A Moteur n° 8AK-A-H288 - Exemplaire unique, réalisation soignée - Deuxième main, 20 720 km Cette Mini 850 a été vendue neuve en juillet 1967 par le concessionnaire BMC d'Alençon. Trois ans plus tard, après avoir parcouru 17 000 km, le propriétaire a fait reprendre la voiture par son concessionnaire. Celui-ci, plutôt que de la proposer en occasion, a décidé de profiter de son bon état pour la modifier en voiture de plage. Comme il possédait en effet un bateau à La Baule, elle allait parfaitement convenir à un usage de vacances. Les travaux ont été réalisés dans son propre atelier et, une fois la transformation effectuée, la carte grise a été modifiée en catégorie cabriolet, en juillet 1970. Depuis, la voiture a servi pendant les vacances et n'affiche que 20 720 km, son kilométrage d'origine. Toujours stockée à l'abri, elle est en très bel état. La mécanique a été remise en route par le propriétaire en mai 2014, mais une révision des freins et une vérification de principe devra être effectuée. La voiture dispose de sa notice d'utilisation d'origine. Il s'agit d'une réalisation très soignée, équipée d'un capotage complet et de côtés permettant une protection complète en cas de mauvais temps. Il sera difficile de trouver un modèle d'une aussi grande originalité et en aussi bon état. MERCI DE BIEN VOULOIR NOTER QUE LA VOITURE EST VENDUE SANS CONTROLE TEHCNIQUE. French title Chassis n° 1000925A Engine n° 8AK-A-H288 - Unique example, carefully constructed - Two owners, 20 720 km This Mini 850 was sold new in July 1967 by the BMC dealer in Alençon. Three years later, having covered 17,000 km, the owner gave the car back to the dealer. Rather than offer it as a second-hand car, he decided to take advantage of its good condition and transform it into a beach car. Owning a boat at La Baule, this would be perfect for using on holiday. The work was carried out in his own workshop and once completed, it was re-registered as a cabriolet in July 1970. Since that time, the car has only been used during holidays and has covered just 20,720 km from new. Always stored under cover, it remains in excellent condition. Mechanical work was carried out by the owner in May 2014, but the brakes will need servicing and a major inspection should be carried out. The car comes with its original owner's manual. This transformation has been carried out diligently, and the car comes with full hood and sides that provide complete protection in bad weather. It will be difficult to find another model as original as this, in such good condition. PLEASE NOTE THAT THE CAR WILL BE SOLD WITHOUT A TECHNICAL INSPECTION.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
1972 Alfa Romeo 1300 GT Junior  No reserve

Lot 202: 1972 Alfa Romeo 1300 GT Junior No reserve

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: 1972 Alfa Romeo 1300 GT Junior No reserve Titre de circulation grec Châssis n° AR 1275492 Moteur n°AK00530*E7598 - Troisième main - Superbement préservée Selon les archives Alfa Romeo, cette Alfa Romeo 1300 GT Junior est sortie des ateliers le 4 février 1972 dans sa teinte gris clair et a été vendue le 18 février 1972 à Motor Hellas, à Athènes, qui était à l'époque l'importateur Alfa Romeo en Grèce et faisait courir de nombreuses voitures de la marque. La voiture est ensuite passée entre les mains d'une propriétaire, qui en a pris grand soin. Le troisième propriétaire, qui s'en sépare aujourd'hui, en a fait l'acquisition en 1998 alors que le compteur n'affichait que 50 000 km. Depuis, il a utilisé cette voiture très régulièrement, tout en s'assurant d'un entretien méticuleux. En 2006, il a participé au Rallye de l'Acropole Historique, en catégorie régularité. La voiture est donc accompagnée d'un passeport FIVA, nécessaire pour ce type d'épreuve internationale. Elle dispose aussi de son manuel d'utilisateur d'origine et affiche aujourd'hui 71000 km. Elle se présente en état d'origine très bien préservé, de teinte grise avec intérieur noir en bon état et équipé d'un autoradio. Ces coupés Alfa Romeo Bertone combinent une ligne élégante et sobre avec un tempérament sportif. Celui-ci a en plus l'avantage d'un état d'origine enviable. Greek title Chassis n° AR 1275492 Engine n° AK00530*E7598 - Three owners - Superbly preserved According to Alfa Romeo archives, this Alfa Romeo 1300 GT left the workshops on 4 February 1972 in its light grey livery, and was sold on 18 February 1972 to Motor Hellas, in Athens, the Alfa Romeo importer in Greece at that time who had a large number of the marque's cars raced. It then passed into the hands of an owner who took enormous care of the car. The third and current owner bought it in 1998 when the odometer stood at just 50,000 km. Since that time, he has used the car regularly, always maintaining it fastidiously. In 2006, he took part in the Historic Acropolis Rally, in the regularity category. The car thus comes with its FIVA passport, required for this type of international competition. It also has its original owner's manual and today the odometer reads 71,000 km. It is presented in very well preserved original condition, in grey with good condition black interior, and fitted with a radio. These Alfa Romeo Bertone coupés combine an elegant, restrained styling with a sporty personality. This example has the added attraction of being in desirable, original condition.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
1969 Honda S 800 coupé

Lot 203: 1969 Honda S 800 coupé

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: 1969 Honda S 800 coupé Carte grise française Châssis n° 1007874 Moteur n° 1011428 - Rare première main - Entretien exceptionnel Cette Honda S800 est intéressante à plus d'un titre. D'abord par son histoire, car elle a été achetée avec les gains d'un tiercé gagnant et son propriétaire ne s'en est ensuite jamais séparé. D'autre part par la qualité de l'entretien et qui en fait une des rares S800 en strict état d'origine bien conservée. Achetée neuve à la concession de Thiais (tenue par le pilote Éric Offenstadt) avec autoradio Blaupunkt en option, elle a fait l'objet de toutes les attentions du propriétaire respectant les conseils de son concessionnaire. Ainsi, elle a bénéficié tout au long de sa vie d'une vidange tous les 3 000 km (avec de l'huile Veedol spécial racing quand elle existait) et de travaux répertoriés avec précision dans un carnet d'entretien. En 1998, alors que le compteur affichait 99 920 km, le moteur a fait l'objet d'une réfection complète chez un motoriste du Loiret pour la somme de 30 000 francs. Un échappement inox a été monté en 2009, et la voiture affiche aujourd'hui 112 000 km. Cette voiture en remarquable état d'origine est équipée de ses clés d'origine, de sa trousse à outils, et de ses carnets. Son nouvel utilisateur pourra donc profiter pleinement de ses remarquables qualités mécaniques et routières, avec la satisfaction de posséder une automobile à l'historique exceptionnel. French title Chassis n° 1007874 Engine n° 1011428 - Rare one-owner car - Exceptionally well-maintained This Honda S800 is interesting in more ways than one. Firstly, for its history, as it was bought new with the proceeds of a win on the horses, and has been kept by the owner ever since. Secondly, the car has been incredibly well maintained, and it is one of the very few surviving S800s in well-conserved and strictly original condition. Bought new from the Thiais dealership (run by racing driver Éric Offenstadt), with Blaupunkt radio as an option, it has been looked after meticulously by the owner, following the advice of his dealer. It has been treated to an oil change every 3,000 km (with the special Veedol racing oil while it existed) and all work carefully logged in a service book. In 1998, when the odometer read 99,920 km, the engine was completely overhauled by a mechanic from Loiret, for the sum of around 30,000 francs. A stainless steel exhaust was fitted in 2009, and the car records 112,000 km today. This example is in remarkably original condition and comes with its original keys, toolkit and manuals. The new owner will be able to enjoy its excellent mechanical and road-going qualities, with the added satisfaction of knowing it has an exceptional history.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
1974 Renault Alpine A110 1600 SC

Lot 204: 1974 Renault Alpine A110 1600 SC

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: 1974 Renault Alpine A110 1600 SC Carte grise française Châssis n° 20174 - État d'origine rare - Nombre de propriétaires limité - Entretien suivi La vie de cette voiture lui a permis d'être incroyablement bien préservée : elle est restée entre les mêmes mains de 1977 à 1983 puis, de 1983 à 1995, chez M. Patrick Bauchet. C'est en 1995 que l'a achetée son dernier propriétaire, Gordiniste passionné. Suite à son décès, ses enfants vendent aujourd'hui à regret cette voiture. La peinture a été refaite dans les années 1980 mais, en dehors de cette opération, la voiture est restée d'origine et une expertise de Jean-Michel Cérède datant de 1995 déclare qu'elle est en bon état général et ne semble pas présenter de traces de choc. Le propriétaire a ensuite utilisé cette voiture avec l'attention que l'on prête aux objets qui vous sont chers, ne parcourant en quinze ans que 10 000 km. Un important dossier de factures retrace l'historique des travaux effectués, ainsi que ceux réalisés par le propriétaire lui-même, soigneusement consignés sur un calendrier. Rien qu'en 2014, plus de 2 000 € ont été dépensés. Cette Alpine 1600 SC est équipée d'un coupe-batterie, d'un demi-arceau et son moteur comporte deux carburateurs Weber 45. L'intérieur semble entièrement d'origine, situation rare pour ce genre de voiture qui a généralement connu des modifications imposées par une vie en course. Ce n'est pas le cas de celle-ci, et c'est ce qui la rend tellement désirable. French registration Chassis # 20174 - Impressive state of origin - Limited number of owners - Maintenance carefully monitored The life of this car helped it to be incredibly well preserved: it has remained in the same hands from 1977 to 1983 and then belonged to Mr Patrick Bauchet from 1983 to 1995. It was in 1995 that the car was bought by its last owner, a Gordiniste enthusiast. Following his death, his children now regret selling this car. The paint was redone in the 1980s but, apart from this, the car has remained original and expert evaluation of Jean- Michel Cerede from 1995 confirms that the car was is in very good condition and there are not visible dents. The owner then used this car with the attention given to objects that are dear to oneself and in 15 years this car has hardly done 10,000 km. An important invoice file traces the history of work performed, as well as those made by the owner himself, carefully recorded on a calendar. More than € 2,000 were spent in 2014. This Alpine SC 1600 is equipped with a battery switch, a half-arch and its engine has two Weber 45 carburetors. The interior looks completely original, rare for this kind of cars which generally underwent modifications due to their racing history. This is not the case of this car, which makes it so desirable.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
1965 Austin-Healey 3000 MkIII Phase 2

Lot 205: 1965 Austin-Healey 3000 MkIII Phase 2

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: 1965 Austin-Healey 3000 MkIII Phase 2 Carte grise française Châssis n° HBJ8L29257 - Restauration Lecoq - Belle présentation Après avoir été achetée par son propriétaire précédent en décembre 2001 lors d'une vente aux enchères Poulain-Le Fur, cette voiture a bénéficié en 2006 d'une restauration complète par les fameux ateliers Lecoq. Après décapage et ajustage, elle a reçu la livrée qui est encore la sienne, bleu Healey avec flancs "Old English White", capote et sièges en vinyle bleu et couvre-capote assorti. Sur le plan mécanique, les travaux ont consisté en une réfection complète des suspensions, une remise en état des freins avec pose de disques Dunlop à l'arrière (comme sur les dernières versions de rallye), la pose d'un allumage électronique, d'un ventilateur électrique et d'un réservoir d'essence en aluminium. Enfin, l'installation d'une ligne d'échappement à sortie latérale permet au six-cylindres 3 litres de s'exprimer avec une sonorité particulièrement mélodieuse. En 2013, cette voiture a changé de mains à l'occasion de la vente Artcurial de Rétromobile et, depuis, elle a bénéficié d'une révision complète chez Vintage Auto, avec notamment remplacement du servofrein. Cette version MkIII Phase 2 correspond à l'une des plus évoluées des "Big Healey", mais également les plus recherchées. French title Chassis n° HBJ8L29257 - Lecoq restoration - Superb presentation Having been bought by the previous owner in December 2001 at a Poulain-Le Fur auction, this car underwent a complete restoration in 2006 in the renowned Lecoq workshops. It was stripped down, prepared and given the livery it retains today, Healey blue over Old English White, with hood and seats in blue vinyl and matching tonneau cover. On the mechanical front, the suspension was completely overhauled, as were the brakes, with Dunlop discs fitted at the rear (as on the last rally versions). It was fitted with electric ignition, electric fan, an aluminium fuel tank and a side exhaust that allows the 3-litre six-cylinder engine to make a wonderful sound. In 2013 the car changed hands at the Artcurial Retromobile sale, and has since benefitted from a thorough service at Vintage Auto, that included replacing the servo-assisted brakes. This MkIII Phase 2 version was one of the most advanced of the " Big Healeys " and is also the most sought-after.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
1965 Jaguar Type E 4,2 L Série 1 coupé  No reserve

Lot 206: 1965 Jaguar Type E 4,2 L Série 1 coupé No reserve

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: 1965 Jaguar Type E 4,2 L Série 1 coupé No reserve Carte grise française Châssis n° 1E31666 Moteur n° 7R9400-9 - Un seul propriétaire depuis 1987 - Voiture soignée, belle présentation - Une ligne que le temps n'a fait qu'embellir Délivrée neuve aux USA en septembre 1965 dans sa livrée " Opalescent Silver Blue ", cette voiture est la première achetée par notre collectionneur. Il a été séduit par la ligne extraordinairement belle de la Type E, surtout dans sa première version. Acquise en 1987 auprès d'un marchand parisien, ce coupé 4,2 litres boîte mécanique a par la suite bénéficié de différents travaux : en 1999, les ateliers SPR, spécialistes de la marque, ont révisé les carburateurs, remplacé les rotules de suspension et plusieurs silentblocs, et refait l'allumage. L'année suivante, c'était au tour de l'embrayage de faire l'objet d'une réfection, avec parallèlement remplacement des pipes d'échappement. Aujourd'hui, le compteur de ce beau coupé bleu ciel affiche 89 000 miles et l'intérieur cuir bleu nuit patiné est une invitation à y prendre place. La mécanique démarre à la première sollicitation et tourne bien. Vendue sans contrôle technique et ayant peu roulé des dernières années, une révision de principe sera à prévoir avant d'utiliser sans arrière-pensée les 265 ch délivrés par son splendide six-cylindres en ligne double arbre issu de la compétition. Le coupé Type E était déjà une icône automobile lors de sa présentation en 1961, et ce statut n'a fait que se confirmer au fil des ans. French title Chassis n° 1E31666 Engine n° 7R9400-9 - One owner since 1987 - Well maintained car, lovely presentation - Styling with a allure that has grown over time Delivered new to the US in September 1965 in its " Opalescent Silver Blue " livery, this was the first car acquired by our collector. He was drawn to the beautiful styling of the E-Type, particularly in its first version. Bought in 1987 from a Parisian dealer, this manual 4.2-litre coupé subsequently had work carried out : in 1999, marque specialists SPR serviced the carburettors, replaced suspension ball joints and silentblocs, and overhauled the ignition. The following year the clutch was repaired and exhaust pipes replaced. Today, the odometer of this lovely coupé reads 89,000 miles and the patinated midnight blue leather interior is an invitation to climb in. The engine starts up first time and turns over well. It is being sold without technical inspection (MOT), and having not been driven much in recent years, a service will be needed in order to enjoy the 265 bhp produced by its splendid competition-inspired twin overhead cam in-line six-cylinder engine. The E-Type was an iconic automobile from the moment it appeared in 1961, and has held this status ever since.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
1964 Jaguar MkII 3,8 L toit ouvrant  No reserve

Lot 207: 1964 Jaguar MkII 3,8 L toit ouvrant No reserve

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: 1964 Jaguar MkII 3,8 L toit ouvrant No reserve Carte grise française Châssis n° P223857DN - Même propriétaire depuis 1990 - Entretien suivi - Désirable toit ouvrant en option - Livrée neuve à Paris par Delecroix. De l'histoire de cette Jaguar MkII, on sait que, sortie d'usine le 9 juillet 1964, elle a été livrée neuve le 30 du même mois par l'agence Delecroix à un certain M.Somas, à Paris. En juin 1977, elle change de mains à Paris et, depuis mars 1990, elle appartient au même propriétaire. Lors de son achat, elle affichait 29 000 km et en totalise 45 870 aujourd'hui. Son propriétaire lui a fait bénéficier de nombreux travaux dont témoigne le dossier de factures : remplacement des amortisseurs et révision des carburateurs chez British Motors en 1996 ; opération de remise à niveau mécanique en 1998 chez SPR, spécialiste Jaguar, avec notamment remplacement du collecteur d'échappement, de pastilles de dessablage, graissage, contrôle des rotules ; réfection de l'embrayage et réparation du radiateur en 2011. Vendue sans contrôle technique, cette voiture n'a pas roulé régulièrement ces derniers temps et devra donc faire l'objet d'une révision de principe, bien qu'un court essai nous ait permis de constater un fonctionnement correct. Dans une agréable livrée bordeaux, elle affiche une sellerie en cuir gris en bon état, légèrement patinée, avec des boiseries qui pourront bénéficier de quelques soins et d'un volant accessoire. Dotée d'un rare toit ouvrant, elle est également équipée d'une boîte mécanique avec overdrive, qui permettra de profiter pleinement de ses qualités de berline puissante et luxueuse. French title Chassis n° P223857DN - One owner since 1990 - Continuous maintenance - Desirable sunroof option - Delivered new to Paris by Delecroix. The records for this Jaguar MkII tell us that it left the factory on 9 July 1964 and was delivered new on 30 July by the agent Delecroix to a certain M. Somas, in Paris. In June 1977, it changed hands in Paris and, since March 1990, has had one owner. At that time, it recorded 29,000 km and the figure today is 45,870 km. Its owner has had much work carried out on the car, as documented in the file of invoices: the shock absorbers were replaced and the carburettors overhauled by British Motors in 1996 ; mechanical work in 1998 by Jaguar specialists SPR that included replacing the exhaust manifold, core plugs, greasing, control of the ball-joints ; repairs to the clutch and the radiator in 2011. Offered without technical inspection (MOT), the car has not been driven regularly for some time and will need a service, although a short test drive enabled us to ascertain that it is running correctly. Presented in attractive burgundy livery, the grey leather upholstery is in good condition, lightly patinated, with wood trim that would benefit from some attention. Equipped with a rare opening sunroof, it also comes with a manual gearbox with overdrive, features that allow its qualities as a powerful and luxurious saloon to be enjoyed to the full.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
1975 Jaguar XJ12 Série 2  No reserve

Lot 208: 1975 Jaguar XJ12 Série 2 No reserve

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: 1975 Jaguar XJ12 Série 2 No reserve Carte grise française Châssis n° 2R54242BW - Deuxième main, même propriétaire depuis 1982 - Belle présentation - Moteur V12 exceptionnel Cette berline Jaguar a été achetée en 1982 à son premier propriétaire, chef d'entreprise parisien : il s'agit donc d'une seconde main. L'actuel propriétaire l'a ensuite utilisée pour ses déplacements quotidiens, ainsi qu'à l'occasion des vacances où il a mis la voiture à contribution pour tracter une caravane. L'attelage est toujours présent. Un important dossier de factures atteste de l'entretien régulier apporté à cette automobile, grâce notamment à son utilisation quotidienne. De teinte bleu nuit avec sellerie en cuir beige patinée, elle est équipée d'une boîte automatique, de la climatisation et d'un autoradio Blaupunkt d'époque. Le compteur affiche 10 744 km, mais l'on peut déduire de l'historique d'entretien que le kilométrage d'origine s'élève probablement à 210 744 km, ce qui témoigne de la robustesse de sa mécanique quand elle est correctement utilisée et entretenue. Cette voiture est vendue sans contrôle technique. La mécanique se met en route sans problème, mais nous avons noté une fuite de liquide de refroidissement lorsque le moteur tourne, ce qui nécessitera une révision complète. Forte des 285 ch de son V12 d'une onctuosité sans pareil, cette berline Jaguar offre encore aujourd'hui un luxe et un confort de conduite rarement égalés. French title Chassis n° 2R54242BW - Two owners, current owner since 1982 - Lovely presentation - Outstanding V12 engine This Jaguar saloon was bought in 1982 from the original owner, a Parisian entrepreneur and is a two-owner car. The current owner has driven it on a daily basis as well as on holidays when it has been used to tow a caravan. The tow-bar is still attached. A large file of invoices records the regular maintenance this car has enjoyed, having been used on a daily basis. In midnight blue with patinated beige leather interior, it comes with automatic gearbox, air-conditioning and period Blaupunkt radio. The odometer reads 10,744 km but given the service history, this is likely to be 210,744 km, which is a testament to the robustness of the engineering when used and maintained properly. The car is being sold without technical inspection (MOT). The car drives, but we have noticed that the coolant is leaking when the engine turns, thus requiring a thorough overhaul. With 285 bhp available from a V12 engine that is unbelievably smooth, this Jaguar saloon still offers a level of luxury and comfort that is hard to match today.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
1953 Jaguar XK120 roadster  No reserve

Lot 209: 1953 Jaguar XK120 roadster No reserve

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: 1953 Jaguar XK120 roadster No reserve Carte grise française Châssis n° 673691 Moteur n° W7760-8 - Restauration ancienne bien préservée - Entretien suivi - Ligne superbe, mécanique brillante Avec sa carrosserie "Old English White", sa sellerie en cuir rouge à la patine discrète et ses moquettes rouge, cette Jaguar XK120, sortie d'usine le 3 mars 1953 et délivrée neuve aux USA la même année, offre l'attrait intemporel des grandes classiques. Sa restauration ancienne préservée et son moteur d'origine y sont évidemment pour quelque chose. Parmi les travaux que révèle la lecture du dossier de factures, on note : pose d'un échappement inox en 1996 chez British Motors ; révision des freins, remplacement des joints de collecteur d'échappement, révision de l'allumage en 2000 chez SPR. Deux petits saute-vent ont été installés à la place du pare-brise d'origine, mais la modification a été réalisée de façon réversible. Ce roadster XK120 est accompagné d'un couvre-tonneau et d'une housse sur mesure. Le compteur affiche 48 969 miles, et un essai sur route a révélé une voiture agréable à utiliser. Vendue sans contrôle technique et n'ayant pas roulé régulièrement ces dernières années, elle devra faire l'objet d'une révision de principe avant une utilisation normale. En plus de sa ligne sensuelle et racée, cette XK120 dispose de son splendide six-cylindres 3,4 litres d'origine lui permettant d'approcher 200 km/h. French title Chassis n° 673691 Engine n° W7760-8 - Well preserved older restoration - Regularly maintained - Stunning styling, outstanding engineering With its "Old English White" coachwork, lightly patinated red leather upholstery and red carpets, this Jaguar XK120, that left the factory on 3 March 1953 to be delivered new to the US, offers the timeless appeal of a great classic. The old restoration has been preserved along with the original engine for good reason. The list of work documented in the file includes the fitting of a stainless steel exhaust by British Motors in 1966, an overhaul of the brakes, replacement of the seals in the exhaust manifold, an overhaul of the ignition in 2000 by SPR. Two small aero screens were installed in place of the original windscreen, but this could easily be reversed. This XK120 roadster comes with a tonneau cover and a full made-to-measure cover. The odometer records 48,969 miles and a test-run revealed a car that was enjoyable to drive. Having not been used regularly in recent years, the car is being sold without technical inspection (MOT) and will need a service before being put back on the road. In addition to its seductive, streamlined styling, this XK120 also has its original 3.4-litre six-cylinder engine that is capable of close to 200km/h.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
1953 Jaguar MkVII cabriolet Beutler prototype Salon de Paris

Lot 210: 1953 Jaguar MkVII cabriolet Beutler prototype Salon de Paris

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: 1953 Jaguar MkVII cabriolet Beutler prototype Salon de Paris Carte grise française Châssis n° 737908 BW - Exemplaire unique ! - Voiture de carrossier - Belle présentation - A appartenu à Roland Urban, grand spécialiste Jaguar - Prototype du Salon de Genève Cette voiture exceptionnelle est un prototype unique exposé sur le stand du carrossier suisse Beutler, lors du Salon de Genève 1953. Réalisé sur une base de Jaguar MK VII, il était équipé d'une carrosserie entièrement en aluminium, rouge grenat avec intérieur en cuir beige clair, comme le précise l'intéressant ouvrage de Roland Urban, "Les métamorphoses du Jaguar". Le même ouvrage précise que cette réalisation, qui présentait un style "ponton" moderne, avait été saluée à l'époque comme "le cabriolet le plus proche de ce que l'usine aurait pu faire avec ce modèle et ce châssis." Après le Salon, cette voiture serait restée quelques temps à l'usine Jaguar avant d'être cédée à un particulier. Celui-ci l'aurait vendue à M. Tilleman-Pruncul, géomètre dans l'Oise, qui l'a immatriculé le 8 septembre 1964, comme en témoigne la copie du certificat d'immatriculation. Elle est ensuite passée entre les mains de Roland Urban, grand connaisseur des voitures de la marque, qui l'a cédée à son actuel propriétaire. L'ouvrage de Roland Urban précise que la voiture était alors équipée de son moteur 3,4 litres d'origine. D'un point de vue mécanique, le moteur a été refait en 1996 chez British Motors (réalésage, remplacement des pistons, équilibrage de l'ensemble mobile...). En 2000, il a été confié à SPR, spécialiste Jaguar, qui a effectué les travaux suivants : rectification des lignes d'arbres, remplacement des coussinets de bielles, remplacement des sièges de soupapes et des soupapes pour passage au carburant sans plomb et réfection de l'embrayage. Au niveau du compartiment moteur, nous avons noté l'absence de plaque constructeur Jaguar sur le tablier avant. Par ailleurs, le numéro de série figurant sur la carte grise correspond à un exemplaire sorti d'usine le 2 Juin 1954, il est donc fort probable que ce numéro a été attribué après le Salon, au moment de la vente du prototype. Sur le plan cosmétique, le tableau de bord, garni de cuir d'origine, a été restauré par British Motors en 1996, de même que la sellerie refaite en cuir vert foncé et la capote. Celle-ci, bien que d'un gabarit important, se révèle très facile à déployer, ce qui est utile quand arrive le mauvais temps ! Un essai sur route nous a permis de constater le fonctionnement correct du moteur et de la boîte manuelle quatre rapports. Une fois assimilées ses dimensions généreuses, la voiture est agréable à conduire, sa taille présentant l'avantage de pouvoir accueillir quatre personnes profitant de l'agrément de l'habitacle décapoté. Cette voiture est vendue sans contrôle technique et, ayant peu roulé ces dernières années, il sera sage de procéder à une révision de principe. French title Chassis n° 737908 BW - Unique example ! - Coachbuilder's car - Superb presentation - Belonged to Roland Urban, well known Jaguar specialist - Geneva Motor Show prototype This exceptional car was a one-off prototype exhibited on the stand of the Swiss coachbuilder Beutler, at the 1953 Geneva Motor Show. Created using the base of a Jaguar MK VII, it featured an all-aluminium body, painted garnet red with light beige leather interior, as described in the fascinating book by Roland Urban "Les métamorphoses du Jaguar". The same book explains that this creation, displaying a modern " ponton " styling, was hailed at the time as being " the convertible most similar to what the factory would have built with the same model and chassis ." After the Motor Show, this car is thought to have spent some time in the Jaguar factory before being sold to a private individual, who subsequently sold it to M. Tilleman-Pruncul, a surveyor from Oise. It was registered by Tilleman-Pruncul on 8 September 1964, as recorded on the copy of the registration document. The car then passed into the hands of Roland Urban, the great marque expert, who sold it on to the current owner. Urban's book states that the car still had its original 3.4-litre engine. In 1996 the engine was overhauled by British Motors (re-boring, pistons replaced, moving parts re-aligned etc). In 2000, it was entrusted to the Jaguar specialists SPR, who carried out the following work : re-grinding of the cams, replacing bearings, converting valve seats and valves to unleaded fuel, and refurbishing the clutch. In the engine bay, we note that the Jaguar manufacturer's plaque is missing from the front bulkhead. Also, the series number on the title corresponds to an example that left the factory on 2 June 1954, and is likely to be the number attributed to it after the Motor Show, when the prototype was sold. The dashboard, covered with the original leather, was renovated by British Motors in 1996, at the same time as the dark green leather upholstery and the hood. This hood, despite its size, is very easy to use, which is useful in the case of a sudden downpour ! A test-drive allowed us to determine that the engine and four-speed gearbox run properly. Once accustomed to its generous size, the car is enjoyable to drive, with the advantage of allowing four people to take pleasure in the open-top experience. This car is being sold without technical inspection (MOT) and, as it has not been driven much in recent years, a service is advised.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
1962 Jaguar Type E 3,8 L Série 1 roadster  No reserve

Lot 211: 1962 Jaguar Type E 3,8 L Série 1 roadster No reserve

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: 1962 Jaguar Type E 3,8 L Série 1 roadster No reserve Carte grise française Châssis n° 878369 Moteur n° R8009-8 - Un seul propriétaire depuis 1988 - Entretien soigné - Présentation de bon aloi Cette voiture a le charme inimitable des restaurations anciennes. Malgré quelques défauts de peinture, on sent que cette Type E roadster a été entretenue avec soin. Délivrée neuve en novembre 1962 par le Garage Claperade de Genève, en Suisse, elle a été achetée par notre collectionneur en 1988 auprès d'un spécialiste de voitures anglaises. Elle a notamment bénéficié d'une importante révision en 1999 aux ateliers SPR (allumage, carburation, circuit de charge, joints, réfection des freins, remplacement des amortisseurs arrière...). Un dossier de factures reflète cet entretien régulier. Aujourd'hui, ce roadster 3,8 litres Série 1 affiche 52 612 miles et présente son séduisant thème de couleurs bleu nuit avec intérieur beige, ce dernier avec une sellerie cuir en bon état légèrement patiné et des moquettes à l'avenant. Un autoradio Blaupunkt d'époque agrémente le tableau de bord et la capote beige est en bon état, de même que le couvre capote assorti. Nous avons noté l'absence de frappe à froid sur la partie avant du châssis, pour cette voiture vendue sans contrôle technique, mais un essai sur route a révélé un fonctionnement correct. Cette voiture ayant peu roulé ces dernières années, une révision de principe est conseillée avant de profiter pleinement des plaisirs procurés par son habitacle découvrable combiné à sa puissante mécanique. French title Chassis n° 878369 Engine n° R8009-8 - One owner since 1988 - Carefully maintained - Lovely presentation This car has the unbeatable charm of old restorations. Despite some defects in the paintwork, it is clear this E-Type roadster has been well looked after. Delivered new in November 1962 by the Garage Claperade in Geneva, Switzerland, it was bought by our collector in 1988 from a specialist in English cars. In 1999, the car had a major service in the SPR workshops (ignition, carburettors, the charging circuit, seals, brake overhaul, new rear shock absorbers etc), and there is a file detailing the work carried out. Today, this 3.8-litre Series 1 roadster has 52,612 miles recorded and is presented in attractive midnight blue with discreetly patinated beige leather interior with matching carpets. A period Blaupunkt radio graces the dashboard and the beige hood and matching tonneau cover are in good condition. We have noted the absence of a stamping on the front part of the chassis. The car will be sold without technical inspection (MOT), however a test-drive on the road revealed that the car is running properly. The car has not been used regularly in recent years and a service is advised in order to fully enjoy this open-top car complete with powerful engine.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
1992 Jaguar XJ 220

Lot 212: 1992 Jaguar XJ 220

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: 1992 Jaguar XJ 220 Carte grise française Châssis n° SAJJEAEX8AX220875 - Faible kilométrage, état proche du neuf - Emblématique des surpuissantes supercars de son époque Une des particularités de cette Jaguar XJ 220 est son faible kilométrage : le compteur n'affiche que 11 050 km. Il s'agit d'une voiture livrée neuve en France et qui n'a connu que trois propriétaires. Portant le n°26 de la série, son état est proche du neuf et son carnet d'entretien, ainsi que des factures, témoignent des interventions dont elle a bénéficié, effectuées par un spécialiste basé à Paris. Ce modèle exceptionnel est né à une époque où fleurissaient les supercars telles que Ferrari F40 et Porsche 959. Or, depuis la XJ13 restée sans lendemain, Jaguar n'avait plus produit de voiture de sport de très haut niveau, hormis les XJR8 et 9 du Mans, qui étaient des prototypes de compétition pure. Avec la XJ220, la marque britannique frappait à nouveau un grand coup. Initialement prévue avec un V12 de 6,2 litres, sa carrosserie soigneusement profilée recevait finalement un moteur V6 de 3,5 litres double turbo moins encombrant et plus léger, dont les 550 ch permettaient de propulser ce bolide à 340 km/h. La production est restée confidentielle, à 281 exemplaires. Avec son faible kilométrage, cet exemplaire représente l'opportunité d'acquérir un des supercars les plus emblématiques des années 1980/1990. French registration Chassis # SAJJEAEX8AX220875 - Low mileage, almost new condition - Emblematic of the supercars of the 1990s A special feature of this Jaguar XJ 220 is its low mileage: the counter displays only 11,050km. Delivered new in France, this Jaguar has had only three owners. Number 26 of the series, the car's condition is almost new and comes with its full service history and invoices, reflecting the quality of maintenance the car has received, which has been done by a Paris-based specialist. This exceptional model was born at a time when supercars such as Ferrari F40 and Porsche 959 were thriving. However, since the aborted XJ13, Jaguar had never produced a top level sports car, except for the XJR8 and XJ9 for Le Mans, prototypes which were pure competition machines. With the XJ220, the British brand aimed big. Initially powered by a 6.2-liter V12, the XJ220's highly sculpted body finally received a V6 twin-turbo 3.5-liter, which was less bulky and lighter, and which allowed the 550bhp of the powerpack to propel the car to a top speed of 340 km h. Production remained rather limited, with just 281 XJ220s made. With its low mileage, this particular example is a great opportunity to acquire one of the most iconic supercars of the 1990s.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
1999 Ferrari 456 M GT coupé

Lot 213: 1999 Ferrari 456 M GT coupé

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: 1999 Ferrari 456 M GT coupé Carte grise française Châssis n° ZFFWP44B000114670 - Faible kilométrage, entretien suivi - Très puissante et suprêmement élégante De teinte noire avec intérieur havane, cette Ferrari 456 M GT n'a couvert que 49 000 km depuis l'origine, comme en atteste son carnet d'entretien. Équipée d'une boîte de vitesses manuelle, il s'agit d'une version "M" ("Modificata") qui, si elle affiche la même puissance que la version initiale dont le V12 de 5,5 litres développe 442 ch, bénéficie de plusieurs améliorations. A l'intérieur, les aménagements sont plus soignés et complets, alors que du côté mécanique les amortisseurs sont de meilleure qualité, l'ordre d'allumage a été modifié pour un fonctionnement plus régulier, le refroidissement est amélioré par des conduits d'air plus gros, pour citer le principal. La version M a la réputation d'une voiture plus aboutie que la précédente, avec une excellente fiabilité dès l'instant où la voiture a été correctement entretenue, ce qui est le cas de cet exemplaire. Cette voiture superbe, à la ligne Pininfarina sobre et élégante, renouait avec la tradition du V12 placé à l'avant, ce qui a permis d'aménager à l'arrière deux places supplémentaires. Le V12 a la réputation d'accélérer de 50 à 300 km/h en sixième en passant par toutes les modulations de sonorité à même d'envoûter même les plus blasés. French registration Chassis # ZFFWP44B000114670 - Low mileage, properly maintained - Very powerful and supremely elegant Black colour with a tan interior, this Ferrari 456 M GT has covered only 49,000 km since new, as evidenced by the maintenance booklet. Equipped with a manual transmission, this is a "M" (modificata) version, which has the same power as the original version with the 5.5-liter V12 - 442bhp - and has several detail improvements. Inside, the equipment and switchgear are in a very neat condition and very complete, while the mechanical aspects are in good condition too, with the firing order changed for a smoother operation and cooling was enhanced by larger air ducts. The M version has the reputation of being a more successful car than the previous model, with excellent reliability if the car had been properly maintained, which has been the case this particular car. This superb car, with sober and elegant Pininfarina lines, was renewing the tradition of a V12 positioned at the front, which allowed creating space for two additional rear seats. The V12 has the reputation of accelerating from 50 to 300 km/h in sixth gear, with a symphony of sound that could captivate even the most jaded.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
1992 Ferrari Mondial T cabriolet  No reserve

Lot 214: 1992 Ferrari Mondial T cabriolet No reserve

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: 1992 Ferrari Mondial T cabriolet No reserve Titre de circulation luxembourgeois Châssis n° 91782 - Faible kilométrage - Présentation impeccable Vendue neuve en France en 1992 par les Établissements Pozzi, cette Ferrari Mondial T a été achetée en 2009 par son actuel propriétaire luxembourgeois, alors qu'elle n'avait parcouru que 9 000 km d'origine. Depuis, elle a bénéficié de travaux effectués par le garage Ferrari Winandy Frères, à Luxembourg, dont une réfection des freins et un remplacement des pneus, tout en étant entretenue régulièrement par le mécanicien de notre collectionneur, à Paris qui a révisé le moteur et changé la courroie de distribution en 2009. Le compteur affiche aujourd'hui 14 920 km et elle se présente en état superbe, ce qui est rare pour ce type de modèle. La carrosserie, de couleur rouge, est impeccable et l'intérieur est équipé de sièges en cuir noir quasiment dénués de traces d'usure, avec une moquette rouge. La voiture comporte sa trousse anticrevaison d'origine, ainsi que son manuel d'utilisateur. La Mondial T correspond à la dernière évolution du modèle, la plus puissante : son V8 de 3,4 litres développe 300 ch, ce qui lui permet d'atteindre 255 km/h. Son avantage par rapport à d'autres cabriolets à moteur central est d'être doté de deux petites places arrière, ce qui permet d'emmener des enfants ou des personnes de petite taille. Quand en plus la voiture est aussi belle, elle représente une occasion rare. Luxembourg title Chassis n° 91782 - Low mileage - Immaculate presentation Sold new in France in 1992 by the Établissements Pozzi, this Ferrari Mondial T was bought by the current owner in 2009, with an original mileage of just 9,000 km. Since that time, it has had work carried out by the Ferrari garage Winandy Frères in Luxembourg, including refurbishment of the brakes and new tyres, while also being maintained regularly by the collector's mechanic, in Paris who serviced the engine and changed the belts in 2009. Today, the odometer reads 14,920 km and the car is presented in superb condition, which is rare for this type of model. The red paintwork is immaculate and the interior boasts black leather seats that look like new, and red carpets. The car is complete with the original tyre repair kit and owner's manual. The Mondial T was the last evolution of this model, and the most powerful : its 3.8-litre V8 engine produced 300 bhp, with a top speed of 255 km/h. It has the advantage over other mid-engined cabriolets of having two small rear seats. When it is also in superb condition, it represents a rare opportunity.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
1971 Fiat Dino 2400 Spider avec hard-top

Lot 215: 1971 Fiat Dino 2400 Spider avec hard-top

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: 1971 Fiat Dino 2400 Spider avec hard-top Carte grise française Châssis n° 1423 Moteur n° 135C0000006438 - Modèle rare - Restauration de qualité - Équipée du fameux V6 Ferrari-Dino D'après les recherches des deux derniers propriétaires, cette voiture a été mise en circulation à Rome en 1971. Elle a été ensuite importée d'Italie par le deuxième propriétaire, M. Leclerc, de Wasquehal, avant d'être cédée en 1984 au garage Aurelia et vendue au troisième propriétaire, M. Turquin, de Charleville-Mézières. Depuis 2002, elle est entre les mains de son actuel propriétaire. De teinte rouge à l'origine, elle a bénéficié en 1995 et 1996 d'une restauration complète par les ateliers Toni Auto et Fili Lupi et, à cette occasion, a été repeinte de couleur jaune Modena, conforme au catalogue. Par la même occasion, le compteur a été remis à zéro. Depuis, ses utilisateurs ont assuré un entretien suivi et, en 2007 et 2008, elle a connu à nouveau d'importants travaux, chez Provost Automobiles, au Mans, totalisant plus de 25 000 euros. Ils ont notamment inclus le remplacement des longerons et des bas de caisse. Aujourd'hui, le compteur affiche 23 000 km et la voiture se présente en très bel état. A l'intérieur, la sellerie noire est entièrement en cuir cousu : sièges, revêtement de tableau de bord, contreportes et couvre-capote (refait sur mesure). La capote en alpaga est neuve et la voiture est équipée d'un très rare hard-top en excellent état, dont le ciel de toit est en cuir cousu noir. Elle est équipée des enjoliveurs Dino de la 246, mais les enjoliveurs d'origine sont livrés avec la voiture. Elle est accompagnée de sa trousse à outils d'origine ainsi que de livres constructeur quasi-introuvables (pièces motrices et carrosserie), du livret technique, d'un rare ouvrage "Dessins et Performances" magnifiquement illustré et du poster d'époque du Salon 1970. Nous avons pu effectuer un essai qui a donné toute satisfaction. Le moteur V6 de 2,4 litres lui donne plus "d'allonge" que la version 2 litres, qui est aussi moins rare : on compte 420 exemplaires de Spider 2,4 litres contre 1 163 Spider 2 litres. Dans cet état enviable et avec son rare hard-top, cette voiture ne manquera pas d'attirer l'attention des amateurs. French title Chassis n° 1423 Engine n° 135C0000006438 - Rare model - High quality restoration - Equipped with the celebrated Ferrari-Dino V6 According to research carried out by the two previous owners, this car was first put into circulation in Rome in 1971. It was then imported from Italy by its second owner, M. Leclerc from Wasquehal, before being given to the Aurelia Garage in 1984 and sold to its third owner, M. Turquin, from Charleville-Mézières. It has been in the hands of the current owner since 2002. Originally presented in red, the car was completely restored in 1995 and 1996 by Toni Auto and Fili Lupi, and at this point was repainted Modena yellow, conforming to the catalogue colour. At the same time the odometer was returned to zero. Since that time, the car has been regularly maintained and in 2007 and 2008 major work was carried out by Provost Automobiles at Le Mans, costing over €25,000. This included replacing the side rails and sills. Today, the odometer reads 23,000 km and the car is presented in excellent condition. The interior is upholstered entirely in stitched black leather: seats, dashboard covering, door cards and tailor-made tonneau cover. The alpaca hood is new and the car is equipped with a very rare hardtop in excellent condition, with roof-lining also in stitched black leather. It has hubcaps from a Dino 246, but the original hubcaps will be delivered with the car. It also comes with the original toolkit as well as the incredibly rare manufacturers' books (engine and body spares), a technical booklet, a beautifully illustrated and rare book " Dessins et Performances " and a period poster of the 1970 Motor Show. We were able to carry out a very satisfactory test-drive. The V6 2.4-litre engine provides more flexibility than the 2-litre version and is rarer: there were just 420 examples of the 2.4-litre Spider against 1,163 of the 2-litre Spider. In this desirable condition and with its rare hardtop, this car is bound to attract the attention of enthusiasts.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
1973 Porsche 911 2,7 L Carrera RS

Lot 216: 1973 Porsche 911 2,7 L Carrera RS

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: 1973 Porsche 911 2,7 L Carrera RS Carte grise française Châssis n° 9113600485 Moteur n° 6630355 - Livrée neuve par Porsche Marseille - Une des 500 premières produites - Etat d'origine exceptionnel - 77 500 km d'origine - Deuxième propriétaire depuis 1984 Par définition, une Porsche Carrera RS est faite pour courir, et rares sont les exemplaires qui ne sont pas passés par la case compétition, même à un niveau modeste. Pourtant, ce n'est pas le cas de celle que nous présentons, dont l'histoire et l'état de préservation sont véritablement hors du commun. Tout commence en 1972. Un médecin marseillais, amateur de Porsche utilisant une 911 S pour ses besoins quotidiens, se voit proposer par son concessionnaire une 2,7 litres RS dont le constructeur essaye de vendre rapidement les 500 premiers exemplaires nécessaires à l'homologation en Groupe 4. Pour rendre la voiture plus accessible, il propose l'option Touring qui civilise l'intérieur de cette version allégée, avec l'appuie-tête passager. Tenté mais désireux de garder une certaine discrétion, notre médecin demande à ce qu'aucune inscription extérieure " Carrera " n'apparaisse. Comme toutes les 2,7L RS livrées neuves en France (confirmation de Jürgen Barth), le spoiler avant classique des RS n'étant pas homologué, #485 est donc livrée toute blanche avec le bouclier avant monté d'origine des 2,4L S. Malgré les aménagements dont bénéficie sa monture, il la sort rarement et continue à utiliser sa 2.4. Son voisin est aussi un amateur de voitures sportives, et compense ses moyens plus limités par un talent de bricoleur qui l'amène à remettre en état une Dauphine, une Floride, puis une AC Bristol. Une amitié se développe entre les deux hommes et, en 1984, le médecin passe de vie à trépas après avoir légué par testament la RS à son voisin. Depuis, la voiture n'a pas changé de mains, et son deuxième propriétaire a veillé à son entretien avec le même soin que le premier. Il est resté attentif à ne pas trop la solliciter, si bien que le compteur de la voiture n'affiche aujourd'hui que 77 500 km. Elle est strictement d'origine, avec ses jantes Fuchs et son capot arrière doté du fameux aileron en "queue de canard". Même la discrète inscription "Carrera RS", à l'arrière, est d'époque, apposée par le garage Bayol avant livraison. A l'intérieur, l'aménagement Touring correspond à celui de la 911 S, d'une présentation impeccable. Grâce à ses kilos en moins et son moteur plus puissant (210 ch), la Carrera RS couvrait le kilomètre départ arrêté en 25,4 secondes et atteignait 240 km/h en pointe. La prise en main de cette introuvable RS s'est faite sous un soleil magnifique, en empruntant la célèbre route des crêtes de Marseille à La Ciotat. Il est impressionnant de constater la vivacité de son moteur et le comportement routier de cette bombe de 1973. Sa légèreté en fait un jouet merveilleux sur les routes sinueuses et les cols. Son état entièrement d'origine, y compris la peinture, lui donne un cachet unique. Précisons bien que la différence entre une Lightweight et une des 500 premières RS est infime. Seules les tôles sont plus fines et l'intérieur plus simplement équipé. Parmi les quelques rares 2,7L RS disponibles sur le marché, cet exemplaire est unique par son histoire (livrée neuve à Marseille), ses seulement deux propriétaires et l'actuel depuis 1984, son originalité avec une concordance complète des numéros, sa peinture originale, ses carnets de service et même sa carte grise W temporaire de 1973. Pour l'amateur, c'est une opportunité exceptionnelle. copyright photos Josué CHEVREL French title Chassis n° 9113600485 Engine n° 6630355 - Delivered new by Porsche Marseille - One of the first 500 built - Exceptional original condition - 77 500 km from new - Second owner since 1984 By definition, a Porsche Carrera RS is designed to compete, and it is rare to find examples that haven't been raced, even on a modest scale. However, that is not the case with the car on offer that comes with a truly outstanding history and in exceptional condition. The story begins in 1972. A doctor from Marseille, a Porsche enthusiast who had a 911 S as his daily driver, was offered a 2.7-litre RS by his dealer, when the manufacturer was trying to sell the first 500 examples quickly in order to get group 4 homologation. To make the car more useable, the dealer proposed the Touring option that had a rather more civilised interior, with passenger headrest, for this early version. Tempted, but wanting to remain discreet, the doctor asked that there were no external " Carrera " inscriptions. As with all the 2.7 RS examples delivered new in France (confirmed by Jürgen Barth), the classic front spoiler of the RS had not been homologated, and #485 was therefore delivered in white fitted originally with the front bumper of a 2.4L S. Despite the special features enjoyed by his car, the owner hardly drove it and continued to use his 2.4. His neighbour, also a sports car enthusiast, compensated for his more limited means with a mechanical prowess that led him to restore a Dauphine, a Floride as well as an AC Bristol. A friendship developed between the two men and when the doctor passed away in 1984, he left the RS to his neighbour in his will. The car has not changed hands since that time, and its second owner has taken as much care with it as its first owner did. He has been careful not to drive it too much, and today the car has covered just 77,500 km. It is completely original, with Fuchs wheels and rear boot-lid with the famous duck-tail spoiler. Even the discreet " Carrera RS " inscription on the back is the original one put on by the Bayol garage before delivery. The interior, with the Touring specification corresponding to a 911 S, is impeccable. With its light weight and more powerful engine (210 bhp), the Carrera RS was capable of covering a kilometre from a standing start in 25.4 seconds and had a top speed of 240 km/h. The test drive in this exceptional car took place in magnificent sunshine, following the famous Route des Crêtes from Marseille to La Ciotat. It is impressive to experience the liveliness of its engine and the excellent road handling of this 1973 rocket. Its light weight makes it a joy to drive on the winding, hilly roads. Its completely original condition, that includes the paintwork, makes it uniquely special. It should be noted that the differences between a Lightweight and one of the first 500 RS models are minimal. Simply that panels are thinner and the interior is more basic in a Lightweight. Amongst the few rare 2.7L RS examples on the market, this one is unique for its history (delivered new in Marseille), its two owners, having been owned by the second since 1984, its originality with matching numbers, original paintwork, service books and even the temporary title from 1973. For the enthusiast, this is an exceptional opportunity. copyright photos Josué CHEVREL

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
1970 Porsche 911 2,2 L S coupé

Lot 217: 1970 Porsche 911 2,2 L S coupé

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: 1970 Porsche 911 2,2 L S coupé Carte grise française Châssis n° 9110301560 Moteur n° 6302101 Boîte n° 7700793 - État de préservation impressionnant - 4 propriétaires, historique connu depuis l'origine - Moteur et boite de vitesse d'origine - 93 430 km d'origine, livrée neuve en France Comme nous l'apprend le livret de service d'origine, cette 911 S a été livrée neuve à Paris par Sonauto le 29 octobre 1970. Elle a eu comme premier propriétaire un M. Jean Gérard, résidant dans le 15e arrondissement. En 1984, il la cède à M. Gantomme, qui habite dans le Gard et qui l'immatricule 5014 SH 30. Il déménage ensuite à Maussanne les Alpilles mais conserve précieusement la 911 qui est immatriculée 5092 SB 13. Carrossier de métier, il lui offre une peinture neuve dans les années 1990. Au cours de l'an 2000, il cesse de l'utiliser et la protège avant de la stocker. Quelques années plus tard, en 2009, Henri Joffroy, le pilote de rallye et spécialiste Porsche bien connu, rachète la voiture. C'est lui qui, en 1984, l'avait déjà expertisée et révisée pour le compte de M. Gantomme qui est un proche de la famille ! Soigneusement stockée à l'abri, la belle 911 S se présente dans un état d'origine étonnant et affiche 85 294 km. Henri Joffroy va alors procéder à une restauration mécanique poussée, consacrant plus de 25 000 € à l'achat de pièces. Les travaux comportent notamment une réfection totale du moteur qui est celui d'origine, un échange standard de la pompe à injection, une révision de la boîte de vitesses qui est celle de la voiture depuis neuve, la pose d'amortisseurs neufs Porsche d'origine. Au cours de cette remise en état, le propriétaire ne s'autorise qu'une modification par rapport à l'origine, soit quatre jantes 6x15 pour pneus tubeless, achetées chez Porsche. En 2011, Henri Joffroy cède la 911 S à son actuel propriétaire, impressionné par son état. Il se contente de modifier la commande de boîte, pour plus de précision. Aujourd'hui, la voiture se présente dans un état d'origine impressionnant. A part la mécanique refaite, elle n'a jamais été démontée et la carrosserie est extrêmement saine. Même les autocollants 2.2 sont d'origine et la voiture est accompagnée de sa pochette contenant son carnet de service et son livret de service d'origine, ce qui traduit l'extrême soin avec lequel elle a été traitée par ses propriétaires successifs. Elle est également accompagnée de son manuel d'autoradio et d'un dossier d'entretien. La révision vient d'être effectuée par Joffroy automobiles et le compteur affiche 93 430 km d'origine. Cette version 2,2 litres S est particulièrement recherchée car elle allie la pureté de la première génération de 911 à la mécanique plus puissante du moteur 2,2 litres de 180 ch. Mais comme ils sont plus anciens, ces modèles ont parfois connu une vie mouvementée. Ce n'est pas le cas de cet exemplaire, et c'est ce qui le rend particulièrement exceptionnel. French title Chassis n° 9110301560 Engine n° 6302101 Gearbox n° 7700793 - Impressive preserved condition - 4 owners, known history from new - Original engine and gearbox - 93 430 km from new, delivered new in France The original service manual tells us that this 911 S was delivered new by Sonauto on 29 October 1970, in Paris. Its first owner was M. Jean Gérard who lived in the 15th arrondissement. In 1984 he sold the car to M. Gantomme, who lived in South of France and who registered the car 5014 SH 30. Gantomme later moved to Maussanne les Alpilles, preserving the 911 carefully and re-registering it 5092 SB 13. A coachbuilder by trade, he repainted it during the 1990s. At some point in 2000, he stopped using the car, and so protected and stored it away. A few years later, in 2009, Henri Joffroy, the well-known rally driver and Porsche specialist acquired it. He had been the person who had inspected and serviced the car for Gantomme, his family friend, in 1984 ! Having been carefully stored away, the stunning 911 S was in incredibly original condition, with 85,294 km on the clock. Henri Joffroy proceeded to carry out a comprehensive mechanical restoration, spending more than 25,000 € on parts. The work included completely re-building the original engine, fitting a re-conditioned injection pump, overhauling the gearbox that had been in the car from new and fitting new original Porsche shock absorbers. During this work, the owner authorised just one alteration to the original specification: the fitting of four 6x15 wheels for tubeless tyres, acquired from Porsche. In 2011 Henri Joffroy sold the car to the current owner who was amazed by its condition. The only thing he has done has been to modify the gear change to make it more precise. Today the car is presented in an impressively original condition. Other than the mechanical work, the car has never been dismantled and the body is extremely sound. Even the 2.2 stickers are original and the car is complete with a folder containing the original owner's manual and service book, reflecting the great care taken by successive owners. There is also a manual for the radio, and a maintenance file. The car has recently been serviced by Joffroy Automobiles, and the odometer reads 93,430 km. This 2.2-litre S version is particularly sought-after, incorporating the purity of the first generation 911 with the more powerful 180 bhp 2.2-litre engine. These older versions have often led eventful lives, but this is not the case with this example, making it truly exceptional.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
1973 Porsche 911 2,4L S

Lot 218: 1973 Porsche 911 2,4L S

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: 1973 Porsche 911 2,4L S Carte grise française Châssis n° 9113300494 Moteur n° 6330775 - Matching numbers - Certificat Porsche - Restaurée en 2011 Cette Porsche 2,4 litres S a été achetée il y a trois ans par son actuel propriétaire auprès des Éts RMS, à Vannes. Elle a été complètement restaurée en 2010, sauf le moteur qui ne présentait aucune faiblesse ; une vidéo en témoigne sur notre catalogue en ligne. La pression d'huile est bonne et elle ne chauffe pas. Depuis ces importants travaux, la voiture n'a parcouru que 11 000 km. Conforme à l'origine, dotée de tous ses éléments d'origine (châssis, moteur, transmission) et donc "matching numbers", elle n'a jamais été utilisée en compétition. Elle est équipée de sièges type Recaro et un échappement neuf en inox. Elle est accompagnée d'un très beau dossier et d'un certificat signé Porsche attestant de son authenticité. Faisant partie de la première génération dont elle présente la pureté de ligne, cette 911 bénéficie toutefois des améliorations aérodynamiques apportées par Tilman Brodbeck à la demande de Helmut Bott, responsable du développement, pour éviter que la voiture ne se déleste à haute vitesse. D'où la présence du déflecteur avant. Son six-cylindres refroidi par air développe 190 ch, ce qui la rend véloce grâce à sa légèreté. A sa polyvalence, elle ajoute l'incomparable fiabilité des Porsche, lorsqu'elles sont bien entretenues, ce qui est le cas de ce bel exemplaire. French title Chassis n° 9113300494 Engine n° 6330775 - Matching numbers - Porsche certificate - Restored in 2011 This Porsche 2.4-litres S was bought three years ago by its current owner from Etn RMS in Vannes, France. It was completely restored in 2010, but the engine showed no weaknesses: the video reflects this on our online catalogue. The oil pressure is good and it does not overheat. Since the restoration, the car has covered only 11,000 km. This original matching numbers car comes with all its original components (chassis, engine, transmission) and has never been used for competition. It comes equipped with Recaro seats and a new stainless steel exhaust. The car is accompanied by a very nice file and a certificate signed by Porsche certifying the car's authenticity. Part of the first generation with its purity of line, this 911 has aerodynamic improvements executed by Tilman Brodbeck at the request of Helmut Bott, head of development, to ensure that the car has adequate downforce at high speed. Hence the presence of the front spoiler. Its air-cooled six-cylinder engine develops 190bhp, which makes the car quite quick as it is so light. Versatile, the car has the incomparable reliability of a Porsche, especially when properly maintained, which has been the case with this fine example.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
1991 Ferrari F40

Lot 219: 1991 Ferrari F40

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: 1991 Ferrari F40 Titre de circulation hollandais Châssis n° 88538 - Modèle emblématique des 40 ans de Ferrari - Certifiée Ferrari Classiche - Voiture magnifiquement entretenue - 27 013 km d'origine - Dossier complet de factures et d'historique - Immatriculée pour la route et complètement révisée avant la vente Souvent considérée comme la dernière vraie supercar Ferrari et fréquemment mentionnée parmi les voitures les plus spectaculaires de tous les temps, la Ferrari F40 est déjà une icône à la naissance. Cette voiture radicale est lancée pour célébrer le 40e anniversaire de Ferrari, avec une production limitée à 400 exemplaires. Devant la forte demande, ce chiffre passe à 1 311 exemplaires produits entre 1987 et 1992, tous en conduite à gauche et de teinte Rosso Corsa. Avec son V8 double turbo développant 478 ch et sa plateforme légère en carbone, la F40 est la première voiture de série à franchir la barre des 200 mph (322 km/h). Elle est aussi la dernière Ferrari conçue du vivant d'Enzo Ferrari, "Il Commendatore" s'éteignant en août 1988, un an après le lancement mémorable de la F40. Vingt-sept ans plus tard, la F40 n'a rien perdu de son attrait, comme en témoigne cet exemplaire. Vendue en 1991 par le fameux distributeur allemand Auto Becker, à Düsseldorf, à M. Dieter Wolf, de Wölfersheim, elle est immatriculée FB-D 40 le 31 mai de cette même année. Wolf l'utilise assez peu et, trois ans plus tard, en mai 1994, la confie à un agent Ferrari pour la révision des 10 000 km. En mars 1998, il cède la F40 à M. Arnold Gardemann, président du Ferrari Club d'Allemagne. Celui-ci n'en profite pas longtemps car la voiture fait une sortie de route à faible vitesse peu après, avec seulement 11 142 km au compteur. Gardemann décide de la vendre et c'est là que son actuel propriétaire hollandais en fait l'acquisition, au mois de mai 1998. En liaison avec Ferrari Maranello ainsi qu'avec le concessionnaire Ferrari en Hollande, Kroymans, le distributeur Ferrari Classiche officiel en Hollande Forza Service remets complètement en état la F40 sans aucun compromis, ni sur le plan technique, ni sur le plan financier. Elle reçoit à cette occasion un compteur de vitesse neuf affichant 7 118 km, modification certifiée par Ferrari. L'ancien compteur accompagne aujourd'hui la voiture. Une fois terminée, elle participe à plusieurs événements, dont le premier en 2003 à Baden-Baden pour célébrer le 25e anniversaire du Ferrari Club d' Allemagne, où la voiture retrouve son précédent propriétaire Arnold Gardemann. Elle est ensuite utilisée lors d'autres événements dont le rallye des 30 ans de la F40, en 2008, et les "Mille Miglia Ferrari Tribute" en 2010, 2011 et 2012 sur invitation de Ferrari. Parallèlement, elle bénéficie de révisions régulières chez Kroymans ou Forza Service, dont les factures témoignent des travaux effectués. En octobre 2008, cette F40 reçoit un certificat de Ferrari Classiche et, lors de sa dernière inspection, en 2011, aucun défaut n'a été détecté. Ayant parcouru 27 013 km, elle se présente en très bel état, ayant bénéficié avant la vente d'une révision complète chez Forza Service. Son nouveau propriétaire pourra donc profiter pleinement des sensations offertes par cette machine hors du commun. LA PENSEE DU SPECIALISTE Problème : nous ne pouvons que regarder cette supercar comme un mythe pur et simple, qu'un souvenir de nos insomnies d'adolescents, elle est un rêve personnifié. Donc tout commentaire serait trop subjectif ! Dans dix ans, pour les adolescents des années 80 qui auront les moyens de réaliser leur rêve, la demande sera trop forte pour une offre très limitée, surtout pour les beaux exemplaires comme celui-ci… Dutch title Chassis n° 88538 - Model emblematic of Ferrari's 40 years - Certified by Ferrari Classiche - Wonderfully maintained car - 27 013 km from new - Complete file of invoices and history - Road registered and fully serviced prior to the sale Often considered to be the last true Ferrari supercar and frequently listed as one of the most spectacular cars of all time, the Ferrari F40 was born an icon. This radical car was launched to celebrate the 40th anniversary of Ferrari, with a limited production planned for 400 examples. Faced with strong demand, the number of examples built between 1987 and 1992 rose to 1,311, all left-hand drive and all painted Rosso Corsa. With a twin-turbo V8 engine producing 478 bhp set on a lightweight carbon platform, the F40 was the first production car to exceed 200 mph. It was also the last designed by Ferrari while Enzo Ferrari was alive. " Il Commendatore " died in August 1988, one year after the unforgettable launch of the F40. Twenty-seven years later, the F40 has lost none of its appeal, as is clear here with this example. Sold in 1991 by the well-known German distributor, Auto Becker, in Düsseldorf, to a Mr Dieter Wolf from Wölfersheim, the car was registered FB-D 40 on 31 May of the same year. Wolf used it sparingly and, three years later, in May 1994, he took the car to a Ferrari agent for its 10,000 km service. In March 1998, he sold the F40 to Mr Arnold Gardemann, president of the Ferrari Club of Germany. Gardemann didn't have long to enjoy the car, as it went off the road at low speed shortly afterwards, with just 11,142 km on the odometer. Gardemann decided to sell it, which is when the current Dutch owner acquired the car, in May 1998. Liaising with Ferrari Maranello and the Dutch Ferrari dealer, Kroymans, the official Ferrari Classiche distributor in Holland, Forza Service, completely repaired the car without any technical or financial compromise. It was fitted with a new odometer set at 7,118 km, a modification certified by Ferrari. The old odometer comes with the car. Once the work was complete, it took part in several events, the first of which was in 2003 in Baden-Baden, to celebrate the 25th anniversary of the Ferrari Club of Germany, where the car was reunited with its former owner, Arnold Gardemann. It was subsequently used on other events including the rally marking 30 years of the F40, in 2008, and the Mille Miglia Ferrari Tribute in 2010, 2011 and 2012, at the invitation of Ferrari. During this time, the car was serviced regularly by Kroymans or Forza Service, and there are bills documenting the work carried out. In October 2008, this F40 was given Ferrari Classiche certification and during its last inspection in 2011, no fault was detected. Having covered 27,013 km, it is presented in superb condition, having benefitted from a full service at Forza Service prior to the sale. The new owner will therefore be able to experience fully the sensations offered by this extraordinary machine. THE SPECIALIST'S OPINION Problem : there is no other option than to see this car as an icon, pure and simple, as a memory from our adolescent daydreams, it is a dream personified ! In ten years, for the adolescents of the '80s who might have the means to realise their dreams, the demand will be too strong with such a small number on offer, particularly for superb examples such as this one...

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
1987 Ferrari Testarossa Koenig Competition Evolution II

Lot 220: 1987 Ferrari Testarossa Koenig Competition Evolution II

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: 1987 Ferrari Testarossa Koenig Competition Evolution II Titre de circulation hollandais Châssis n° ZFFAA17B000076967 Moteur n°F113B12085 - Seulement 21 exemplaires produits - 45 603 km d'origine, état impeccable - Dossier complet de factures et d'historique Pour certains, le mieux n'est pas suffisant. Pour eux les ateliers Koenig, préparateur allemand basé à Munich, a mis au point en 1984 une voiture extrêmement performante, sous l'appellation Ferrari Testarossa Koenig Competition Evolution. Comme son nom l'indique, le modèle de départ était déjà, en soi, extraordinaire puisque la Testarossa était une voiture dont le commun des mortels ne pouvait que rêver. Mais Koenig est allé encore plus loin, faisant de cette supercar une hypercar avant l'heure. En plus de trains roulants soigneusement retravaillés sur la base d'une voie élargie, de stabilisateurs, de barres antiroulis et de jantes larges, la voiture comportait un système d'échappement sport fabriqué spécialement en acier inoxydable, et des panneaux de carrosserie complètement modifiés. L'intérieur était revu lui aussi, avec une sellerie cuir omniprésente disponible dans un vaste choix de teintes. A l'arrivée, la voiture ne laissait aucun doute sur ses capacités routières. Là où la Testarossa "ordinaire" avait établi une nouvelle référence en matière de performances, la version Koenig parvenait à la surpasser nettement. Pour ses clients Competition Evolution, Koenig proposait également un kit double turbo permettant de faire passer la puissance à 1 000 ch, voire plus si demandé. Le propriétaire de la présente voiture n'a toutefois pas choisi cette formule. Sortie d'usine à la fin de l'année 1987, cette voiture a été vendue en mai 1988 et a bénéficié ensuite du traitement Koenig, c'est-à-dire une conversion complète de carrosserie et la plupart des autres modifications. La teinte Rosso Corsa d'origine a été conservée et la sellerie cuir est de couleur assortie. Même si le moteur V12 est resté atmosphérique, sa puissance est réputée avoir été portée à 800 ch, ce qui permettrait un passage de 0 à 100 km/h en 3,5 secondes ! La voiture reste toutefois facile à conduire, comme nous l'a précisé l'actuel propriétaire. En 1995, elle a été achetée par Top Cars GmbH, d'Essen (Allemagne) et présentée à l'occasion d'expositions au Nürburgring et à Techno Classica, à Essen. Un an plus tard, un amateur hollandais en faisait l'acquisition et la ramenait chez Koenig pour faire modifier l'avant et l'arrière dans le style des Ferrari 512 M. En 1999, le compteur affichant alors 42 000 km, la voiture était cédée à son propriétaire actuel, hollandais lui aussi, qui l'utilisait à quelques reprises avant de l'entreposer dans sa collection de Ferrari. Comptant aujourd'hui 45 603 km, elle vient de bénéficier d'une révision complète chez Forza Service, en Hollande, et se présente dans un état impeccable. Dutch title Chassis n° ZFFAA17B000076967 Engine n°F113B12085 - Just 21 examples built - 45 603 km from new, immaculate condition - Complete file of invoices and history For some people, the best is not enough. In 1984, the Koenig Workshop, a German preparer based in Munich, developed an extremely high performing car, that was given the name Ferrari Testarossa Koenig Competition Evolution. As the name reveals, the model used as a starting point was extraordinary in its own right, as the Testarossa was a car that ordinary mortels could only dream of. However, Koenig went even further, making this supercar a hypercar before its time. As well as meticulously re-worked running gear set on a widened track, stabilizers, anti-roll bars and wide rims, the car was equipped with a special stainless steel sports exhaust system, and comprehensively modified body panels. The interior was also revised, with omnipresent leather upholstery available in a wide choice of colours. From the start, the car left no doubt about its road-going capabilities. Where the " ordinary " Testarossa had set a new benchmark for its performance, the Koenig version surpassed this with ease. For the Competition Evolution clients, Koenig also offered a twin turbo kit that increased the power to 1,000 bhp, or even more if requested. The owner of the car on offer did not take up this option. Having left the factory at the end of 1987, this car was sold in May 1988 and was then given the Koenig treatment, that is to say, a complete conversion of the body and the majority of the other modifications. The original Rosso Corsa colour was retained and it has matching leather interior. Although the V12 engine is naturally-aspirated, its power has reputedly been increased to 800 bhp, allowing the car to travel from 0 to 100 km/h in 3.5 seconds ! Nevertheless, the car is easy to drive, the current owner has informed us. In 1995, it was bought by Top Cars GmbH, of Essen in Germany and was shown in displays at the Nürburgring and Techno Classica in Essen. A year later, a Dutch enthusiast bought the car and took it back to Koenig to have the front and rear modified in the style of the Ferrari 512 M. In 1999, with the odometer reading 42,000 km, the car was sold to its current owner, also Dutch, who used it a few times before putting it with his collection of Ferrari. With 45,603km on the clock today, the car has recently benefitted from a full service at Forza Service in Holland, and is presented in immaculate condition.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
1996 Ferrari 512 M (Modificata)

Lot 221: 1996 Ferrari 512 M (Modificata)

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: 1996 Ferrari 512 M (Modificata) Titre de circulation hollandais Châssis n° ZFFVA40B000099951 Moteur n°G37579 - Ultime évolution de la Ferrari Testarossa - 500 exemplaires produits - La seule F512M officiellement vendue neuve en Hollande - 54 973 km d'origine, état impeccable - Dossier complet de factures et d'historique Si vous avez grandi dans les années 1980, vous aviez probablement un poster de Ferrari Testarossa accroché au mur de la chambre. Ou au moins vous rappelez-vous de celles apparaissant dans la série TV Miami Vice ou dans vos jeux vidéos Test Drive ou Outrun. La Testarossa est symbolique des années 1980, mais elle a aussi dépassé cette simple décennie. En 1991, Ferrari présente la 512TR qui est bien plus qu'un simple restylage. Mais la toute dernière évolution arrive en 1994, avec le lancement de la F512M, "F" pour Ferrari, "5" pour la cylindrée de 5 litres, "12" pour le nombre de cylindres et "M" pour Modifiée. Dans sa dernière version, le 12 cylindres à plat développe 446 ch grâce à des bielles en titane et un vilebrequin nettement plus léger. La voiture accélère de 0 à 100 km/h en 4,7 secondes et atteint 316 km/h en pointe. En plus des améliorations mécaniques, la F512M connaît des modifications de carrosserie et d'intérieur, avec des pare-chocs, un capot et des spoilers différents, le bouclier avant intégrant dorénavant les phares et l'arrière recevant les feux ronds caractéristiques de la marque. A l'intérieur, l'air conditionné et les sièges en carbone font partie de l'équipement de série. S'agissant de l'évolution ultime de la Testarossa, la F512M est de loin la plus rare. Alors que les Testarossa et 512TR totalisent 9 457 exemplaires, la F512M connaît une production ne dépassant pas 500 unités. Cet exemplaire, sorti d'usine au cours de la dernière année du modèle, est livré le 24 mai 1996 à son premier propriétaire. C'est le seul exemplaire vendu neuf en Hollande par l'intermédiaire du concessionnaire Ferrari officiel et il a, depuis, toujours conservé son immatriculation hollandaise. Trois ans après, alors qu'elle affiche quelque 29 000 km, cette voiture est vendue à son actuel propriétaire qui la confie au distributeur hollandais Forza Service pour une révision complète. Il en profite ensuite pendant trois ans et la cède en avril 2001 à M. Van Leperen. Celui-ci parcourt 12 000 km en une douzaine d'années, conservant les documents liés à son histoire, puis la vend à la personne auprès de qui il l'avait achetée ! A cette époque, le compteur de la F512M montre 54 219 km et, une fois de plus, la voiture fait l'objet d'une inspection détaillée. Kroymans, le concessionnaire Ferrari en Hollande, effectue une révision complète et remplace en juillet 2013 les courroies de distribution. Depuis, presque un an s'est écoulé et la voiture est repassée une fois chez Forza Service pour une autre révision complète. Elle a été préparée pour recevoir le certificat de Ferrari Classiche, ce qui sera possible en 2016, quand cette belle F512M aura plus de 20 ans. LA PENSEE DU SPECIALISTE Evidemment, dans la série des Testarossa et dérivés, fabriquées de 1984 à 1996, on a le choix, mais l'ultime est bien la M ! Il s'agit presque d'une Koenig fabriquée par Ferrari ! 500 seulement sont sorties d'usine, ce qui en fait la Testarossa la plus exclusive et qui sera sans équivoque très recherchée dans quelques années, pour aujourd'hui un prix des plus attractifs par rapport aux performances du modèle. Dutch title Chassis n° ZFFVA40B000099951 Engine n°G37579 - Ultimate evolution of the Ferrari Testarossa - 500 examples built - The only F512M officially sold new in Holland - 54 973 km from new, immaculate condition - Complete file of invoices and history If you grew up during the 1980s, you probably had a poster of a Ferrari Testarossa on your bedroom wall. Or at least remember the ones that appeared in Miami Vice and the video games Test Drive and Outrun. The Testarossa is a symbol of the 1980s, but it also outlived that decade. In 1991 Ferrari presented the 512TR that was much more than a simple facelift. The very last evolution came in 1994, with the launch of the F512M, " F " for Ferrari, " 5 " for the 5-litre engine size, " 12 " for the number of cylinders and " M " for Modified. In this final version, the flat-twelve cylinder engine produced 446 bhp due to the titanium connecting rods and a significantly lighter crankshaft. It could accelerate from 0 to 100 km/h in 4.7 seconds and had a top speed of 316 km/h. In addition to the mechanical improvements, the body and interior of the F512M were updated, with new bumpers, bonnet and spoilers, with the lights incorporated into the front styling, while the rear had round lights characteristic of the marque. Inside, air-conditioning and carbon seats were standard. The F512M was the ultimate evolution of the Testarossa and the rarest by far. There were 9,457 examples of the Testarossa and 512TR, with no more than 500 examples of the F512M built. This example, which left the factory during the model's last year of production, was delivered on 24 May 1996 to its first owner. It was the only one to be sold new in Holland by the official Ferrari dealer, and it has always retained its Dutch registration. Three years later, when it had 29,000 km on the clock, the car was sold to the current owner who gave it to the Dutch distributor Forza Service for a full service. He enjoyed the car for three years and then sold it in April 2001 to Mr Van Leperen. The latter covered 12,000 km in a dozen years, keeping all the documents relating to its history, then sold it back to the person he had bought it from ! At this point, the odometer read 54,219 km and, once again, the car was subjected to a thorough inspection. Kroymans, the Ferrari dealership in Holland, carried out a full service and replaced the timing belts in July 2013. Since then, almost a year has passed and the car has had another full service at Forza Service. It has been prepared for Ferrari Classiche certification, which will be possible in 2016, when this stunning F512M will be over twenty years old. THE SPECIALIST'S OPINION Evidently, there are lots of cars to choose from in the Testarossa series and its derivatives, but the ultimate has to be the M ! This is practically a Koenig built by Ferrari ! Just 500 left the factory, making it the most exclusive Testarossa, and it will certainly be highly sought-after in a few years time. For today, it has to be a highly attractive price for the performance on offer.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
1972 Ferrari 365 GTB/4 Daytona, transformation Groupe 4

Lot 222: 1972 Ferrari 365 GTB/4 Daytona, transformation Groupe 4

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: 1972 Ferrari 365 GTB/4 Daytona, transformation Groupe 4 Titre de circulation anglais, Fiche FIA Châssis n° 14725 - Seule Daytona avec historique de compétition d'époque en Asie - Refaite mécaniquement par GTO Engineering - Fantastique auto pour les plus beaux événements. L'histoire de cette Ferrari Daytona en fait une pièce particulièrement intéressante. En effet, c'est la seule 365 GTB/4 à avoir été engagée en compétition en Asie du Sud-Est dans le cadre de course de club. Importée à Singapour par M. Yeo Kian Peng, qui travaillait chez le distributeur Ferrari et Lamborghini Wing Ming Auto, elle n'a pas été immatriculée avant 1979. Entretemps, son propriétaire s'est contenté de plaques provisoires, n'utilisant sa voiture que pour la compétition ou pour l'exposer dans son showroom. La Daytona a donc participé à plusieurs compétitions organisées par le Singapore Motor Sports Club comme le Kallang sprint, le Dover Kilo ou le Pasir Gudang, entre les mains de son propriétaire ainsi que d'Ivor Thevathasan. Le règlement n'étant pas supervisée par la FIA et ne comportant pas de catégorie Groupe 4, elle est restée dans sa configuration d'origine et aurait simplement bénéficié d'une préparation moteur particulière. La voiture est passée ensuite entre les mains de Peter Kwee qui l'a entretenue dans sa collection. A cette époque, cette voiture aurait été envoyée au département d'assistance clients, à Maranello, pour préparation. Elle a été ensuite cédée, en 1986, à Stanley Leong, connu dans la région pour sa collection de voitures de couse. Il a continué à participer à des compétitions organisées par le Malaysia and Singapore Vintage Car Register, la Singapore Motor Sports Association, le Johor Motor Club et le Classic Car Club of Hong Kong, sur les circuits de Pasir Gudang, Jurong et Kelab, comme l'a précisé le fils de Stanley (décédé en 2012), Nick Leong. Au début des années 1990, à la suite d'un accident, la voiture a été reconstruite aux spécifications Groupe 4 par James W.F. Leong, sans lien de parenté avec le propriétaire, de Ah Chow Motor Co. Quelques années plus tard, en 2001, à la suite d'un départ d'incendie moteur, la carrosserie a été réparée à Singapour, avant que la voiture ne soit envoyée en 2003 en Angleterre, chez GTO Engineering, pour une reconstruction mécanique totale. En 2007, elle est revenue à Singapour pour reprendre place dans la collection de Stanley Leong. Entre 2007 et 2011, elle n'a pas été utilisée et, en 2012, elle a été achetée par Paul Coombes, de SVS Ltd, puis envoyée en Angleterre et immatriculée dans ce même pays. En novembre 2012, elle rejoignait la collection de son propriétaire actuel. Grâce à sa carrière en compétition, son kilométrage serait resté extrêmement faible la voiture n'affichant aujourd'hui que 19 500 miles (31 385 km). Avec son histoire peu banale, sa belle préparation Gr. 4, et sa fiche FIA, cette rare Daytona est éligible pour les plus beaux événements historiques. Et qui sait, peut-être un collectionneur asiatique avisé sera heureux de lui faire retrouver la terre de ses plus beaux exploits. British title, FIA papers Chassis n° 14725 - The only Daytona with period racing history in Asia - Mechanical rebuild by GTO Engineering - Fantastic car for the best events. The history of this Ferrari Daytona makes particularly interesting reading. It is the only 365 GTB/4 to have been raced in South East Asia in Club events. Imported into Singapore by Yeo Kian Peng, who worked for the Ferrari and Lamborghini distributor Wing Ming Auto, it remained unregistered until 1979. Before then, its owner employed temporary plates, using the car solely for competition and exhibiting it in his showroom. The Daytona took part in several races organised by the Malaysia and Singapore Vintage Car Register, the Singapore Motor Sports Club including the Kallang sprint, the Dover Kilo and the Pasir Gudang, driven by its owner and Ivor Thevathasan. As these were not FIA-regulated events and there was no Group 4 category, the car remained in its original configuration and the engine alone would have been specially prepared. The car then passed into the hands of Peter Kwee who maintained it in his collection. During this period, the car would have been given to the Customer Support department at Maranello for preparation work. It was sold in 1986 to Stanley Long, well known for his collection of racing cars. He continued to compete in competitions organised by the Singapore Motor Sports Association, the Johor Motor Club and the Classic Car Club of Hong Kong on the Pasir Gudang, Jurong and Kelab circuits, as confirmed by Nick Leong, the son of Stanley Long who died in 2012. At the beginning of the 1990s, following an accident, the car was re-built to Group 4 specifications by James W.F. Leong (no relation of the owner), of Ah Chow Motor Company. Several years later, in 2001, after an engine fire, the body was repaired in Singapore, before the car was sent to England, in 2003, to GTO Engineering, for a complete mechanical re-build. In 2007, it returned to Singapore to take its place in Stanley Leong's collection once more. It was not used between 2007 and 2011 and in 2012, the car was bought by Paul Coombes, of SVS Ltd, and sent to England where it was registered. In November 2012 it joined the collection of the current owner. Having had a racing career, the mileage has remained extremely low and records just 19,500 miles today. With its rather unusual history, superb Group 4 preparation and FIA document, this rare Daytona is eligible for the most prestigious historic events. Who knows, perhaps a shrewd Asian collector will want to return the car to where it enjoyed its finest exploits.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
1976 Ferrari 308 GTB polyester

Lot 223: 1976 Ferrari 308 GTB polyester

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: 1976 Ferrari 308 GTB polyester Titre de circulation italien Châssis n° F106AB*19699 Moteur n° F106A 021*00327* - Joliment préservée - Version polyester, la plus rare et la plus performante - Cote en devenir Vendue neuve en Toscane, cette rare berlinette 308 GTB "vetroresina" n'a connu qu'un propriétaire jusqu'à 1983, puis trois autres qui sont répertoriés sur le Libretto, avec changement d'immatriculation à Pise. En 2006, le moteur a fait l'objet d'une restauration totale, avec remise en état de tout le compartiment moteur. Un dossier de photos témoigne des travaux effectués. La même année, alors qu'il affichait 67 685 km, le compteur de vitesses a été remplacé par un neuf, qui montre actuellement 9 373 km. Aujourd'hui, cette voiture ne réclame pas de soins particuliers, à l'exception d'un remplacement de la courroie de distribution, sans doute sujette au vieillissement même si la voiture n'a que peu roulée. Bien préservée, elle était équipée à l'origine de la climatisation et comporte un autoradio lecteur de cassettes Philips. Elle est inscrite auprès de l'ASI et son dossier renferme un ensemble de factures d'entretien et de photos. L'habitacle est de bonne présentation, avec des sièges de couleur beige à bandes noires qui ne présentent qu'une usure limitée et un tableau de bord sans défaut notable. Outre sa rareté, puisque la production s'est limitée à 712 exemplaires, l'avantage d'une version polyester est son poids, d'environ 80 kg inférieur aux 308 GTB à carrosserie acier. Il en résulte une vivacité largement supérieure. Italian registration Chassis # 19699 * F106AB F106A Engine # 021 * 00327 * - Extremely well preserved - Fiberglass version, the rarest and most efficient - Greater appreciation Sold new in Tuscany, this rare Berlinetta 308 GTB "vetroresina" had just one owner till 1983, and then three others that are listed on the Libretto, with a change of registration to Pisa. In 2006, the engine underwent a complete overhaul, with refurbishing of the entire engine compartment. A folder full of photos reflects the work performed. By then the car had covered 67,685 km, when the speedometer was replaced by a new one, which currently shows 9373 km. This car does not require any special care or attention, except for the replacement of the timing belt, probably subject to normal aging, even if the car has not been used much. Well preserved, it was originally equipped with air conditioning and has a Phillips radio cassette player. It is registered with the ASI and its record contains a set of maintenance bills and photos. The interior is good looking, with beige seats with black stripes which have only limited wear on them and a dashboard without any significant fault. In addition to its rarity, since production was limited to just 712 examples, the advantage of a fiberglass version is its weight, which was about 80 kg less than the 308 GTB in steel. This makes for a lighter, quicker and more efficient car.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
1976 Ferrari 308 GTS polyester prototype

Lot 224: 1976 Ferrari 308 GTS polyester prototype

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: 1976 Ferrari 308 GTS polyester prototype Vendu sans titre de circulation - Prototype de 308 GTS polyester - Modèle unique, performant et découvrable - Eligible pour les plus grands Concours d'Elégance - Certification Ferrari Classiche en cours Selon les informations fournies par le propriétaire, cette Ferrari 308 GTS à carrosserie polyester serait un prototype réalisé pour le marché américain, avant que la version à carrosserie acier n'existe. Il est donc logique qu'elle soit équipée d'un moteur à carter humide, afin de pouvoir l'importer sur le continent américain. Ferrari aurait produit à l'époque quatre ou cinq prototypes de ce type, qui sont restés sans suite et qui n'ont jamais quitté l'Italie. Celui-ci a survécu et, s'agissant d'un prototype, il ne comportait pas de numéro de châssis. Cette voiture a été ensuite récupérée par un collectionneur qui a frappé des numéros et l'a utilisée, jusqu'au jour où elle a été mise sous séquestre par l'administration italienne. Au bout de plusieurs années, elle a été mise aux enchères et c'est à cette occasion que le précédent propriétaire en a fait l'acquisition, en 1999, avant de la vendre l'an dernier à l'actuel propriétaire collectionneur de 308 rares. Aujourd'hui, cette voiture est en état de fonctionnement mais aura avantage à faire l'objet d'une restauration qui lui permettra de fouler les pelouses des concours d'élégance les plus en vue, en tant que prototype d'un modèle mythique. Cette berlinette 308 GTS polyester, unique en son genre (toutes les 308 polyester sont des versions GTB non découvrables) a été inspectée par une personne de Ferrari et sa certification par Ferrari Classiche est en cours. Sold unregistered - Prototype 308 GTS in fiberglass - Unique piece, powerful and a convertible - Eligible for the most important of Concours d'Elegances - Ferrari Classiche certification under process According to information provided by the owner, this Ferrari 308 GTS with fiberglass body was a prototype developed for the U.S. market before the steel body version came into being. It is therefore logical that it is equipped with a wet sump engine, to import it into the American market. Ferrari would have produced, at the time, four or five prototypes of this type, which were never sold and have never left Italy. This car has survived and as it is a prototype, it does not have a chassis number. This car was recovered by a collector who put on some registration numbers and used it, till it was confiscated by the Italian authorities. After several years, the car was auctioned and it is on this occasion that the previous owner acquired it in 1999 before selling it last year to the current owner, a collector of rare 308s. Today, the car is in working condition, but a proper restoration would be recommendable, allowing it to be a star at important Concours d'Elegance, as a prototype of a mythical model. This Berlinetta 308 GTS fiberglass is unique (none of the fiberglass 308 GTBs are convertibles) and was inspected by a person from Ferrari Classiche, with the certification is under process at the moment.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
1962 Maserati 3500 GT Touring

Lot 225: 1962 Maserati 3500 GT Touring

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: 1962 Maserati 3500 GT Touring Titre de circulation italien Châssis n° AM101 2432 Moteur n° 101 2432 - Très belle et ancienne préparation course - Utilisation mixte route / circuit / rallye - Historique connu toujours chez Maserati - Fiche FIA/CSAI L'exemplaire présenté, comme nous l'indique dans une lettre, Ermanno Cozza, ex mécanicien de Fangio et consultant pour l'usine Maserati en automobiles historiques, a été construit en septembre 1962 et livré par le concessionnaire de Milan, Cornacchia Auto à un certain Francesco Cima de Come. En 1965, elle change de mains et devient la propriété d'Aldo Tagliaferri, ce dernier la fit réviser à l'usine alors qu'elle totalisait 40000 km. La voiture aurait été préparée pour la course ensuite en Italie par Orfeo Ferasin, alors concessionnaire Maserati à Vinceza, et revendue à Edoardo Bertola, également concessionnaire Maserati à Brescia/Golden Car, qui l'acheta en 1970. Il décida de la préparer à nouveau avec l'aide d'un ancien mécanicien d'ATS et d'une officine spécialisée, Brescia Racing. Il participa à de nombreuses compétitions jusqu'en 1984 et elle fut remisée jusqu'en 2006. Elle a couru à Magione, Monza, Coppa Intereuropa, et à Vallelunga et remporta la course de Monte Campione aux mains de Flaminio Varseriati. La préparation très poussée et très soignée, reprise par GTM Motorsport à Montanova en 2009, repose sur le moteur qui d'après le vendeur développe 300cv, (bonne pression d'huile au ralenti à froid, 6kg et compression 12/13 à 1) mais aussi sur la carrosserie et les suspensions. Un radiateur en aluminium et un d'huile ont été ajoutés ainsi qu'un réservoir du même métal. Un arceau 6 points, un baquet Sparco et des vitres en Perspex complètent l'ambiance Racing ainsi qu'un très typique revêtement à losange qui tapisse l'intérieur. Les pneus sont des Dunlop Racing de 6.50 x 15. C'est une voiture désirable, une grande Maserati classique très puissante et rare car seulement trois exemplaires seraient connus avec une telle préparation dont une figure au Challenge Ferrari / Maserati. MERCI DE BIEN VOULOIR NOTER QUE LE NUMERO DU LOT EST ERRONE DANS LE CATALOGUE PAPIER, LA MASERATI 3500 GT TOURING SERA VENDUE SOUS LE NUMERO 225. Italian title Chassis # AM101 2432 Engine # 101 2432 - Nice former race preparation - Suitable for road/circuit/rallying - Known history always at Maserati - FIA/CSAI papers The example on offer, as stated in a letter from Ermanno Cozza, a former mechanic for Fangio and a historic automobile consultant for the Maserati factory, was built in September 1962 and delivered by the Milan dealer, Cornacchia Auto to a certain Francesco Cima from Como. In 1965, it changed hands and became the property of Aldo Tagliaferri, who had the car serviced by the factory at 40,000 km. It would then have been race-prepared in Italy by Orfeo Ferasin, the Maserati dealer in Vicenza, and was sold in 1970 to Edoardo Bertola, of the Brescia Maserati dealership, Golden Car. He decided to prepare it again with the help of a former ATS mechanic and the specialists Brescia Racing. He competed in numerous races through until 1984, and then put the car away until 2006. The car competed at Magione, Monza, Coppa Intereuropa, and Vallelunga, and won the Monte Campione race driven by Flaminio Varseriati. The comprehensive preparation work carried out by GTM Motorsport in Montanova in 2009 focussed on the engine which, according to the owner, produces 300 bhp (good oil pressure when idling cold, 6kg and compression 12/13 : 1), as well as the body and the suspension. A radiator, fuel and oil tanks, all in aluminium, were fitted. A six-point roll-cage, Sparco bucket seat and perspex windows compete the competition set-up, with customary diamond-stitched fabric lining the interior. It is fitted with 6.50 x 15 Dunlop Racing tyres. This is a highly desirable car, a great Maserati classic, powerful and rare, with just three known examples prepared this way, one of which has taken part in the Ferrari / Maserati Historic Challenge. PLEASE NOT THAT THERE IS A MISTAKE IN THE LOT NUMBER IN THE PAPER CATALOG, THE MASERATI 3500 GT TOURING WILL BE SOLD UNDER THE LOT NUMBER 225.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
1968 Bizzarrini 5300 GT Strada

Lot 226: 1968 Bizzarrini 5300 GT Strada

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: 1968 Bizzarrini 5300 GT Strada Carte grise française Châssis n° 318 - Modèle rare et extraordinairement performant - Même propriétaire depuis plus de 30 ans - Historique limpide - Livrée neuve en France, historique connu depuis l'origine Comme son nom l'indique, la Bizzarrini 5300 GT est l'œuvre de Giotto Bizzarrini, un des créateurs de la Ferrari 250 GTO. Elle concentre ses "credos" techniques et son moteur très en arrière favorise la position du centre de gravité, et donc la tenue de route. Bizzarrini ne s'embarrasse pas de la complexité d'un moteur italien et va chercher le sien chez Chevrolet : de 365 à 400 ch selon les versions, le V8 issu de la Corvette permet à celle qui s'appelle au début Iso A3/C d'être la GT la plus rapide de son époque, devant la Ferrari 275 GTB. La carrosserie, d'abord produite en aluminium chez Drogo, est ensuite fabriquée chez BBM, avec quelques exemplaires en fibre de verre. Au total, la production s'est limitée à quelques 115 unités. Grâce au dynamisme et aux grandes connaissances du club Bizzarrini France nous avons pu retracer entièrement l'historique de cette formidable automobile. Cette Bizzarrini 5300 GT fut vendue neuve en France et immatriculée le 25 septembre 1968 à titre isolé sous le numéro de châssis 1495686, fourni par la préfecture et non pas par son numéro de châssis 318. Si certains prétendent que la voiture aurait été vendue en première main à la famille Dassault, une annonce trouvée dans sport auto de l'année 1970 montre la voiture qui est bordeaux, intérieur noir indiquant que la voiture est une première main, le vendeur n'étant autre que Jean Sage. C'est M. Merle, antiquaire à Aoste dans l'Isère, qui lui achète et l'immatricule en Janvier 1971: 8649 SX 38. L'année qui suit, elle passe dans les mains de M. Valera champion du monde Karate qui va la vendre grâce au garage de la Thibaudiére alors que la voiture n'a que 11 000 km. Nous avons ensuite pu retrouver une copie de la Carte grise du quatrième propriétaire en la personne de M. Michel Lafoy, résidant 6 bis rue Feuillat à Lyon qui l'immatricule 3490 EH 69. Comme c'est encore le cas aujourd'hui, la voiture est toujours enregistrée à titre isolé sous le numéro 1495686. M. Lafoy va alors repeindre la voiture en orange et va l'équiper avec 4 sorties d'échappements. Il met ensuite la voiture en annonce dans Sport Auto et on la retrouve au musée de Reims, où elle est rouge toit blanc, capot arrière blanc. Dans la deuxième moitié des années 1970, elle part au musée de Nancy alors qu'elle porte l'immatriculation 7193 RH 54. C'est là qu'en janvier 1981, son actuel propriétaire s'en porte acquéreur alors qu'elle a parcouru un peu plus de 20 000 km. La voiture coule depuis plus de 30 ans des jours heureux sur la côte d'Azur. En 1995, la mécanique (moteur et boîte de vitesses) a été refaite, avec des factures d'achat de pièces de la société Part'ners, à Toulouse, totalisant 12 700 francs. Dans les années 2000, le propriétaire a fait refaire toutes les moquettes et les cuirs, ainsi que la peinture après mise à nu de la carrosserie, de teinte "rosso corsa". Les freins, qui constituaient une des faiblesses de ce modèle très rapide, ont été complètement revus : les disques Campagnolo avant ont laissé place à un système de doubles-disques ventilés, tel qu'il est monté sur les Maserati Bora, avec conduits type aviation. Les disques et freins Campagnolo d'origine sont fournis avec la voiture. Le circuit électrique a été remis en état. Les jantes arrière sont plus larges qu'à l'origine et les cinq pneus sont neufs. Le propriétaire ayant passé une bonne partie des 20 dernières années à l'étranger, il a très peu roulé avec cette voiture, dont le kilométrage est aujourd'hui de 39 000 km, très probablement d'origine. En avril 2014, il a confié cette Bizzarrini au garage Daytona, de Nice, spécialiste des moteurs Chevrolet, pour une mise au point complète. Selon le propriétaire, la voiture est en excellent état mécanique, le moteur étant encore en rodage, et tous les accessoires fonctionnent. La voiture que nous présentons est une version aluminium, dont le niveau de préservation est supérieur à la moyenne. De plus, c'est une Strada ("route") qui, contrairement à nombre de ses sœurs, n'a pas été transformée pour la course. Une opportunité rare. MERCI DE BIEN VOULOIR NOTER QUE LE NUMERO DU LOT EST ERRONE DANS LE CATALOGUE PAPIER, LA BIZZARRINI 5300 GT STRADA SERA VENDUE SOUS LE NUMERO 226 French title Chassis n° 318 - Rare model with outstanding performance - Same owner for over 30 years - Known history - Delivered new in France, known history from new As the name suggests, the Bizzarrini 5300 GT is the work of Giotto Bizzarrini, one of the creators of the Ferrari 250 GTO. It was a distillation of his technical ideology, and positioning the engine towards the back gave the car a better centre of gravity and improved roadholding. Bizzarrini didn't bother with a complicated Italian engine, but went to look for one at Chevrolet. With versions ranging from 365 to 400 bhp, the Corvette's V8 enabled the car, known at the start as the Iso A3/C, to be the fastest GT of its day, even quicker than the Ferrari 275 GTB. The body, initially built in aluminium by Drogo, was later produced by BBM, with a few examples in fibreglass. In total, production was limited to some 115 cars. Thanks to the dynamism and expertise of the club Bizzarrini France, we have been able to trace the entire history of this formidable car. This Bizzarrini 5300 GT was sold new in France and registered specially on 25 September 1968 under the chassis number 1495686 provided by French administration and not by its chassis number 318. It was believed that the car may have been sold new to the Dassault family, but an advertisement in sport auto in 1970 showing the car as burgundy with a black interior, states that it was a one-owner car, being sold by none other than Jean Sage. It was Mr Merle, an antiques dealer from Aoste in lsère, who bought the car and registered it in January 1971: 8649 SX 38. The following year, it passed into the hands of Karate world champion Mr Valera, who in turn sold it through the Thibaudiére garage when the car had covered just 11,000 km. We have been able to find a copy of the registration document of the fourth owner, Michel Lafoy, of 6 bis rue Feuillat, Lyon, who registered it 3490 EH 69. As remains the case today, the car was still specially registered under the number 1495686. Mr Lafoy repainted it orange and had four exhaust pipes fitted. He subsequently advertised the car in Sport Auto, and it was then found in the Reims museum, painted red with a white roof and boot lid. During the second half of the 1970s, it went to the Nancy museum, registered 7193 RH 54. It was here, in January 1981, that the current owner acquired the car, when it had covered just over 20,000 km. For the last 30 years, the car has whiled away its days on the côte d'Azur. In 1995 the engine and gearbox were rebuilt, for a sum of 12,700 francs, with bills for parts from the company Part'ners, in Toulouse. During the 2000s, the owner had had the leather and carpets renewed, and the body stripped and repainted "rosso corsa". The brakes, a weakness of this ultra-fast model, were completely refurbished: the front Campagnolo discs were replaced with a double ventilated disc system, as fitted on the Maserati Bora, with aviation-type ducts. The original Campagnolo discs and brakes will be supplied with the car. The electrical circuit was refurbished. The rear wheels are wider than the original ones and the car has five new tyres. The owner has spent a large part of the last twenty years abroad, and so has not driven the car a great deal. The recorded mileage of 39,000 km is probably correct. In April 2014, he took the Bizzarrini to the Daytona garage in Nice, Chevrolet engine specialists, to have the engine rebuilt. According to the owner, the car is in excellent mechanical condition, the engine is still being run-in and all the accessories are in working order. The car on offer is an aluminium version, better preserved than usually seen. Furthermore, this is a Strada (" road "), that, unlike many of its sisters, has not been turned into a race car. A rare opportunity. PLEASE NOT THAT THERE IS A MISTAKE IN THE LOT NUMBER IN THE PAPER CATALOG, THE BIZZARRINI 5300 GT STRADA WILL BE SOLD UNDER THE LOT NUMBER 226.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
1967 Lamborghini 400 GT Interim

Lot 227: 1967 Lamborghini 400 GT Interim

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: 1967 Lamborghini 400 GT Interim Titre de circulation belge Châssis n° 0574 Moteur n° 0527 - Matching numbers - La dernière des 23 Interims produites - Restauration de grande qualité Cette Lamborghini 400 GT a été livrée neuve en janvier 1967 au Garage du Quai, à Genève. Il s'agit d'une 400 GT "Interim", c'est-à-dire bénéficiant de la carrosserie deux places de la 350 GT, plus fine que celle de la 400 GT 2+2 qui a suivi, mais avec la nouvelle mécanique 4 litres développant 320 ch. Lorsque l'actuel propriétaire, collectionneur de très haut niveau, en a fait l'acquisition, en 1994 par l'intermédiaire d'un revendeur allemand, elle appartenait à M. Fritz Blazer, demeurant à Hirzel, en Suisse. Il aurait lui-même acheté cette voiture en 1980. De couleur bordeaux métallisé avec intérieur noir, elle était roulante et l'actuel propriétaire s'est alors lancé, en 1997, dans une restauration complète, jusqu'au dernier boulon. Du côté mécanique, tout a été revu : moteur (avec allumage électronique), transmission, freins, suspensions, refroidissement... La carrosserie a été mise à nue et a reçu un traitement anticorrosion avant d'être repeinte dans son coloris d'origine, "Grigio St-Vincent", confirmé par l'usine Lamborghini. Les phares ont été refaits comme ceux de la voiture de l'essai de Road & Track, également une 400 GT "Interim", et non avec l'entourage chromé des modèles 2+2, jugé moins élégant par le propriétaire. A l'intérieur, tout a été restauré avec du cuir Connolly de couleur tabac préparé spécialement pour la voiture. Ce cuir a été utilisé également pour recouvrir le tableau de bord. Très impliqué dans cette restauration, le propriétaire n'en a toutefois pas conservé les comptes précis, mais se souvient avoir payé à l'époque l'équivalent de 30 000 € pour les travaux mécaniques et 40 000 € pour la carrosserie, auxquels se sont ajoutés le remontage et tout l'aménagement intérieur. Le total se serait donc élevé à 70 000 € environ, et nous parlons seulement du coût des pièces détachées ce qui, en 1997, était une somme rondelette. Cette restauration a été réalisée dans un esprit de qualité et d'authenticité, dans le but d'obtenir une voiture qui présente un bel aspect conforme à l'origine, sans excès. Depuis cette remise en état, le propriétaire s'est rendu à de nombreux rassemblements et a participé à divers rallyes d'agrément. Soigneusement préservée dans un garage climatisé, cette splendide Lamborghini 400 GT Interim est régulièrement contrôlée et mise en route pour quelques kilomètres. On ne compte que 23 exemplaires de versions "Interim", et celui-ci est le 23e et dernier construit. La 400 GT présente une ligne superbe, agrémentée entre autres par ses vitres incurvées caractéristiques du modèle, signée Scaglione et revue par Touring, avec un V12 conçu par Bizzarrini, l'homme à qui l'on doit la Ferrari 250 GTO. Avec un tel pedigree, elle offre sur la route un plaisir sans égal. Belgian title Chassis n° 0574 Engine n° 0527 - Matching numbers - The last one of 23 Interims built - High quality restoration This Lamborghini 400 GT was delivered new in January 1967 to the Garage du Quai, in Geneva. Being a 400 GT " Interim ", it had the two-seater body of the 350 GT, more delicately styled than the 400 GT 2+2 that followed, but fitted with the new 320 bhp 4-litre engine. The current owner, a high level collector, acquired the car through a German dealer in 1994. It belonged to a Mr Fritz Blazer, living in Hirzel, Switzerland, who had bought it in 1980. Presented in metallic burgundy with black interior, it was running and in 1997, the current owner decided to carry out a complete nut-and-bolt restoration. Mechanically, everything was overhauled : the engine (with electronic ignition), transmission, brakes, suspension, cooling system...The body was stripped back to bare metal, given an anti-corrosion treatment and re-painted in its original "Grigio St-Vincent" colour, as confirmed by the Lamborghini factory. It was given headlights like the car featured in the Road & Track test-drive, also a 400 GT " Interim ", without the chrome surrounds of the 2+2 models deemed less elegant by the owner. The interior, including the dashboard, was completely renovated with made-to-order tabac-coloured Connolly. The owner was fully involved in this restoration, but did not keep a complete account of what was spent. However, he recalls paying approximately €30,000 for the mechanical work and €40,000 for the bodywork, without the cost of re-assembly and refurbishment of the interior. The total would therefore have been around €70,000, for the cost of the parts alone, which was an expansive sum in 1997! The project was carried out with a desire for quality and authenticity, and the aim of ending up with a beautifully presented car that conformed to the original, and not excessively restored. Since this restoration, the owner has attended numerous meetings and taken part in various non-competitive rallies. Meticulously preserved in an air-conditioned garage, this splendid Lamborghini 400 GT Interim is regularly checked over and driven for a few kilometres. There are just 23 examples of the 'Interim' version, and this is number 23. The 400 GT has superb styling designed by Scaglione and reviewed by Touring, with a V12 engine by Bizzarrini, the man responsible for the Ferrari 250 GTO. The Interim is the most desirable model between the 350GT and the 400GT. With such a pedigree, it offers a driving experience that can't be bettered.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
1972 Dino 246 GT

Lot 228: 1972 Dino 246 GT

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: 1972 Dino 246 GT Titre de circulation français Châssis n° 02566 - Exemplaire superbement conservé - Matching numbers, couleur d'origine - Interieur superbement patiné La Dino est née d'un ensemble de circonstances favorables et non pas d'un projet pensé dès le départ par Ferrari. Le Commendatore souhaitait au début des années 1960 s'ouvrir à des modèles de moindre cylindrée et de plus grande diffusion, comme il avait tenté de le faire avec la Mille (future ASA 1000), mais il n'était pas prêt à la formule du moteur central. C'est Sergio Pininfarina qui a initié le premier projet dans ce sens, la Dino 206 Berlinetta Speciale présentée au Salon de Paris 1965. Puis, au Salon de Turin 1966, le même Pininfarina proposait une évolution avec la Dino Berlinetta GT, dotée d'un nouveau châssis tubulaire et d'un V6 longitudinal en position centrale. En septembre 1967 apparaissait la version quasi-définitive de la Dino 206 GT. Elle tenait son nom de son moteur, Enzo Ferrari souhaitant la différencier de ses modèles à mécanique V12. C'était un hommage à son fils Dino, qui avait participé à la mise au point du V6 quatre arbres équipant la monoplace 156 qui avait remporté le Championnat du Monde 1961 avec Phil Hill. Assagi par l'ingénieur Aurelio Lampredi, c'est ce même moteur tout aluminium que l'on retrouvait sous le capot de la 206 GT. Assez rapidement, il a été décidé d'en extrapoler une version encore mieux adaptée à un usage routier. Lampredi a donc étudié un bloc en fonte qui, avec sa cylindrée 2,4 litres, était plus souple que le précédent. Ainsi équipée, avec une carrosserie acier remplaçant l'aluminium, la Dino prenait le nom de 246 GT et trouvait sa véritable homogénéité. Première Ferrari de route à moteur central, elle ouvrait la voie à une nouvelle famille dont le succès se confirme encore aujourd'hui avec les F430 à moteur V8. La Dino que nous présentons fut construite en Septembre 1971 et vendue neuve en Italie. Il s'agit donc d'une Dino tipo 607 E constituant la troisième et dernière série construite, que beaucoup considère comme la plus aboutie. Elle demeurait toujours dans son pays natal quand un spécialiste français basé à Reims bien connu, Franco Lembo, découvrit la voiture dans un très bel état d'origine. Le propriétaire actuel lui acheta la voiture il y a deux ans, alors qu'au préalable elle avait été révisée. La voiture a tout le charme des autos bien utilisées et conservées avec soin. Elle arbore toujours sa robe Rosso Chiaro d'origine et son intérieur beige a superbement résisté aux outrages du temps présentant une patine rare. Affichant 55 776 km au compteur, il est très probable que se soit le kilométrage d'origine. La voiture est toujours équipée de son crick d'origine. La Dino 246 GT reste un chef-d'œuvre esthétique reconnu. Ce superbe exemplaire matching numbers constitue donc une opportunité exceptionnelle de pouvoir rouler dans une auto incroyablement préservée. French title Châssis n° 02566 - Superbly preserved - Matching numbers, original colour - Interior has beautiful patina The Dino was born from a combination of favorable circumstances and not a planned project at the beginning by Ferrari. Il Commendatore had wanted in the early 1960s to look at models of smaller capacity with a wider reach as he had tried to do with the Mille (which became the ASA 1000), but he was not ready the mid-engine version. It was Sergio Pininfarina who initiated the first project in this direction, with the 206 Dino Berlinetta Speciale unveiling at the Paris Salon of 1965. Then, at the Turin Motor Show in 1966, Pininfarina once again proposed another concept, the Dino Berlinetta GT with a new tubular chassis and a longitudinal located V6 amidship. It was in September 1967 that the almost final version of the Dino 206 GT was unveiled. It took its name from its engine, with Enzo Ferrari wishing to differentiate this car from the V12 Ferraris. It was a tribute to his son Dino, who had participated in the development of double overhead camshaft V6 that powered the single-seater 156 that won the World Championship in 1961 with Phil Hill. Detuned by engineer Aurelio Lampredi, this all aluminum engine found its way under the hood of the GT 206. Soon enough, they decided to do a version which was more suitable for road use. Lampredi therefore developed a cast iron block with a 2.4-liter displacement, an engine that was more flexible than the previous one. Thus equipped with a steel body replacing the aluminum, the Dino 246 GT became Ferrari's first mid-engined road car to sell in volumes, paving the way for a new family whose success has been once again confirmed today with the F430 V8. The Dino we are offering was built in September 1971 and sold new in Italy. It is therefore a Dino Tipo 607 E, which was the third and final series built, and which many believe was the most successful. The car has always remained in its native country when a well known French specialist based in Reims, Franco Lembo, discovered the car in very good original condition. The current owner bought the car from him two years ago, but before that the car was thoroughly overhauled. The car has all the charm of cars that have been well used and stored with care. Painted the original Rosso Chiaro with a beige interior that has beautifully withstood the ravages of time and has a rare patina, this Dino shows 55,776 km on the odo, which is very likely the original mileage. The car is still equipped with its original jack. The Dino 246 GT remains an aesthetic masterpiece. This superb example with matching numbers is therefore a unique opportunity to experience a car that is incredibly well preserved.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
1959 Mercedes-Benz 190 SL

Lot 229: 1959 Mercedes-Benz 190 SL

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: 1959 Mercedes-Benz 190 SL Carte grise française Châssis n° 121042109501653 - Le parfait roadster pour les rallyes - Dossier complet de restauration - Très belle combinaison de couleur Le cabriolet 190 SL apparaît en 1954 et sera produite jusqu'en 1963, comme sa grande sœur la 300 SL. Sa ressemblance est évidente dès le premier coup d'œil, mais la motorisation compte deux cylindres en moins (quatre) avec un moteur 1,9L de 105 ch., d'origine livré avec deux carburateurs Solex. Bien souvent, la modification en carburateurs Weber double-corps était réalisée, lui offrant un agrément de conduite bien plus nerveux et agréable sur la route. Le modèle présenté de 1959 a bénéficié de cette amélioration, en plus d'avoir reçu un soin plus qu'attentif à tous les niveaux. Le propriétaire nous précise que ce roadster a profité d'une restauration complète de la mécanique avec moteur refait, freins, amortisseurs, carburateurs. Egalement, la réfection de la sellerie en cuir noir est remarquable. La capote est neuve et elle est équipée d'un hard-top. Elle sera livrée avec son dossier de factures. Ce très joli roadster n'attend plus que de prendre la route pour partir en vacances cet été et offrira un immense plaisir au futur acquéreur. Le roadster 190 SL possède une cote d'amour très élevée, avec sa ligne si harmonieusement dessinée et sa facilité de conduite dans la circulation moderne. French title Chassis n° 121042109501653 - The perfect roadster for rallies - Comprehensive restoration file - Stunning colour combination The 190 SL cabriolet appeared in 1954 and was produced until 1963, as was its big sister the 300 SL. Visually, the similarities are immediately obvious, but its engine, with two less cylinders (four), was 1.9-litres with 105 bhp, originally with two Solex carburettors. It was common for twin-choke Weber carburettors to be fitted instead, making it more responsive and pleasant to drive. This model, presented in 1959, benefitted from this improvement and has been looked after meticulously in every respect. The owner has told us that this roadster has been completely overhauled mechanically, with re-built engine, brakes, shock absorbers and carburettors. In addition, the renovation of the black leather interior is outstanding. The hood is new and it comes with hard-top, and will be sold with a file of invoices. This pretty roadster is ready to set off on holiday this summer and provide its new owner with endless enjoyment. The 190 SL has a huge following, with its wonderful styling and being easy to drive in modern traffic.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
1986 Mercedes-Benz 500 SL 2+2 avec hard top

Lot 230: 1986 Mercedes-Benz 500 SL 2+2 avec hard top

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: 1986 Mercedes-Benz 500 SL 2+2 avec hard top Titre de circulation hollandais Chassis n°WDB1070461A031677 - Etat "comme neuf" avec 8700 km d'origine - Déjà une classique - Modèle 2+2 le plus recherché La lignée des SL chez Mercedes Benz est sacrée et a toujours reçu de la part des clients un succès impressionnant depuis la sortie de la mythique Papillon et de sa sœur le 300 SL roadster. Nous présentons ici une 500 SL de la série W107, livrée neuve en France en 1986. La voiture a été achetée par un passionné d'aviation et cet élégant cabriolet était garé aux côtés de son SECNA, dans un garage à l'abri. Il n'a quasiment pas roulé et cette 500 SL n'a aujourd'hui que 8700 km depuis sa sortie d'usine. Elle a été acquise il y a quelques années par un collectionneur hollandais qui n'a pas roulé. Que dire de plus à part qu'elle se trouve dans un état quasi-neuf, une capote sans défaut, un intérieur en cuir havane splendide sans griffure et des boiseries n'ayant pas perdu leur qualité de verni. Ses moquettes sont époustouflantes. Côté mécanique, elle a bénéficié d'un redémarrage complet avec révision complète avec changement de tous les fluides et autres durites un peu trop sèches. Elle sera délivrée avec ses carnets et manuels complets. Son hard-top vous permettra de rouler protégé des intempéries en hiver. Cette motorisation est certainement la plus homogène des W107, réunissant puissance, couple, confort et luxe avec air conditionné, vitres électriques… Les voitures très peu kilométrées sont toujours d'excellentes opportunités d'achat, profitez de celle-ci pour passer un été bercé par les flots ! Dutch title Chassis # WDB1070461A031677 - As good as new with just 8,700km from origin - Already a classic - The most wanted 2+2 The model line of Mercedes-Benz SL is almost sacred and has always been a great success with faithful clients since the launch of the legendary Gullwing and its sibling, the 300 SL Roadster . We are offering a W107 500 SL, delivered new in France in 1986. The car was purchased by an aviation enthusiast and this elegant convertible was parked alongside his SECNA plane in a garage for protection. It has hardly been used and the 500 SL now has only 8,700 km since leaving the factory. It was acquired a few years ago by a Dutch collector who has not used it at all. What more can one say except that it is in an almost new condition, a hood without any blemish, a beautiful tan leather interior without any scratches and the woodwork has not lost their quality of varnish either. The carpets are in a breathtaking condition. Mechanically, it has received a complete overhaul with a restart, with all fluids changed as well as the hoses. It will be delivered with its complete set of manuals and books. Its hard-top will allow you to drive comfortably in winter. This engine is definitely the most homogeneous of all the W107s, bringing together power, torque, comfort and luxury with air conditioning, power windows, etc. Cars with very low mileage are excellent buying opportunities, take advantage of it to spend summers of splendor!

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
1958 Porsche 356 A cabriolet 1600

Lot 231: 1958 Porsche 356 A cabriolet 1600

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: 1958 Porsche 356 A cabriolet 1600 Carte grise française Châssis n° 150505 - Modèle emblématique, mêlant agrément de conduite et fiabilité - Présentation de bon aloi, teinte ivoire d'origine - Livré neuve en Allemagne Livrée neuve en juillet 1958 en Allemagne, cette Porsche 356 est aux spécifications européennes, ce qui est un point très positif. Il s'agit d'une élégante version 356 A cabriolet T2, carrossée dans les ateliers Reutter, qui présente encore la pureté des premières générations de ce modèle emblématique. Son propriétaire actuel l'a achetée auprès d'un spécialiste Porsche basé en Allemagne. De couleur ivoire d'origine, elle comporte un pare-brise teinté et un intérieur noir entièrement refait, de même que la capote noire avec doublure en alpaga beige. Tapis et moquettes sont neufs également. Comme de nombreuses 356, cette voiture n'est plus équipée de son moteur d'origine, mais d'un quatre-cylindres à plat 1 600 cm3 provenant d'une Porsche 912 de 1965/1966 et qui, équipé de plus gros carburateurs et d'un échappement double sortie en inox, a été préparé pour les rallyes. Un spécialiste, ancien de Sonauto, à qui elle a été confiée en mai dernier pour révision en a estimé la puissance à 100 ch environ. Ce beau cabriolet Porsche 356, qui présente le charme des restaurations anciennes, est une voiture facile à utiliser, agréable à vivre et dont la mécanique fiable et alerte permet de se lancer avec vivacité sans appréhension sur de longues distances. French title Chassis n° 150505 - Iconic model, fun to drive and reliable - Tasteful presentation, original ivory colour - Delivered new in Germany Delivered new in Germany in July 1958, this Porsche 356 is a desirable European specification example. It is the elegant 356 A cabriolet T2 version with coachwork by Reutter, that displays the purity of the first generation of this iconic model. The current owner bought the car from a Porsche specialist in Germany. Presented in the original ivory colour, it has a tinted windscreen with entirely renewed black upholstery and beige alpaca-lined black hood. The carpets are also new. As with many 356s, the original engine has been replaced, here with a flat-four 1600cc engine from a 1965/1966 Porsche 912. It has been prepared in the past for rallying, fitted with larger carburettors and a stainless steel twin pipe exhaust. The car was serviced in May last year by an ex-Sonauto specialist, who estimated the power at approximately 100 bhp. This beautiful Porsche 356 cabriolet, displaying the charm of an older restoration, is an easy car to run. It is fun to drive, with a responsive and reliable engine offering the prospect of worry-free, long-distance journeys.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
1961 Mercedes-Benz 300 SL Roadster avec Hard-top

Lot 232: 1961 Mercedes-Benz 300 SL Roadster avec Hard-top

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: 1961 Mercedes-Benz 300 SL Roadster avec Hard-top Titre de circulation hollandais Châssis n° 198.042-10-002781 Moteur n° 198.980-10-02843 - Restauration complète par Mercedes Grunning & Sohn KG - Freins à disque, moteur bloc aluminium - Livré avec son hard-top dans sa caisse bois d'origine - Modèle légendaire - La deuxième 300 SL fabriquée avec freins à disque Cette Mercedes 300 SL roadster n'est pas banale : d'après son numéro de châssis, il s'agit de la deuxième qui a été livrée avec des freins à disque. C'est en effet à partir du numéro 02780 que cette modification est apparue, en 1961, apportant un indéniable progrès sur le plan de la sécurité. Vendue neuve en 1961, cette voiture a été importée de Californie, où elle se trouvait, en Allemagne, par le fameux collectionneur de Mercedes Erich K. Hillgruber. En effet, celui-ci vivait alors entre la Côte ouest des États-Unis et Hambourg. C'est d'ailleurs dans cette même ville qu'il a ensuite vendu la voiture, à M. Claus P. Armbruster. Ce nouveau propriétaire l'a alors confiée au concessionnaire Mercedes Grunning & Sohn KG, qui a notamment installé un moteur neuf bloc aluminium commandé à l'usine le 4 mai 1984 (commande n°2094) en échange standard, sans aucun doute un des derniers disponible à l'usine. La restauration s'est poursuivie pendant trois ans et à cette occasion, la teinte extérieure, qui était blanche, a été remplacée par du noir et la sellerie rouge a laissé place à un cuir crème répondant aux spécifications usine. Après la remise en état, M. Armbruster a pu profiter de sa voiture fraîchement rénovée pendant presque 30 ans, ne parcourant que 20 000 km au volant. Grâce à cet usage parcimonieux, accompagné d'un entretien soigneux, la voiture se présente aujourd'hui dans un état superbe. Elle est équipée d'un autoradio Becker, de son hard-top d'origine qui vient dans sa caisse bois d'origine, tel qu'il était livré à l'époque, de ses bagages et d'un nécessaire à outils. Elle est accompagnée de toutes les factures de la restauration, ainsi que de photos. Le roadster 300 SL fait partie des voitures les plus fascinantes des années 1950/1960. Si la 300 SL "papillon" offre une allure plus spectaculaire, elle souffre d'une utilisation moins aisée à cause de son habitacle fermé, difficile à ventiler. Le roadster permet de combiner la sophistication mécanique de cette voiture très en avance sur son époque avec le plaisir d'une conduite décapotée et décontractée. Son six-cylindres à injection issu de la compétition lui procure des performances de premier ordre, ces qualités techniques étant accompagnées d'un luxe et d'un confort dont seules bénéficiaient à l'époque les voitures de haut niveau. Cet exemplaire, disposant d'un hard-top, peut être utilisé pendant les mois d'hiver avec le même agrément qu'un coupé papillon, tout en évitant les hauts seuils de porte. LA PENSEE DU SPECIALISTE Avec ses concurrentes de l'époque, la BMW 507 roadster et la Ferrari 250 California, la 300 SL fait partie de ces voitures emblématiques qui ont marquées l'histoire de l'automobile de la deuxième moitié du XXème siècle. Elles font parties des voitures de Grand Tourisme les plus courues sur le marché actuel et, grâce à cette place de légende qu'elles occupent, conserveront une cote régulièrement en hausse. Cet exemplaire précis est le deuxième à avoir été livré avec des freins à disque et se trouve dans un très bel état à tous les niveaux. Dutch title Chassis n° 198.042-10-002781 Engine n° 198.980-10-02843 - Completely restored by Mercedes Grunning & Sohn KG - Disc brakes, aluminium engine block - Delivered with hard-top in original wooden case - Legendary model - The second 300 SL built with disc brakes This is no ordinary 300 SL roadster : according to its chassis number, this was the second example to be delivered with disc brakes. It was from number 02780 that this modification appeared in 1961, bringing with it undeniable progress in terms of safety. Sold new in 1961, this car was imported from California into Germany, by renowned Mercedes collector Erich K. Hillgruber. In fact, he was living between the west coast of America and Hamburg. It was in Hamburg where the car was then sold to Mr Claus P. Armbruster. The new owner entrusted the car to the dealer Mercedes Grunning & Sohn KG, who installed a new aluminium engine block, ordered from the factory on 4 May 1984 (order no. 2094), undoubtedly one of the last available from the factory. The restoration took three years and during this time, it was repainted, from white to black, and the red leather upholstery was replaced with cream leather matching factory specifications. When the work was finished, Mr Armbruster enjoyed his newly renovated car for nearly thirty years, covering just 20,000 km during this time. This frugal use and regular maintenance has ensured that the car is presented in superb condition today. It is equipped with a Becker radio, and original hardtop in the original wooden case that it was delivered with, suitcases and a toolkit. It comes with all the invoices from the restoration and photos. The 300 SL roadster is one of the most mesmerising cars of the 1950s/1960s. Although the Gullwing 300 SL had an even more spectacular appearance, it was not such a user-friendly car, having a small, rather claustrophobic cockpit. The roadster combined the sophisticated engineering of a car that was very advanced for its day, with the enjoyment of relaxed open-top driving. Its six-cylinder injection engine was derived from competition and ensured a top-notch performance, and these technical qualities were combined with a level of luxury and comfort that only the most exclusive cars offered. This example, with hardtop, will provide the same driving experience as a Gullwing during the winter months, without the inconvenience of the high door sills. THE SPECIALIST'S OPINION Alongside its rivals of the day, the BMW 507 and the Ferrari 250 California, the 300 SL is an automotive icon with an important place in the history of the automobile during the second half of the 20th century. They are amongst the most appreciated Grand Touring cars on the market today, and due to this legendary status, they continue to increase steadily in value. This particular example is only the second to have been delivered with disc brakes and is presented in wonderful condition on every level.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
1956 Mercedes-Benz 300 C Adenauer

Lot 233: 1956 Mercedes-Benz 300 C Adenauer

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: 1956 Mercedes-Benz 300 C Adenauer Titre de circulation hollandais Châssis n° 1860176500062 - Impeccable, dotée d'un désirable toit ouvrant - Seulement 1 432 exemplaires produits Au lendemain de la seconde Guerre Mondiale, lorsque Mercedes a redémarré la production automobile, c'est d'abord avec des modèles relativement modestes. Mais avec la 300, lancée en avril 1951, Mercedes était de retour au plus haut niveau international. La 300 a connu plusieurs versions, dont la 300 C présentée en septembre 1955. Elle se caractérisait par une suspension indépendante, mais comportait aussi une lunette arrière plus large et pouvait être livrée avec une boîte automatique trois rapports. Sa production s'est limitée à 1 432 exemplaires, en 1955 et 1956. La 300 C impeccable que nous présentons a été vendue neuve le 22 février 1956 à la direction de Friedrichshütte AG, à Dortmund, une importante aciérie de la région. La commande spécifiait la désirable option toit ouvrant ainsi qu'une sellerie en tissu et un appuie-tête supplémentaire. Le prix de vente s'élevait à 24 426 Marks, soit environ deux fois et demi celui d'une Mercedes 170. La voiture a été par la suite exportée en Belgique avant de revenir en Allemagne en 1999, achetée par M. Trepels qui, comme les premiers propriétaires, avait fait fortune dans la sidérurgie. Il a gardé la voiture pendant 15 ans, ne l'utilisant que pour l'exposer. En 2014, le compteur n'affichant que 45 607 km, elle a été vendue à son actuel propriétaire qui détient une importante collection de Mercedes au Pays-Bas. La voiture a été immatriculée dans ce pays, et n'a pas été utilisée depuis. On ne sait pas si cette Mercedes 300 C a déjà été restaurée mais, d'après le propriétaire, si c'est le cas, les travaux ont dû être réalisés il y a 20 ans. Quoi qu'il en soit, la voiture est dans un état irréprochable tant à l'extérieur qu'à l'intérieur et donne l'impression d'être comme lors de sa sortie d'usine en 1956. Elle a été complètement révisée avant la vente et elle est maintenant prête à prendre la route entre les mains de son nouveau propriétaire. Dutch title Chassis n° 1860176500062 - Impeccable, with desirable sunroof - Just 1 432 examples produced After the Second World War, when Mercedes restarted motorcar production, it was initially with relatively modest models. However, the 300, launched in April 1951, marked a return to the highest international level. The 300 evolved through various versions, one of which was the 300 C, presented in September 1955. It featured independent suspension, a wider rear window and could be supplied with a three-speed automatic gearbox. Production was limited to 1,432 examples, in 1955 and 1956. The immaculate 300C on offer was sold new on 22 February 1956 to the directors of Friedrichshütte AG, in Dortmund, a major steelworks in the region. It included the desirable sunroof option, fabric upholstery and an extra headrest. The sale price was recorded as 24 426 Marks, which was two and a half times higher than the price of a Mercedes 170. The car was subsequently exported to Belgium before returning to Germany in 1999, purchased by Mr Trepels who, like the original owners, had made his fortune in the steel industry. He kept it for fifteen years, only taking the car out to display it. In 2014, with the odometer recording just 45,607 km, it was sold to the current owner who owns an important collection of Mercedes in Holland. The car was registered there and has not been used since. It is not known if this Mercedes 300 C has ever been restored but, according to the owner, if it has, this would have been carried out some twenty years ago. In either case, the car remains in perfect condition inside and out with the feel of a car that has just left the factory in 1956. The car was thoroughly serviced prior to the sale and is now ready to take to the road in the hands of its new owner.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
1960 Facel Vega HK500

Lot 234: 1960 Facel Vega HK500

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: 1960 Facel Vega HK500 Carte grise française Châssis n° BS9 - Exemplaire très bien préservé, sellerie d'origine - Moteur Chrysler puissant et fiable Cette voiture a été achetée à son précédent propriétaire qui la possédait depuis 20 ans. Pendant toute cette période, son entretien a été assuré par le spécialiste Cecil Cars, et le propriétaire nous a confirmé que cette voiture était équipée de son moteur d'origine. La sellerie en cuir, d'origine également, présente une patine superbe. Ce coupé de grand luxe symbolisait le haut de gamme à la française, tel que l'avait souhaité Jean Daninos. Les Facel Vega non seulement étaient belles, mais elles offraient aussi un niveau de confort, de luxe et de performances qui n'avait rien à envier aux marques étrangères traditionnelles ou sportives les plus en vue. Avec la HK 500, le plus haut de gamme des coupés Facel atteignait une homogénéité qui lui a permis de rencontrer le succès et d'étendre le renom de la marque, en attirant les stars et les pilotes de course. Son nom soulignait son rapport poids/puissance de 5 kg par ch et son moteur Chrysler 6,3 litres l'emmenait à plus de 230 km/h. Cet exemplaire très bien préservé pourra assurer à son nouveau propriétaire le plaisir d'une conduite puissante, entouré d'un luxe de finition rare, en profitant d'un de plus beaux tableaux de bord de l'histoire de l'automobile. French registration Chassis # BS9 - A very well preserved example, with original upholstery - Powerful and reliable Chrysler engine This car was purchased from its previous owner who owned it for 20 years. Throughout this period, maintenance was provided by specialists Cecil Cars, and the owner confirmed that this car still has its original engine. The leather upholstery, also original, has a beautiful patina. This luxury coupé symbolizes the top echelons of French society, as had been hoped for by Jean Daninos. The Facel Vegas were not only beautiful, they also provided a level of comfort, luxury and performance that even the most traditional or famous of sports car makers from other countries could rarely match. With the HK 500, the most fancies of Facel coupes reached a certain design homogeneity, which brought great success to the model and extended the reputation of the brand, attracting stars and racing drivers. The brand impressed with its power-to-weight ratio of 5 kg per hp and the 6.3-liter engine propelled the car to a top speed of more than 230 km/h. This very well preserved example will surely ensure that its new owner gets the pleasure of driving a powerful and fast car, surrounded by rare luxury finish, enjoying one of the most beautiful cars in automotive history.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
1959 DB Panhard HBR5 coupé compétition, dit la

Lot 235: 1959 DB Panhard HBR5 coupé compétition, dit la "Vitrine" No reserve

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: 1959 DB Panhard HBR5 coupé compétition, dit la "Vitrine" No reserve Carte grise française Châssis n° 1092 puis 1283 Moteur n° 165063 - Voiture de course historique - Trois participations aux 24 Heures du Mans - Remise en état dans sa configuration "Vitrine" La première sortie de cette voiture a lieu aux 24 Heures du Mans 1959. Elle fait partie de l'équipe usine et se présente alors en barquette aluminium 744 cm3, avec le n° de châssis 1092. Elle abandonne à la 9e heure sur bris d'embrayage. A la fin de l'année, elle est cédée à Jean-François Jaeger et, avec le numéro de châssis 1283, elle reçoit une nouvelle carrosserie. En effet, le règlement des 24 Heures du Mans impose alors une hauteur minimum de 80 cm entre le siège et le sommet du pare-brise. Un toit susceptible de s'adapter aux barquettes DB est donc réalisé, avec une forme assez particulière : le pare-brise est composé de deux grands panneaux plats en V, ce qui lui vaut son surnom de "Vitrine". Un deuxième kit sera fabriqué, mais jamais utilisé. La voiture reçoit aussi un moteur 848 cm3 et, dans cette configuration, elle prend part aux 24 Heures du Mans 1960 avec Robert Bouharde et Jean-François Jaeger. Cette fois, elle rallie l'arrivée et termine à la 19e place, en étant 3e à l'indice énergétique. L'année suivante, après avoir été vendue à Edgar Rollin, elle prend part à nouveau à la course mancelle et arrive 21e. Parallèlement, à partir de 1960, elle prend part à plusieurs autres épreuves de moindre importance. On retrouve cette voiture en 1965, modifiée à nouveau : elle a cédé son grand pare-brise contre un élément de René-Bonnet Djet, plus enveloppant, et son capot est plus bas. Elle continue à courir jusqu'à 1970. En 1984, Jacques Grelley, collectionneur de DB bien connu et basé aux États-Unis, achète cette voiture à M. Solignac, dentiste à Annecy. Lors de la transaction, la voiture possède le titre de circulation du coach HBR 896 dont elle dispose encore aujourd'hui avec la plaque constructeur correspondante. Désireux de lui rendre sa forme d'origine, il la confie en 1990 à un chaudronnier sur aluminium, collaborateur Matra, basé à côté du circuit Paul Ricard. Une forme de l'avant est remoulée en polyester par Roland Roy et Jacky Bruno sur la barquette du musée du Mans (châssis 1093), à la fin de 1990, pour servir de gabarit, et la restauration commence. La fermeture du centre Matra du Paul Ricard y met toutefois un coup d'arrêt. Les deux artisans déménagent à Salbris et les travaux sont ensuite confiés à l'atelier de restauration Deseinde, près d'Auxerre, en collaboration avec Roland Roy. Lorsque la tôlerie brute est presque terminée, la voiture est exposée en 2002 à Rétromobile, sur le stand de l'Amicale DB. Elle passe ensuite chez EPAF et, sous la direction de Jean-Paul Humbert, la restauration se termine, tant sur le plan carrosserie que mécanique. Une fois qu'elle a retrouvé sa forme "Vitrine", la DB est exposée à Rétromobile. En collaboration avec Dominique Pinaud, Jacques Grelley expose la voiture à divers événements, et elle prend part au rallye Paris-Deauville 2008 où elle remporte le prix de la plus belle restauration. Sa dernière apparition a eu lieu au mois d'avril 2014 au salon "Le Mans Auto-Moto-Rétro", sur le stand DB avec deux autres DB ayant pris part aussi aux 24 Heures du Mans 1961. Elle pourra être une des vedettes de l'hommage aux sportives à mécanique Panhard qui se déroulera à Montlhéry le 11 octobre prochain. Il s'agit d'une authentique machine de compétition, qui compte trois participations à l'une des courses les plus mythiques de l'histoire. Remise dans sa configuration "Vitrine" qui est celle de son meilleur résultat, elle fait aussi partie des DB les plus connues, avec sa carrosserie très particulière. Emblématique du sport automobile dans les années 1960, elle est évidement éligible au Mans Classic. Palmarès: - 1959 : 24 Heures du Mans, Alessandro de Tomaso / Colin Davis, châssis 1092, configuration barquette, abandon 9e heure (embrayage) - 1960 : 24 Heures du Mans, Robert Bouharde / Jean-François Jaeger, châssis 1283, configuration coupé Vitrine, 19e (3e à l'indice énergétique). En 1960, autres épreuves : 6 Heures d'Auvergne, course de côte d'Urcy, Tour de Belgique - 1961 : 24 Heures du Mans, Edgar Rollin / René Bartholoni, configuration Vitrine, 21e Autres épreuves 1961 : Coupe de Bruxelles, 1000 Km de Paris, 6 Heures d'Auvergne - 1964 : courses de côte de Chamrousse, du Col Bayard, Trophées du Cognac avec M. Moussier. - 1965-1967 : modifiée avec capot plat et pare-brise enveloppant de René Bonnet Djet. Participation à la Ronde Cévenole 1967 et 1968, au Critérium des Cévennes 1968. - 1970 : avant à nouveau modifié. Participation à quelques épreuves dont la course de côte de Millau. French title Chassis n° 1092 then 1283 Engine n° 165063 - Historic racing car - Competed three times in Le Mans 24 Hours - Restored to "Vitrine" configuration This car first appeared in the 1959 Le Mans 24 Hours. It was part of the factory team, bodied as a 744cc aluminium barchetta, with chassis number 1092. It retired in the 9th hour with a broken clutch. At the end of the year, the car sold to Jean-François Jaeger and it was given a new body, with chassis number 1283. In fact, the rules of Le Mans stipulated a minimum height of 80cm between the seat and the top of the windscreen. A roof suitable for use on the DB barchettas was built, with a distinctive shape : the windscreen was composed of two large flat panels in a V-shape, which gave the car its name " Vitrine ". A second kit was made but never used. The car was fitted with an 848cc engine and competed in this configuration in the 1960 Le Mans 24 Hours with Robert Bouharde and Jean-François Jaeger. This time it finished the race, crossing the line in 19th place, 3rd in the Index of Energy. The following year, having been sold to Edgar Rollin, it took part in the race at Le Mans again, this time finishing 21st. From 1960, the car also competed in various other, less high-profile competitive events. This car then re-appeared in 1965, having been modified again: its large windscreen replaced by a more envelopping version by René-Bonnet Djet, and with a lower bonnet. It continued to run until 1970. In 1984, Jacques Grelley, a well-known DB collector based in the US, bought the car from M. Solignac, a dentist from Annecy. At the time of the transaction, it had the registration it retains today, as the 'coach' HBR 896, with the corresponding manufacturer's plaque. In 1990, wanting to return the car to its original form, the owner entrusted it to an aluminium craftsman who worked with Matra, based next to the Paul Ricard circuit. A polyester mould of the front was made by Roland Roy and Jacky Bruno from the barchetta in the Le Mans museum (chassis 1093) at the end of 1990, to serve as a template, and the restoration began. The closure of the Matra concern at the Paul Ricard circuit, however, brought things to a halt for a while. The two craftsmen moved to Salbris and the work was transferred to the Deseinde restoration workshop, near Auxerre, in collaboration with Roland Roy. When the metalwork was almost finished, the car was displayed at Retromobile in 2002, on the Amicale DB stand. It was then passed to EPAF and under the direction of Jean-Paul Humbert, and the restoration of the body and the mechanical elements was finished. Once it had rediscovered its " Vitrine " form, the DB was exhibited at Retromobile. In collaboration with Dominique Pinaud, Jacques Grelley showed the car at various events, and it took part in the 2008 Paris-Deauville Rally, where it won best restoration. Its most recent appearance was at the "Le Mans Auto-Moto-Rétro" show in April 2014, where it was displayed on the DB stand alongside two other DBs that had competed in the 1961 Le Mans 24 Hour Race. It may be one of the stars chosen for the Panhard-engined sportscar tribute at Montlhéry on 11 October later this year. This is a genuine competition car that has competed three times in one of the greatest races in history. Restored to its " Vitrine " configuration in which it was most successful, it is also one of the well-known DBs, with its very distinctive body. A symbolic part of 1960s motor racing, it would clearly be eligible for Le Mans Classic. Competition history: - 1959 : 24 Heures du Mans, Alessandro de Tomaso / Colin Davis, châssis 1092, barcetta configuration, retired 9th hour (clutch) - 1960 : 24 Heures du Mans, Robert Bouharde / Jean-François Jaeger, châssis 1283, Vitrine coupé configuration, 19th (3rd in Index of Energy). Other competitions 1960 : 6 Heures d'Auvergne, Urcy hillclimb, Tour de Belgique - 1961 : 24 Heures du Mans, Edgar Rollin / René Bartholoni, Vitrine configuration , 21th Other competitions 1961 : Coupe de Bruxelles, 1000 Km de Paris, 6 Heures d'Auvergne - 1964 : Chamrousse and Col Bayard hillclimbs, Trophées du Cognac with M. Moussier. - 1965-1967 : modified with flat bonnet and envelopping windscreen of René Bonnet Djet. Participation in the 1967 and 1968 Ronde Cévenole, Critérium des Cévennes 1968. - 1970 : modified front. Participation in several competitions including the Millau hillclimb.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
1971 Renault Alpine A110 Gpe IV Compétition Client

Lot 236: 1971 Renault Alpine A110 Gpe IV Compétition Client

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: 1971 Renault Alpine A110 Gpe IV Compétition Client Carte grise française Châssis n°17327 - Deux propriétaires seulement, 42 254 km d'origine - Version Groupe 4 très bien préservée - Seulement deux propriétaires Si cette voiture présente un aussi bon état d'origine, c'est grâce à une carrière peu mouvementée. Achetée directement à l'usine aux spécifications Groupe 4 par son premier propriétaire pour prendre part à des courses de côte régionales, elle a été acquise en juin 1980 par son deuxième et actuel propriétaire sur la pression d'un de ses amis, lui-même courant plutôt en monoplace. La berlinette était alors équipée d'un 1 860 cm3 Mignotet qui, considéré trop fragile, avait été remplacé par un 1 596 cm3 pour participer sans problème au Tour de Corse 1980. Peu expérimenté, l'équipage s'est trompé dans les pointages et n'a donc pas été qualifié, malgré quelques bons chronos. Le propriétaire a pris part à nouveau à ce même rallye deux ans plus tard, mais le bris d'une commande de carburateur l'a contraint à abandonner. Par la suite, la voiture n'a pris part qu'à quelques courses de côte et rallyes régionaux (les Géants, le Touquet...), ce qui explique son kilométrage particulièrement limité, de 42 254 km. La carrosserie a bénéficié récemment d'une nouvelle peinture mais l'habitacle est d'origine, avec ses sièges baquets, son arceau, son extincteur, sa roue de secours derrière les sièges et même son "Speedpilot" Halda d'époque. Deux propriétaires, peu de kilomètres, pas de "bricolages" intempestifs : une situation particulièrement rare pour une berlinette Alpine Gr. 4, ce qui ne manquera pas d'attirer l'attention des amateurs. French registration Chassis # 17327 - Two owners and only 42,254km since new - Group 4 version in very good state of preservation - Only two owners since new This car is in very good original condition, thanks to a fairly quite career. Purchased directly from the factory with Group 4 specifications by its first owner, to take part in regional races, it was acquired in June 1980 by its second and current owner, under pressure from one of his friends, who races single-seaters. This berlinette was then equipped with a 1860cc Mignotet engine, which was considered too fragile, and has been replaced by a 1596cc engine to participate more smoothly in 1980 Tour de Corse race. An inexperienced crew erred on the timings and thus didn't really figure despite some very good timings. The owner then took part again in the same rally two years later, but due to a carburetor problem, he was forced to retire. Thereafter, the car has been for a few hill climbs and regional rallies (les Geants, le Touquet, etc ), which explains its particularly limited mileage of just 42,254km. The body has recently received a new coat of paint but the interior is original, with its bucket seats, a roll cage, a fire extinguisher, spare wheel behind the seats and even the car's "Speedpilot" Halda from the period. Two owners, low kilometers, no "tinkering" with the mechanicals: a particularly rare situation for a Alpine Gr 4 berlinette, a car that will surely attract all true enthusiasts.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
1967 Renault 8 Gordini 1300

Lot 237: 1967 Renault 8 Gordini 1300

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: 1967 Renault 8 Gordini 1300 Carte grise française Châssis n° 0202944 - Ancienne voiture de René Arnoux - Très belle présentation, tant extérieure que mécanique - La première voiture de René Arnoux, pilote de Formule 1 Le premier propriétaire de cette Renault 8 Gordini 1300 n'est autre que Georges Arnoux, ayant souhaité offrir à son fils René sa première R8 ! Un rapport de gendarmerie et l'ancienne carte grise en attestent. L'actuel propriétaire a réussi à acquérir cette voiture qui se présente dans un état rare. Dénuée de corrosion, elle bénéficie d'une mécanique soignée, dont voici les principales caractéristiques : disques et plaquettes presque neufs, et conduites aviation sur le système de freinage ; radiateur neuf (2012) ; train avant refait ; boîte de vitesse refaite par le spécialiste Tony Dalmolin ; moteur 1 296 cm3 Conrero avec culasse renforcée ; embrayage neuf avec butée renforcée ; alternateur neuf (2011) ; Hydrovac entièrement refait en 2013 ; batterie récente ; pompe électrique neuve ; soufflets de cardans neufs ; sangles neuves sur train arrière. Les joints de caoutchouc vitres et pare-brise sont en très bon état et la voiture comporte un branchement tripmaster dans la boîte à gants ainsi qu'un repose-pied conducteur. Les pneus sont quasiment neufs et la voiture est accompagnée de son cric d'origine, ainsi que d'un volumineux dossier de factures. Un très bel exemplaire de Renault 8 Gordini, avec un historique particulièrement intéressant et unique. MERCI DE BIEN VOULOIR NOTER QUE CONTRAIREMENT A CE QUI EST INDIQUE AU CATALOGUE PAPIER, LE LOT EST ESTIME 40 000 - 60 000 ET NON 40 000 -80 000 €. French title Châssis n° 0202944 - René Arnoux's personal car - In very good condition, both externally and mechanically - Formula 1 star René Arnoux's first car The first owner of this Renault 8 Gordini 1300 was none other than Georges Arnoux, who wanted to give his son René his very first R8! A police report and the old registration document attest this fact. The current owner has managed to acquire this car which comes in a very rare condition. Devoid of any corrosion, it has very neat mechanicals, which are the car's main characteristics: nearly new discs and pads, and aviation lines for the braking system; a new radiator (from 2012); front axle redone; the gearbox has been rebuilt by specialist Tony Dalmolin; the 1296cc Conrero engine has been reinforced with a con rod; a new clutch with reinforced bearing has been added, new alternator (in 2011); the Hydrovacs has been completely redone in 2013; battery is from recent times; it has a new electric pump; new bellows; and new straps on the rear axle. The rubber seals for the windows and windshield are in very good condition and the car has a tripmaster that is connected to glove box and the driver has a dead pedal on the left. The tyres are almost new and the car comes with its original jack, and a large invoice file. A very fine example of a Renault 8 Gordini with an interesting and unique history PLEASE NOTE THAT CONTRARY TO WHAT IS WRITTEN IN THE PAPER CATALOG THE ESTIMATE OF THE LOT IS € 40 000 - 60 000 AND NOT € 40 000 - € 80 000.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
1982 Airstream Classic 310  No reserve

Lot 238: 1982 Airstream Classic 310 No reserve

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: 1982 Airstream Classic 310 No reserve Titre de circulation anglais Châssis n° 1GBKP37W6C3326456 - Motorhome très bien préservé - Ligne superbe, rare en Europe - Idéal pour les compétitions historiques Importé en 2004 en Angleterre, ce motorhome Classic Airstream est passé ensuite chez un collectionneur autrichien, qui s'en sépare aujourd'hui. Il s'agit d'un modèle 310, sur base Chevrolet, doté d'un moteur Isuzu turbo diesel de 5 900 cm3 et comportant un aménagement complet avec quatre couchages, une douche, des toilettes, un coin cuisine avec fourneau, four, réfrigérateur, évier, machine à glace, mixer Kenwood intégré, grille-pain, machine à café, moule à gaufres, minibar, petite télévision avec lecteur de DVD. L'équipement comporte aussi un système d'air conditionné et un générateur de 6,5 kVA. D'une longueur de 10 mètres, il pèse 6,5 tonnes à vide et se présente en excellent état d'origine. Le compteur kilométrique affiche 61 380 miles (98 800 km) et ce motorhome très original est accompagné d'un important dossier de factures et documents. Le dernier propriétaire n'a pratiquement pas roulé, se contentant de le conserver dans un lieu propre et sec. Les Airstream font partie des motorhomes les plus célèbres, avec leur ligne fluide et leur carrosserie en aluminium poli. Emblématiques des États-Unis et leurs grands espaces de liberté, ils sont rares en Europe. English registration Chassis # 1GBKP37W6C3326456 - A well-preserved motorhome - Superb shape, rare in Europe - Ideal for historic events Imported in 2004 into England, this Airstream Classic motorhome went into the collection of an Austrian enthusiast. It is a model 310, based on a Chevrolet with a turbo diesel Isuzu engine of 5.9-litres, and featuring a full layout with four beds, shower, toilet, kitchen with stove, oven, refrigerator, sink, ice machine, built-in Kenwood mixer, toaster, coffee maker, waffle iron, minibar, and a small TV with DVD player. The equipment also includes an air-conditioning system and a generator of 6.5 kVA. With a length of 10 meters, it weighs 6.5 tons empty and comes in excellent original condition. The odometer shows just 61,380 miles (98,800 km) and this very original motorhome comes with an important set of invoices and documents. The last owner has hardly used it, merely kept it in a clean, dry place. Airstream are among the most famous of motorhomes, with their fluid lines and polished aluminum body. Emblematic of the United States and its wide open spaces, they are rather rare in Europe.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
1957 AC Aceca coupé

Lot 239: 1957 AC Aceca coupé

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: 1957 AC Aceca coupé Carte grise française de collection Châssis n° AEX 569 Moteur n°CL2244WD - Très rare Aceca conduite à gauche d'origine - Voiture correctement préservée et entretenue Cette très rare AC Aceca à conduite à gauche a été vendue neuve en août 1956 au Canada, par l'intermédiaire du garage "Scaboro Beach". Équipée du moteur six-cylindres AC culbuté à trois carburateurs, souple et endurant, elle était alors de couleur "black pearl", avec intérieur rouge. En 2010, elle a été achetée par un collectionneur français à son précédent propriétaire, un important collectionneur autrichien. Elle est aujourd'hui de teinte rouge et présente une belle sellerie en cuir rouge avec moquette rouge foncée. Les jantes à rayons à fixation centrale sont peintes en gris argent. L'échappement complet est en acier inoxydable et les roulements de roue, croisillons et batterie sont récents. Le démarreur a été reconditionné il y a quelques années, ainsi que les maîtres-cylindres de freins et d'embrayage. Les cylindres de roues et garnitures de freins avant et arrière ont été remplacés et, depuis, la voiture n'a que peu roulé. Accompagnée de sa boîte à outils d'origine et présentant une patine émouvante, cette AC Aceca offre le charme d'une carrosserie originale et de l'habitacle intimiste de cette version coupé, avec son tableau de bord spécifique et sa finition plus soignée que celle du roadster. French collectors' title Chassis n° AEX 569 Engine n°CL2244WD - Very rare, original lefthand drive Aceca - Properly preserved and maintained car This very rare lefthand drive AC Aceca was sold new in August 1956 in Canada, through the " Scaboro Beach " garage acting as intermediary. Equipped with the AC six-cylinder pushrod engine with three carburettors that was versatile and strong, it was originally presented in black pearl with red interior. In 2010 it was acquired by a French collector from its previous owner, an important Austrian collector. It is presented in red today with lovely red leather upholstery and dark red carpets. The centre-lock wire wheels are painted silver grey. The car has a stainless steel exhaust and the wheel bearings and battery are recent. The starter was refurbished a few years ago, along with the master brake cylinders and the clutch. The wheel cylinders and front and rear brake pads have been replaced, since which time the car has hardly been driven. Complete with original toolkit and displaying a wonderful patina, the original body of this AC Aceca offers great appeal on this coupé version with intimate cockpit, with its unique dashboard and boasting a higher level of finish than the roadster.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
1964 AC Cobra 289 Mk II - Le Mans 1964

Lot 240: 1964 AC Cobra 289 Mk II - Le Mans 1964

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: 1964 AC Cobra 289 Mk II - Le Mans 1964 Carte grise française Châssis # COX6010 - Palmarès unique Le Mans 1964 - 18ème - La seule Cobra 'privée' à l'arrivée au Mans - Historique limpide, éligible au Mans Classic - Restauration et préparation de qualité En 1904, naquit en Angleterre une petite firme : Autocars and Accessories LTD, installée à Thames Ditton depuis 1911. Elle prend le nom d'A.C. Cars pour Auto Carriers en 1927, et produit des autos sportives. C'est en 1953 que nait l'AC Ace roadster et le coupé Aceca à 4 roues indépendantes et équipés alors du moteur 6 cylindres maison de 1991cm3 à arbre à cames en tête datant de 1919. Deux ans après le six cylindres Bristol, dérivé du BMW 328 d'avant guerre devint une option sur les AC Ace et Aceca. En 1961, AC équipait ses voitures toujours avec le Bristol mais aussi avec un six cylindres Ford Zephyr. Pendant ce temps-là, de l'autre côté de l'Atlantique, un sympathique Texan, Carroll Shelby, ancien coureur, se demandait comment il pourrait tailler des croupières à Ferrari. Shelby ne fut pas le premier imaginer monter un gros moteur américain, puissant, fiable, et relativement peu coûteux dans un châssis européen léger et performant. Allard l'avait fait bien avant lui, mais le cocktail réalisé par notre américain fut le plus homogène et le plus performant. Le prototype CSX2000 (CSX pour Carroll Shelby Export) sortit à Santa Fe Springs près de Los Angeles, début 1962. La même année voyait la production de la première série de Cobra 260 (de 260 cubic inches, la cylindrée du V8 Ford de l'époque). Les Cobra furent construites, d'abord à Santa Fe Springs, puis à Venice en Californie. Dotées de 4 freins à disques, elles sont équipées de la direction à vis et boîtier des AC Ace. Au V8 260 succéda rapidement le 289, 4,7 L de 271 ch à 5 800 tr/mn en version paisible (street version), mais la puissance suivant les équipements pouvait atteindre 385 ch en compétition. La voiture bénéficia d'une direction à crémaillère. Les freins arrière revinrent dans les roues pour une question de refroidissement, et on élargit les voies et les roues pour la tenue de route et le plaisir des yeux. Puis Shelby alla plus loin encore en montant un Ford 7 litres de 425 ch dans la voiture. La Cobra 427 fut conçue à l'origine parce que Carroll Shelby n'avait pu suivre Ferrari dans le championnat du Monde des marques en 1964, mais il avait été battu de peu. Il pensait avec raison que jamais les Cobra 289 cu.i. ne pourraient s'imposer face aux Ferrari 250 LM. Egalement poussé par Ken Miles qui fut l'un des instigateurs du projet, Carroll Shelby songea à remplacer le Ford 289 qui dans ses versions les plus poussées, développaient quand même 385 ch par le Ford Nascar 427 cu.in dont on tirait facilement 500 ch sans soucis de fiabilité. En 1963, les AC Cobra figurèrent au championnat du monde GT FIA mais furent battues par les Ferrari GTO, elles remportèrent néanmoins le championnat américain SCCA. En Europe, le célèbre Jo Schlesser remporta le très disputé Critérium des Cévennes et termine second au Tour de Corse. La première apparition des Cobra aux Mans se déroula en 1963 avec un abandon pour la # 4 de Hugus / Jopp et une 7e place encourageante pour la # 3 de Bolton et Sanderson. En 1964 les rangs américains au Mans se font plus importants avec les trois Ford GT40, les Cobra officielles coupé Daytona # 5 de Caroll Shelby pilotée par Dan Gurney et Bob Bondurant, la # 6 de Chris Amon et Jochen Neerpash et l'AC coupé profilé engagée par AC Cars sous le # 3 et pilotée par Jack Sears et Peter Bolton. Ce fut une édition d'apprentissage car parmi les AC et Ford officielles, seule la # 5 ralliera l'arrivée à la 4e place au général et 1ère en GT. La seule AC Cobra restante est celle de l'importateur français : Chardonnet, qui engagea COX6010 et la confia aux excellents pilotes Jean de Mortemart et Régis Fraissinet qui la conduirent jusqu'à la ligne d'arrivée à la 18e place, sans encombre, à la moyenne de 161,970 km/h, couvrant ainsi la distance de 3880,280 km. L'année suivante les deux compères s'offrirent la 9e place au général au volant d'un autre hybride, l'Iso Grifo A3C imaginée par Giotto Bizzarini. La voiture de la vente fut donc livrée aux établissements Chardonnet, 16 ter rue Etienne Marcel à Pantin, alors importateur officiel de la marque, le 19 Mars 1964. COX6010 était peinte en " Princess blue " et son intérieur gainé de cuir rouge. Le 2 Avril 1964 le Comte Jean de Mortemart en devient propriétaire, il en avait déjà acheté une auparavant, mais celle-ci est destinée à la course et c'est Chardonnet qui l'engage au 24 Heures du Mans 1964 avec comme équipier, Régis Fraissinet. La demande de participation initiale, remplie par Henri Chardonnet et envoyée à l'ACO au mois de mars, indique comme conducteurs envisagés Claude Ballot-Lena et Jean-Claude Magne. Le Comte de Mortemart l'achetant le 2 avril, l'engagement porte bien son nom aux côtés de Régis Fraissinet. C'était encore l'époque héroïque où les amateurs fortunés pouvaient participer aux 24 Heures du Mans. Il trouva l'aide toute symbolique d'un pétrolier et d'une marque de pneu. Son équipier, Régis Fraissinet, héritier d'une dynastie d'industriels, déclara à la presse qu'il courait pour se changer les idées de son travail de tous les jours : " il y en a qui préfèrent jouer au tennis, d'autres qui jouent au golf, moi je joue au tennis et au golf mais je préfère encore les courses de voitures… " Les gentlemen se montrèrent donc à la hauteur de leur défi en terminant la course à la 18e place, ce que tout pilote des 24 Heures du Mans considère comme une victoire ! Régis Fraissinet se rappelle : " C'était l'année où Carroll Shelby avait débarqué en force avec ses AC Cobra. Pourtant la nôtre, est allée au bout ! Cela nous avait valu de recevoir un moteur neuf de sa part ! ". Elle fut préparée pour le Mans à l'usine AC comme l'indique le Shelby American World Registry. Elle fut équipée d'une prise d'air sur le capot moteur, d'un arceau de sécurité et de roues à rayons renforcées plus larges et d'une préparation piste / endurance, avec l'adjonction d'un réservoir supplémentaire en aluminium, de suspensions tarées plus dures, de phares longue portée et de diverses améliorations. Un " hard top " d'origine en fibre de verre fut également posé sur la voiture afin d'améliorer l'aérodynamisme et de protéger les pilotes en cas d'intempéries. Des lampes servant à éclairer le numéro de course la nuit pendant l'épreuve mancelle furent installées sur la porte droite et au devant du capot moteur. Elle figura également à Monthléry aux Coupes de Paris, dans la classe 'Coupe des USA 1964' avec Jean de Mortemart aux coudes à coudes avec Jean Marie Vincent également en AC Cobra. Ce dernier rachètera COX6010 après que Mortemart l'accidenta à l'avant. L'histoire de son reconditionnement commence ici. Vincent possédait 3 Cobra, CSX2001, CSX2142 et COX6010 en même temps. Il répara COX6010 en ajoutant la partie avant du châssis de COX2142 et modifia l'avant de la carrosserie en adaptant un bloc en fibre de verre s'ouvrant avec les ailes, très laid mais pratique et continue de courir. (Vincent modifia déjà en 1964 la carrosserie de sa CSX2001). La voiture était peinte en blanc au pinceau. En 1969, la voiture se trouvait dans un parking privé mais le loyer restait impayé depuis longtemps et le propriétaire convoqua les gendarmes et ces derniers la firent remorquer dans une casse à Clamart près de Paris. Le 6 Mars 1969, alerté par un ami qui avait vu la voiture prête à la destruction, sans roues, Bernard Maitre la rachète immédiatement pour la somme de 250 Francs à Mr Charraux, le patron de la casse. Bernard Maitre, grand amateur d'AC, co-fondateur en 1967 de l'AC Automobile Club en France avec Jacques Lavost et depuis consultant pour la FIA et la FFSA pour les automobiles historiques de compétition, la sauve donc de la destruction. Il monte les roues de son AC Bristol sur COB6010 pour la remorquer jusqu'à chez lui. La voiture est en triste état, mais somme toute assez complète, un bloc de 289 ci est posé à l'emplacement du siège passager et les roues sont manquantes. Il se souvient bien des inscriptions 6010 sur les l'intérieurs des portières et de son intérieur en cuir rouge ainsi que de la couleur bleu princesse, encore visible par endroit. Il l'a vendit en Août 1969 à un Alsacien, Mr Bernard Alter qui était en train de restaurer une autre AC Cobra COX6002. Il cherchait des pièces et les Cobra étaient très rares en France, moins de 10 véhicules avaient été vendues sur le territoire. Il emmena les deux AC chez Bernard Afchain qui restaura COX6002. Ensuite, il immatricula COX6010 à son nom le 15 septembre 1974, et entreprit une restauration totale. Le châssis étant trop endommagé, il en commanda un chez David Sanderson en Angleterre et le numéro de châssis fut refrappé comme à l'origine. La voiture a été légèrement améliorée mécaniquement et la confection de la carrosserie confié à l'excellent Brian Angliss. La voiture avait subi des modifications d'usage tant en mécanique qu'en carrosserie. Les ailes avant et arrière ainsi que les passages de roues arrière se trouvaient élargies pour laisser place à de magnifiques roues en alliage léger Halibrand de 7.5' à l'avant et 8.5' à l'arrière à serrage central. Les gros freins compétition Girling en alu CR à l'avant et OR à l'arrière, avec écope de refroidissement ont été adoptés. Le gros réservoir supplémentaire du Mans existe toujours, mais a été démonté de la voiture, le principal est toujours en place (70L ) mais épaulé par un autre plus petit (40L) situé dans l'emplacement de roue de secours. La boîte de vitesses d'origine remplacée comme sur la plupart des Cobra par une T10 " Side loader " en aluminium plus performante et plus robuste. Idem pour le pont d'origine qui sera livré avec la voiture mais remplacé par un pont en aluminium. La carrosserie a été refaite pendant la restauration et il est intéressant de noter que l'intérieur des portières, du capot moteur (celui-ci sera acheté plus tard à JM Vincent) et du couvercle de malle est peint en peinture d'origine et que tous ces ouvrants sont frappés du numéro de série 6010. L'intérieur de la portière droite arbore la trace maintenant obstruée du système d'éclairage permettant aux chronométreurs de repérer le numéro de course la nuit. Les sièges d'origine ont été regarnis de cuir rouge comme à l'origine et un baquet Sparco en cuir rouge est installé dans l'auto. Le puissant moteur V8 de 4 727 cm3, refait en 2003 par " Equipe Europe " est coiffé de quatre gros carburateurs Weber double corps et équipé de poulies et de radiateurs en aluminium. L'équilibrage du vilebrequin forgé, des bielles et des pistons forgés complète la préparation de ce moteur dont la fiche de banc, passée chez Mokriki Racing, atteste de 374,2 ch. à 6400 tours/min pour un couple de 477 Nm@5100 rpm. Un manomètre de pression d'essence a été ajouté au tableau de bord ainsi qu'un compte-tours électronique Eliott. Elle possède ses vitres latérales amovibles ainsi que ses courroies intérieures en cuir rouge d'ouverture de porte d'origine, ainsi que la boite de vitesse et le pont d'origine (à coté de la voiture) et le pare brise est en Lexan. Depuis que les photos de ce catalogue ont été prises, elle a été entièrement repeinte en Princess blue comme elle était lors du Mans 1964 mais sans les bandes rouges. Elle a participé trois fois au Tour Auto historique. Il s'agit d'une Cobra très importante, vendue neuve en France par Chardonnet et qui n'a jamais quitté le pays depuis. Son histoire s'est faite lors d'une des courses les plus mythiques au monde, les 24 Heures du Mans et elle a franchi la ligne d'arrivée entre les mains d'un aristocrate gentleman driver et d'un pilote de renom. Bernard Maitre qui l'acquiert en 1969 sans roues, nous a transmis une attestation (fournie au dossier) confirmant l'achat de la voiture en 69, sa facture d'achat et trois photographies, telle que découverte. Cette Cobra est connue, son historique est donc limpide. Elle apparaît dans plusieurs ouvrages dont 'AC Cobra 260-289-427' de Philippe Hazan, page 127 et 129 et bien sur son histoire avec la liste des options et des modifications est annotée dans le Shelby American World registry. Son actuel propriétaire la possède depuis 1985. La voiture a connu une restauration dans les règles de l'art. Elle présente aujourd'hui une belle patine et marche très fort. French title Chassis #COX 6010 - Unique racing success at Le Mans 1964 - 18th - The only 'privateer' Cobra to finish the Le Mans race - Known history, eligible for Le Mans Classic - High quality restoration and preparation In 1904, a small business started up in England : Autocars and Accessories LTD, based in Thames Ditton from 1911. It took the name AC Cars (for Auto Carriers) in 1927 and built sports cars. The AC Ace roadster and Aceca coupé appeared in 1953, with all round independent suspension equipped with the trademark 6-cylinder 1991cc overhead cam engine dating from 1919...Two years later, the six cyinder Bristol engine, derived from the pre-war BMW 328 motor became an option for both the Ace and Aceca. In 1961 Bristol switched to American V8 power for their own cars but AC sports cars continued to be fitted with the Bristol engine and a restyled Ace with Ford Zephyr engine was also added to AC's model range. At the same time, on the other side of the Atlantic, a brilliant former racing driver from Texas, Carroll Shelby, was wondering how to catch up with Ferrari. Shelby wasn't the first to consider a large American engine, powerful, reliable and relatively inexpensive, in a lightweight, high-performing European chassis. Allard had already tried it, but the American cocktail resulted in the best performing car. The prototype CSX2000 (CSX for Carroll Shelby Export, meaning LHD) appeared in Santa Fe Springs near Los Angeles, at the start of 1962. The production of the first Cobra 260 series began the same year (for 260 cubic inches, the engine size of the period Ford V8). The Cobras were built, initially in Santa Fe Springs, and later in Venice, California. Fitted with all-round disc brakes, they had the steering box of the AC Ace. The 289 swiftly followed the 260 V8, this time sporting a 4.7-litre engine that produced 271 bhp at 5,800 rpm in the street version, which could be increased to 385 bhp for competition cars. The car had rack and pinion steering, and for cooling purposes, the rear brakes were put back in the wheels, and the car was fitted with wider wheels and wheel arches to improve its road-holding as well as its looks. Shelby then went further still, by putting a 425 bhp 7-litre Ford engine into the car. The Cobra 427 was originally designed because Carroll Shelby hadn't been able to keep up with Ferrari in the World Manufacturers Championship in 1964, although he had only been narrowly defeated. He knew that the Cobra 289 cu.in. would not be able to compete with the Ferrari LM. Encouraged by Ken Miles, one of the instigators of the project, Carroll Shelby then thought of swapping the Ford 289 engine, which in the most highly developed versions produced 385 bhp, with the Ford Nascar 427 cu.in. engine that could easily produce 500 bhp without compromising reliability. In 1963, the AC Cobras appeared in the FIA GT World Championship but were beaten by the Ferrari GTOs. They did, however, win the American SCCA Championship. In Europe, the famous Jo Schlesser won the highly competitive Critérium des Cévennes and came second in the Tour de Corse. The Cobra made its first appearance at Le Mans in 1963, resulting in a retirement for the # 4 of Hugus / Jopp, and an encouraging 7th place for the #3 of Bolton and Sanderson. There was a larger American contingent at Le Mans the following year, with three Ford GT40s, the official Cobra Daytona coupés, Shelby's # 5 driven by Dan Gurney and Bob Bondurant, # 6 by Chris Amon and Jochen Neerpash and the streamlined AC coupé entered by AC Cars: # 3 , driven by Jack Sears and Peter Bolton. This proved to be a learning experience, as only one of the official AC and Ford entries, # 5, crossed the finish line, 4th overall and 1st in GT. The only other AC Cobra belonged to the French importer Chardonnet, who had entered COX 6010, driven by the capable Jean de Mortemart and Régis Fraissinet. They finished 18th overall, having covered the 3880,280 km at an average speed of 161,970 km/h, without a problem. The following year, the two friends achieved 9th place overall at the wheel of another hybrid, the Iso Grifo A3C designed by Giotto Bizzarini. The car in the sale was delivered to the official French marque importer, Établissements Chardonnet, 16 Rue Etienne Marcel in Pantin near Paris, on 19 March 1964. COX6010 was liveried in " Princess Blue " with red leather interior. On 2 April 1964 it was acquired by Count Jean de Montemart, who had already bought a Cobra, but this one was for racing, although it was Chardonnet who entered the car for the 1964 Le Mans 24 Hours, with Régis Fraissinet as co-driver. The initial application for the race, filled in by Henri Chardonnet and sent to the ACO in March, indicated that the drivers would be Claude Ballot-Lena and Jean-Claude Magne. As Count de Montemart bought the car on 2 April, the race entry was actually in his name with Régis Fraissinet. This was still the era of heroes when wealthy amateurs were able to participate in the Le Mans 24 Hours. He enlisted the symbolic support of an oil executive and a tyre firm. His co-driver Régis Fraissinet, heir to a dynasty of industrialists, announced to the press that he raced in order to provide a different perspective on his everyday life : " There are those who like to play tennis and those who prefer golf. I play tennis and golf but, most of all, I prefer to race cars... ". These gentlemen proved equal to the challenge and finished the race in 18th place, which any driver in the Le Mans 24 Hours would consider a victory. Régis Fraissinet recalls : " This was the year that Carroll Shelby appeared on the scene with his Shelby Cobras. However, our car made it to the end ! For that we earned a new engine ! " The car was prepared for Le Mans at the AC factory, as indicated in the Shelby American World Registry. It was fitted with an air intake on the bonnet, a roll-cage and wider, stronger wire wheels. It was prepared for endurance / circuit racing with the addition of an extra aluminium fuel tank, stiffer suspension, high-beam headlights and various other upgrades. An original fibreglass hard-top was also put on the car to improve the aerodynamics and as protection in the case of bad weather. Lights to illuminate the racing numbers during the night section of the Le Mans race were installed on the right-hand door and at the front of the bonnet. The car also took part in the Coupes de Paris in Monthléry, in the 'Coupe des USA 1964' class. Jean de Mortemart tussled neck and neck with Jean Marie Vincent who was also in a Cobra. Mortemart had an accident later on and sold the car to Vincent. The real story about this car starts here. The car remained with him for a few years as he continued to race Cobras. He owned CSX 2001, CSX2142 and COX6010 at the same time. He fixed the front of the car using the first front quarter of the frame taken from CSX2142 and made an ugly but convenient fiberglass front bonnet and continued to race. (Jean Marie Vincent had already modified CSX2001 in 1964). The car was poorly painted in white then. After some time the car was found untended in a private car park and as the rent had not been paid, the owner called the gendarmerie and the car was towed away to the authorised junkyard in Clamart near Paris. On March 6th 1969, alerted by a friend who saw it lying there with no wheels, Bernard Maitre bought it straight away for 250 Francs... from Mr Charraux, director of the scrapyard. This gentleman was the co-founder with Jacques Lavost of the AC Automobile Club in France in 1967 and more recently, consultant for the FIA and FFSA for historic racing cars. A great AC enthusiast, he saved the car from being destroyed. (see pictures and bill of sale on website). He took the wheels off his own AC Bristol and put them on COX6010 in order to tow it home. The car was in poor condition but pretty much complete, apart from the engine (a 289 ci block was sitting on the passenger side) and the missing wheels. The leather was red and the paint underneath the white colour was the original Princess blue. He remembers that the car had the serial numbers 6010 stamped on the doors and on the trunk. He sold it, as it was, in August 1969 to Bernard Alter, from Alsace, who was in the process of restoring COX6002, another French Cobra. He needed parts, and at that time Cobras were very scarce in France. Probably less than 10 had been sold in this country. The two Cobras were sent to the workshop of Bernard Afchain who restored COX6002. Bernard Afchain registered COX6010 in his name on September 15th 1974 and undertook a complete restoration. As the chassis was damaged, he ordered a chassis from David Sanderson in England, and had his original chassis number stamped on it. The car underwent certain modifications mechanically and to the body which was made by Brian Angliss. The front and rear wings and the rear wheel arches were widened to make room for magnificent Halibrand alloy wheels (7.5' in the front et 8.5' in the back) with centre lock as most of the racing Cobras. Competition Girling aluminium calipers with air scoops have been added, CR in front and OR in the back. The extra Le Mans fuel tank still exists but has been taken off the car, which still has the main tank (70L) boosted by a smaller one (40L) situated in the space for the spare wheel. The original gearbox was replaced, as on most Cobras, with an aluminium T10 " Side Loader " that is more robust, with a better performance. The same goes for the original differential casing that will be sold with the car, but was replaced with a stronger aluminium one. The bodywork was renewed during this restoration, and it is interesting to note that the interior of the doors, bonnet and boot-lid have the original paint and the series number 6010 is stamped on all these opening parts. They even show some of the white paint along the tubing. The bonnet with 6010 stamped on it was bought back later from JM Vincent to complete the restoration. The interior of the right door still shows the location of the light used to illuminate the racing number for the timekeepers at night, now covered. The original seats have been redone in red leather as well as the Sparco bucket seat. The powerful 4,727cc V8 engine, rebuilt in 2003 by " Equipe Europe " has four large twin-choke Weber carburettors and is fitted with aluminium pulleys and radiator. Forged pistons with balanced forged crankshaft and connecting rods complete the set-up of this engine that on the rolling road at Mokriki racing, a well known French American car specialist, recorded 374.2 bhp at 6,400 rpm with a torque of 477 Nm at 5,100 rpm. A fuel pressure gauge has been added on the dashboard and the tachymeter replaced by an electronic "Eliott" and the windscreen is made of Lexan. It comes with its side screens and the original red leather internal door handle, also the original gearbox and the rear axle (on the side). Since the photos were taken, the car has been resprayed in Princess blue as it was at le Mans 1964, but without the red stripes. The car has participated three times at the historic Tour Auto. This is a highly important Cobra, sold new in France by Chardonnet and which has never left the country. Its history was made at one of the world's most legendary races, the Le Mans 24 Hours, crossing the line driven by an aristocratic gentleman driver and a renowned racing driver ! Bernard Maitre co-founder of the AC club de France bought the car in 1969 and confirmed this in a letter with the invoice and three period photos included to show the condition of the car in 1969 when he bought it. This is a known Cobra that has appeared in several books 'AC Cobra 260-289-427' by Philippe Hazan, page 127 and 129. The history of COX6010 with the list of options and modifications is recorded in the Shelby American World Registry. It has belonged to the current owner since 1985 and was restored the right way. It shows a very nice patina and runs very strong.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
1967 Austin Mini Cooper S MKI 1275 cm3

Lot 241: 1967 Austin Mini Cooper S MKI 1275 cm3

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: 1967 Austin Mini Cooper S MKI 1275 cm3 Carte grise française de collection Châssis # C-A2S7/956608 Moteur # 9F-SA-Y/44439 - Matching numbers - Superbe restauration récente Née de l'imagination du génial Alec Issigonis, la célèbre Mini fut commercialisée à son origine sous deux marques différentes : Austin et Morris. La version Cooper apparue en 1961, doit son nom à sa motorisation préparée par John Cooper, Champion du Monde avec ses Formule 1 en 1959 et 1960. La voiture présentée a été fabriquée le 17 Janvier 1967 comme nous l'indique le certificat de l'usine. Elle vient d'être entièrement restaurée par le garage Perrin à Clichy, spécialiste Mini et repeinte en rouge Tartan / toit noir comme à l'origine. La carrosserie a été mise à nu et tous les éléments oxydés remplacés par des neufs et ceci dans les règles de l'art. Tous les joints de carrosserie et les chromes ont été remplacés ou refaits. Les ouvrants de carrosserie sont très bien alignés. L'intérieur est d'origine sauf pour les contre-portes et les tapis. Les berceaux ont été sablés et repeints en Epoxy. La voiture totalisait 37000 miles d'origine d'après le vendeur et un dossier de factures important depuis 1985 accompagne la voiture. Le moteur a été révisé en profondeur, la culasse a été rectifiée, et montée avec des grosses soupapes, la pompe à eau, à essence et l'embrayage ont été remplacés. Une poulie de vilebrequin anti- vibration et un radiateur d'huile en aluminium ont été installés. Les freins sont entièrement neufs ainsi que les pneus Dunlop SP4. Un très rare compte tours Smiths (à réviser) fut installé à l'époque sur le tableau de bord et des ceintures de sécurité à enrouleur Britax d'époque. Collectors' French title Chassis # C-A2S7/956608 Engine # 9F-SA-Y/44439 - Matching numbers - Superb recent restoration Designed by the creative genius Alec Issigonis, the famous Mini was originally marketed under two different brand names: Austin and Morris. The Cooper version appeared in 1961, owing its name to the engine tuning by John Cooper, who had won the World Championship with his Formula 1 cars in 1959 and 1960. The car on offer was built on 17 January 1967, as shown on the factory certificate. It is fresh from a complete restoration carried out by the specialist Mini garage Perrin in Clichy, when it was painted in the original colour scheme of tartan red with black roof. The body was stripped back to bare metal and all oxidised parts meticulously replaced with new ones. The seals and chrome work on the body were replaced or refurbished. All the opening parts are very well aligned. Apart from the door bins and carpets, the original is entirely original. The sub-frames were sanded and repainted in Epoxy. According to the owner, the car has covered just 37,000 miles from new and a large file of invoices dating back to 1985 is included. The engine has been comprehensively serviced, which has included rectifying the cylinder head and the fitting of large valves. The water and fuel pumps and the clutch have been replaced, and an anti-vibration crankshaft pulley and aluminium oil cooler have been installed. It has new brakes and new Dunlop SP4 tyres. On the dashboard, a very rare Smiths rev counter (to be serviced) was installed in period, and the car also has period Britax inertia-reel safety belts.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
1964 Fiat Abarth 595 SS capote longue  No reserve

Lot 242: 1964 Fiat Abarth 595 SS capote longue No reserve

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: 1964 Fiat Abarth 595 SS capote longue No reserve Titre de circulation italien Châssis : 110D / n°689743 / Abarth 105 - n°1424 Moteur ABA205 / n°800376 - Rare Abarth 595 authentique - Restauration totale en 2014 Cette Fiat-Abarth 595 SS, authentique comme en témoigne son numéro de châssis 1424, est une des rares versions à capote longue qui ait été modifiée dans les ateliers Abarth. Ces dernières pouvaient éventuellement recevoir un toit spécifique en fibre de verre adaptable améliorant l'aérodynamique, cette modification n'a plus été possible par la suite. Elle comporte évidemment toutes les améliorations mécaniques apportées par le "sorcier" italien. Achetée en 2008 après n'avoir connu que quatre propriétaires précédents, cette voiture a bénéficié en 2014 d'une restauration complète au cours de laquelle tout a été refait : carrosserie, intérieur, moteur et boîte. La sellerie et les contreportes, en skaï rouge et blanc, sont en état d'origine et les quatre jantes Abarth sont d'origine également. La voiture totalise 474 km depuis sa restauration. Sous le capot apparaît le marquage Abarth. La Fiat-Abarth 595 SS est la plus emblématique des Fiat 500 sportives des années 1960. Aujourd'hui, il reste selon le propriétaire moins de 200 exemplaires de Fiat-Abarth 595 répertoriés. Séduisante et vive, bien restaurée, celle-ci fera des ravages en ville autant que sur les pistes de course. Italian Title Châssis 110D / n°689743 / Abarth 105 - n°1424 Engine ABA205 / n°800376 - A rare genuine Abarth 595 - Complete restoration in 2014 This Fiat Abarth 595 SS - authentic as evidenced by chassis number 1424 - is one of the few versions with the long bonnet that has been modified in the workshops of Abarth. These were one of lasts one, which could have a specific fiberglass roof that was adaptable so that aerodynamics could be improved; this change has not been possible thereafter. The car obviously has all the mechanical improvements by the Italian "wizard". Purchased in 2008 after four previous owners, this car received in 2014 a complete restoration in which everything was redone: the body, the interior, the engine and the gearbox. Upholstery and door panels, in red and white leatherette, are in original condition and all four wheels are Abarth originals. The car has done just 474km since its restoration. Under the hood appears the markings of Abarth. The Fiat-Abarth 595 SS is the most iconic of all the Fiat 500 Sports from the 1960s. Today, less than 200 of the Fiat-Abarth 595 are listed. Attractive and very lively, well restored, this car can wreak havoc in the city, as well as on the race track.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
1969 Fiat 500 TV Giannini  No reserve

Lot 243: 1969 Fiat 500 TV Giannini No reserve

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: 1969 Fiat 500 TV Giannini No reserve Carte grise française Châssis : 110F / n°1990527 Moteur 110F 000 - n°2581815 - Authentique Giannini 500, 5 000 exemplaires produits - Très belle restauration en 2013, avec préparation moteur Après être passée entre les mains de quatre propriétaires seulement, cette Fiat Giannini a été achetée en 2006 par son actuel utilisateur. En 2013, elle a fait l'objet d'une remise en état conforme à sa sortie des ateliers Giannini, de Rome : extérieur bleu nuit et intérieur bordeaux. Mécanique et carrosserie ont été complètement refaites : la boîte est complètement synchronisée et le moteur a été préparé par le fils de Claudio Tani, préparateur chez Giannini à Rome. La cylindrée est passée de 499 à 652 cm3 et, avec des pistons forgés, un embiellage renforcé et un gros carburateur, la puissance atteint 50 ch et la vitesse de pointe 140 km/h : une vraie bombe ! Le moteur compte 1 200 km depuis sa réfection et, à l'intérieur, la sellerie a été complètement restaurée. Elle est équipée de très belles et rares jantes Melber d'origine, chaussées de pneus Yokohama. Accompagnée d'un certificat d'identité ASI, cette 500 TV ("Turismo Veloce") correspond au premier modèle sportif produit par Giannini pour concurrencer les Fiat-Abarth sur les championnats d'Italie. Vive, maniable, sans rien à envier à sa concurrente plus célèbre, elle est une promesse de pur plaisir au volant. French registration Châssis 110F / n°1990527 Engine 110F 000 - n°2581815 - Authentic Giannini 500, just 5000 made - Beautiful restoration in 2013, with the engine prepared After passing through the hands of only four owners, this Fiat Giannini was purchased in 2006 by its current user. In 2013, it was the subject of a restoration by the Giannini workshop in Rome: painted a midnight blue with burgundy inside. The mechanicals and the body were completely redone: the box is completely synchronized and the engine was prepared by the son of Claudio Tani, who was the Giannini preparer in Rome. The capacity was increased from 499 to 652cc, with forged pistons, a reinforced crankshaft and a big carburetor, the power reaches 50bhp and top speed is over 140 km/h: a real bomb indeed! The engine has covered 1,200km since its preparation and inside, the upholstery has been completely restored. It comes with beautiful and rare original Melber rims shod with Yokohama tyres. Accompanied by a certificate of identity from the ASI, this 500 TV ("Turismo Veloce") is the first sports model produced by Giannini to compete with Fiat-Abarth in the Italian championships. Cheerful and handy, it is more than worthy than its more famous competitor, this car promises pure driving pleasure.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
1972 Maserati Indy 4,9L  No reserve

Lot 244: 1972 Maserati Indy 4,9L No reserve

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: 1972 Maserati Indy 4,9L No reserve Carte grise française Châssis n° AM116491600 - Rare moteur 4.9l et toutes options - Véritable 2 + 2 - Maserati classique encore très abordable En 1968, Maserati construisait des modèles à six et huit cylindres, les deux types de motorisations descendant des 300 S et 350 S pour les six cylindres, et de la 450 S de 1957 pour les huit cylindres utilisés dès 1960 sur la 5000 GT, puis sur la Quattroporte, la Mexico et la Ghibli. La carrosserie signée Alfredo Vignale, dans l'esprit de la Ghibli, reste classique et le dessin de l'habitacle dénote un certain souci de raffinement : climatisation, vitres teintées à commande électrique, réglage de la position du volant, direction assistée et une mécanique au service de l'agrément de conduite. La Maserati Indy est une voiture de voyage, équipée d'une boîte de vitesses ZF à 5 rapports, capable d'une vitesse de pointe de 250 km/h, développant 355 ch et néanmoins dotée d'un coffre à bagages d'une dimension correcte, accueillant dans un grand confort quatre personnes. L'Indy est une voiture assez fine et on notera l'absence de bruits aérodynamiques et une consommation raisonnable. La voiture présentée est une des très rares 4.9 litre d'origine américaine avec air conditionné, l'intérieur est en cuir noir, la peinture est de bonne qualité et elle est équipée d'un échappement en inox. Les pneus Michelin XWX sont usés à 30%. L'Indy est la dernière des Maserati GT des années soixante encore abordable et une réelle 2+2. Certainement un excellent investissement. French registration Chassis n° AM116491600 - Rare 4.9L engine and all options - A true 2 + 2 - Classic Maserati which is still very affordable In 1968, Maserati made both six- and eight-cylinder models. These two types of engines, followed the 300S and 350S for the six-cylinder models, and the 450 S for the eight-cylinder models, used since 1960 for the 5000 GTs and the Quattroporte, the Mexico and the Ghibli. Alfredo Vignale's bodywork designed by in-house designer Virginio Vairo, in the spirit of the Ghibli, remains a true classic and the design of the interior reflects a certain level of refinement: air conditioning, tinted electric windows, adjustable steering wheel, which is also power assisted and mechanic which is known for its drivability and tractability. The Maserati Indy is equipped with a ZF 5-speed box, reaching a top speed of 250 km/h, thanks to the engine developing 355bhp. The luggage compartment has an appropriate size and the car can easily welcome four persons. The Indy is a very refined car, notable for the absence of wind noise and reasonable fuel consumption. The car on offer is a very rare 4.9-litre of American origin with air conditioning, black leather interior, good quality paint and equipped with a stainless steel exhaust. The Michelin XWX tyres are about 30 % worn. The Indy is the last of the Maserati GTs of the 1960s that is still affordable and is a real 2 +2. Definitely a great investment.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
1958 Aston Martin DB2/4 MKIII Cabriolet

Lot 245: 1958 Aston Martin DB2/4 MKIII Cabriolet

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: 1958 Aston Martin DB2/4 MKIII Cabriolet Titre de circulation monégasque Châssis AM300/3/1719 Moteur DBA 1447 - Rarissime en conduite à gauche - Elégance et pureté de la ligne - Entretien suivi par Aston Martin Monaco - Un des 24 exemplaires construits (environ) Vendue neuve à l'acteur Lee Patterson le 9 septembre 1960, à Los Angeles, ce rare cabriolet DB2/4 MkIII y est resté jusqu'en 1989, participant à de nombreuses sorties de clubs et Concours d'Elégance, dont les plaques d'époque (années 60/70) sont apposées sur la paroi pare-feu de cette automobile si attractive. De retour en Europe, elle est importée par un anglais qui la cède en 1990 à un collectionneur français. Elle est révisée par Pierre Lamy en 1991 et 1992. Le 9 décembre 1996, elle est acquise lors d'une vente de Maître Poulain par un américain vivant à Monaco, chanteur et fils d'un artiste majeur du XXe siècle. Dès lors, elle sera directement entretenue jusqu'à aujourd'hui par le concessionnaire Aston Martin de la Principauté, British Motors, sans limite de coût. Le dossier de factures sera livré avec la voiture au prochain acquéreur, y compris celle de la dernière révision complète et changement de l'embrayage en mars de cette année. Cette Aston Martin se trouve dans un état très désirable et ses coloris des plus élégants avec sa sellerie en cuir gris souris à passepoil bordeaux, couleur de la carrosserie. Il est évident que nous sommes en présence d'un exemplaire rarissime de ces cabriolets DB2/4 MKIII, de surplus en conduite à gauche. L'essai que nous en avons fait dans la circulation dense monégasque au moment du Grand Prix Historique nous a donné toute satisfaction, tournant de manière régulière et optimale. Monegasque title Chassis AM300/3/1719 Engine DBA 1447 - Very rare lefthand drive example - Pure, elegant styling - Regularly maintained by Aston Martin Monaco - One of approximately 24 examples built Sold new to the actor Lee Patterson on 9 September 1960, in Los Angeles, this rare DB2/4 MkIII cabriolet stayed there until 1989, taking part in numerous club and Concours d'Elégance events, with the period plaques from the '60s and '70s fixed to the firewall of this highly attractive automobile. On returning to Europe, having been imported by an Englishman, it was sold to a French collector in 1990. The car was serviced by Pierre Lamy in 1991 and 1992. On 9 December 1996, it was bought at an auction held by Maître Poulain, by an American living in Monaco, a singer and the son of an important 20th century artist. Since that time, it has been maintained, with no expense spared, by the Aston Martin dealer in the Principality, British Motors. The file of invoices that will be sold with the car includes details of the last full service in March of this year, when the clutch was changed. This Aston Martin, in a highly desirable condition, has the most elegant colour scheme, with mouse-grey leather upholstery and piping to match the burgundy colour of the body. There is no doubt that this is a very rare example of the DB2/4 MKIII cabriolet, even rarer for being left-hand drive. The car performed well in the test drive we carried out in heavy Monegasque traffic during the Historic Grand Prix.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
1953 Aston Martin DB2 Cabriolet

Lot 246: 1953 Aston Martin DB2 Cabriolet

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: 1953 Aston Martin DB2 Cabriolet Titre de circulation monégasque Châssis LML/50/384 Moteur VB6E/50/1235 - Un des 75 construits en conduite à gauche - Moteur refait par Aston Martin Monaco - Elégance et sportivité La DB2 est la première Aston Martin de la génération des DB (pour David Brown, propriétaire de la marque depuis 1947). La marque renouera avec le succès avec ce modèle qui sera décliné en version en coupé et " drophead coupe " (cabriolet). Egalement, le modèle participera à de nombreuses courses à l'époque comme entre autres les 24 Heures du Mans. Ce superbe cabriolet deux places en conduite à gauche, rarissime, appartient au même propriétaire que la DB2/4 MKIII de la vente, cet américain vivant à Monaco, chanteur et fils d'un artiste majeur du XXe siècle. Vendue neuve à Paris, le 31 juillet 1953 à un certain Monsieur Schoelier, elle a certainement passé toute sa vie en France, avec un précédent propriétaire en Haute-Savoie jusqu'en 1999. Cet exemplaire a reçu l'attention totale de son propriétaire qui a confié l'entretien complet à British Motors, concessionnaire Aston Martin à Monaco. En 2008, le moteur a été complètement refait avec fabrication d'une nouvelle culasse en Angleterre, toujours à travers British Motors. Les freins ont été refaits ainsi que tous les organes moteurs usagés, et l'embrayage. Le dossier sera transmis au futur acquéreur. L'essai que nous avons réalisé dans le trafic monégasque a été totalement satisfaisant, montrant un agrément de conduite des plus confortables. La caisse est légère, la direction facile et souple. Sa capote en tissu beige, avec sa double-custode arrière, est en excellent état. Cette DB2 est une des 75 cabriolets en conduite à gauche sortie des chaînes de montage de Newport Pagnell. Elle a bénéficié d'un entretien soigné chez un concessionnaire majeur de la marque et de la passion de son propriétaire, amoureux de la marque. Elle représente une opportunité rare d'acquérir un exemplaire des plus soignés avec une combinaison de carrosserie noire, intérieur superbe en cuir rouge des plus époustouflantes. Monegasque title Chassis LML/50/384 Engine VB6E/50/1235 - One of just 75 left-hand drive examples - Engine rebuilt by Aston Martin Monaco - Elegance and sportiness The DB2 was the first Aston Martin of the DB generation (for David Brown, who had owned the marque since 1947). The marque enjoyed renewed success with this model, available in coupé and drophead form. It competed in numerous races at the time, including the Le Mans 24 Hours. This superb and highly rare left-hand drive two-seater cabriolet has the same owner as the DB2/4 MKIII in the sale, an American singer living in Monaco, who is the son of an important 20th century artist. Sold new in Paris on 31 July 1953 to a certain Monsieur Schoelier, the car remained in France with a previous owner from Haute-Savoie until 1999. The current owner has lavished attention on the car, and entrusted its maintenance to the Aston Martin dealer in Monaco, British Motors. In 2008 the engine was completely rebuilt with a new cylinder head manufactured in England, again carried out through British Motors. The brakes were refurbished along with all worn engine components and the clutch. The file documenting this work will be passed on to the new owner. We carried out a highly satisfactory test-run in Monageque traffic and the car proved to be very comfortable to drive. The body is light, and the steering is direct and responsive. The beige fabric hood, with twin rear window panels, is in excellent condition. This DB2 is one of 75 left-hand drive cabriolets to leave the production line at Newport Pagnell. It has been well maintained by a major marque dealer and its owner, a passionate marque enthusiast. It represents a rare opportunity to acquire a well looked-after example, presented in black with absolutely superb red leather interior.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
1960 Aston Martin DB4 Série 2

Lot 247: 1960 Aston Martin DB4 Série 2

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: 1960 Aston Martin DB4 Série 2 Carte grise française Châssis n° DB4/376/L - Un des 351 exemplaires de DB4 Série 2 - Préparation VHC soignée, en accord avec l'esprit Aston Martin - Performances de haut niveau - Livrée neuve à Reginald Sinclaire Cette Aston Martin DB4 a été vendue neuve en septembre 1960, à Larkspur, Colorado. Son premier propriétaire n'était autre que Reginald Sinclaire, citoyen américain, pilote d'avion engagé dans l'Armée de l'Air française et membre de la célèbre escadrille " Lafayette Flying Corps " durant la première guerre mondiale. Commandant de marine enseignant la défense anti-aérienne dans le Pacifique durant la seconde guerre mondiale, il était tout autant fasciné d'aviation que d'automobile. La fiche de sortie d'usine nous apprend que la voiture fut livrée avec une carrosserie de couleur" black pearl ", un intérieur cuir Connolly bleu, et en option, des roues fil chromées. Un ancien titre de circulation nous confirme que la voiture a changé de main en 1979, alors immatriculée DB461. Elle est vendue par le marchand américain Steve Serio au début des années 1990 et arrive en 1991 sur le territoire français. C'est à cette période que son actuel propriétaire, collectionneur d'Aston Martin, la trouve chez Pierre Lamy, spécialiste de la marque et chez qui il faisait restaurer une autre de ses voitures. Cette DB4 avait fait l'objet d'un début de restauration et était partiellement démontée. Une fois la transaction effectuée, ce gentleman driver a donc demandé à Pierre Lamy de terminer les travaux, avec une préparation spécifique, en vue de s'engager en VHC, et une modification de la face avant dans le style DB4 GT. Ainsi, la voiture va participer plusieurs années au championnat européen VHC, toujours entretenue scrupuleusement par Pierre Lamy. Elle est engagée au Tour Auto en 1998 et au Tour d'Espagne en 2001. Au début des années 2010, elle fait l'objet d'une remise en état complète chez Olivier de Sibenthal, en Suisse. La caisse est entièrement mise à nue et restaurée, comme nous l'a confirmé le spécialiste. Les modifications effectuées pour la course sont conservées et certaines font l'objet d'une évolution. Le bloc moteur est remplacé et la préparation devient plus pointue : cylindrée augmentée à 4,2 litres par réalésage des cylindres, arbres à cames spéciaux, vilebrequin renforcé, bielles et pistons spéciaux, montage de 3 carburateurs Weber de 50 et d'un embrayage racing. Selon le spécialiste suisse, le moteur développerait aujourd'hui près de 350 ch. Pour supporter cette puissance accrue, les arbres de roues sont alors renforcés et les trains roulants modifiés pour améliorer le comportement de la voiture, tout en conservant les points d'ancrage d'origine. Des barres stabilisatrices sont adaptées et les freins sont modifiés. L'arceau de sécurité 6 points reste en place et la voiture est aujourd'hui équipée de jantes de 15x6 pouces. Les sièges baquets sont remplacés par des modèles plus élégants, dans le style de l'époque, l'habitacle conservant l'esprit Aston Martin sans être dépouillé comme c'est souvent le cas sur les voitures préparées à ce niveau. Un essai en compagnie du propriétaire a révélé le bon fonctionnement de l'ensemble : la voiture accélère comme certainement peu de DB4 et s'avère impressionnante d'efficacité. Cette rarissime DB4 Série 2 conduite à gauche en excellent état de présentation offre l'allure d'une DB4 GT avec des performances et un comportement routier nettement supérieurs. Les amateurs sauront l'apprécier. French title Chassis n° DB4/376/L - One of 351 examples of the DB4 Series 2 - VHC prepared, in keeping with the spirit of Aston Martin - Top-level performance - Delivered new to Reginald Sinclaire This Aston Martin DB4 was sold new in September 1960, to Larkspur in Colorado. Its first owner was none other than Reginald Sinclaire, American citizen, a pilot in the French Air Force and a member of the famous " Lafayette Flying Corps " squadron during the First World War. A Navy Commander teaching air defence in the Pacific during the Second World War, he was fascinated with airplanes and automobiles. The factory records tell us that the car was delivered with " black pearl " coachwork, blue Connolly leather interior and, as an option, chrome wire wheels. An old registration document confirms that the car changed hands in 1979, then registered DB461. It was sold by the American dealer Steve Serio at the start of the 1990s and arrived on French soil in 1991. It was at this time that the current owner, an Aston Martin collector, found the car with Pierre Lamy, the marque specialist who had restored another of his cars. This DB4 had begun a restoration and was partially dismantled. Once the transaction had been completed, the gentleman driver asked Lamy to complete the work, by preparing the car with a view to competing in VHC, and also to modify the front in the style of a DB4 GT. The car then took part for many years in the European VHC Championship, while being rigorously maintained by Lamy. It competed in the 1998 Tour Auto and the Tour of Spain in 2001. At the start of the 2010s, it underwent a thorough restoration by Olivier de Sibenthal in Switzerland. The specialist has confirmed that the body was stripped back to bare metal and restored. The modifications made for competition were kept, some of which were updated. The engine block was replaced and the preparation taken further : the cylinders were re-bored, increasing the engine capacity to 4.2-litres, and it was given special overhead cams, a reinforced crankshaft, special rods and pistons, triple 50 Weber carburettors and a racing clutch. According to the Swiss specialist, the engine is now capable of producing close to 350 bhp. To support this extra power, the shafts were strengthened, and the running gear modified to improve the handling, while retaining the original anchor points. The stabilizer bars were adapted and the brakes modified. It retained the six-point roll-cage and the car is currently fitted with 15x6 inch wheels. The bucket seats have been replaced with more elegant seats in period style, and the interior, which has not been stripped as is often the case with cars prepared to this level for competition, retains the genuine feel of an Aston Martin. A test-drive in the company of the owner revealed that everything works well : the car accelerates like probably few other DB4 and is impressively efficient. This very rare left-hand drive DB4 Series 2, presented in excellent condition, offers the allure of a DB4 GT with significantly improved performances and handling. Enthusiasts can't fail to appreciate this car.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
1964 Mercedes-Benz 220 SE cabriolet

Lot 248: 1964 Mercedes-Benz 220 SE cabriolet

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: 1964 Mercedes-Benz 220 SE cabriolet Titre de circulation anglais Châssis n° 111023-12-035730 Moteur n° 127984-12-001773 - Cabriolet 4 places de grand confort - Entretien soigné, belle présentation Vendue à l'origine aux États-Unis, cette voiture a été achetée dans les années 1980 par un collectionneur spécialiste de Mercedes, A. Lasky, qui en a assuré la restauration en 1989 et en a pris grand soin. En 1992, il l'a cédée à l'actuel propriétaire, ancien réalisateur de cinéma demeurant à Beverly Hills, Los Angeles, qui a fait d'emblée modifier la teinte crème d'origine pour l'actuel bronze semi-métallisé. En 2009, il a fait venir la voiture en Angleterre où elle est restée entreposée dans un garage, avant de procéder à une révision mécanique, consécutive à cette période d'inactivité. Depuis, la voiture sort régulièrement et a même emmené ses occupants jusqu'en France. Ce cabriolet 220 SE, dont le compteur affiche aujourd'hui 62 719 miles (100 936 km) est équipé de la rare option "Sièges sport", d'un système de climatisation et d'un autoradio Blaupunkt d'époque. La capote beige est en excellent état et la voiture offre une très belle présentation. Avec son beau tableau de bord mêlant bois et cuir, ses sièges confortables, son six-cylindres onctueux et la possibilité d'emmener quatre personnes, ce cabriolet 220 SE est une promesse de balades agréables, même sur longue distance. British title Chassis n° 111023-12-035730 Engine n° 127984-12-001773 - Comfortable 4-seater cabriolet - Carefully maintained, lovely presentation Originally sold in the US, this car was bought during the 1980s by a specialist Mercedes collector, A. Lasky, who restored it with the utmost care, in 1989. In 1992, he sold it to the current owner, a former film director living in Beverly Hills, Los Angeles, who immediately changed the original cream paintwork to the current semi-metallic bronze. In 2009 he had the car taken to England, where it was stored in a garage. Following a period of inactivity, the mechanical elements were serviced, and it was subsequently used regularly, even taking its passengers on a trip to France. This 220 SE cabriolet, which records 62,719 miles today, features the rare sports seats option, air conditioning and a period Blaupunkt radio. The beige hood is in excellent condition and the car is presented in lovely condition. With its attractive dashboard sporting a mix of wood and leather, its comfortable seats and smooth six-cylinder engine with room for four people, this 220 SE cabriolet offers the promise of enjoyable long distance drives.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
1964 Mercedes-Benz 230 SL cabriolet

Lot 249: 1964 Mercedes-Benz 230 SL cabriolet "Pagode", hard-top

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: 1964 Mercedes-Benz 230 SL cabriolet "Pagode", hard-top Carte grise française Châssis n° 113 042 10 003344 Moteur n° 127981 10 003103 - Modèle fiable et agréable - Restauration de qualité Cette Mercedes 230 SL a été achetée en 1988 par son actuel propriétaire, dans le Calvados. Elle est française depuis l'origine, comme en témoigne la plaque des Éts Delecroix, importateur Mercedes en France, dans le compartiment moteur. Lors de l'achat, le moteur venait d'être refait. Par la suite, la voiture a fait l'objet d'une restauration de carrosserie complète aux ateliers Desfaudais, à Beaumont-sur-Sarthe. Parallèlement, la sellerie en cuir rouge et les moquettes assorties ont été confiées aux Éts Morin, à Gacé (meilleur ouvrier de France), avec un résultat de très belle facture. Boiseries de tableau de bord, chromes et hard-top ont aussi bénéficié d'une réfection. Sur le plan mécanique, l'injection a été refaite et, depuis, la voiture a été entretenue chez l'agent Mercedes de L'Aigle. Récemment, l'embrayage et la tringlerie de boite de vitesse ont été refaits. En plus du hard-top de la même couleur que la carrosserie, la voiture est accompagnée de sa notice d'entretien et du guide des agences en Europe. La capote est en parfait état et les pneus Michelin X peu usés. Dotée du "troisième" siège à l'arrière et d'un autoradio Visseaux, c'est un bel exemplaire de ce modèle emblématique. French title Chassis n° 113 042 10 003344 Engine n° 127981 10 003103 - Reliable and attractive model - High quality restoration This Mercedes 230 SL was acquired by the current owner in 1988, in Calvados. It has been a French car from new, as confirmed by the plaque in the engine bay of 'Éts Delecroix ', the French Mercedes importer. At this time, the engine had just been overhauled. Subsequently, the bodywork on the car was completely restored at the Desfaudais workshop in Beaumont-sur-Sarthe. At the same time, the red leather upholstery and matching red carpets were renovated by the Éts Morin, in Gacé, with exquisite results. The wood trim on the dashboard, the chrome and the hardtop have also been renovated. On the mechanical side, the fuel injection was overhauled and the car has since been maintained by the Mercedes agent in Aigle. Recently, the clutch and the gearbox linkage have also had work carried out. The car comes with its same colour hardtop, service manual and a European agents' guide. The hood is in perfect condition and the Michelin X tyres display little sign of wear. Fitted with an 'occasional' rear seat and a Visseaux radio, here is a lovely example of this iconic model.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
1995 Porsche 993 RS Touring Komfort

Lot 250: 1995 Porsche 993 RS Touring Komfort

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: 1995 Porsche 993 RS Touring Komfort Carte grise française Châssis n° WPOZZZ99ZTS390722 - Version RS quatre places rarissime - Etat exceptionnel - La 993 idéale - Probablement un des six exemplaires construits en version quatre places Cette voiture est exceptionnelle à double titre : par sa version, très rare, et par son état sans reproche. Il s'agit en effet d'une 993 RS Touring Komfort à quatre places ! Par définition, les RS ("RennSport") sont des versions allégées et dépourvues de ce qui n'est pas indispensable, comme les insonorisant et les... sièges arrière. Pourtant, cette voiture en est équipée et présente donc quatre places, ce qui prouve qu'il était possible de passer commande d'un modèle ainsi doté. Il n'y aurait eu que six exemplaires produits par Porsche sur dérogation spéciale pour des clients importants et la voiture aurait été vendue neuve à l'un des directeurs du centre Porsche de Düsseldorf. Pour le reste, elle bénéficie des spécificités propres aux 993 RS comme les ailes avant plus larges, le bouclier avant à petites moustaches, l'aileron arrière très plat. Dans un souci d'allègement, les portes et le capot avant sont en aluminium. Cette voiture étant une version "Komfort", elle est dotée d'un équipement complet comprenant vitres électriques, climatisation et sièges sport à dossier basculant. Des petits détails particuliers la caractérisent, comme l'insert "Carrera RS" sur la garniture en moquette replacée au-dessus des sièges arrière, bien sûr équipés de ceintures de sécurité à enrouleur. La sellerie en cuir deux tons correspond elle aussi à une commande spéciale. En plus de ces rares particularités, cette voiture se présente dans un état superbe. Elle a bénéficié d'un traitement anticorrosion et "anti-ice" spécial, la carrosserie ayant reçu des soins Swissvax. A 55 600 km, le moteur a été ouvert et entièrement révisé chez Porsche, pour une facture de 12 000 euro. La voiture a très peu roulé depuis, puisque le compteur n'affiche que 57 670 km. Par ailleurs, le filtre d'habitacle a été remplacé récemment et la climatisation a été révisée. Un dossier de factures accompagne la voiture, ainsi que son carnet d'entretien faisant état de toutes les révisions depuis l'origine. Elle est équipée d'un échappement Cargraphic, mais la ligne d'origine sera livrée avec la voiture. La présentation générale de cette Porsche 993 correspond aux soins dont elle a bénéficié, avec un soubassement presque aussi beau que la carrosserie et une mécanique fonctionnant parfaitement. Elle fit l'objet d'un article dans RS Magasine. Sur cette quatrième génération de Porsche 911, le moteur est le dernier refroidi par air, avec sa sonorité caractéristique. Ses 300 ch permettent à la RS d'atteindre 275 km/h, avec l'avantage de la finition soignée de cette version particulièrement rare qui constitue une commande spéciale. French title Chassis n° WPOZZZ99ZTS390722 - Rare RS four-seater version - Outstanding condition - The ideal 993 - One of probably six examples built with four seats This car is exceptional for two reasons: it is a very rare version and it is in immaculate condition. This is, in fact, a 993 RS Touring Komfort, with four seats ! By definition, the RS ("RennSport") versions were lightened and stripped of unnecessary extras, such as soundproofing and...rear seats. However, this car does indeed have them, proof that it is possible to order such a model. It is believed that six such examples were built by Porsche for important clients, and the car would have been sold new to one of the directors of the Porsche Centre in Düsseldorf. The car also benefits from features specific to the 993 RS such as wider front wings, small front flaps and flat rear spoiler. To keep the weight down, the doors and bonnet are in aluminium. Being a " Komfort " version, it is fully equipped with electric windows, air conditioning, and sports seats with tilting back rest. There are other details that characterize it, such as the " Carrera RS " trim on the carpet above the rear seats, that are fitted with inertia-reel safety belts. The two-tone leather upholstery corresponds to a special order. In addition to these rare features, this car is presented in superb condition. It has had anti-corrosion and special " anti-ice " treatment, and the body has been treated with Swissvax. At 55,600 km the engine was opened up and overhauled by Porsche, for a sum of €12,000. The car has been driven very little since : the odometer currently stands at 57,670 km. Moreover, the passenger compartment air filter has been changed and the air conditioning renewed. A file of invoices comes with the car, with its service book detailing every service carried out from new. It is fitted with a Cargraphic exhaust, but the original one will be supplied with the car. The overall presentation of this Porsche 993 reflects the level of attention it has received, with a floorpan that is almost as beautiful as the bodywork and an engine that runs perfectly. This car has featured in RS magazine. This fourth generation Porsche 911 was the last to have an air-cooled engine, with its distinctive sound. The RS, with 300 bhp, is capable of 275 km/h, and this particularly rare example that would have been a special order, has the added advantage of a high standard of finishing.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
Per page:
1
2
3
Next »