WELCOME TO INVALUABLE
Be the first to know about
the latest online auctions.
Please enter a valid email address (name@host.com)
Sign Up »
PS: We value your privacy
Thank you!
 
 
Want to learn more
about online auctions?
Take a Quick Tour »
 
Invaluable cannot guarantee the accuracy of translations through Google Translate and disclaims any responsibility for inaccurate translations.
Show translation options
Auction Description for Piasa: Haute Epoque

Haute Epoque (99 Lots)

by Piasa


99 lots with images

December 9, 2016

Live Auction

Paris, France

Sort by:  
Lots with images first
Per page:  
Partie supérieure d''une stèle, ex-voto, en pierre calcaire sculptée en bas-relief représentant une tête de femme stylisée

Estimate: Log in or create account to view price data

Description: Partie supérieure d''une stèle, ex-voto, en pierre calcaire sculptée en bas-relief représentant une tête de femme stylisée. Visage en demi-lune aux yeux proéminents en amande à la pupille creusée, au nez plat et épaté, à la bouche souriante en arc de cercle ; cou épais souligné par un bourrelet à la partie inférieure ; revers portant la trace d''une inscription. Epoque gallo-romaine, nord de l''Ile de France Hauteur : 25,5 m - Largeur : 28,5 cm Socle en bois sculpté et peint Le calcaire, d''après l''analyse effectuée par Annie Blanc, géologue, est un "calcaire blanc très fossilifère". Il s''agirait d''"un faciès particulier des dépôts du Lutétien de la région parisienne. Il a été exploité dans plusieurs carrières (maintenant abandonnées) de la vallée de la Viosne, situées à l''ouest de Pontoise". Le rapprochement que l''on peut faire avec certains des ex-voto découverts lors des fouilles d''un temple gallo-romain de la forêt d''Halatte (Oise) corrobore bien cette origine du nord de l''Ile de France. Ces fouilles, faites essentiellement dans le courant du XIXe siècle, ont permis en effet d''exhumer de nombreuses pierres sculptées représentant des animaux ou des humains. Relevant de ce dernier thème, une stèle cassée ornée d''une tête d''homme présente une semblable stylisation de la figure humaine (fig.). Ouvrage consulté : M. Durand et C. Finon, "Catalogue des ex-voto anatomique du temple gallo-romain de la forêt d''Halatte (Oise)" dans Revue archéologique de Picardie, numéro spécial, année 2000, v.18, n°1, pp 9-91.

View additional info
  Realized: Log in or create account to view price data
Bague en or sertie d’une pièce en argent

Estimate: Log in or create account to view price data

Description: Bague en or sertie d''une pièce en argent. La pièce est un triobole de Thurium en Lucanie, Grande Grèce, Italie du sud : D/ tête casquée d''Athéna à droite ; R/??F(??), taureau à droite une patte levée. Monture : chaton bordé d''une frise de perles et décor d''une palmette sur chaque épaule, gravée des lettres ASP?M; poinçon de garantie au cygne. Monture XVIe siècle ? H 2,1 × L 2,3 cm Poids : 13,6 g (petite perce à la pièce, légers accidents aux griffs du sertissage)

View additional info
  Realized: Log in or create account to view price data
Mosaïque en pierre et marbre de forme circulaire représentant une menorah, chandelier à sept branches, tesselles de couleur blanche,...

Estimate: Log in or create account to view price data

Description: Mosaïque en pierre et marbre de forme circulaire représentant une menorah, chandelier à sept branches, tesselles de couleur blanche, ocre jaune, ocre rouge, noire et grise. Le pied et les branches arrondies du chandelier sont formés d''une suite de carrés reliés par leurs pointes ; dans le champ à gauche, une trompe, shofar, et à droite, une branche de palmier stylisée, lulav. Bassin méditerranéen oriental, Empire byzantin, VI/VIIe siècle Ø 51 cm Présentée encastrée dans un panneau de ciment Provenance : Ancienne collection Professeur Walter Löb (Eberfeld 1872 – 1916 Berlin), Bonn (Allemagne) Restée chez ses descendants jusqu''en 2015 (une lettre du Dr Cora Crautzfeldt, petite-file du Pr Löb, atteste que cette mosaïque a bien appartenu à sa famille et qu''elle a été cachée lors de la dernière Guerre mondiale, échappant ainsi à la destruction et à la dispersion de la collection d''objets d''art familiale). Certifiat Art Loss n° S001 12087 La menorah est le chandelier traditionnel de la religion hébraïque correspondant au Chandelier d''or à sept branches du Temple de Jérusalem plusieurs fois décrit dans la Bible (Exode 25:31- 40, Exode 37:17-24, Nombres 8:4 ). Possédant une forte connotation symbolique, il est un des emblèmes de la religion juive. A ses côtés sont souvent fiurés le shofar, corne de bélier qu''on faisait sonner lors de Rosh Hashanah, et la lulav, branche de palmier utilisée à la fi de la fête de Sukkot. Sa plus ancienne représentation date du 1er siècle avant J.C. et se trouve gravée sur un pavement de la vieille cité de Jérusalem. On connaît plusieurs mosaïques fiurant ce chandelier liturgique découvertes lors de fouilles réalisées en Israël ou en Cisjordanie, par exemple à Hammath (V/VIe siècle) ou à Jéricho (VII/VIIIe siècle) (fi. a et b). Celle présentée ici semble plus tardive et a été datée par le professeur et docteur Michele Bacci, titulaire d''une chaire d''Histoire d''art médiéval à l''Université de Fribourg, vers la fi du VIe et au début du VIIe siècle. Ouvrage consulté : Exposition New York, Byzantium and Islam – Age of transition 7th-9th Century, The Metropolitan Museum of Art, mars – juillet 2012, cat. S. Fine, ''Jews and Judaïsm between Byzantium and Islam'', pp. 102-116.

View additional info
  Realized: Log in or create account to view price data
Panneau de cuir gaufré représentant laCrucifiion dans une réserve circulaire, bordée

Estimate: Log in or create account to view price data

Description: Panneau de cuir gaufré représentant la Crucifiion dans une réserve circulaire, bordée d''une inscription en caractères grecs et entourée de bustes et de rinceaux. La Crucifiion est accompagnée de la Vierge et de saint Jean de part et d''autre de la croix avec, au-dessus, deux anges à mi-corps, Michel et Gabriel. L''inscription est tirée du verset de Matthieu, chapitre 26, fi du verset 26 : ?????? F?G??? ????? ?S??? ?? SO?? ??? ?? ???? ??O? ??O????? ??S ???S?? ???RTIO? («Prenez, mangez ceci est mon corps consumé pour vous en rémission des péchés»). Autour, les huit bustes, dans des gloires rondes et séparés par des contreforts torsadés, fiurent des saints martyrs de la chrétienté orientale. Découpé et contrecollé sur un panneau de peuplier portant des pivots en fer dans sa partie basse. Vénétie, Venise ?, XV/XVIe siècle H 33,7 × L 32,7 cm Encadré par une baguette en bois doré Le décor de ce cuir a été estampé sur une matrice reproduisant la célèbre patène byzantine conservée dans le trésor du Dôme d''Halberstadt (Saxe) réalisée à Constantinople au XIe siècle (fi. a). On connaît sept autres panneaux en cuir ayant été créés par l''impression de cette même matrice. Ces reproductions pouvaient être utilisées dans des portes de tabernacle, des retables, des plats de reliure ou des coffets mais aussi réutilisés en patène. La galerie d''antiquités Longari Arte Milano a ainsi présenté à la TEFAF Maastricht 2016 une grande patène dont le fond est constitué par le panneau de cuir avec une aile en bois incrusté de motifs géométriques. (fi. b). C''est grâce au décor de ce grand plat que l''on peut dorénavant dater ces cuirs vers la fi du XVe siècle ou au début du XVIe siècle et situer leur fabrication en Vénétie. En efft, les motifs décoratifs incrustés d''os et de bois sur l''aile de la patène Longari se retrouvent sur certains coffets ou cadres attribués à l''atelier vénitien des Embriachi. Cette hypothèse est très vraisemblable tant on connaît les liens étroits qui liaient Venise à l''Orient dont les destins furent intimement liés. On sait également que de nombreux ateliers y travaillaient le cuir et que les artisans de la Sérénissime, appelés cuoridoro, produisaient des coffets, boîtes, reliures, meubles, boucliers, carquois dans cette matière. Ouvrages consultés : A. Contadini, ''Cuoridoro'': tecnica e decorazione di cuoi dorati veneziani e italiani con inflssi islamici, in Arte veneziana e arte islamica. Atti del primo simposio internazionale sull''arte veneziana e l''arte islamica, Venise, 1989, pp. 231-251 ; Z. Murat, «Leather Manufacturing and Circulating models in the Middle Ages : from a Byzantine Patena in Halberstadt to a Veneto-Cretan Icon in Ljubljana» dans Zbornik za umetnostno zgodovino, XLVII, 2011, pp.75-97 ; Z. Murat, A Masterpiece by a Venetian Atelier – A leather liturgical dish, Longari arte Milano,Milan, 2016.

View additional info
  Realized: Log in or create account to view price data
Croix de couronne de lumière en bronze ; bras en forme de balustre renfl et intersection creusée d’un ombilic ; extrémité des branch...

Estimate: Log in or create account to view price data

Description: Croix de couronne de lumière en bronze ; bras en forme de balustre renfl et intersection creusée d''un ombilic ; extrémité des branches se terminant par un anneau muni d''un crochet. Art Byzantin, VI/VIIe siècle ou XI/XIIIe siècle H 28,4 × L 17 cm (légères oxydations)

View additional info
  Realized: Log in or create account to view price data
Cuiller en argent. Cuilleron en forme d’amande ;revers avec arête médiane et deux nervures

Estimate: Log in or create account to view price data

Description: Cuiller en argent. Cuilleron en forme d''amande ; revers avec arête médiane et deux nervures courbes de chaque côté imitant une feuille ; croix aux branches épatées gravée au fond ; le cuilleron est rattaché au manche de section hexagonale par un disque plein ; bouton facetté à l''extrémité du manche. Méditerranée orientale, V/VIIe siècle L 17,9 cm (deux perces au cuilleron) Ouvrages consultés : Exposition Paris, «Byzance – L''art byzantin dans les collections publiques françaises», Musée du Louvre, 3 novembre 1992 - 1er février 1993, cat., pp. 112-113 ; Donation Janet Zakos – De Rome à Byzance, Milan, 2015, pp. 52-58, cat.8-11.

View additional info
  Realized: Log in or create account to view price data
Rare buste d’impératrice (Ariane ?) en cristalde roche taillé en ronde-bosse. Visage aux

Estimate: Log in or create account to view price data

Description: Rare buste d''impératrice (Ariane ?) en cristal de roche taillé en ronde-bosse. Visage aux traits réguliers avec grands yeux aux pupilles creusées, nez droit, menton aigu et cou épais ; coiffre élaborée formant des godrons tout autour du visage sur laquelle est posé un diadème cranté ; oreilles percées retenant une chute de perles ; cou entouré d''un double collier de perles ; base avec sorte de piédouche ; dessous gravé d''un T. Fin polissage du visage et du cou afi d''accentuer le contraste entre le rendu de la peau et de la coiffre. Art byzantin, Constantinople, vers 500 H 5 cm Présenté avec la base s''encastrant sur une colonnette en ébène (petites égrenures à la base, lettre grecque thêta gravée à une époque postérieure, cassure recollée au socle) Provenance : Ancienne collection Comte Grégoire Stroganoff Rome Vendu à la maison Sangiorgi, antiquaires à Rome, vers 1923-24 Collection privée, Allemagne Ce buste a appartenu à la prestigieuse collection d''art du Comte Stroganoff Cette collection protéiforme a été constituée entre 1884 et 1910, année du décès du Comte. Elle comprenait un nombre considérable d''œuvres de toutes sortes, sculptures, tableaux de maîtres du XVe jusqu''au XVIIIe siècle, objets d''art à partir du 2e millénaire avant J.C., correspondant à l''éclectisme des grandes collections de l''époque. Après la mort de Stroganoff toutes ces œuvres furent dispersées en plusieurs étapes, à l''occasion de ventes aux enchères, en dons à des musées, notamment à l''Hermitage, ou cédées à des grands antiquaires italiens. La maison Sangiorgi de Rome a été ainsi l''acheteuse la plus assidue des objets Stroganof et en particulier c''est elle qui s''est portée acquéreuse de ce buste en cristal de roche. La collection d''objets byzantins du Comte passait pour être particulièrement riche, celle des ivoires était considérée ainsi comme la plus complète après celle du Louvre ou du Vatican. Ce buste présumé de l''Impératrice Ariane fait partie d''un petit nombre de bustes réalisés en pierre dure datant de la fi de la période romaine aux premiers siècles de Byzance. Le British Museum a notamment dans ses collections un buste de femme taillé dans un saphir (100/130 après J.C.) que l''on peut rapprocher de celui-ci qui est cependant d''une facture plus raffie (fi. a et b). Le Musée de l''Hermitage possède également un buste, celui-ci en Chalcédoine, représentant l''Empereur Julien du IV/Ve siècle après J.C. De la fi de l''époque romaine – et d''un travail similaire – on connait plusieurs bagues en cristal de roche comme celle provenant de Saint-Remy-de-Provence ou une autre dans les collections du Kunsthistorisches Museum de Vienne (fi. c), portrait de Marciana, sœur de l''Empereur Trajan, toutes deux romaines, mais aussi une bague du IVe siècle faisant partie de la collection Byzantine du Dumbarton Oaks Museum de WashingtonCette tête en cristal de roche, avec sa couronne dentelée évoquant un diadème de perles, ses boucles d''oreilles en chutes de grosses gemmes rondes et son double collier, renvoie à la mode des impératrices byzantines des V et VIe siècle. Elle évoque les portraits d''Ariane ou de Théodora tels que nous le montrent, pour la première, la plaque en ivoire du Kunsthistorisches Museum de Vienne et, pour la seconde, les mosaïques de Ravenne (fi. e et f). Le travail de l''artiste, simple et raffi à la fois, ainsi que les traits du visage font penser aux portraits constantinopolitains de la première période : coiffre en «godrons», grands yeux ouverts, pupilles bien creusées, paupières inférieures soulignées, petite bouche aux lèvres serrées et menton aigu. Le thêta grec d''un tr

View additional info
  Realized: Log in or create account to view price data
Réplique de l’anneau sigillaire de Childéric en or

Estimate: Log in or create account to view price data

Description: Réplique de l''anneau sigillaire de Childéric en or. Le chaton porte gravée l''effie royale accompagnée de l''inscription CHILDERICI REGIS. Le roi est représenté en buste, de face, les cheveux longs se fiissant en boucles, séparés par une raie médiane et reposant sur les épaules ; tenant de la main droite une lance, il est vêtu d''une cuirasse. Seconde moitié du XIXe siècle H 2,7 cm × L 3 cm Poids : 31,3 g C''est en 1653 à Tournai qu''un ouvrier découvre la tombe du père de Clovis, le roi franc Childéric, lors de travaux de démolition d''un mur voisin de l''église Saint-Brice. Dans le trésor exhumé fut trouvé entre autre le fameux anneau sigillaire en or à l''effie du roi franc. Léopold Guillaume d''Autriche, en sa qualité de gouverneur des PaysBas espagnols, récupéra ce trésor et l''emporta à Vienne lors de son départ en 1656. À sa mort en 1662, il devint la propriété de la maison d''Autriche et revint à l''Empereur Léopold Ier. Considérant qu''il s''agissait de la plus vieille relique connue de la première dynastie française, l''empereur donne à Louis XIV cet anneau avec les autres éléments du trésor en remerciement de l''aide apportée à l''armée impériale pour vaincre les Turcs en Hongrie en 1664. Louis XIV dépose l''ensemble à la Bibliothèque royale. Il n''est pas séduit par l''anneau et juge que la représentation de ce roi franc ne soutient pas sa propre image de souverain puissant et civilisé. Cependant trois empreintes sont réalisées et connues aujourd''hui : la première, réalisée en cire, est faite par le père Du Molinet (1620-1687) pour son livre : Histoire de Sainte Geneviève et de son église apostolique à Paris paru en 1692 (Ms 609, fol.63V); la deuxième, en plâtre, au début du XIXe siècle, est due à Muret, employé au Cabinet des Médailles, aujourd''hui très usée ; la troisième est conservée à Oxford à la Bibliothèque Bodléienne provenant de la collection léguée par le bibliophile Douce en 1830. Dans la nuit du 5 au 6 novembre 1831, un vol est commis aux cabinets de médailles et quelques éléments du «trésor de Childéric» sont dérobés dont l''anneau en or qui est immédiatement fondu. De l''anneau de Childéric disparu nous ne connaissons que deux répliques complètes en cuivre, une au Cabinet des Médailles de la Bibliothèque nationale de France (inv MMA 55-460) et une autre à l''Ashmolean Museum d''Oxford, et les trois empreintes déjà citées ainsi qu''un tirage en cuivre au Musée départemental Dobrée de Nantes récemment identifi et datant vraisemblablement de la fi du XIXe siècle. Notre réplique s''inscrit dans cette démarche de reproduction d''un objet conservé dans les collections publiques et dont l''intérêt pour l''histoire de la France n''est plus à défendre.

View additional info
  Realized: Log in or create account to view price data
Croix reliquaire en agate à décor gravé de traitset de cercles enchâssée dans une feuille d’argent

Estimate: Log in or create account to view price data

Description: Croix reliquaire en agate à décor gravé de traits et de cercles enchâssée dans une feuille d''argent avec traces de dorure ; relique de la Vraie Croix dans un cabochon en cristal de roche ; anneau de suspension. Art carolingien, VIII/IXe siècle H 5,7 × L 4,1 cm (fentes) Provenance : Collection privée, Luxembourg

View additional info
  Realized: Log in or create account to view price data
Rare anneau sigillaire en or niellé et gravé avec intaille en cristal de roche de Benoît, abbé de l’abbaye bénédictine de Farfa (Lat...

Estimate: Log in or create account to view price data

Description: Rare anneau sigillaire en or niellé et gravé avec intaille en cristal de roche de Benoît, abbé de l''abbaye bénédictine de Farfa (Latium). Chaton de forme circulaire serti d''une intaille en cristal de roche entourée de l''inscription S[IGILLUM] . BENEDICTI . AB[BATIS] . FARFENSI[S] («Sceau de Benoît, abbé de Farfa») accompagnée d''une croix pattée ; intaille de forme carrée représentant la façade d''une abbaye flnquée de deux tours rondes ; épaules ornées de motifs niellés : croix pattée entourée d''un cercle et rinceaux stylisés. Empire carolingien, vraisemblablement réalisé dans un atelier de Constantinople, premier tiers du IXe siècle, vers 810/15 H 2,6 × L2,5 cm Poids : 31,4 g (légers manques au nielle) Provenance : Ancienne collection du Prince Ludovico Spada Veralli Potenziani di Rieti, Rome Ancienne collection Louis-Henri-Emile Moutier, Paris, en 1919 Ancienne collection Gustave Schlumberger (1844-1929) Collection privée, France Bibliographie : H. Keystone, Byzantine and carolingian gold, 1981 Ce lourd anneau d''or est à rapprocher d''une bague avec une intaille en émeraude conservée au Cabinet des Médailles présentant un décor niellé analogue sur les épaules, un monogramme cruciforme remplaçant la croix pattée (Schl.126) (fi. a et b). Ces deux bijoux ont appartenu au grand historien byzantiniste Gustave Schlumberger (1844-1929). Outre la bague byzantine, d''autres pièces de sa collection ont été léguées à la Bibliothèque Nationale après son décès. L''inscription gravée sur l''anneau du Cabinet des Médailles indique qu''il a appartenu à un certain Basile, parakoimômène de l''empereur. Les historiens d''art s''accordent à reconnaître Basile le Macédonien promu parakoimômène, c''est-à-dire chef du service de la chambre impériale, puis coempereur en 866 et seul empereur, l''année suivante, après avoir assassiné Michel, fondant la dynastie «macédonienne». Grace à cette attribution, les conservateurs de la BN situent sa réalisation vers 865- 866. L''anneau sigillaire est quant à lui plus ancien car son propriétaire, l''abbé Benedetto I, a été à la tête de l''abbaye de Farfa de 802 jusqu''à sa mort en 815. Cet abbé, qualifi comme Le Très Sage, est resté dans l''histoire de l''abbaye pour avoir enrichi ses biens en meubles sacrés et sa bibliothèque en nombreux codex. Luttant beaucoup pour défendre les droits de l''abbaye, il mourut à Francfort où il était venu pour être l''interprète auprès de Ludovic le Pieux des privilèges du monastère. Il fut sans aucun doute l''abbé ayant exercé son pouvoir durant la période de la plus grande splendeur de Farfa. Cette abbaye, distante d''une quarantaine de kilomètres de Rome, a été fondée au début du VIe siècle. Saccagée vers la fi du siècle par le duc de Spolète, ce n''est qu''à partir de 775 avec la conquête de la région par Charlemagne, qui la prend alors sous son contrôle, que la prospérité revient. Elle exerce alors sa protection politique sur toute l''Italie centrale, ce qui correspond à plus de 600 églises et couvents, 132 châteaux et églises fortifies, 300 villages et également une fltte navale exempte de taxes et d''impôts. Un inventaire du trésor réalisé dans la troisième décennie du IXe siècle dénombre, outre un ciboire en onyx et un petit coffe en or très pur orné de pierreries, don de Charlemagne, plusieurs croix en or, quatorze calices en argent et quatre sceaux en or. L''anneau sigillaire de l''abbé Benedetto était vraisemblablement l''un de ces quatre sceaux. Son lieu précis de réalisation n''est pas aisé à défiir. La qualité de gravure de l''inscription, avec ses caractères romains tracé

View additional info
  Realized: Log in or create account to view price data
Belle bague en or sertie d’un important cabochon de grenat de forme bombée ; bâte soudée avec chaton ovale bordé d’une gorge

Estimate: Log in or create account to view price data

Description: Belle bague en or sertie d''un important cabochon de grenat de forme bombée ; bâte soudée avec chaton ovale bordé d''une gorge. Art mérovingien, Gaule du nord, V-VIIe siècle H 2,7 × L 2,6 cm Poids : 15,4 g Ouvrage consulté : R. Hadjadj, Bagues mérovingiennes – Gaule du nord, Paris, 2007, n°552.

View additional info
  Realized: Log in or create account to view price data
Crosse en cuivre ciselé, gravé et doré, pierresdures (grenat et cristal de roche). Crosseron

Estimate: Log in or create account to view price data

Description: Crosse en cuivre ciselé, gravé et doré, pierres dures (grenat et cristal de roche). Crosseron composé de deux parties : un enroulement de section cylindrique gravé de cinq bagues dont le diamètre s''amenuise progressivement vers l''extrémité auquel est rattachée par une goupille une terminaison en forme de protomé de lion ; tête du lion à la gueule ouverte, au mufl ramassé, aux petites oreilles rondes et aux yeux incrustés de cristal de roche, entourée d''une crinière stylisée, formant une collerette et traitée en rangées d''écailles parallèles sur le cou ; nœud en sphère aplatie riveté à sa partie inférieure et souligné par une moulure plate ornée de huit cabochons arrondis alternant les grenats et les cristaux de roche ; douille moulurée portant l''inscription INVS . MART / NEPETIS . EPISC (INVS[UM] MART[INO] NEPETIS EPISC[OPI] «A l''usage de Martino, évêque de Nepi») de part et d''autre d''une croix aux branches épatées. Italie, Latium, dernier quart du XIIe siècle, 1178 - 1183 H 23,2 cm Soclée Provenance : Ancienne collection Elia Volpi, antiquaire, Florence, jusqu''en 1916-17 Ancienne collection, Etats-Unis, jusque dans les années 1930 Collection privée, France Insigne emblématique d''un évêque, la crosse adopte à partir de la fi du XIe siècle la forme d''une volute se rattachant à une douille par un nœud. Les artistes qui la façonnent, ivoiriers, sculpteurs ou orfèvres, consacreront particulièrement leur imagination créative au décor du crosseron. Ce décor peut être complexe, jusqu''à abriter une scène, comme une Annonciation, une Crucifiion ou une Adoration des Mages, mais également plus simple, de thème flral ou animalier. Pour ce dernier thème, les artistes ont recours à diffrents animaux, parfois fantastiques (dragon, licorne, basilic …) mais également traditionnels, l''Agneau pascal étant le plus fréquemment représenté. La fiure du lion se rencontre assez souvent ; on le voit très tôt sur certains taux, forme primitive du bâton pastoral. Celui en ivoire de l''évêque Géraud de Limoges mort brutalement en 1022, conservé à l''abbaye de Charroux (Vienne), avec ses deux extrémités s''achevant par des protomés de lion, en donne un bon exemple. Les ateliers limousins qui produisirent un grand nombre de crosses en émail champlevé ont été très inventifs en la matière. Un bel exemple provenant de la collection Dutuit, avec un lion dont la queue est mordue par un serpent, est visible au Petit Palais (fi.). Le symbolisme du lion dans le christianisme revêt plusieurs sens. Il peut signifir en efft l''Incarnation, la Résurrection ou la Miséricorde divine. Il était considéré ainsi comme représentant le Christ. La tête de lion de cette crosse en cuivre doré est vigoureusement ciselée et gravée. De proportions ramassées avec sa collerette, sa gueule entrouverte montrant les crocs et ses petites oreilles arrondies, elle rappelle les interprétations plus anciennes moyen-orientales ou romaines. Nepi est une petite ville épiscopale située dans le Latium, dans la province de Viterbe. Sa cathédrale est dédiée à sainte Marie de l''Assomption et à sainte Anastasie ; son évêché remonte à une origine très ancienne puisque son premier évêque aurait été ordonné, selon la tradition, par l''apôtre Pierre en personne. L''évêque Martino, connu également sous le nom d''Alexandre III, y siégea de 1178 à 1183. On sait peu de chose sur son activité sauf qu''il s''adressa au début de son épiscopat aux consuls et à la population de Nepi pour les protéger des ennuis que leur causait le fis du Marquis de Monferrat suite à l''aide qu''avaient apportée les nepesini aux habitants de Viterbe ; on

View additional info
  Realized: Log in or create account to view price data
Rare bague en or gravé

Estimate: Log in or create account to view price data

Description: Rare bague en or gravé. Anneau plat circulaire, plus haut en façade et se rétrécissant vers l''arrière, profi légèrement concave ; décor d''un large chevron délimitant en réserve des triangles ponctués de trois grains. Art Viking, fi du IX/Xe siècle H 1,1 × L 2,7 cm Poids : 25,3 g Exemplaire semblable mais à double registre au British Museum (2010, 8015.1)

View additional info
  Realized: Log in or create account to view price data
Plaque en ivoire sculpté en bas-relief représentant le Voyage de Nazareth à Bethléem

Estimate: Log in or create account to view price data

Description: Plaque en ivoire sculpté en bas-relief représentant le Voyage de Nazareth à Bethléem. Marie est représentée de face assise sur le dos d''un âne fiuré lui de profi, l''antérieur gauche légèrement levé ; debout sur la gauche, se tient Joseph qui lui saisit la main droite surmontée d''une plante portant deux branches entrelacées dont l''une avec un fruit ; le fis de Joseph, né d''une précédente union, conduit l''âne, tenant sur l''épaule un bâton auquel est suspendu un seau ; dans l''angle supérieur droit, les remparts d''une ville surmontés de trois tours. Une moulure plate encadre la scène ; languette d''encastrement tout autour de la plaque. Italie du sud, atelier de Campanie, fi du XIe/ début du XIIe siècle H 9,7 × L 11,2 × P 1 cm (quelques fentes, très petits manques, bordure peut-être retaillée anciennement) Cette rare plaque d''ivoire semble se rattacher au groupe des ivoires issus des ateliers d''Italie du sud dont on situe la production dans les villes d''Amalf et de Salerne durant les dernières décennies du XIe siècle jusqu''aux premières du siècle suivant. La scène du Voyage à Bethléem se trouve ainsi interprétée presqu''à l''identique sur une des nombreuses plaquettes conservées au musée diocésain de Salerne (fi. a). Ce célèbre ensemble de panneaux d''ivoire, au nombre d''une quarantaine est par commodité réuni sous le nom de paliotto (devant d''autel ou retable en italien). Certains de ces petits panneaux ont été dispersés et plusieurs d''entre eux sont dans des musées comme à New York, Paris, Berlin, Hambourg ou Budapest. Leur destination première reste mal défiie et les historiens d''art pensent à un trône, un coffet, un devant d''autel ou encore une porte. La plaque romane présentée ici pourrait d''ailleurs avoir appartenu à une porte. Son bord extérieur - d''une couleur blanche par rapport à la moulure plate plus jaune qui le surplombe - semble destinée à s''encastrer dans une rainure à l''image des éléments de forme géométrique des portes fatimides de la même époque. On ne peut écarter toutefois que cette bordure ait été retaillée très anciennement pour insérer la plaque dans un plat de reliure ou un autre encadrement pour tout autre usage. La scène du Voyage à Bethléem est un épisode du Nouveau Testament relativement rare ; l''art chrétien l''a éliminé par la suite parce qu''elle faisait double emploi avec la Fuite en Egypte avec laquelle on peut aisément la confondre. Elle serait la compilation entre le récit de l''Evangile de saint Luc (5,1) et celui apocryphe de l''Enfance du Christ de saint Jacques (17,2). Deux interprétations sont données au sujet de la plante aux deux branches entrelacées tenue par Joseph et Marie : l''une serait la fiuration d''une branche fructueuse de vigne et d''une branche stérile de palmier symbolisant la «synagogue stérile» et «l''église fructueuse», image populaire dans la culture médiévale, l''autre serait la coopération entre le chaste Joseph et la femme enceinte qu''est Marie portant le Christ dans son ventre. Outre la plaque de Salerne mentionnée plus haut, de composition identique mais de format plus carré, une autre illustrant le même thème est connue dans les collections du musée de Cleveland (n°. inv. 1978.40). Sur fond d''architectures combinant des motifs islamiques et byzantins, le groupe de personnages est semblable, sans toutefois la présence de la plante aux branches entrelacées (fi. b). On connaît l''existence de répliques d''une même composition dans la production des ivoires médiévaux. L''époque carolingienne nous en donne plusieurs exemples. On pense notamment à la plaque illustrant la Crucifiion et la Visite des saintes Femmes au sépulcre du Merseyside County Museum de Liverpool (M 8022) à la composition identique en tous points à celle d''une autre plaque en ivoire conservée à l''Académie des Arts d''Honolulu (672.1). Pour le paliotto, on a la certitude que les artistes salernitains se sont inspirés pour certaines scènes, en particulier la Nativité et les Noces de Cana, d''une autre œuvre, la «chaire de Grado». Les quatorze plaques ou fragments d''ivoire recensés de cette chaire à présent détruite constituent un groupe cohérent dont on situe la réalisation à Alexandrie au cours du VIIe siècle ou plus tard à Rome au IXe siècle. Les sources iconographiques des ivoiriers devaient être cependant très diversifies : toutes sortes d''œuvres contemporaines ou plus anciennes pouvaient constituer une source d''inspiration comme les mosaïques, les fresques et le mobilier religieux sans oublier les manuscrits enluminés. L''origine iconographique du Voyage à Bethléem ne semble pas avoir été précisément identifie bien que le thème soit apparu très anciennement comme nous le montre une pyxide en ivoire conservée au Staatliche Museum de Berlin donnée comme Syrie-Palestine, VIe siècle. La datation précise des ivoires comme la situation géographique des ateliers d''Italie méridionale qui les travaillaient sont toujours des sujets de discussion. Danielle Gaborit-Chopin donne ainsi une date aux environs de 1084 pour la plaque du paliotto conservée au Louvre (OA 4052), année de la consécration par Grégoire VII de la nouvelle cathédrale de Salerne. La réalisation de cette plaque du Voyage pourrait donc se situer un peu après. Il n''est pas non plus possible de trancher avec certitude sur le lieu précis de l''atelier où la plaque a été taillée. Son travail de sculpture se diffrencie de celui des ivoires réalisés avec une quasi-certitude à Almaf ou à Salerne. Comme la plaque représentant le Songe de Joseph du musée des Antiquités à Rouen dont la facture est également originale, il convient de situer la réalisation du Voyage à Bethléem dans un atelier de Campanie sans plus de précision. Cette plaque demeure un précieux témoignage de l''art des tailleurs d''ivoire de l''Italie méridionale à l''époque romane, à la croisée du monde occidental et moyen-oriental. C''est ainsi que la simplifiation des volumes et la force qui se dégage des visages, notamment celui de Joseph, relèvent de la vieille tradition lombarde, que le dessin des vêtements et les attitudes des personnages dérivent des modèles byzantins et les minarets au-dessus de l''enceinte fortifie renvoient quant à eux à l''architecture arabe. Ouvrages consultés : D. Gaborit-Chopin, Ivoires du Moyen Age, Offi du Livre, 1978 ; R. H. Randall, Masterpieces of ivory from the Walters Art Gallery, Baltimore, 1985 ; De l''Egypte ancienne à la Renaissance rouennaise, Musée des Antiquités, Rouen, 1992, cat.66 ; M. Gibson, The Liverpool Ivories, Londres, 1994 ; D. Gaborit-Chopin, Ivoires médiévaux Ve-XVe siècle, Musée du Louvre, Paris, 2003 ; P. Williamson, Medieval ivory carvings – Early Christian to Romanesque, Victoria and Albert Museum, Londres, 2010 ; The Salerno Ivories- Objects, histories, contexts, Berlin, 2016.

View additional info
  Realized: Log in or create account to view price data
Vierge en majesté en pierre calcaire sculptéeavec restes de monochromie, dos plat hormis

Estimate: Log in or create account to view price data

Description: Vierge en majesté en pierre calcaire sculptée avec restes de monochromie, dos plat hormis l''arrière de la tête. Assise sur un banc trône mouluré, le buste droit, la Vierge tient l''Enfant de ses deux mains, d''une manière frontale devant sa poitrine ; visage ovale aux formes pleines ; yeux légèrement proéminents bordés de paupières lourdes, pupilles creusées, nez fort, bouche aux commissures tombantes ; elle est vêtue d''une robe et d''un voile formant manteau laissant voir, sur le front, la chevelure partagée par une raie médiane ; les pans de ce manteau sont retenus sur la poitrine par un épais cordon. Vers 1200 H 60 × L 25,2 × P 15 cm (cassée et recollée, érosion et manques, restes de monochromie d''époque postérieure) Les Majestés en pierre sont moins fréquentes que celles en bois. On peut en voir cependant aux portails des grandes cathédrales comme à Paris ou à Chartres mais aussi dans des églises plus modestes à Mozac en Auvergne, à Corneilla de Conflnt en Roussillon ou encore dans l''Aveyron, à Espalion ou Bonneval. Celle présentée ici est d''une typologie assez originale avec son Enfant tenu à deux mains par la Vierge et non pas assis sur ses genoux. Le Christ qui a perdu ses bras devait bénir de sa main droite et tenir un livre de l''autre comme dans les statues complètes

View additional info
  Realized: Log in or create account to view price data
Grand pendant de harnais articulé en bronzegravé et doré. Attache de suspension en forme

Estimate: Log in or create account to view price data

Description: Grand pendant de harnais articulé en bronze gravé et doré. Attache de suspension en forme de croix avec pendant cruciforme et en X aux extrémités arrondies dans lequel vient s''insérer une vervelle articulée dans une réserve quadrilobée ; intersections des croix et plats des branches à décor quadrillé. On joint une vervelle du même modèle. Angleterre, seconde moitié du XIIIe/première moitié du XIVe siècle H 12,5 cm (très légères corrosions)

View additional info
  Realized: Log in or create account to view price data
Petit sarcophage en pierre calcaire sculptéetoutes faces à décor géométrique de demicolonnes et de pointes.

Estimate: Log in or create account to view price data

Description: Petit sarcophage en pierre calcaire sculptée toutes faces à décor géométrique de demicolonnes et de pointes. Angoumois, XIIe siècle H 33 × L 77,5 × P 51,5 cm (petites érosions)

View additional info
  Realized: Log in or create account to view price data
Paire de lions en pierre calcaire sculptée. Ilssont couchés, leur tête légèrement tournée sur

Estimate: Log in or create account to view price data

Description: Paire de lions en pierre calcaire sculptée. Ils sont couchés, leur tête légèrement tournée sur un côté ; large mufl plat et yeux proéminents, crinière aux mèches ondulées en flmmes, pattes aux griffs en pointe. XIIIe siècle L 31,5 cm (environ) (arrière-trains incomplets, érosion)

View additional info
  Realized: Log in or create account to view price data
Vierge à l’Enfant assise en noyer sculpté en ronde-bosse et polychromé

Estimate: Log in or create account to view price data

Description: Vierge à l''Enfant assise en noyer sculpté en ronde-bosse et polychromé. Assise sur un banc-trône mouluré, elle porte l''Enfant sur son genou gauche ; tête au visage aimable coiffe d''un voile qui repose sur les épaules ; elle porte un important nimbe composé d''une plaque de laiton gravé sur laquelle est fié un décor ajouré rayonnant en étain (ou plomb) modelé, estampé et doré fiurant deux anges et deux cœurs ; la Vierge est revêtue d''une robe ceinturée et d''un manteau qui revient sur le devant des genoux ; ce pan du manteau enveloppe le genou droit en formant des plis parallèles et courbes. Forez, seconde moitié du XIIIe siècle H 70,5 cm (polychromie ancienne mais vraisemblablement postérieure avec recharge d''enduit pouvant cacher des restaurations, nimbe rajouté à une époque très ancienne, peut-être au XVe siècle, quelques manques dont les mains) Provenance : Anciennement dans la chapelle du château du Colombier, Saint-Marcellin-en-Forez (Loire) Cette rare Vierge, qui se trouvait dans un château de la région de Saint-Etienne, a conservé une grande part de son pouvoir de fascination. Sa polychromie épaisse comme sa patine croûteuse – qui ne sont peut-être pas d''origine mais qui semblent cependant très anciennes – attestent d''une longue période de dévotion. De même que cette singulière auréole, faite de métal (laiton, alliage de plomb et d''étain ?), encastrée dans la tête et fiée à l''aide de clous en fer forgé, qui était destinée à impressionner les fièles lors des processions. Il n''est pas rare en efft d''observer le rajout de motifs décoratifs sur certaines Vierges du centre de la France servant à renforcer leur pouvoir de vénération. L''utilisation également de plomb et d''étain, soit en plaques, soit en éléments ornementaux, peuvent se voir sur certaines statues qui sont parvenues jusqu''à nous comme la Vierge de Baroille (Loire) à présent au musée du Louvre (RF 4288), celle d''Apcher en Lozère ou encore de Chateauneuf (Puy-de-Dôme). Ici, les curieuses fiurines d''anges modelées et estampées, semblent, par leur mode vestimentaire, datées du XVe siècle. Dans les villages reculés d''Auvergne, des mains d''artisans locaux enrichissaient au cours des siècles de cette façon ces statues sacrées durant leur vie cultuelle. Cette Vierge du Forez constitue ainsi un témoignage supplémentaire de ce type de dévotion au Moyen Age. Ouvrage consulté : H. Leroy et F. Debaisieux, Vierges romanes – Portraits croisés, Beaumont, 2009.

View additional info
  Realized: Log in or create account to view price data
Vierge à l’Enfant assise en noyer sculpté avecrestes de polychromie, dos évidé. Le buste bien

Estimate: Log in or create account to view price data

Description: Vierge à l''Enfant assise en noyer sculpté avec restes de polychromie, dos évidé. Le buste bien droit, Marie porte l''Enfant assis sur son genou gauche ; visage allongé ayant conservé une grande part de sa polychromie d''origine ; sa tête est coiffe d''une couronne posée sur un voile formant manteau dont un pan revient sur le devant des genoux et dont le bord est retenu par les doigts de la main gauche ; elle est vêtue d''une robe à la simple encolure, ceinturée à la taille ; grande maîtrise dans le plissé des vêtements qui sont près du corps : froncé régulier au-dessus de la ceinture, enveloppant au niveau du genou droit et tombant en chutes latérales souples ; l''Enfant roi tient une sphère dans sa main gauche et bénit de l''autre. Piémont pyrénéen, région de Saint-Bertrand-deComminges, XIIIe siècle H 64 × P 18 cm (quelques manques dont la main droite de la Vierge et des flurons à la couronne, légères vermoulures) Provenance : Collection privée, Sud-Ouest Cette Vierge d''une noble élégance est très semblable à la Majesté que l''on peut voir dans l''église de Saint-Just-de-Valcabrère qui se situe non loin de Saint-Bertrand-de-Comminges dans les Pyrénées (fi.). En meilleur état de conservation, elle affie la même présence sereine avec son visage aux traits réguliers et à l''expression encore juvénile.

View additional info
  Realized: Log in or create account to view price data
Chapiteau double en marbre rose et gris deVillefranche-de-Conflnt. Corbeilles à décor de

Estimate: Log in or create account to view price data

Description: Chapiteau double en marbre rose et gris de Villefranche-de-Conflnt. Corbeilles à décor de feuilles de lierre sur deux registres enserrant une tête de chien aux oreilles pendantes, tailloir mouluré, astragale en tore anguleux. Roussillon, fi du XIIIe siècle H 105,5 × L 27,5 × l 57,5 cm (petits accidents et manques, colonnes et base d''époque postérieure) Provenance : Ancienne collection Jacqueline Boccador, château de Neuchèze, Champdeniers (D.S.)

View additional info
  Realized: Log in or create account to view price data
Chapiteau double en marbre rose deVillefranche-de-Conflnt (entre faciès flmmé

Estimate: Log in or create account to view price data

Description: Chapiteau double en marbre rose de Villefranche-de-Conflnt (entre faciès flmmé et flur de pécher) sur deux colonnes et une base, pouvant faire pendant avec le précédent. Corbeilles à décor de feuilles découpées et dentelées sur deux registres reliées entre elles par une tête de chauve-souris aux ailes déployées, tailloir mouluré, astragale en tore anguleux. Roussillon, fi du XIIIe siècle H 105 × L 27,5 × l 57,5 cm (petits manques, colonnes et base d''époque postérieure) Provenance : Ancienne collection Jacqueline Boccador, château de Neuchèze, Champdeniers (D.S.)

View additional info
  Realized: Log in or create account to view price data
Chapiteau double en marbre gris de SaintBéat reposant sur deux colonnes et une base.Corbeille à décor de larges feuilles à trois lobes

Estimate: Log in or create account to view price data

Description: Chapiteau double en marbre gris de SaintBéat reposant sur deux colonnes et une base. Corbeille à décor de larges feuilles à trois lobes aigus de type rumex, tailloir fortement mouluré, astragale en tore anguleux. Toulouse, cloître du couvent des Jacobins, 1306-1309 H 113,5 × L 32,5 × l 57,5 cm (petits accidents et manques, chapiteau creusé en jardinière, les colonnes et la base sont des remontages) Provenance : Ancienne collection Jacqueline Boccador, château de Neuchèze, Champdeniers (D.S.) Le couvent des Jacobins est situé en plein centre ville de Toulouse et sa construction s''est étalée entre 1230 et 1385. L''édifiation des quatre galeries du cloître a été réalisée lors de la dernière campagne, durant la première décennie du XIVe siècle. Abandonnés par les dominicains qui furent chassés à la Révolution, les bâtiments furent partagés par la suite : une partie est attribuée à la ville tandis que l''autre est transformée en une vaste écurie à chevaux. C''est ainsi que le cloître fut démoli aux trois-quarts pour faciliter le passage des animaux. Les galeries est et sud du cloître actuel ont été reconstituées, entre 1965 et 1970, avec des éléments disparates retrouvés dans la région (fi.). Ce chapiteau double et le suivant sont ainsi de rares témoignages de ce berceau des Dominicains que représentait le couvent dit des Jacobins, joyau du gothique languedocien qui abrite encore les reliques de saint Thomas d''Aquin.

View additional info
  Realized: Log in or create account to view price data
Chapiteau double en marbre gris de Saint-Béatreposant sur deux colonnes et une base, pouvant

Estimate: Log in or create account to view price data

Description: Chapiteau double en marbre gris de Saint-Béat reposant sur deux colonnes et une base, pouvant faire pendant avec le précédent. Corbeille ornée de feuilles sur deux registres avec des feuilles d''érable au registre supérieur, tailloir fortement mouluré, astragale en tore anguleux. Toulouse, cloître du couvent des Jacobins, 1306-1309 H 109,5 × L 33 × l 52,3 cm (quelques accidents et manques, chapiteau creusé en jardinière, les colonnes et la base sont des remontages) Provenance : Ancienne collection Jacqueline Boccador, château de Neuchèze, Champdeniers (D.S.)

View additional info
  Realized: Log in or create account to view price data
Pyxide en cuivre champlevé, émaillé, gravé etdoré. Emaux bleu lavande, bleu turquoise et

Estimate: Log in or create account to view price data

Description: Pyxide en cuivre champlevé, émaillé, gravé et doré. Emaux bleu lavande, bleu turquoise et blanc. Corps et couvercle conique à décor du monogramme christique IHS accompagné d''une croix pattée dans des médaillons et de rinceaux de palmettes dressées ; extrémité de la prise de la fermeture en forme de tête de dragon stylisée ; couvercle sommé d''une grande croix. Limoges, troisième quart du XIIIe siècle H 14,7 × Ø 7,5 cm (accident et manque près de la fermeture, émaux usés, restes de dorure seulement à l''intérieur du couvercle, soudures sur le bord du fond)

View additional info
  Realized: Log in or create account to view price data
Pyxide en cuivre champlevé, émaillé, gravé et doré ; émail bleu lapis, bleu turquoise, vert, jaune, rouge, blanc

Estimate: Log in or create account to view price data

Description: Pyxide en cuivre champlevé, émaillé, gravé et doré ; émail bleu lapis, bleu turquoise, vert, jaune, rouge, blanc. Corps cylindrique à décor de bustes d''anges dans des médaillons séparés par des flurons ; toit conique orné de fleurons dans des rinceaux ; intérieur doré. Limoges, second tiers du XIIIe siècle H 12 cm (usures à la dorure, très légers manques aux émaux, croix peut-être remplacée anciennement

View additional info
  Realized: Log in or create account to view price data
Bougeoir dit à ailettes en bronze. Base circulaireà deux cercles de doubles fiets reposant sur

Estimate: Log in or create account to view price data

Description: Bougeoir dit à ailettes en bronze. Base circulaire à deux cercles de doubles fiets reposant sur trois pieds en forme de patte stylisée ; longue tige légèrement tronconique ; binet hexagonal à deux lumières rectangulaires muni de deux ailettes. Nord de la France ou Pays-Bas du sud, fi du XIVe siècle H 18,8 cm (petit accident à une ailette)

View additional info
  Realized: Log in or create account to view price data
Croix processionnelle à fond or.Tempera sur bois.

Estimate: Log in or create account to view price data

Description: Croix processionnelle à fond or. Tempera sur bois. Branches aux bords découpés aux extrémités fluronnées. Sur les deux faces : Christ en croix encadré de la Vierge et de saint Jean en buste ; à la partie supérieure, le pélican s''ouvrant la poitrine à l''image du Christ crucifi, à la partie inférieure, le crâne d''Adam dans une cavité du rocher du Golgotha. Venise, attribuée au Maître du retable Correr (actif de 1390 à 1420), vers 1390 H 42,5 × L 31 cm Soclée Ce type de croix biface a été diffsé dans toute l''ère vénitienne. Ses deux faces identiques permettaient ainsi aux fièles, lors des processions, de toujours voir l''image du Christ. Plusieurs historiens d''art ont rapproché cette croix processionnelle à fond or au dossale Correr du Musée Civique de Venise qui date du début des années 1390. La manière avec laquelle sont traités en particulier les visages de Joseph et du Christ sur le retable en comparaison avec celle de saint Jean sur la croix est très semblable. L''adjonction de cette croix au corpus du peintre permet d''élargir la connaissance de ce maître, resté anonyme jusqu''ici. Une expertise de Chiara Guerzi, docteur en histoire de l''art, sera remise à l''acquéreur.

View additional info
  Realized: Log in or create account to view price data
Panneau de plafond représentant un bustede jeune femme peint à la tempera sur bois

Estimate: Log in or create account to view price data

Description: Panneau de plafond représentant un buste de jeune femme peint à la tempera sur bois, remonté dans une console en bois sculpté, polychromé et doré. Le buste tourné de troisquarts sur la gauche sous une arcature trilobée avec feuilles stylisées dans les écoinçons. Console moulurée et côtés à décor gothique. Trace d''étiquette de collection Panneau : Cremone, atelier de Bonifacio Bembo, milieu du XVe siècle Console : XIXe siècle H 28,5 × L 43 × P 23 cm (petits accidents et manques à la dorure et à la polychromie)

View additional info
  Realized: Log in or create account to view price data
Manteau de cheminée en chêne profondémentsculpté à décor de pampres et d’un phylactère

Estimate: Log in or create account to view price data

Description: Manteau de cheminée en chêne profondément sculpté à décor de pampres et d''un phylactère, monoxyle. Belle qualité d''exécution. Nord de la France, XVe siècle H 12 × L 183 × P 29 cm

View additional info
  Realized: Log in or create account to view price data
Rare ensemble de dix-sept boutons-enseignes en bronze étamé à décor gravé : six de forme ronde, un hexagonal, huit de forme octogona...

Estimate: Log in or create account to view price data

Description: Rare ensemble de dix-sept boutons-enseignes en bronze étamé à décor gravé : six de forme ronde, un hexagonal, huit de forme octogonale à côtés concaves, deux losangés. Revers portant au centre le reste de l''attache. Chaque bouton-enseigne présente un décor différent, la plupart figure un saint en pieds accompagné d''une inscription : saint Claude, sainte Barbe (quatre fois), saint Léonard, saint Simon, saint Jean-Baptiste, saint Quentin, saint Pierre, saint André, saint Mathurin, saint Servain, saint Julien de Brioude, la Vierge à l''Enfant, monogramme du Christ (deux fois). Moitié nord de la France, de 1400 au début du XVIe siècle Hauteur et Largeur : 2,7 cm à 3,7 cm (petits manques sur le pourtour pour trois d''entre eux) Les boutons-enseignes ont été jusqu''ici peu étudiés et il ne semble pas avoir été un sujet de recherches de la part des musées à la différence des enseignes de pèlerinage en plomb. Comme ces dernières, ils étaient destinés à être cousus sur les coiffures ou les vêtements tel que l''on peut le voir sur un tableau de Hans Burgkmair (fig.a). Il s''agit aussi d''une production artisanale très intéressante qui devait faire l''objet à la fin du Moyen Age d''un commerce très populaire comme le montre un appuie-main des stalles d''Amiens (fig.b). Ils représentent généralement des saints, certains importants comme les saints Apôtres ou Jean-Baptiste, d''autres plus régionaux comme Quentin, Julien de Brioude, Quirin de Neuss ou Mathurin. Etaient également figurés mais plus rarement des scènes comme l''Annonciation ou la Crucifixion, mais aussi la Vierge à l''Enfant et le monogramme christique. Leur usage reste flou, étaient-ils comme les enseignes en plomb des souvenirs de pèlerinage, les portait-on en talismans comme objets propitiatoires ou encore plaçaient-ils le propriétaire sous la protection de son saint patron ? Cette petite collection, constituée dans le nord de la Francen, en donne précieux témoignage. Ouvrage consulté et blog internet : L. Berton, "Les boutons-enseignes" dans Détection Passion, n°87, mars-avril 2010, PP 46-50 ; Les boutons-enseignes en bronze étamé du XVe / XVIe siècle - Médailles religieuses et objets de dévotion

View additional info
  Realized: Log in or create account to view price data
Vierge à l’Enfant en noyer sculpté en fort relief,sculpture monoxyle. Assise sur une chaire à

Estimate: Log in or create account to view price data

Description: Vierge à l''Enfant en noyer sculpté en fort relief, sculpture monoxyle. Assise sur une chaire à haut dossier couronnée d''une coquille, la Vierge tient l''Enfant nu sur son genou gauche ; sa chemise est dégrafée laissant apparaitre le sein gauche qu''elle présente à son Fils ; une couronne est posée sur sa chevelure dont les longues mèches ondulées tombent sur les épaules ; deux anges musiciens se tiennent debout de chaque côté de la Vierge, l''un jouant d''une vièle à archet, l''autre de la guitare. Italie du nord, Lombardie, fi du XVe siècle H 81,5 × L 74 cm (légers accidents et manques notamment aux ailes des anges et au manche de la guitare)

View additional info
  Realized: Log in or create account to view price data
Vierge à l’Enfant en pierre calcaire sculptée en ronde-bosse avec traces de polychromie

Estimate: Log in or create account to view price data

Description: Vierge à l''Enfant en pierre calcaire sculptée en ronde-bosse avec traces de polychromie. Debout, tenant l''Enfant nu sur son bras gauche, elle est coiffe d''une haute couronne à décor de feuilles de chêne entrelacées et de cabochons losangés ; beau visage aux traits fis avec yeux en amande aux extrémités effies, long nez droit, bouche aux lèvres fies avec la supérieure proéminente et petit menton rond ; elle saisit avec délicatesse entre le pouce et l''index de sa main droite le pied droit de son Fils ; Jésus saisit d''une main le bord du voile de sa Mère et pose sa main gauche sur le haut de sa poitrine dans un geste de familiarité et d''affction ; Marie est vêtue d''une robe à l''encolure ronde et porte un voile formant manteau dont un pan est retenu par le bras gauche ; base monolithe moulurée à décor de branches avec feuilles de chêne et glands. Basse-Normandie, Cotentin, vers 1400 H 105,5 cm (légers manques) Cette Vierge, réalisée dans un calcaire au grain d''une grande fiesse, provient de la BasseNormandie. Elle est très proche d''une Vierge à l''Enfant, localisée anciennement à Coutances ou ses environs, vraisemblablement détruite lors de la seconde Guerre mondiale (fi.). Provenant du même atelier ou d''un atelier très voisin, elle arbore une attitude hiératique très similaire, une haute couronne feuillagée, une disposition du manteau comparable et tient de la même manière, dans un geste délicat, le pied droit de l''Enfant. Dans un état de conservation exceptionnel, hormis le décapage de sa polychromie, elle s''impose par sa frontalité et sa stylisation sophistiquée. Ouvrage consulté : B. Béranger-Menand, La statuaire médiévale en Normandie occidentale – La Vierge à l''Enfant, XIIIe – XVIe siècle, tome 2, Conseil Général de la Manche, 2004, p. 188.

View additional info
  Realized: Log in or create account to view price data
Vierge à l’Enfant en pierre calcaire sculptéeen ronde-bosse avec restes de polychromie.

Estimate: Log in or create account to view price data

Description: Vierge à l''Enfant en pierre calcaire sculptée en ronde-bosse avec restes de polychromie. Debout, très légèrement déhanchée, elle porte l''Enfant sur son côté gauche, la tête tournée de l''autre côté ; visage aux formes pleines, avec yeux fendus, nez droit , bouche menue et menton aigu ; sa tête porte une couronne posée sur un voile laissant apparaître la chevelure ondulée qui encadre le visage ; un pan du voile tombe dans le dos en dessinant deux cœurs symétriques ; elle est revêtue d''une robe et d''un manteau dont un large pan revient sur le devant ; l''Enfant habillé d''une longue tunique tient une rose entre ses deux mains. Est de l''Ile de France, premier quart du XVe siècle H 80 cm (quelques manques notamment à la couronne et la main droite de la Vierge)

View additional info
  Realized: Log in or create account to view price data
Saint Jean-Baptiste en bois sculpté en ronde-bosse avec restes de polychromie. Debout, ilporte sur sa main gauche un livre fermé sur

Estimate: Log in or create account to view price data

Description: Saint Jean-Baptiste en bois sculpté en ronde-bosse avec restes de polychromie. Debout, il porte sur sa main gauche un livre fermé sur lequel est couché l''Agneau ; il est vêtu d''une tunique courte et de la mélote en poils de chameau dont les pattes nouées en ceinture pendent sur le ventre ; haute terrasse monoxyle à pans. XVe siècle H 58,5 cm (quelques manques dont la main droite et au museau de l''Agneau)

View additional info
  Realized: Log in or create account to view price data
Tête d’ange en pierre calcaire dur et fi sculptéeen quasi ronde-bosse avec infies traces de

Estimate: Log in or create account to view price data

Description: Tête d''ange en pierre calcaire dur et fi sculptée en quasi ronde-bosse avec infies traces de polychromie et de dorure. Imperceptiblement inclinée vers la gauche, cette tête d''ange présente un visage allongé au front droit, aux yeux en amande fiement ourlés, au petit nez retroussé, aux lèvres aigues et au menton légèrement lourd ; il est vêtu de l''amict et d''une aube bordée de larges orfrois à décor de rinceaux feuillagés stylisés aux enroulements circulaires avec terminaisons tréfles enserrant une rosace aux pétales en virgule ; chevelure mi-longue aux boucles fortement ondulées, volumineuse à la hauteur des tempes et aplaties sur le haut du crâne. Bourges, vers 1400 H 16 cm Socle en chêne sculpté orné d''un motif de remplage gothique, XIXe siècle (léger éclat au col de l''aube)On connaît plusieurs têtes d''anges du début du XVe siècle à l''abondante chevelure bouclée comparable dans les collections muséales : celle du musée SaintRoch à Issoudun, une autre au musée de Bourges et une dernière au Bode Museum de Berlin (fi. a, b et c). Les deux premières sont données comme provenant du Palais du duc Jean de Berry à Bourges, la dernière a été vendue par la Galerie parisienne Brimo de Laroussilhe comme «Bourges, vers 1400». Le résultat de l''analyse de la pierre de la tête d''ange présentée ici est d''autant plus intéressant. Annie Blanc, géologue, propose en efft une provenance «des terrains jurassiques (bathonien) du centre de la France» pour ce «calcaire blanc très fossilifère» ; «ce calcaire fi a été exploité pour la sculpture à 45 km au sud-est de Bourges et a été utilisé dans les monuments du Berry, Bourges et alentours ainsi qu''à Souvigny». Cette analyse permet donc de rapprocher cette tête d''ange aux autres exemples connus. L''arrière gauche de la tête laissé ébauché, le raffiment particulier apporté à l''ornementation des orfrois, la singularité des traits du visage indiquent que cet ange n''était pas une fiure purement décorative mais devait tenir un rôle précis dans un groupe, à l''exemple de l''Ange Gabriel d''une Annonciation placée dans une niche ou sous un dais. Les rinceaux stylisés du col sont traités comme sur certains carreaux de pavement du XIVe siècle : courbes régulières, enroulements, flurs et feuilles aux contours simplifis à l''image d''un ensemble de carreaux provenant du château des Chaource (Aube) (fi. d). Cette tête d''ange pourrait donc être ajoutée à «la longue théorie des fiures angéliques peintes ou sculptées pour le duc» Jean de Berry qui faisait travailler sur ses nombreux chantiers à Poitiers, Bourges ou Mehun-sur-Yèvre des artistes qu''il prêtait volontiers à son frère Philippe le Hardi, duc de Bourgogne. Elle témoigne de la qualité de cette école de sculpture du centre de la France au tournant des années 1400. Ouvrages consultés : Exposition Paris, Les Fastes du Gothique – Le siècle de Charles V, Galeries Nationales du Grand palais, octobre 1981 – février 1982, pp 162 ; M. Beaulieu et V. Beyer, Dictionnaire des sculpteurs français du Moyen Age, Paris, 1992

View additional info
  Realized: Log in or create account to view price data
Chien de saint Roch en bois sculpté en rondebosse et polychromé. Assis, la tête relevée, iltient dans sa gueule le pain quotidien dé...

Estimate: Log in or create account to view price data

Description: Chien de saint Roch en bois sculpté en rondebosse et polychromé. Assis, la tête relevée, il tient dans sa gueule le pain quotidien dérobé à son maître ; son cou porte un collier clouté; terrasse naturaliste évoquant un rocher. Italie, XV/XVIe siècle H 53 × L 27,5 × L 38 cm (fragment d''une grande statue de saint Roch, légers accidents à la terrasse) Provenance : Collection privée, Grande- Bretagne (d''un collectionneur de représentations d''animaux de toutes époques) Ce fragment d''une grande statue de saint Roch constitue un sujet à part entière. Pour réaliser ce chien, l''artiste a du s''inspirer d''un antique romain, copie d''un bronze hellénistique, dont on connaît plusieurs exemplaires. L''un d''eux est visible au musée du Vatican et un autre a été acquis par le British Museum sous le nom de Jennings dog, faisant référence au nom de son propriétaire au XVIIIe siècle (fi.). De constitution moins massive, le chien de saint Roch adopte en efft la même attitude, reprenant entre autre la position dissymétrique des pattes avant.

View additional info
  Realized: Log in or create account to view price data
Plaquette en os fiement sculpté représentantl’Annonciation sous des arcatures gothiques.

Estimate: Log in or create account to view price data

Description: Plaquette en os fiement sculpté représentant l''Annonciation sous des arcatures gothiques. A gauche, la Vierge debout devant son pupitre esquisse un geste de surprise à la vue de l''Ange Gabriel agenouillé, sur la droite, tenant dans sa main gauche le bâton de messager sous la forme d''un sceptre à l''extrémité fluronnée ; sa tête, au-dessus de laquelle plane la colombe du Saint-Esprit, porte une petite croix. La scène est abritée sous une double arcature avec arcs en accolade aux rampants à crochets avec, au centre, la fiure assise de Moïse tenant les Tables de la Loi ; à gauche et à droite, un contrefort architecturé surmonté chacun par un prophète ; fond strié de lignes parallèles. Italie du nord, vers 1420/1440 H 8,5 × L 8 cm Dans un cadre de velours vert Cette rare plaquette en os, et non pas en ivoire, a été vraisemblablement réalisée dans un atelier de l''Italie du nord. Les sculpteurs de cette région, en particulier à Venise, ont en efft travaillé cette matière comme en témoigne l''importante production de retables, triptyques ou coffets issus des ateliers de la famille Embriachi. Cette scène de l''Annonciation est ici d''une facture particulièrement raffie en comparaison de celle des petites plaquettes verticales, sculptées en plus fort relief, qui constituent le décor des œuvres communément attribuées ou rattachées à ces ateliers de «tailleurs» d''os. La place accordée au cadre architectural y est également très présente. On retrouve ainsi les gables à crochets, les colonnettes au petit chapiteau feuillagé, les petits personnages venant animer les contreforts sur les deux grands panneaux de retable conservés au Victor and Albert Museum qui sont donnés, pour l''un, de l''atelier de Baldassare Ubriachi, Florence ou Venise, pour l''autre, comme vénitien de la dernière décennie du 14e siècle (Inv. nos. 7611-1861 et A.11-1928) (fi. a et b). On peut donc penser que cette plaque de faible épaisseur est à placer dans cette production de l''Italie septentrionale et dans les années 1420/40, compte-tenu de la mode vestimentaire avec les houppelandes fendues sur les côtés. Ouvrage consulté : P. Williamson et G. Davies, Medieval Ivory Carvings – 1200-1550 part II, Victoria and Albert Museum, Londres, 2014.

View additional info
  Realized: Log in or create account to view price data
Coffet avec couvercle à pans en marqueteried’os et de bois dite alla certosina. Décor

Estimate: Log in or create account to view price data

Description: Coffet avec couvercle à pans en marqueterie d''os et de bois dite alla certosina. Décor géométrique de croix dans des losanges, dessous à damier ; poignée sommitale, charnières et fermeture à moraillon en argent ajouré, ciselé et gravé ; intérieur garni de soie rose. Italie du nord, XVe siècle H 8,1 × L 8,1 × L 13,4 cm (petits manques à la marqueterie)

View additional info
  Realized: Log in or create account to view price data
Coffet en marqueterie alla certosina d’os, d’osteinté, d’ébène, de bois et d’étain. Couvercle

Estimate: Log in or create account to view price data

Description: Coffet en marqueterie alla certosina d''os, d''os teinté, d''ébène, de bois et d''étain. Couvercle à ressauts ; décor géométrique d''entrelacs, de chevrons, de damier ; pieds boules. Italie du nord, Venise, atelier des Embriachi, XVe siècle H 19 × L 30 × P 20 cm (petites restaurations à la marqueterie, pieds refaits)

View additional info
  Realized: Log in or create account to view price data
Très important ensemble d’environ 2 500carreaux formant un pavement de 26 à 30 m2.

Estimate: Log in or create account to view price data

Description: Très important ensemble d''environ 2 500 carreaux formant un pavement de 26 à 30 m2. Carreaux en terre cuite à glaçure plombifère, la moitié décorée à l''engobe après estampage d''entrelacs de pampres, l''autre moitié à glaçure vert foncé. Bourgogne, XVe siècle H 11 × L 11 cm (usures) Provenance : Démolition d''une maison, Dijon (Côte d''Or) Un permis d''exportation sera remis à l''acquéreur

View additional info
  Realized: Log in or create account to view price data
Grande assiette en émail peint polychrome et doré

Estimate: Log in or create account to view price data

Description: Grande assiette en émail peint polychrome et doré. Fond creusé en bol avec ombilic et large aile ; décor de rinceaux à feuilles de fougère sur émaux bleu, blanc et vert sombre avec rehauts de rouge et de bleu turquoise ; revers à fond blanc, aile et marli en émail bleu rehaussé d''étoiles, de petites couronnes et de frises de flurons. Venise, fi du XVe/début du XVIe siècle Ø 27 cm (infies usures à la dorure)

View additional info
  Realized: Log in or create account to view price data
Page d’antiphonaire avec très grande initiale Gpolychrome sur fond or ornée d’un fluron avec

Estimate: Log in or create account to view price data

Description: Page d''antiphonaire avec très grande initiale G polychrome sur fond or ornée d''un fluron avec extensions marginales ; portées de 4 lignes à l''encre rouge ; écriture gothique rotunda. Florence, vers 1380/90 Page H 45,5 × L 33,5 cm Initiale (hors extensions) H 13,5 × L 12,5 cm (trou dans la marge inférieure, sinon excellent état de conservation)

View additional info
  Realized: Log in or create account to view price data
Feuillet d’un psautier sur vélin orné de quatreminiatures polychromes avec rehauts d’or ; texte

Estimate: Log in or create account to view price data

Description: Feuillet d''un psautier sur vélin orné de quatre miniatures polychromes avec rehauts d''or ; texte en langue allemande. Verso : trois miniatures dans une réserve rectangulaire ; en haut à gauche, la Création du Monde : dans un cercle, Dieu le Père montre un phylactère portant l''inscription fit; diffrents animaux autour de lui, lion, cerf, chien, lièvre et même un serpent sur fond de paysage avec rivière, ville et château ; ciel étoilé avec lune et soleil ; en bas à gauche : le Christ en croix ; en bas à droite : le Trône de Grâce. Marge avec rinceaux de feuilles et de flurs animés d''un lièvre, de deux oiseaux et d''une mouche. Recto : dans une réserve carrée, en haut à gauche, l''ange Gabriel entre deux tours et devant une porte avec phylactère portant des mots de la Salutation angélique. Marge avec rinceau fluri animé d''une grue, d''un rouge-gorge et, à la partie inférieure, d''un personnage grotesque mi-homme mi-lion tenant un chapeau pointu et un fouet. Allemagne, troisième quart du XVe siècle H 18 × L 13,3 cm (quelques usures, petites pliures, légère abrasion des marges)

View additional info
  Realized: Log in or create account to view price data
Maître de Claude de France, Tours, vers1510/1515

Estimate: Log in or create account to view price data

Description: Maître de Claude de France, Tours, vers 1510/1515 Rare feuillet d''un livre d''Heures orné d''une grande enluminure avec rehauts d''or sur parchemin : Saint Claude bénissant un malade. Sur la gauche, le saint Evêque, auréolé et mitré, est représenté debout, jusqu''aux genoux, tenant dans sa main gauche la hampe d''une croix et bénissant de l''autre ; devant lui se tient, agenouillé et les mains jointes, un malade au visage barbu, un drap lui servant de manteau, dont on ne voit que le buste ; arrière plan, architectures avec tour et maisons derrière un rempart, arbres au lointain. Encadrement avec, de part et d''autre, une cordelière à nœuds dans les marges verticales. Recto : Initiale C dessinée par une cordelière, texte avec lettrine D, les deux dernières lignes en rouge : Ex sancto claudio antiphona («tiré de l''antiphonaire de saint Claude»). Ce texte est un extrait de l''offi des stigmates de saint François, fêté le 17 septembre. H 15,8 × L 11,7 cm Dans un sous-verre (quelques froissements et usures, petit manque dans le manteau du saint derrière le bras droit, marges supérieure et inférieure rognées) Il s''agit d''un feuillet inédit ayant appartenu à un livre d''Heures aujourd''hui disparu que l''on pense avoir été réalisé pour Anne de Bretagne, épouse de Louis XII. On attribue ces grandes miniatures à un peintre anonyme, actif à Tours, que l''historien d''art Charles Sterling a nommé le Maître de Claude de France en tant qu''auteur de tout petits manuscrits aux armes de la file d''Anne de Bretagne, Claude, couronnée reine en 1515. L''activité de ce peintre s''est exercée à Tours avec vraisemblablement des passages dans les ateliers des deux grands maîtres tourangeaux qu''étaient Jean Bourdichon ou Jean Poyer. Ses œuvres ont la précision de celles des miniaturistes avec l''usage d''encadrements architecturaux répétitifs et le recours fréquent aux cordelières. Ordre de chevalerie, l''Ordre de la Cordelière fut créé par la reine Anne de Bretagne qui adopta cet emblème dans ses armes comme on peut le voir sur les lucarnes du château de Blois ou les clefs de voûte de la cathédrale de Nantes. Cet ordre était en relation avec celui des Cordeliers dédié à saint François d''Assise, frères mineurs qui utilisaient une corde interrompue par des nœuds en guise de ceinture. La fiure de saint Claude, le texte et les cordelières encadrant l''enluminure renvoient bien ici à la personne d''Anne de Bretagne. Six feuillets de ce livre d''Heures ont été répertoriés jusqu''ici, deux représentant saint Antoine de Padoue et sainte Geneviève sont à l''Ecole Nationale Supérieure des Beaux-arts (Mn.mas 94 et 95) (fi. a et b), deux autres sont apparus sur le marché de l''art ces dernières années (Galerie Les Enluminures, Paris-New York) illustrant l''un, les Apôtres autour de saint Etienne, l''autre, une assemblée de Franciscains, deux autres encore appartenaient en 1904 à la collection du Comte Durrieu, l''Evangéliste Marc et l''Evangéliste Luc, le premier n''est plus localisé, le second est dans une collection privée. On est donc en présence ici d''un septième feuillet qui est d''autant plus intéressant qu''il représente saint Claude, le saint patron de la file d''Anne, Claude de France, future épouse de François 1er. Ouvrages consultés : Exposition Paris, Exposition des Primitifs français, Bibliothèque nationale, 1904 ; C. Sterling, The Master of Claude, Queen of France. A Newly Dified Miniaturist, New York, 1975 ; Exposition Paris, Les Manuscrits à peintures en France 1440-1520, Bibliothèque Nationale, 1993-14, F. Avril et N. Reynau

View additional info
  Realized: Log in or create account to view price data
Carreau en faïence polychrome à décor d’unprofi d’homme tourné vers la droite, fond bleu.

Estimate: Log in or create account to view price data

Description: Carreau en faïence polychrome à décor d''un profi d''homme tourné vers la droite, fond bleu. Italie du sud, Naples, milieu du XVe siècle H 16,7 × L 16,7 × P 2 cm (coin supérieur droit cassé recollé, usures sur les bords)

View additional info
  Realized: Log in or create account to view price data
Grand vase boule en faïence polychrome (vert, jaune, orange, bleu) sur fond blanc ; décor sur trois registres : à la partie inférieu...

Estimate: Log in or create account to view price data

Description: Grand vase boule en faïence polychrome (vert, jaune, orange, bleu) sur fond blanc ; décor sur trois registres : à la partie inférieure et supérieure, rameau de vigne, au registre principal, grand rinceau portant des coings et des cédrats agrémenté de feuilles. Venise, deuxième tiers du XVIe siècle H 27,5 cm (très légères égrenures)

View additional info
  Realized: Log in or create account to view price data
Petit rondel, «cul de bouteille», représentantla Crucifiion entre la Vierge et saint Jean en

Estimate: Log in or create account to view price data

Description: Petit rondel, «cul de bouteille», représentant la Crucifiion entre la Vierge et saint Jean en grisaille et rehauts de jaune d''argent ; petite marque de la rupture de la canne au centre. Pays rhénans, milieu du XVe siècle Ø 10 cm (environ) (petite casse à la partie inférieure, doublé dans un cerclage de plomb muni d''une chaînette de suspension)

View additional info
  Realized: Log in or create account to view price data
Vitrail en grisaille et jaune d’argent représentantl’Annonciation dans un encadrement. La

Estimate: Log in or create account to view price data

Description: Vitrail en grisaille et jaune d''argent représentant l''Annonciation dans un encadrement. La Vierge est agenouillée devant un prie-Dieu et esquisse un geste de surprise à la venue de l''ange Gabriel ; celui-ci, placé derrière elle, désigne le ciel de l''index de sa main droite et tient un sceptre de l''autre ; un phylactère sur lequel est inscrit le début de la salutation angélique AVE*GRAETIA PLENA*DOMIN («Je vous salue Marie, pleine de grâce, le Seigneur…») s''enroule autour de ce sceptre ; entre les deux, posé sur le sol carrelé, un vase à deux anses portant des lys. Encadrement à décor de candélabres, de rinceaux feuillagés et de masques grotesques. Ecole de Troyes ?, seconde moitié du XVIe siècle Encadrement : premier tiers du XVIe siècle H 31 × L 26,5 cm (trois cassures dans l''encadrement)

View additional info
  Realized: Log in or create account to view price data
Antependium en velours rouge avec décorappliqué et brodé en fis d’argent et de soie.

Estimate: Log in or create account to view price data

Description: Antependium en velours rouge avec décor appliqué et brodé en fis d''argent et de soie. De gauche à droite, sous des arcatures et dans des médaillons en amande, fiures en pied de la Vierge à l''Enfant, de saint André, de saint Evêque et de saint Jean-Baptiste ; motifs d''entrelacs et de flurons feuillagés. ; bord inférieur frangé. Italie, début du XVIe siècle H 63,5 × L 185 cm (quelques usures et petits accidents)

View additional info
  Realized: Log in or create account to view price data
Sign in to continue
Email
Please enter your email.
Password
Please enter your password.
Forgot Your Password?
Enter Your Email
Please enter a valid email.
No user is registered with that email address.
Request Sent
Check to find your temporary password and password reset instructions.
Use your new password to Sign In.
 
Per page:
1
2