The world’s premier auctions
 
 
WELCOME TO INVALUABLE
Be the first to know about
the latest online auctions.
Please enter a valid email address (name@host.com)
Sign Up »
PS: We value your privacy
Thank you!
 
 
Want to learn more
about online auctions?
Take a Quick Tour »
 
Invaluable cannot guarantee the accuracy of translations through Google Translate and disclaims any responsibility for inaccurate translations.
Show translation options
Auction Description for Artcurial: Liuba & Ernesto Wolf Collection
Viewing Notes:
30 November, 11am-7pm
1 December, 11am-6pm
2 December, 2pm-6pm
3 December, 11am-7pm

Artcurial
7 rond-point des Champs-Élysées
75008 Paris
Sale Notes:
Sale: 2269
Location: Artcurial
Date: 4 Dec 2012 19:00
Comments
- Lots 54 to 63 & 72 to 74 are presented in Modern Art 1 Auction, 4 December, 8pm
- Lot 97 is presented in Contemporary Art 1 Auction, 4 December, 8pm
- Lots 291 to296 are presented in Contemporary Art 2 Auction, 5 December, 2:30pm

Specialists:
Greek Art, Middle East & Islamic Arts: Anne-Marie Kevorkian
Middle Age: Robert Montagut
Books & Manuscripts: Bernard Clavreuil

Auctioneer: Francis Briest

Liuba & Ernesto Wolf Collection

(53 Lots)

by Artcurial - Briest - Poulain - F. Tajan

Platinum House

53 lots with images

December 4, 2012

Live Auction

Hôtel Marcel Dassault

7 rond-point des Champs-Élysées

Paris, 75008 France

Phone: +33 (0)1.42.99.20.20

Fax: +33 (0)1.42.99.20.21

Email: bids@artcurial.com

Sort by:  
Lots with images first
Per page:  
COUPE EN GRANO-DIORITE, PROCHE-ORIENT OU EGYPTE, 3EME MILLÉNAIRE AV.J.C.

Lot 1: COUPE EN GRANO-DIORITE, PROCHE-ORIENT OU EGYPTE, 3EME MILLÉNAIRE AV.J.C.

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: COUPE EN GRANO-DIORITE, PROCHE-ORIENT OU EGYPTE, 3EME MILLÉNAIRE AV.J.C. Coupe oblongue en granit blanc moucheté de noir, à bord cintré légèrement éversé. Petites égrenures. Hauteur : 6 cm. (2 1/4 in.), Longueur : 24,5 cm. (9 3/4 in.), Largeur : 14,7 cm. (5 3/4 in.) A GRANODIORITE NEAR EASTERN OR EGYPTIAN CUP, 3RD MILLENIUM B.C.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
VASE GREC EN TERRE CUITE, 4EME SIÈCLE AV.J.C.

Lot 2: VASE GREC EN TERRE CUITE, 4EME SIÈCLE AV.J.C.

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: VASE GREC EN TERRE CUITE, 4EME SIÈCLE AV.J.C. Vase sphérique à col oblique, la panse flanquée de deux anses horizontales annulaires. Le décor, bichrome, rouge et brun, se compose de motifs linéaires, grecques et rectangles de croisillons disposés en bandeau autour de la panse, de stries sur les anses et de cercles concentriques et motifs en festons sur la surface apparente du rebord. Egrenures. Hauteur : 24,5 cm. (9 3/4 in.), Diamètre : 30 cm. (11 3/4 in.) A GREEK TERRACOTTA VASE WITH GEOMETRIC BICHROME DECORATION, 4TH CENTURY B.C.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
TÊTE D'IDOLE, ART DES CYCLADES, VERS 2400 AV.J.C.

Lot 3: TÊTE D'IDOLE, ART DES CYCLADES, VERS 2400 AV.J.C.

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: TÊTE D'IDOLE, ART DES CYCLADES, VERS 2400 AV.J.C. Tête en marbre en forme de lyre ou d'écusson, aux yeux à peine suggérés, l'arête nasale rectiligne figurée en relief, tout comme les deux petites oreilles. Hauteur : 11 cm (4 1/4 in.), Largeur : 6,5 cm. (2 1/2 in.) A CYCLADIC MARBLE HEAD, CA.2400 B.C.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
IDOLE EN MARBRE, ANATOLIE, 3EME MILLÉNAIRE AV.J.C.

Lot 4: IDOLE EN MARBRE, ANATOLIE, 3EME MILLÉNAIRE AV.J.C.

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: IDOLE EN MARBRE, ANATOLIE, 3EME MILLÉNAIRE AV.J.C. Idole de type Kiliya, debout, pieds joints coniques, épaules arrondies et bras en forme d'ailerons le long du corps, le cou fin, cylindrique. La tête, aplatie, inclinée vers l'arrière, munie de deux petites oreilles en pointe, est soulignée d'une arête nasale rectiligne. Egrenures aux bras et à l'extrémité du nez. Hauteur : 14 cm. (5 1/2 in.) AN ANATOLIAN KILYA TYPE MARBLE IDOL, 3RD MILLENIUM B.C.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
VASE KANDILA EN MARBRE, ART DES CYCLADES, 3000-2800 AV.J.C.

Lot 5: VASE KANDILA EN MARBRE, ART DES CYCLADES, 3000-2800 AV.J.C.

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: VASE KANDILA EN MARBRE, ART DES CYCLADES, 3000-2800 AV.J.C. Vase en marbre blanc, à panse sphérique, piédouche et col tronconiques, la panse flanquée de quatre tenons percés d'un trou de suspension. Fractures et restaurations. Hauteur : 23 cm. (9 in.), Diamètre : 19 cm. (7 1/2 in.) A CYCLADIC MARBLE KANDILA VASE, CA.3000-2800 B.C.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
RHYTON

Lot 6: RHYTON "PICASSO BULL" EN TERRE CUITE, MARLIK, ART D'AMLASH, VERS 1000 AV.J.C.

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: RHYTON "PICASSO BULL" EN TERRE CUITE, MARLIK, ART D'AMLASH, VERS 1000 AV.J.C. Important rhyton en forme de zébu, debout sur quatre courtes pattes coniques, le poitrail souligné par une arête verticale, le corps cintré surmonté d'une grande bosse ovoïde, la croupe arrondie. La tête, aux yeux concentriques en relief, est prolongée par un bec verseur en gouttière horizontale et est coiffée de deux cornes en croissant. Fractures restaurées. Hauteur : 26 cm. (10 1/4 in.), Longueur : 34 cm. (13 1/4 in.) AN IMPORTANT "AMLASH" RHYTON IN THE SHAPE OF A HUMPED BULL, MARLIK, CA.1000 B.C.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
GRANDE COUPE EN CÉRAMIQUE LUSTRÉE, ART ABBASSIDE, IRAK, 10EME SIÈCLE

Lot 7: GRANDE COUPE EN CÉRAMIQUE LUSTRÉE, ART ABBASSIDE, IRAK, 10EME SIÈCLE

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: GRANDE COUPE EN CÉRAMIQUE LUSTRÉE, ART ABBASSIDE, IRAK, 10EME SIÈCLE Coupe convexe, décorée en lustre métallique brun sur glaçure opaque blanche d'un oiseau huppé, à l'œil rond, de profil, tenant une feuille dans son bec. Son aile triangulaire, dressée, est ornée d'un bandeau de cercles ; ce même décor réapparait sur le corps et autour du cou de l'oiseau. L'animal se détache sur un fond tapissé de stries fourchues. Le revers de la coupe est entièrement recouvert de lignes obliques ponctuées entourant quatre cercles et un médaillon lancéolé tapissés, comme l'intérieur, de stries. La base porte une inscription coufique. Fractures et bouchages, beau lustre. Diamètre : 30,5 cm. (12 in.) A LARGE ABBASID LUSTRE-PAINTED CERAMIC BOWL, 10TH CENTURY

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
LOT DE TROIS CÉRAMIQUES SAMANIDES, 9EME-10EME SIÈCLES

Lot 8: LOT DE TROIS CÉRAMIQUES SAMANIDES, 9EME-10EME SIÈCLES

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: LOT DE TROIS CÉRAMIQUES SAMANIDES, 9EME-10EME SIÈCLES Deux coupes, l'une à décor de capridé, l'autre d'oiseau et caractères coufiques, et une petite assiette à décor géométrique peint sur engobe. Diamètre : 24,5 cm. (9 3/4 in.), 25,5 cm. (10 in.), 21,2 cm. (8 1/4 in.) THREE SAMANID CERAMICS, 9TH-10TH CENTURY

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
LOT DE TROIS CÉRAMIQUES SAMANIDES, 10EME SIÈCLE

Lot 9: LOT DE TROIS CÉRAMIQUES SAMANIDES, 10EME SIÈCLE

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: LOT DE TROIS CÉRAMIQUES SAMANIDES, 10EME SIÈCLE Trois coupes, l'une géométrique, les deux autres à décor d'oiseaux et d'inscriptions coufiques. Diamètre : 28,3 cm. (11 in.), 18,5 cm. (7 1/4 in.), 23,7 cm. (9 1/4 in.) THREE SAMANID CERAMICS, 9TH-10TH CENTURY

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
COUPE EN CÉRAMIQUE AUX INSCRIPTIONS ET PALMETTES, NICHAPOUR, 10EME SIÈCLE

Lot 10: COUPE EN CÉRAMIQUE AUX INSCRIPTIONS ET PALMETTES, NICHAPOUR, 10EME SIÈCLE

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: COUPE EN CÉRAMIQUE AUX INSCRIPTIONS ET PALMETTES, NICHAPOUR, 10EME SIÈCLE Grande coupe tronconique, décorée en jaune, rouge et brun sur engobe blanc de deux larges palmettes et de deux inscriptions coufiques sur les parois et de cercles concentriques dans le fond. Pièce complète. Diamètre : 33 cm. (13 in.) A LARGE NISHAPUR SLIP-PAINTED BOWL INSCRIBED WITH KUFIC LETTERS, 10TH CENTURY

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
COUPE EN CÉRAMIQUE À L'OISEAU, NICHAPOUR, 10EME SIÈCLE

Lot 11: COUPE EN CÉRAMIQUE À L'OISEAU, NICHAPOUR, 10EME SIÈCLE

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: COUPE EN CÉRAMIQUE À L'OISEAU, NICHAPOUR, 10EME SIÈCLE Grande coupe tronconique, décorée en engobe brun sur engobe blanc d'un oiseau stylisé dans un rondeau et d'un listel de lignes en "dents de scie " en bordure. Fractures, pièce complète. Diamètre : 31,5 cm. (12 1/2 in.) A LARGE NISHAPUR SLIP-PAINTED BOWL WITH A STYLISED BIRD, 10TH CENTURY

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
COUPE EN CÉRAMIQUE LUSTRÉE, ART ABBASSIDE, IRAK, 10EME SIÈCLE

Lot 12: COUPE EN CÉRAMIQUE LUSTRÉE, ART ABBASSIDE, IRAK, 10EME SIÈCLE

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: COUPE EN CÉRAMIQUE LUSTRÉE, ART ABBASSIDE, IRAK, 10EME SIÈCLE Coupe convexe, décorée en lustre métallique brun sur glaçure opaque blanche d'un oiseau huppé, à l'œil rond, de profil, tenant une feuille dans son bec. Deux bandeaux de cercles ornent son corps et son cou. L'animal se détache sur un fond tapissé de stries fourchues.Le revers de la coupe est entièrement recouvert de lignes obliques ponctuées entourant quatre cercles et un médaillon lancéolé tapissés, comme l'intérieur, de stries. La base porte une inscription coufique. Restaurations. Diamètre : 23,5 cm. (9 1/4 in.) AN ABBASID LUSTRE-PAINTED CERAMIC BOWL, 10TH CENTURY

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
GRAND PLAT EN FAÎENCE LUSTRÉE HISPANO-MAURESQUE, VALENCE, 15EME SIÈCLE

Lot 13: GRAND PLAT EN FAÎENCE LUSTRÉE HISPANO-MAURESQUE, VALENCE, 15EME SIÈCLE

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: GRAND PLAT EN FAÎENCE LUSTRÉE HISPANO-MAURESQUE, VALENCE, 15EME SIÈCLE Plateau à rebord éversé horizontal, décoré en lustre métallique brun clair sur glaçure opaque blanche d'un écusson orné d'un lion agrémenté d'un motif à caractères gothiques, se détachant sur un fond tapissé de bandes obliques, les unes ornées de croisillons, les autres de " fourches " ou " éperons " imbriqués. Les parois verticales du plat sont ornées d'une succession de losanges aux fleurettes quadrilobées. Le rebord est orné, comme la surface intérieure du plat, de " fourches " et de croisillons. A la rigueur géométrique de l'intérieur, d'une grande sobriété, s'oppose l'exubérance du décor extérieur : une biche se déploie sur un fond tapissé de motifs végétaux. Des rinceaux d'épis parcourent les parois et des tiges spiralées couvrent l'extérieur du rebord. Fractures, bouchages et petites restaurations sur le rebord. Diamètre : 44,5 cm. (17 3/4 in.) A LARGE HISPANO-MORESQUE LUSTRE-PAINTED CERAMIC PLATE, MANISES, 15TH CENTURY Le décor au blason sur fond de bandes géométriques obliques peut être comparé à celui d'un plat du Musée du Louvre (OA6925). Le décor animalier du revers s'apparente à celui d'un plat du Musée de Sèvres (0A15475). Bibliographie : Le calife, le prince et le potier, Catalogue d'exposition, Musée des Beaux-Arts, Lyon, 2002 : nos.98 et 100.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
MINIATURE D'UN ÉVANGILE ARMÉNIEN, 17EME SIÈCLE

Lot 14: MINIATURE D'UN ÉVANGILE ARMÉNIEN, 17EME SIÈCLE

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: MINIATURE D'UN ÉVANGILE ARMÉNIEN, 17EME SIÈCLE Miniature représentant sur fond d'or Adam et Eve. Texte en petits caractères (" bolorgir ") au-dessus de la miniature. 16,5 x 11,5 cm. (6 1/2 x 4 1/2 in.) AN ARMENIAN MINIATURE FROM A GOSPEL BOOK, 17TH CENTURY Provenance : Ancienne collection Vignier. Vente Hôtel Drouot, Paris, 21 Mai 1980.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
MINIATURE D'UN ÉVANGILE ARMÉNIEN, 17EME SIÈCLE

Lot 15: MINIATURE D'UN ÉVANGILE ARMÉNIEN, 17EME SIÈCLE

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: MINIATURE D'UN ÉVANGILE ARMÉNIEN, 17EME SIÈCLE Miniature illustrant le Baiser de Judas. Texte en petits caractères ("bolorgir ")au-dessus de la miniature. 16,5 x 11,5 cm. (6 1/2 x 4 1/2 in.) AN ARMENIAN MINIATURE FROM A GOSPEL BOOK, 17TH CENTURY Provenance : Ancienne collection Vignier. Vente Hôtel Drouot, Paris, 21 Mai 1980.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
MINIATURE D'UN ÉVANGILE ARMÉNIEN, 17EME SIÈCLE  LE CHRIST ET LES ARCHANGES

Lot 16: MINIATURE D'UN ÉVANGILE ARMÉNIEN, 17EME SIÈCLE LE CHRIST ET LES ARCHANGES

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: MINIATURE D'UN ÉVANGILE ARMÉNIEN, 17EME SIÈCLE LE CHRIST ET LES ARCHANGES Miniature illustrant la Parabole des Dix Vierges. Texte en petits caractères (" bolorgir ") au-dessus de la miniature. 16,5 x 11,5 cm. (6 1/2 x 4 1/2 in.) AN ARMENIAN MINIATURE FROM A GOSPEL BOOK, 17TH CENTURY Provenance : Ancienne collection Vignier. Vente Hôtel Drouot, Paris, 21 Mai 1980.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
TETE DE VIERGE COURONNEE, FRANCE, XVIEME-XVIIEME SIECLE

Lot 17: TETE DE VIERGE COURONNEE, FRANCE, XVIEME-XVIIEME SIECLE

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: TETE DE VIERGE COURONNEE, FRANCE, XVIEME-XVIIEME SIECLE En pierre calcaire sculptée ; usures et manques à la couronne Hauteur : 24 cm. (9 1/2 in.) A FRENCH STONE HEAD REPRESENTING A CROWNED VIRGIN, 16TH-17TH CENTURY

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
TETE DE CLERC TONSURE, TRAVAIL INDO-PORTUGAIS, XVIIEME SIECLE PROVENANT PROBABLEMENT D'UNE EFFIGIE DE SAINT FRANCOIS D'ASSISE

Lot 18: TETE DE CLERC TONSURE, TRAVAIL INDO-PORTUGAIS, XVIIEME SIECLE PROVENANT PROBABLEMENT D'UNE EFFIGIE DE SAINT FRANCOIS D'ASSISE

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: TETE DE CLERC TONSURE, TRAVAIL INDO-PORTUGAIS, XVIIEME SIECLE PROVENANT PROBABLEMENT D'UNE EFFIGIE DE SAINT FRANCOIS D'ASSISE En ivoire sculpté en ronde-bosse ; belle patine brune Hauteur : 12 cm. (4 3/4 in.) AN INDO-PORTUGUESE IVORY HEAD REPRESENTING A MONK, 17TH CENTURY

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
STATUETTE, DANS UN STYLE GOTHIQUE TARDIF

Lot 19: STATUETTE, DANS UN STYLE GOTHIQUE TARDIF

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: STATUETTE, DANS UN STYLE GOTHIQUE TARDIF En ivoire sculpté en ronde-bosse, représentant peut-être l'ange d'une Annonciation ; accident et restauration à une main Hauteur : 14 cm. (5 1/2 in.) A LATE GOTHIC STYLE IVORY STATUE

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
BOITE A EPICES, TRAVAIL ESPAGNOL OU PORTUGAIS, XVIEME SIECLE

Lot 20: BOITE A EPICES, TRAVAIL ESPAGNOL OU PORTUGAIS, XVIEME SIECLE

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: BOITE A EPICES, TRAVAIL ESPAGNOL OU PORTUGAIS, XVIEME SIECLE En bois finement sculpté, en forme de lion couché et sexué, la tête amovible, d'inspiration hispano-mauresque ; la queue manque, restaurations aux pattes arrière Hauteur : 6 cm. (2 1/4 in.) A CARVED WOOD SPICE BOX, SPANISH OR PORTUGUESE, 16TH CENTURY

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
JESUS ET LA VIERGE MARIE, ITALIE OU ESPAGNE, XVIEME SIECLE

Lot 21: JESUS ET LA VIERGE MARIE, ITALIE OU ESPAGNE, XVIEME SIECLE

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: JESUS ET LA VIERGE MARIE, ITALIE OU ESPAGNE, XVIEME SIECLE Plaquette en verre finement églomisé, représentation trinitaire aux nimbes radiés et étoilées, en buste, du Christ face à la Vierge couronnée, surmontés du Saint-Esprit. Au dessous, légende : IESUS.MARIA, dans un encadrement de rinceaux. Dans un cadre moderne en bois partiellement doré. Hauteur : 9,5 cm. (3 3/4 in.), Largeur : 7 cm. (2 3/4 in.) AN EGLOMISED GLASS PLAQUE REPRESENTING JESUS AND THE VIRGIN, ITALY OR SPAIN, 16TH CENTURY

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
MEDAILLON PENDENTIF, ESPAGNE OU ITALIE, XVIEME-XVIIEME SIECLE

Lot 22: MEDAILLON PENDENTIF, ESPAGNE OU ITALIE, XVIEME-XVIIEME SIECLE

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: MEDAILLON PENDENTIF, ESPAGNE OU ITALIE, XVIEME-XVIIEME SIECLE En métal argenté et verre églomisé d'or et d'argent à décor d'un saint évêque crossé et mitré tenant trois boules sur une face et d'un Christ tenant le globe, sur l'autre ; usures Hauteur : 5 cm. (2 in.) A SILVER-PLATED AND EGLOMISED GLASS PENDANT, SPAIN OR ITALY, 16TH-17TH CENTURY

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
MEDAILLON PENDENTIF DE FORME OVALE, ITALIE OU ESPAGNE, XVIEME-XVIIEME SIECLE

Lot 23: MEDAILLON PENDENTIF DE FORME OVALE, ITALIE OU ESPAGNE, XVIEME-XVIIEME SIECLE

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: MEDAILLON PENDENTIF DE FORME OVALE, ITALIE OU ESPAGNE, XVIEME-XVIIEME SIECLE En verre gravé à la meule de saint Georges en armure terrassant le dragon ; monture d'argent niellé à décor d'écailles et appliques dorées. Hauteur : 6,5 cm. (2 1/2 in.) A GLASS OVAL PENDANT, ITALY OR SPAIN, 16TH-17TH CENTURY

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
PENDENTIF, FRANCE OU ESPAGNE, XVIEME-XVIIEME SIECLE

Lot 24: PENDENTIF, FRANCE OU ESPAGNE, XVIEME-XVIIEME SIECLE

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: PENDENTIF, FRANCE OU ESPAGNE, XVIEME-XVIIEME SIECLE En argent doré à l'effigie du Christ en croix entre la Vierge et saint Jean Hauteur : 8 cm. (3 in.) A GILDED SILVER PENDANT, FRANCE OR SPAIN, 16TH-17TH CENTURY

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
PENDENTIF EN FORME DE GOURDE, ESPAGNE, XVIIEME SIECLE

Lot 25: PENDENTIF EN FORME DE GOURDE, ESPAGNE, XVIIEME SIECLE

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: PENDENTIF EN FORME DE GOURDE, ESPAGNE, XVIIEME SIECLE En verre à décor églomisé, d'un côté de la naissance du Christ et de l'autre d'une Piéta ; fine monture en argent et en or, restes d'émail sur les anses, fracture au col. Hauteur : 5 cm. (2 in.) A SPANISH EGLOMISED GLASS PENDANT, 17TH CENTURY

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
PENDENTIF RELIQUAIRE EN FORME DE LIVRE OUVRANT, ITALIE, DEBUT DU XVIIEME SIECLE

Lot 26: PENDENTIF RELIQUAIRE EN FORME DE LIVRE OUVRANT, ITALIE, DEBUT DU XVIIEME SIECLE

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: PENDENTIF RELIQUAIRE EN FORME DE LIVRE OUVRANT, ITALIE, DEBUT DU XVIIEME SIECLE En métal doré et verre églomisé, orné de plaquettes de verre églomisé, à décors d'un buste de saint et du chiffre IHS. Hauteur : 3 cm. (1 1/4 in.), Largeur : 2,8 cm. (1 in.) AN ITALIAN EGLOMISED GLASS AND GILDED SILVER RELIQUARY PENDANT, EARLY 17TH CENTURY

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
PENDENTIF RELIQUAIRE EN FORME DE LIVRE OUVRANT, ESPAGNE, DEBUT DU XVIIEME SIECLE

Lot 27: PENDENTIF RELIQUAIRE EN FORME DE LIVRE OUVRANT, ESPAGNE, DEBUT DU XVIIEME SIECLE

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: PENDENTIF RELIQUAIRE EN FORME DE LIVRE OUVRANT, ESPAGNE, DEBUT DU XVIIEME SIECLE En métal doré et gravé au dos, orné de plaquettes de verre églomisé, décors à l'extérieur de Moïse recevant les tables de la Loi et du Sacrifice d'Abraham, et à l'intérieur d'un gentilhomme et d'une dame. Hauteur : 3 cm. (1 1/4 in.), Largeur : 2,8 cm. (1 in.) A SPANISH GILDED SILVER RELIQUARY PENDANT, EARLY 17TH CENTURY

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
COFFRET DE PIETE, SUISSE OU ALLEMAGNE, XVIIEME SIECLE

Lot 28: COFFRET DE PIETE, SUISSE OU ALLEMAGNE, XVIIEME SIECLE

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: COFFRET DE PIETE, SUISSE OU ALLEMAGNE, XVIIEME SIECLE En verre églomisé à monture de cuivre étamé. Le couvercle, bombé, porte une scène de Crucifixion dans un cartouche ovale à " cuirs enroulés ", encadrée de plaquettes à décor floral, scènes religieuses, décollation de saint Paul et sainte martyre sur les montants ; accidents Hauteur : 7,5 cm. (3 in.), Longueur : 12 cm. (4 3/4 in.) AN EGLOMISED GLASS AND COPPER BOX , SWITZERLAND OR GERMANY, 17TH CENTURY

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
DANS LE GOUT DE L'ECOLE SIENNOISE DU XVème SIECLE  SCENE DE BANQUET DANS UN INTERIEUR Huile sur panneau

Lot 29: DANS LE GOUT DE L'ECOLE SIENNOISE DU XVème SIECLE SCENE DE BANQUET DANS UN INTERIEUR Huile sur panneau

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: DANS LE GOUT DE L'ECOLE SIENNOISE DU XVème SIECLE SCENE DE BANQUET DANS UN INTERIEUR Huile sur panneau IN THE STYLE OF THE FIFTEENTH CENTURY SCHOOL OF SIENA; "SCENE DE BANQUET DANS UN INTERIEUR"; OIL ON PANEL h: 43 w: 72 cm

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
SAINT JEAN, CATALOGNE (CERDAGNE), XIII-XIVEME SIECLE

Lot 30: SAINT JEAN, CATALOGNE (CERDAGNE), XIII-XIVEME SIECLE

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: SAINT JEAN, CATALOGNE (CERDAGNE), XIII-XIVEME SIECLE Statue en bois de peuplier sculpté et polychromé représentant l'évangéliste assis sur un siège en sorte de trône, vêtu d'une longue tunique (traces de polychromie bleue) à large ceinture, et d'un manteau rouge couvrant presque totalement les plis en lanières de la tunique au niveau des pieds. Il tient sur son avant-bras gauche un livre, probablement un évangéliaire d'église pyrénéenne, orné d'une fleur à sept pétales peinte sur le premier plat dans un filet d'encadrement ; manque la jambe droite, anciennement restaurée, travail de vers et reprises à la polychromie Hauteur : 50 cm. (19 3/4 in.) A CATALONIAN CARVED WOOD STATUE REPRESENTING SAINT JOHN, 13TH-14TH CENTURY Le Saint-Jean de la collection Wolf, comme la Vierge de Ger (Cerdagne), au MNAC à Barcelone, se présente frontalement selon les stricts canons de la sculpture romane. Cette influence se retrouve encore aux yeux globuleux, aux doigts rigidement parallèles et aux plis en lanières. Mais la légère inclinaison de la tête et la finesse du trait qui adoucissent le regard attentif de l'évangéliste amènent à proposer pour cette sculpture plus modeste une datation sans doute plus tardive de plusieurs décennies. Bibliographie : Marcel Durliat, L'art roman en Espagne, Paris, 1962, p. 62, n° 89 El Romanico y el Mediterraneo, Exposition : Museu Nacional d'Art de Catalunya, 2008, Cat. 110, p. 420, 421.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
VIERGE A L'ENFANT, FRANCE, LORRAINE, PREMIERE MOITIE DU XIVEME SIECLE

Lot 31: VIERGE A L'ENFANT, FRANCE, LORRAINE, PREMIERE MOITIE DU XIVEME SIECLE

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: VIERGE A L'ENFANT, FRANCE, LORRAINE, PREMIERE MOITIE DU XIVEME SIECLE Statuette de dévotion en marbre blanc sculpté en ronde-bosse. La Vierge couronnée au souriant visage juvénile est debout, vêtue d'une tunique et d'un manteau à fermail losangé, qui s'élargit en tablier et dégage la ceinture, symbole de virginité. Elle tient sur son bras gauche l'Enfant joufflu aux courtes mèches frisées, présentant un petit livre ouvert, probablement le bréviaire. ; manquent la dextre de la Vierge et un fleuron de la couronne, les têtes sont recollées Hauteur : 35,5 cm. (13 3/4 in.) A FRENCH WHITE MARBLE STATUE REPRESENTING THE VIRGIN AND CHILD, EAST OF FRANCE, FIRST HALF OF 14TH CENTURY Le caractère précieux du marbre convient à cette petite Madone, témoignage du culte de la Vierge dans le cadre d'une intime piété, tout en évoquant les ivoiriers parisiens de la même époque. Cette sculpture fait partie du groupe dit des Madones de Lorraine " synthèse de l'élégance française et de la sobre religiosité des statuaires lorrains ", bientôt répandu au début du XIVème siècle en Allemagne occidentale jusqu'à Cologne, décrit par W.F. Forsyth en 1936. Attribution confirmée à Berlin pour les deux statues citées en référence et datées vers 1300. On remarquera enfin à la robe de l'Enfant et au bas du manteau de la Vierge la présence de plis tuyautés à senestre, avec un bel effet de floraison familière. Bibliographie en référence : Les fastes du Gothique le siècle de Charles V, Paris, 1981, p. 64 à 67. Cat. 4, 5, 6, 8, 36. Sculpture Collection in the Bode Museum, Berlin, 2008, n° 124 et 125 (Hartmut Krohm).

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
GEMELLION ARMORIE, DANS LE STYLE DE LIMOGES DU XIIIEME SIECLE

Lot 32: GEMELLION ARMORIE, DANS LE STYLE DE LIMOGES DU XIIIEME SIECLE

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: GEMELLION ARMORIE, DANS LE STYLE DE LIMOGES DU XIIIEME SIECLE En cuivre champlevé, gravé, émaillé et doré, muni d'une goulotte en mufle de lion ; décor composé d'un médaillon central portant un cavalier au pas, entouré par six arcs outrepassés alternant avec un château ornés de trois scènes d'amour courtois, deux d'un lion attaquant un chameau et une gazelle, un à deux personnages, un archer et un soldat armé d'une épée Diamètre : 23 cm. (9 in.) Probablement fait au XIXème siècle pour servir de pendant au n°34. AN ARMORIAL COPPER ENGRAVED AND GILDED CHAMPLEVE ENAMEL GEMELLION IN THE TASTE OF LIMOGES OF THE 13TH CENTURY

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
AQUAMANILE, ALLEMAGNE DU NORD, MILIEU DU XIVEME SIECLE DANS LA LIGNEE DE JOHANN APENGETER

Lot 33: AQUAMANILE, ALLEMAGNE DU NORD, MILIEU DU XIVEME SIECLE DANS LA LIGNEE DE JOHANN APENGETER

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: AQUAMANILE, ALLEMAGNE DU NORD, MILIEU DU XIVEME SIECLE DANS LA LIGNEE DE JOHANN APENGETER En bronze en forme de chien debout en position dynamique, tenant le déversoir entre les dents, décor gravé en pointillés sur l'anse, les oreilles et les pattes ; couvercle rapporté et cassé, pièce à la patte arrière droite et bouchage à l'emplacement d'un évent ou d'un robinet éventuel. Patine fonçée, la queue a pu faire l'objet d'une restauration ou d'une restitution. Hauteur : 22 cm. (8 3/4 in.), Longueur : 23 cm. (9 in.) A NORTHERN-GERMAN BRONZE AQUAMANILE REPRESENTING A DOG, MID-14TH CENTURY Bibliographie en référence : Otto von Falke et Erich Meyer, Romanische Leuchter und Gefässe, Giessgefässe der Gotik, Berlin 1935. N° 567, 568, 569, 570 et 572 ; Fig. 522, 523, 524, 525. Provenance : Collection Frederic Spitzer (1815-1890) à Paris, n° 977, reproduit planche XXVIII du catalogue de la vente en 1893 où il est décrit ainsi : Coquemar. (XIII° siècle). Il affecte la forme d'un chien debout. L'anse a la forme d'un lézard. Hauteur : Om, 22.- Longueur : Om, 23. Le mot coquemar, encore utilisé en 1904, vente Bourgeois à Cologne, et remplacé par aquamanile en 1909, vente A. Hommel à Zurich. Cet aquamanile a été répertorié par Falke et Meyer dans leur Catalogue de 1935 p. 117 sous le n° 568, en citant le catalogue Spitzer ; ils l'ont rapproché planche 211 d'un petit groupe daté du XIVème siècle par Meyer, comprenant le n° 567 fig. 522 (Tieraquamanil, Düsseldorf) pour la position du corps, du n° 569 fig. 523 (Tieraquamanil, Rome) pour la forme des oreilles ; les deux derniers sur la planche sont les n° 570 fig. 524 (Hundeaquamanil, Münster, Diözesanmuseum. Norddeutsch 14. Jahrh.) et n° 572 fig. 525 (Hundeaquamanil, Berlin, Schloßmuseum Inv. Nr.88, 321 ; Norddeutsch 2. Hälfte 14. Jhr.). D'après Meyer (p. 86 et 87) c'est l'arrivée en Allemagne du Nord de Johann Apengeter au début du XIVème siècle qui aura rajeuni le métier de fondeur de figures mythiques en bronze, en introduisant dans le bestiaire fantastique de l'époque une part nouvelle de réalisme animalier, en particulier par une libre gravure en pointillé. n° 567 fig. 522 (Düsseldorf, Städtisches Kunstmuseum Norddeutsch 14. Jahr.) n° 569 fig. 523 (Rome, Museo Artistico Industriale. Norddeutsch 14. Jhr)

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
GEMELLION ARMORIE, LIMOGES, DEUXIEME MOITIE DU XIIIEME SIECLE

Lot 34: GEMELLION ARMORIE, LIMOGES, DEUXIEME MOITIE DU XIIIEME SIECLE

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: GEMELLION ARMORIE, LIMOGES, DEUXIEME MOITIE DU XIIIEME SIECLE En cuivre embouti, champlevé, gravé, émaillé et doré. Palette : bleu outremer, bleu lavande, rouge, vert. Le décor tournant, remarquablement conservé, est tout consacré à la figure du Tournoi pratiqué à armes réelles. Il est composé ici d'un chevalier à l'écu burelé d'argent et de gueules, galopant l'épée haute sur un pont à sept arches, dans un médaillon central, entouré de quatre lobes échancrés où sont inscrits quatre autres chevaliers, le heaume sur la tête et l'écu au cou, chevauchant des destriers caparaçonnés à leurs armes, armés d'une lance et affrontés deux par deux, alternant avec quatre écoinçons portant leurs écus armoriés. Au revers, grand écu coticé d'or et de gueules finement gravé dans une rosace à seize pétales Diamètre : 22 cm. (8 3/4 in.) AN ARMORIALCOPPER ENGRAVED AND GILDED CHAMPLEVE ENAMEL GEMELLION, LIMOGES, SECOND HALF OF THE 13TH CENTURY Les armoiries portées sur les émaux champlevés (chandeliers, cassettes, gémellions), sont souvent considérées comme de simples motifs décoratifs, mais on peut aussi les décrire en termes héraldiques en rapprochant les quatre armoiries du gémellion de la collection Wolf de certaines de celles décrites par Marquet de Vasselot avec ses propres termes, soit au Nord, losangé d'or et de sinople qui est (d'Angoulême ?) ; à l'Est, burelé d'argent et de gueules, en chef une sorte de lambel de sinople à trois pendants triangulaires fendus par le milieu ; au Sud, burelé d'argent et d'azur qui est (de Lusignan) ; et à l'Ouest coticé d'or et de gueules de douze pièces qui est (de Turenne), armes qu'on retrouve gravées au revers de ce gémellion, comme marque de propriété ou de provenance. Bibliographie en référence : J.J. Marquet de Vasselot, Les gémellions limousins du XIIIe siècle, Paris 1952, n°26, 68, 98. M.M. Gauthier, Emaux du moyen âge occidental, Paris 1972, pp. 118, 375, cat. 137. L'Œuvre de Limoges. Emaux limousins du Moyen-Age, Paris, R.M.N., 1996, cat. 126,127.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
AQUAMANILE, ALLEMAGNE DU NORD OU DANEMARK, XIIIEME SIECLE

Lot 35: AQUAMANILE, ALLEMAGNE DU NORD OU DANEMARK, XIIIEME SIECLE

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: AQUAMANILE, ALLEMAGNE DU NORD OU DANEMARK, XIIIEME SIECLE En bronze, en forme de lion debout, à large crinière et mèches bouclées, " modelée et gravée ". Les orbites sont creuses. L'anse, d'influence ornementale scandinave en forme de dragon ailé, rejoint en trois volutes ajourées le bas de la colonne vertébrale, près de la queue, repliée autour de la patte arrière gauche ; le couvercle manque, trois accidents (enfoncements à l'arrière-train et à la patte arrière droite, anciennement restaurés, dépôts métalliques dans les orbites) ; sur le poitrail, rebouchage à l'emplacement du robinet. Hauteur : 21,5 cm. (22 1/2 in.), Longueur : 21 cm. (22 1/4 in.) A BRONZE AQUAMANILE REPRESENTING A LION, NORTHERN-GERMAN OR DANISH, 13TH CENTURY Bibliographie en référence : Otto von Falke et Erich Meyer, Romanische Leuchter und Gefässe, Giessgefässe der Gotik, Berlin 1935. N° 351 et 352 page 109 du Catalogue (Romanische giesslöven) et Fig. 327 et 328 de la planche 144. On retrouve sur le n° 351 le type de crinière léonine à mèches bouclées, apparu au XIIème siècle sur les chandeliers figuratifs romans dits de Samson (Simsonleuchter), et qui sera repris sur les aquamaniles pendant au moins trois siècles. L'expression " crinière modelée et gravée " provient du catalogue en français de la vente Bourgeois, auquel Otto von Falke, alors directeur du Musée d'Art industriel, a collaboré en 1904 à Cologne chez Lempertz. Falke et Meyer ont rapproché en 1935, dans leur ouvrage de référence p.144, deux aquamaniles attribués à l'Allemagne du Nord ou au Danemark, au début du XIIIème siècle, l'un au musée national de Copenhague (n° 351), l'autre à Münich au musée national (n° 352), qui présente aussi des orbites creuses, et notent au catalogue : Aux yeux, des inserts en verre ou en almandin. Les restes de fixation décelés dans les orbites de l'aquamanile-lion de la collection Wolf renseignent ces inserts disparus. Et Erich Meyer confirme p. 58 (traduction) : Dans les yeux il y a des perles de verre rouges…Les pattes sont minces et pitoyables comme dans celui de Copenhague. Le processus de dégradation très importante nécessite un certain temps. Nous devons donc placer ces deux pièces au début du XIIIème siècle Nr. 351. Abb. 327. Gießlöwe, Kopenhagen, Nationalmuseum Norddeutsch oder Dänisch. Anfang 13. Jahrh. Nr. 352. Abb. 328. Gießlöwe, München, Nationalmuseum. - Norddeutsch. Anfang 13 Jahrh.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
[BIBLIA SACRA LATINA]  Bible manuscrite sur parchemin

Lot 36: [BIBLIA SACRA LATINA] Bible manuscrite sur parchemin

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: [BIBLIA SACRA LATINA] Bible manuscrite sur parchemin Paris, 1260-1270. 2 volumes in-folio (412 x 300 mm) de 277 ff. pour le tome I, et 325 ff. pour le tome II ; texte sur 42 lignes et 2 colonnes, justification 273 x 186 mm, écriture textura à l'encre noire ; les verso des ff. 277 (vol. I) et 325 (vol. II) sont blancs ; veau brun, dos à nerfs ornés de fleurons et fers d'angle, pièces de titre et de tomaison de maroquin olive, gardes de papier blanc (XVIIIe siècle), contreplats de papier bleu, roulette intérieure, filets sur les coupes, tranches dorées (reliure du XVIIIe siècle ; le relieur a interverti la tomaison au dos des volumes). TRES BELLE BIBLE PARISIENNE ENLUMINEE DU XIIIe SIECLE. Composition du texte Vol. I : f. 1 Prologue de s. Jérôme ; f. 5 Genèse ; f. 30 Exode ; f. 50 Lévitique ; f. 63v Nombres ; f. 82 Deutéronome ; f. 100 Josué ; f. 113 Judith ; f. 125v Ruth ; f. 127v Roi I-IV ; f. 190v Paralipomémon I-II ; f. 224v Es Oratio Manasses ; f. 225 Esdre ; f. 230 Néhémie ; f. 237v Esdre II ; f.. 245v Tobie ; f. 250v Judith ; f. 257v Hester ; f. 264v Job. - Vol II : f. 1 Paraboles de Salomon ; f. 12v Ecclésiaste ; 16v Cantiques ; f. 18v Sagesse ; f. 26v Ecclesiasticus ou Sirach ; f. 47v Isaïe ; f. 73 Jérémie ; f. 105v Baruch ; f. 109 Ezechiel ; f. 135 Daniel ; f. 146v Petits prophètes : Osée, Joël, Amos, Jonas, Michée, Naum, Habakuch, Sophonias, Aggeus, Zachariah, Malachie ; f. 171 Maccabées I-II ; f. 200 Nouveau testament, prologue ; f. 200v Matthieu ; f. 218v Marc ; f. 229v Luc ; f. 247v Jean ; ff. 260-294 Epîtres : Romains, Corinthiens I-II, Ephésiens, Galates, Philippins, Colossiens, Thessaloniciens I-II, Timothée I-II, Tite, Philémon, Hébreux ; f. 294v Actes des apôtres ; f. 310v-317v Epîtres canoniques : Jacques, Pierre I-II, Jean I-II, Jude ; f. 317v-325 Apocalypse. Décoration du manuscrit L'ornementation se compose d'une initiale ornée montrant saint Jérôme à son pupitre vêtu comme un moine (f. 1), de scènes de la Création avec Dieu en majesté et crucifixion (ff.5-6), et de jolies lettres puzzles à l'encre rouge et bleue en tête des prologues et des textes. Les miniatures peuvent être attribuées à l'atelier de Johannes Grush. L'élément de comparaison le plus proche se trouve être la Bible de Paris, BnF. ms. Latin 15467 provenant de la Sorbonne, avec un colophon daté de 1270 "Finis, finis, finis. Anno Domini M CC L X decimi scriptura est liber iste" (R. Branner, Manuscript painting in Paris during the Reign of Saint Louis, Berkeley, Los Angeles, Londres, 1977, p. 223 et fig. 217). L'atelier, qui doit son nom au chanoine copiste d'une Bible en 1267 (Sarnem 16), apparaît à la fin des années 1230. L'œuvre la plus ancienne connue est un Missel destiné à la Cathédrale de Rouen, le Rouen Y-50 (277), réalisé entre 1235-1245. Les œuvres les plus récentes sont la Bible Grusch et la Bible de la Sorbonne. Branner a regroupé 35 manuscrits de style varié (dont 17 Bibles) produits dans cet atelier actif pendant trois décennies, et dénombré 10 ou 12 artistes ayant travaillé dans le style de ce manuscrit (Branner, op. cit., p. 86). Le peintre de la Bible de la Sorbonne appartient au groupe dénommé "style modernisé", défini à partir du lat. 11544. Ce groupe introduit de nouveaux ornements et modifie l'aspect des figures ; les plis sont plus irrationnels. Cette manière se retrouve dans la Bible Grusch, la Bible de la Sorbonne, le lat. 15477 (fig. 218) et le lat. 211 (fig. 234). On relève le format inhabituel de cette bible monastique, qui s'oppose aux Bibles universitaires de petit format (pour les Bibles monastiques voir Fr. Avril & P. Danz Strinemann, Manuscrits enluminés d'origine insulaire VIIe-XXe siècles, Paris, BnF., 1987, cat. 102, 117 bis, 119, 120, 121, 127 et 128). Quelques taches ou traces de poussière, marges supérieures un peu courtes avec atteinte à plusieurs titres courants, important manque de parchemin sans lacune textuelle au dernier feuillet du tome I ; reliure frottée, coins émoussés, tache noire au bas du dos du tome I. Provenance - Ex-libris arraché à la fin du premier volume. - Ex-libris manuscrit en tête de chaque volume : "Chois nyn calixi heraldus". - Une note manuscrite atteste que ce volume se trouvait au Portugal à une date inconnue. EXCEPTIONAL PARISIAN 13TH CENTURY ILLUMINATED BIBLE.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
[MISSEL]  Missel à l'usage de Paris

Lot 37: [MISSEL] Missel à l'usage de Paris

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: [MISSEL] Missel à l'usage de Paris Manuscrit sur parchemin. Paris, vers 1400. In-folio (340 x 235 mm) de 1 f. blanc, 6 ff.n.ch. (Calendrier) et 392 ff. num. en chiffres romains ; justification 220 x 161 mm (Calendrier) et 218 x 152 mm (texte), 27 lignes sur deux colonnes, écriture textura à l'encre brune et rouge ; 143v et 144 sont blancs, réclames au verso des ff. 24, 32, 40, 48, 56, 64, 72, 80, 88, 96, 104, 112, 120, 128, 136, 158, 166, 174, 182, 190, 198, 206, 214, 222, 230, 238, 256, 264, 282, 290, 298, 306, 314, 338, 370 et 374 ; basane brune, dos muet à nerfs (reliure du début du XIXe siècle). BEAU MISSEL DU DEBUT DU XVe SIECLE SUR PARCHEMIN, TRES FINEMENT ORNE. Composition du texte Ff. [1-6], Calendrier : 4 XII Susceptio reliquiarum. Duplum. - F. 1 : Incipit dominicale per totum annum. Et primo domi. In adventus Dominicale. - F. 87v : Dominica in Passione. - F. 97 : Dominica in ramis : procession de Notre-Dame jusqu'à l'église Sainte-Geneviève du Mont. - F. 99v : Passio Domini nostri Iehsu Christi. - F. 117 : Feria quinta in Cena Domini. -F. 120 : Dicitur more ecclesie parisiensis. - F. 130 : Litanies du samedi saint. - F. 141 : Préfaces. - F. 145 : Canon. - F. 156 : In Resurrectione domine officium. - F. 161 : Dominica in octava Pasche omnia fuit sicut in die Pasche omnia fuit sicut in die Pasche more parisiensis ecclesie in missa et in horis. - F. 181v : In Die Penthecostes. - F. 192 : In die sancte Trinitatis. - F. 193 : In solennitate eucharistie. - F. 212v : Post oct. Penthecoste feria sexta. - F. 247v : In dedicacione ecclesie. - Ff. 250-345v, Incipit proprium sanctorum : 1 XII s. Eloi, 4 XII De susceptione reliquiarum, 8 XII De Beate Marie, 17 I s. Sulpici (f. 267v) , 27 I s. Iulieni epi et confessoris, 1 II In vigilia purificacionis Beate Marie, 3 II sancti Blasii epi. et mris, 22 IV Invencio corporum s. Dionisii, 9 V In Translatione sancti Nicolai, 10 VI s. Lauderici parisiensis epi., 14 VI s. Basilio, 16 VI s. Cirici et Iulita, 21 VI s. Leufredi abb. , 4 VII In translatione s. Martini, 26 VII In translatione sci Marcelli epi., 9 VIII In vig. s. Laurenti, 23 VIII In vigilia beati Batholomei, 25 VIII s. Bernardi abbis, 1 IX de s. Lupo, 8 X In vig. s. Dionisi (f. 334), 1 XI In die omnium sanctorum, 10 XI de s. Martino epi. et conf., 25 XI sancte Katherine, 26 XI se Genovesa de Miraculo. - Ff. 346-392v, Commun des saints : In vigilia unium apostoli officium, De sancta Virginibus, De sancta Trinitate, De sancta Maria officium, De omnibus sanctis oracio, Pro prelatis, Contra temptationem carnis, Pro congregacione ecce, Incipit recommendacio anime, Pro mortuis officium, In anniversario, Incipit ordo ad benedicendum sponsum et sponsam. Décoration du manuscrit L'enluminure se compose de 17 grandes initiales polychromes vignetées et dorées accompagnées de bordures végétales à feuillettes dorées sur les quatre côtés (ff. 1, 16, 20, 145, 151, 172, 181v, 191v, 250, 270, 279v, 288, 310v, 312v, 330v, 340v, 346), et de très nombreuses lettrines champies de différentes tailles peintes à l'or sur fond bleu et rose, avec rehauts à la gouache blanche et prolongements de rinceaux à feuillettes dorées. Provenance Note manuscrite à l'encre noire au recto du premier feuillet blanc, sur 12 lignes : "Missale hoc est Johanis Nicolas..." (XVe siècle). BEAUTIFUL PARISIAN 15TH CENTURY MISSAL ON PARCHMENT, FINELY ILLUSTRATED.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
[HEURES]  Livre d'heures à l'usage de Rome

Lot 38: [HEURES] Livre d'heures à l'usage de Rome

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: [HEURES] Livre d'heures à l'usage de Rome Manuscrit sur parchemin. Bruges, 1430-1440. Petit in-12 (90 x 70 mm) de 2 ff. blancs, 162 ff., 2 ff. blancs ; justification : calendrier 50 x 37 mm, texte 50 x 34 mm. ; 17 longues lignes et 14 longues lignes, écriture textura à l'encre brune ; les ff. 13, 17v, 18, 31, 52v, 53, 65v, 66, 71v, 72, 76v, 77, 81, 85v, 86, 93, 107v, 108, 127, 161v, 162, et 162v sont blancs ; maroquin brun, dos à nerfs orné de filets et fleurons dorés, filets dorés et à froid en encadrement sur les plats, fleurons d'angle ; le plat supérieur est orné d'un fer doré représentant une Crucifixion, le plat inférieur porte un Dieu en majesté, doublures et gardes de vélin (reliure française de la seconde moitié du XVIe siècle). CHARMANT MANUSCRIT REALISE DANS L'ATELIER BRUGEOIS DU MAITRE AUX RINCEAUX D'OR. Composition du texte Ff. 1-12v, calendrier : 6 II s. Amand évêque de Trèves, 23 II ste Walburge vierge de Liège, 17 V s. Brandan moine Irlandais honoré à Saint Malo, 4 VIII ste Walburge, 17 IX s. Lambert évêque de Trèves, 1 X ss. Rémi et Bavon évêque de Gand en rouge, 14 X s. Donatien archevêque de Bruges en rouge, 12 XI s. Livin patron de la ville de Gand, 15 XI s. Machuti évêque de saint Malo, 14 XII s. Richasi epi. en rouge (non identifié). - Ff. 14-17 : Heures de la Croix. - Ff. 19-30v : Messe de la Vierge. - Ff. 32-97v : Incipiunt hore beate Marie virginis secundum usum romane curie. - Ff. 98-107 : Officium beate Marie quod dicitur per totum adventum. - Ff. 109-126v : Psaumes de la pénitence suivis des litanies avec s. Bavon évêque de Gand et ste Ursule de Cologne. - Ff. 128-161 : Office des morts à l'usage de Rome. Décoration du manuscrit 12 miniatures peintes dans un cadre en forme de retable et attribuables à l'atelier dit du Maître aux Rinceaux d'or. Cet artiste doit son nom au décor de serments dorés dont il orne les fonds de ses miniatures. En réalité, ce nom n'est pas tout à fait adapté, car cet enlumineur n'est pas le seul à utiliser ces motifs, qui désigneraient plutôt un groupe d'enlumineurs actifs à Bruges entre 1420 et 1450. Il est également possible que cette manière se soit propagée dans d'autres ville des Flandres. Le style du Maître aux Rinceaux d'or se manifeste pour la première fois dans des manuscrits auxquels ont collaboré des artistes pré-eyckiens : un Missel de Gênes (New York, Pierpont Morgan Library M. 374), et un Livre de Prières avec textes bas-allemands (Pierpont Morgan M. 76) décoré en collaboration avec le Maître de Beaufort. Dans ce groupe, visages, attitudes et gestes sont souvent stéréotypés. On retrouve ici ces visages assez inexpressifs et blancs percés de pupilles noires, que côtoient d'autres physionomies plus naturalistes et modelées (saint Joseph dans la Nativité, grand prêtre dans la Présentation au Temple, ou encore Hérode dans le Massacre des Innocents). Certains paysages, très expressifs, dénotent un artiste de talent issu de l'école aux Rinceaux d'Or. L'ornementation comporte également, pour les textes principaux, des bordures avec de rinceaux à feuillettes dorées, de grandes initiales vignetées, des petites initiales champies sur deux lignes et des petites initiales filigranées sur une ligne. Détail des miniatures F. 13v : Crucifixion sur un fond rouge orné de rinceaux d'or. - F. 18v : Vierge à l'Enfant assise au sol (le visage a été retouché). - F. 31v : Annonciation dans un intérieur privé. On remarque le visage adorable de l'ange, dont la tête est complètement renversée. Il tient un phylactère pour saluer la Vierge et lui annoncer l'arrivée du Sauveur. Le visage rond de l'ange, avec ses cheveux tirés en arrière, rappelle celui des anges encadrant sainte Véronique dans un autre manuscrit du Maître aux Rinceaux d'or (R. S. Wieck, The Book of Hours in Medieval Art and Life, Londres, 1988, fig. 76 ; Walters 211, f. 82v). - F. 53 : Visitation. La Rencontre des saintes femmes se situe au milieu de rochers. Les visages sont très harmonieux. - F. 66v : Nativité. L'artiste n'a pas représenté la scène dans une crèche mais directement dans la nature (on retrouve les mêmes rochers que pour la Visitation). Détail remarquable, Joseph est assis dans un fauteuil alors que la Vierge et l'Enfant gisent sur un drapé à même le sol : on retrouve ce motif dans un autre livre d'heures du groupe du Maître aux Rinceaux d'or (Louvain, KUL Centrale Bibl. ms. 2 olim A 3 ; voir M. Smeyers, L'Art de la miniature flamande du VIIIe au XVIe siècle, Louvain, 1998, fig. 7, p. 236). - F. 72v : Annonce aux Bergers. Un berger et une bergère assise au sol, entourés d'un paysage montagneux. Dans le ciel, un ange leur annonce l'arrivée du Sauveur. - F. 77v : Adoration des mages. La scène, chargée, montre l'arrivée des rois mages ; derrière l'étable, l'enlumineur a peint une tenture rouge. - F. 81v : Présentation au Temple. Sur un fond de tenture rouge orné de rinceaux d'or, le grand prêtre accueille l'Enfant Jésus sur l'autel. - F. 86v : Le Massacre des Innocents. Hérode, épée à la main, donne l'ordre de tuer les enfants. On remarque les traits naturalistes d'Hérode. Le thème est habituel dans les livres d'heures flamands. - F. 93v : Fuite en Egypte. La scène se situe dans un beau paysage. Joseph, dont le visage est bien modelé, porte un regard attendri sur la Vierge à l'Enfant. - F. 108v : Christ du Jugement dernier. Deux anges bleus entourent le Christ en sonnant une trompette, sur fond de tenture dorée avec rinceaux d'or. On reconnaît au sol les cranes des damnés, motif caractéristique de l'atelier du Maître aux Rinceaux d'or ; voir par ex. Wieck, op. cit., fig. 64 ; Walters 246, f. 88v. ou encore Books of Hours : a medieval "bestseller", S. Hindman, Les Enluminures, Paris-Chicago, 2008, cat. 18. - F. 127v : Lecture dans le chœur d'une église autour du catafalque. Provenance Armes peintes en regard de la Crucifixion : "fascé d'argent et d'azur de six pièces avec 21 besants d'or sur les fasces". Elles désignent la famille vénitienne des Michiel ou Michieli, très connue dans le monde marchand entre Venise et Bruges. CHARMING MANUSCRIPT FROM THE STUDIO OF THE BRUGES WORKSHOP OF THE MASTER OF THE GOLD SCROLLS

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
[HEURES]  Livre d'heures à l'usage de Rouen

Lot 39: [HEURES] Livre d'heures à l'usage de Rouen

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: [HEURES] Livre d'heures à l'usage de Rouen Manuscrit sur parchemin. Rouen, vers 1440, 1470-1480, puis 1502. In-4 (210 x 145 mm) de 137 ff. et 1 f. blanc ; justification 98 x 70 mm pour le calendrier et 104 x 65 mm pour le texte, 16 longues lignes, écriture textura à l'encre noire ; réclames aux ff. 21v, 33v, 42v, 50v, 58v, 66v, 74v, 94v, 102v, 110v, 118v et 127v ; les ff. 1-2, 25, 36, 76v-78, 123 et 137v sont blancs ; reliure moderne recouverte de velours rouge, étui. MAGNIFIQUE LIVRE D'HEURES DECORE DE MINIATURES ATTRIBUEES AU MAITRE DE TALBOT, A ROBERT BOYVIN ET A UN ENLUMINEUR ROUENNAIS. Composition du texte Ff. 3-13v : Calendrier rouennais à l'encre noire et rouge 1 II s. Sever de Rouen, 10 II ste Austreberhe de Rouen, 5 V s. Ouen de Rouen, 16 VI s. Romain évêque de Rouen, 6 VIII s. Sauveur en rouge, 11 VIII s. Taurin évêque d'Evreux, 11 X s. Nigaise évêque de Rouen, 22 X s. Romain évêque de Rouen (en rouge), 29 XI s. Taurin. - Ff. 14-18 : Péricopes des 4 évangiles : de s. Luc, de s. Jean, de s. Mathieu, de s. Marc. - Ff. 18v-24v : Obsecro te suivi du O Intemerata rédigés au masculin. - Ff. 26-70 : Heures de la Vierge à l'usage de Rouen avec les suffrages de s. Nicolas et de se Catherine après laudes. - Ff. 70v-76 : Heures de la Croix et du Saint-Esprit. - Ff. 78v-95v : Psaumes de la pénitence suivis des litanies où on remarque les évêque rouennais s. Romain et s. Ouen. - Ff. 96-122v : Office des morts à l'usage de Rouen. - Ff. 124-129v : Les 15 joies de Notre-Dame : Douce Dame. - Ff. 130-133v : Les 7 requêtes à Notre Seigneur : Doulx Dieu. - Ff. 134-135v : Suffrage de s. Sébastien. - Ff. 136-137 : Suffrage de ste Barbe. Décoration du manuscrit 20 miniatures dues au Maître de Talbot (ff. 26, 37, 48v, 53v, 57, 60, 63, 66, 70v, 73v, 79, 96, 124 et 130), à Robert Boyvin (ff. 25v, 36v, 78v, 123v) - qui retouche également la femme en prière au f. 136 -, et à un enlumineur rouennais actif dans les années 1470-1480 (ff. 134-136). Chaque bordure est ornée de rinceaux filiformes à feuillette d'or. Les grandes initiales sont vignetées, les petites sont champies. Le Maître de Talbot doit son nom au commanditaire d'un Roman d'Alexandre, Lord John Talbot comte de Shrewsbury, qui offrit l'ouvrage à la reine Marguerite d'Anjou, fille du roi René, après son couronnement en 1444. Le manuscrit, daté de 1445, est conservé à la British Library sous la cote Royal 15 B. VI. Auparavant, Talbot avait commandé au même artiste trois livres d'heures pour lui et son épouse, Marguerite Beauchamp (Fitzwilliam Museum de Cambridge Ms. 40-1950, 41-1951, et Edimbourg Nat. Lib. Of Scotland, dépôt de la Blairs College Library). La formation du Maître de Talbot se déroule à Paris dans le sillage du Maître de Boucicaut. En 1436, suivant la politique de repli des troupes anglaises de Paris sur Rouen, l'enlumineur s'installe dans la ville normande. Á la différence du Maître de Fastolf, qui après le retour de Rouen dans le giron français s'installa en Angleterre, le Maître de Talbot poursuivit sa carrière en Normandie, où il travailla pour l'échevinage de la ville. Le coloris de cet artiste est chatoyant. On remarque, dans un style linéaire, des compositions chargées, des personnages habillés de draperies aux motifs étoilés comme ses ciels et des paysages stratifiés avec, souvent, des moulins et des personnages aux visages ronds (voir Fr. Avril, Les manuscrits à peintures en France 1440-1520, cat. expo. Paris, BnF., 1993-1994, p. 169-170). Robert Boyvin est connu depuis 1949, date à laquelle Françoise Lehoux identifia un manuscrit du cardinal Georges d'Amboise, des Epîtres de Sénèque (Paris, BnF. Ms. Lat. 8551) avec un article des comptes du château de Gaillon. Cette découverte fit connaître les noms de deux artistes rouennais : celui d'un enlumineur de bordures, Jean Serpin, et celui du miniaturiste Robet Boyvin ("Sur un manuscrit de l'école de Rouen décoré par Jean Serpin et Robert Boyvin pour le cardinal Georges Ier d'Amboise", Mélanges dédiés à la mémoire de Félix Grat, 1949, t. 2, pp. 323-329). Depuis, l'œuvre de cet artiste a pu être regroupé et analysé. Un ensemble de 56 manuscrits, dont un grand nombre de livre d'heures, lui ont été attribués. Sa formation dans le sillage du Maître de l'Echevinage de Rouen est attestée. Robert Boyvin est un bon praticien qui s'adapte facilement au goût de son temps. C'est le seul peintre rouennais choisi par le cardinal Georges d'Amboise pour travailler aux côtés d'artistes parisiens en vogue. Vers 1502, la rencontre avec l'enlumineur parisien Jean Pichore suscite un renouveau sensible dans l'évolution de certains de ses modèles, dont ce livre d'heures offre un nouveau témoignage (voir Isabelle Delaunay, "Le manuscrit enluminé à Rouen au temps du cardinal Georges d'Amboise : l'œuvre de Robert Boyvin et de Jean Serpin", Annales de Normandie, n° 3, sept. 1995, p. 211-244). Les deux miniatures des suffrages reviennent à un enlumineur rouennais dont la main se retrouve dans un livre d'heures à l'usage de Rouen (Sotheby's, 10 juillet 1967, lot 101). Le visage de sainte Barbe est tout à fait comparable à celui de la Vierge trônant dans le livre d'heures présenté par Sotheby's. Cet enlumineur participe également à la décoration d'un Quinte Curce réalisé entre 1468 et 1481 pour Louis, bâtard de Bourbon, et conservé à Vienne, Cod. 2566. (C'est la main A désignée par O. Pächt, Die illuminierten Handschriften und Inkunabeln der Österreichischen Nationalbibliothek, Französische Schule, I, Vienne, 1974, pp. 60-68, Abb. 110-122.) Dans ce manuscrit, l'enlumineur rouennais côtoie les artistes de l'atelier flamand du Maître de Marguerite de York : cette collaboration se reflète ici dans le traitement naturaliste de saint Sébastien et de ses bourreaux. Détail des miniatures F. 25v : La Réconciliation des vertus ou Procès du Paradis. La scène, à laquelle la Trinité assiste dans le ciel, est encadrée de pilastres sur lesquels on voit des prophètes. La composition s'inspire de celle de Jean Pichore dans un livre d'heures avec calendrier rouennais, et des bordures influencées par l'enlumineur rouennais Jean Serpin (Rome, Vat. Barberini Lat. 487, f. 23v). Jean Pichore dessine également le modèle pour les Heures de Gillet imprimées pour Germain Hardouyn vers 1510 (voir C. Zöhl, Jean Pichore Buchmalerei, Graphiker und Verleger im Paris um 1500, Turnhout, 2004, Abb. 66 et 140). - F. 26 : Annonciation. L'ange surprend la Vierge pendant sa prière : il est vêtu d'une tunique orange étoilée d'or. La scène se déroule dans une église, une tenture noire séparant la Vierge et l'ange du chœur. - F. 36v : Octave et la sibylle de Tybur. La Vierge et l'Enfant apparaissent dans le ciel. On aperçoit de belles constructions Renaissance. La scène est encadrée de colonnes. Là encore, Boyvin se réfère à des compositions de Jean Pichore imprimées à partir de 1504 (C. Zöhl, op.cit. , Abb. 68, 107, 124). - F. 37 : La Visitation. On reconnaît les paysages féériques du Maître de Talbot, avec ses collines extravagantes, ses arbustes stylisés, un ciel étoilé et un moulin sur le côté droit. - F. 48v : Nativité. L'Enfant gît au sol, sa splendeur rayonnant sur le tissu orange qui lui sert de lit. Joseph et Marie prient. - F. 53v : L'Annonce aux Bergers. On retrouve le ciel étoilé, les collines stratifiées et le moulin. Deux bergers occupent la scène ; l'un, trapu et coiffé d'un étrange chapeau, se tient sur le devant de la miniature ; le second est assis au sol. - F. 57 : Adoration des mages. Dans un espace étroit, les mages présentent leurs offrandes au Christ. La scène apparaît chargée par la richesse des motifs ornant les costumes étoilés des mages. - F. 60 : Présentation au Temple. Le prêtre accueille l'Enfant Jésus. Derrière la Vierge se tient une servante tenant une chandelle - allusion à la fête de la chandeleur (purification de la Vierge) - et ses offrandes : un panier de tourterelles. - F. 63 : Fuite en Egypte. A nouveau le ciel étoilé, les arbres, les collines et le moulin. - F. 66 : Couronnement de la Vierge. Le Christ porte un manteau rouge étoilé d'or assorti à la tenture qui sépare la scène du ciel. - F. 70v : Crucifixion. Le Christ en Croix se tient entre s. Jean, revêtu d'une draperie orange couverte d'étoiles dorées, et la Vierge, le visage recouvert par son manteau. - F. 73v : Pentecôte. La Vierge est assise au centre du cénacle. Les apôtres, répartis à ses côtés, reçoivent les rayons du Saint-Esprit. - F. 78v : David observe Bethsabée au bain. Dans un cadre pilastre. La composition inspirée par Jean Pichore se retrouve dans deux autres manuscrits de Robert Boyvin (Paris, BnF. ms. Nat. 894, f. 63v, et New York, Pierpont Morgan Library 261, f. 61v ; voir Isabelle Delaunay, op. cit., fig. 8 et 9). - F. 79 : David en prière. Sa harpe est posée devant lui. - F. 96 : Lecture autour du catafalque. De nouveau, le Maître de Talbot surcharge ses tissus d'étoiles, notamment le catafalque, le vêtement du prêtre officiant et la tenture du fond. - F. 123 : Vierge à l'Enfant. La Vierge, qui tient un fruit dans sa main, est assise sur un faudesteuil doré devant une tenture soutenue par deux anges. Sur le devant, à gauche, un ange tient une harpe ; à droite, une dame en prière dans un costume du début du XVIe siècle. - F. 124 : Pietà. La Vierge est associée au ciel par son manteau bleu étoilé d'or. - F. 130 : Le Christ du Jugement dernier. - F. 134 : Martyr de s. Sébastien. Guerrier en prière dans la bordure. - F. 136 : Sainte Barbe tenant sa tour. A ses côtés, une dame en prière (ajoutée au début du XVIe siècle). Provenance De nombreuses armoiries ont été ajoutées sous les peintures du Maître de Talbot. Le décor des rinceaux d'or a été gratté sauf au f. 60, où il est encore visible au verso, mais on aperçoit clairement les rinceaux sous les chiffre A et L.I ajoutés dans les bordures. La campagne des armoiries date des années 1470-1480 (peinture du saint Sébastien avec un chevalier en prière au f. 134 et de la dame priant sainte Barbe au f. 136). La devise de la famille du commanditaire est "le moien". Voici la description des écus. Au f. 26 : "De gueules à trois gerbes d'or accompagnées de 9 molettes de même" (famille Allorge ou Alorge). - Au f. 37 : "Mi-parti, au 1 de gueules à trois gerbes d'or accompagnées de 9 molettes de même et au 2 de gueules à 3 têtes d'aigle d'or". - Au f. 48v : "D'azur à la bande d'agent chargée de 3 molettes de gueules au lambel du même". - Au f. 53v : "Parti en 1 D'azur à la bande d'agent chargée de 3 molettes de gueules au lambel du même et en 2 de gueules à trois gerbes d'or accompagnées de 9 molettes de même". - Au f. 57 : "De gueules au lion d'argent au franc-quartier d'azur à un dard d'argent brochant posé en bande à la bordure componée d'azur et d'argent". - Au f. 60 : "Parti en 1 De gueules au lion d'argent au franc-quartier d'azur à un dard d'argent brochant posé en bande à la bordure componée d'azur et d'argent en 2 de gueules à trois gerbes d'or accompagnées de 9 molettes de même". - Au ff. 63, 70v, 79, 124 et 134 : "D'argent au chevron de gueules accompagné de 3 têtes de coq de sable crêtées et barbées de gueules au chef de gueules semé d'abeilles d'or à trois ruches brochantes du même". - Au ff. 66, 73v, 96, 130 et 136 : "Parti en 1 d'argent au chevron de gueules accompagné de 3 têtes de coq de sable crêtées et barbées de gueules au chef de gueules semé d'abeilles d'or à trois ruches brochantes du même en 2 de gueules au lion d'argent au franc-quartier d'azur à un dard d'argent brochant posé en bande à la bordure componée d'azur et d'argent". D'ancienne souche normande, les Allorge ou Alorge descendent en ligne directe de sire Robert Ier Allorge († Rouen, 1374), maire de Rouen d'abord en 1349 puis entre 1372 et 1373. Son fils sire Guillaume Ier Allorge († Rouen, 1406), bienfaiteur des Augustins de Rouen en 1394-1396 et de leur paroisse Saint-Nicolas-du-Bout-du-Pont en 1394 avec son fils, fut à son tour maire et capitaine de Rouen en 1376, puis l'un des six conseillers nommés par le roi Charles VI à la tête de la ville après la révolte de la Harelle, entre 1382 et 1397. Le même Charles VI l'anoblit par lettres patentes données en 1394. Son fils Robert II Allorge (mort en 1412), bourgeois de Rouen, marchand de vin, banquier et spéculateur, conseiller de la ville de Rouen, député par la ville de Paris à l'occasion du procès avec la Compagnie française (1397) est célèbre pour avoir acquis un grand nombre de rentes, biens fonciers, et charges lucratives. Plus célèbre encore pour sa fin, son fils Robin puis Robert III Allorge, écuyer, seigneur du Grand Lombelon à Duranville en 1412, du Mesnil à Mandeville-la-Campagne et de l'Isle du Colombier en 1414, fit construire et dota une chapelle au chevet de l'église Saint-Martin de Rouen en 1417. Ayant prêté serment au roi Henry V d'Angleterre en 1419, il commença d'être dans la gêne car, pour obtenir le paiement des arrérages de la rente qu'il avait constituée en faveur de leur église, les trésoriers de Saint-Martin-du-Bout-du-Pont firent saisir divers hôtels qu'il possédait à Rouen. Il embrassa alors le parti du Dauphin, futur Charles VII, ce qui lui valut d'être arrêté, fait prisonnier, condamné à la peine capitale, et finalement d'avoir "le col trenchié au Viel Marché de Rouen" le 13 juin 1421 (cf. Pierre Cochon, notaire apostolique à Rouen, Chronique normande, Charles de Robillard de Beaurepaire (pub.), Rouen, Le Brument, 1870). MAGNIFICENT BOOK OF HOURS DECORATED WITH MINIATURES ATTRIBUTED TO THE TALBOT MASTER, ROBERT BOYVIN, AND AN ILLUMINATOR FROM ROUEN.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
[HEURES]  Heures à l'usage de Rome

Lot 40: [HEURES] Heures à l'usage de Rome

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: [HEURES] Heures à l'usage de Rome Manuscrit sur parchemin. Florence, vers 1485-1490. Petit in-12 (87 x 65 mm) de 84 ff., soit : 1 f. blanc, 52 ff., 1 f. blanc, 27 ff. et 3 ff. blancs avec réglures ; justification : 60 x 55 mm (calendrier) et 53 x 40 mm (texte) ; 16-17 lignes par page, écriture humanistique à l'encre brune et rouge ; maroquin noir, dos à nerfs orné de filets et petites étoiles dorées, filets dorés et à froid en encadrement sur les plats, fleurs de lys et têtes d'angelots aux angles, chiffre IHS avec croix et fleuron dans un ovale irradiant au centre des plats, gardes de papier vergé, tranches dorées (reliure du XVIIe siècle). RAVISSANT PETIT LIVRE D'HEURES FLORENTIN DU XVe SIECLE. Composition du texte Ff. 1-12v : Calendrier, 7 X sainte Reparata vierge et martyre patronne de la Cathédrale de Florence. - Ff. 13-49v : Incipiunt officium gloriose virgininis Marie ad matutinum. Heures à l'usage de Rome. - F. 50-52v : Missa de beate Maria, Lectio libri Sapiente, Secundum Johanem. - Ff. 54-68v : Incipiunt septem psalmi penitenciale, suivis de litanies où l'on retrouve sainte Reparata. - Ff. 69-70 : Saint-Esprit, Commémoration de s. Raphael. - Ff. 69-70 : Office des morts incomplet du début ; c'est un office abrégé comportant uniquement trois leçons à matines correspondant à l'usage de Rome et sans laudes. Décoration du manuscrit L'ornementation se compose de 2 initiales historiées, d'initiales en lettres or sur fond rouge, bleu et vert alternés, et de belles bordures avec rinceaux fleuris et candélabres, caractéristiques de l'enluminure florentine mise à la mode dans l'atelier de Francesco di Antonio del Chierico. Les médaillons destinés à recevoir des armoiries sont restés vierges. Détail des enluminures F. 13 : Vierge à l'Enfant. La main de la Vierge, très fine, repose sur le cadre de l'initiale historiée. Dans la bordure, on remarque trois putti et deux bustes (féminin et masculin). On retrouve des putti et des médaillons très proches dans un Ptolémée manuscrit enluminé par Francesco Rosselli (A. Garzelli, Miniatura fiorentina del Rinascimento 1440-1520, Florence, 1985, fig. 561, Cité du Vatican, Bibl. Vat. Urb. Lat. 277, f. 2). Les visages sont proches de ceux de la Vierge à l'Enfant peinte par Rosselli dans un livre d'heures conservé à Florence (Bibl. Medicea Laurenziana. ms. Ashb., 1874), mais la ressemblance la plus frappante est constituée par les bordures ornées de bustes en médaillons, attribuées à l'enlumineur de l'atelier Rosselli connu sous le nom de "Collaborateur" (Garzelli, fig. 531). - F. 54 : David jouant de la lyre ; ses mains sont aussi très élégantes. Ces enluminures peuvent donc être attribuées au peintre, graveur et enlumineur Francesco Rosselli (Florence, 1448-1513) où à son mystérieux "Collaborateur". Nous n'avons pas de traces de l'activité de Rosselli avant 1470 ; ses premiers travaux connus sont trois initiales enluminées dans le graduel de la cathédrale de Sienne (Sienne, Bibl. Piccolomini Ms. 25. 10). Il est stylistiquement proche de Francesco di Antonio del Chierico, qui semble avoir été son Maître et dont il hérite l'élégance et la vivacité. En 1480, Rosselli est en Hongrie, probablement au service du roi, Matthias Corvin Ier. A son retour, il réorganise son atelier avec son "Collaborateur" et réalise plusieurs travaux pour les Médicis : une Iliade, un Lucain, un Quintilien, un Hérodote et le livre d'heures Ashburnam commandé en 1485 par Laurent le Magnifique pour sa fille Louise. Ce manuscrit et son jumeau conservé à Munich demeureront les modèles de tous les livres d'heures réalisés pour les Médicis, notamment à l'occasion de mariages, et leur influence se retrouve aussi dans des livres d'heures imprimés (Garzelli, op.cit., p. 173-188). Federico da Montefeltro a également fait appel à son talent (on reconnaît sa main dans une Bible et un Ptolémée réalisés pour le duc d'Urbin). Après la mort de Federico, Rosselli réduit son activité d'enlumineur. On compte également parmi ses commanditaires Alphonse de Calabre, fils aîné du roi de Naples Ferdinand Ier d'Aragon (un Aristote, Paris, BnF. Lat. 6309 et un Ptolémée, Paris, BnF. Lat. 4802). Cf. Fr. Avril, Dix siècle d'enluminure italienne (VIe-XVIe siècles), Paris, 1984, n° 106. Enlumineur de qualité, le "Collaborateur" de Rosselli a été, comme ce dernier, un disciple de Francesco del Chierico - double apprentissage particulièrement évident dans les ornements marginaux des livres d'heures attribués à cet atelier. On lui doit notamment les bordures du livre d'heures de Laurent le Magnifique et de son jumeau munichois (clm. 23639), et des enluminures du Psautier de la Vaticane (Urb. Lat. 527) et de l'Iliade des Médicis. Quelques traces d'humidité, texte un peu pâle par endroits, restaurations à la reliure. DELIGHTFUL LITTLE FLORENTINE 15TH CENTURY BOOK OF HOURS.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
[BIBLIA SACRA GERMANICA]  Hie vahet an das Register über // die Bibeln des altten testaments...

Lot 41: [BIBLIA SACRA GERMANICA] Hie vahet an das Register über // die Bibeln des altten testaments...

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: [BIBLIA SACRA GERMANICA] Hie vahet an das Register über // die Bibeln des altten testaments... Augsburg, Günther Zainer, 1474-1476. 2 parties in-folio (415 x 292 mm) de 533 ff., soit : 1 f.n.ch. (registre), 421 ff.ch. et 1 carton inséré après le f. 185 pour la première partie (sans le premier f. blanc) ; 110 ff.ch. pour la seconde partie ; texte sur deux colonnes de 57-58 lignes (plus le titre courant) imprimé avec le caractère Gotico-Antiqua 2:118G employé par Zainer à partir de 1471 ; tête de chapitres et lettrines en rouge ; demi-basane brune, dos à nerfs, pièce de titre de maroquin rouge, plats recouverts de papier brun moucheté, tranches mouchetées rouges (reliure du XVIIIe siècle). LA TROISIEME (OU QUATRIEME) EDITION DE LA BIBLE IMPRIMEE EN ALLEMAND. Les avis des bibliographes diffèrent quant à la datation de cette magistrale production de Gunther Zainer, typographe d'Augsbourg : 1474 pour les uns (notamment sur la foi d'une note insérée dans la réédition du BMC), 1475-1476 pour les autres (cette Bible figurant dans les annonces de Zainer pour 1476, mais pas dans celles de 1474). Néanmoins, plusieurs érudits soutiennent que la Bible de Zainer était terminée dès 1474 et qu'elle fut publiée peu avant la Bible imprimée à Augsbourg vers 1475 par Jodocus Pflanzmann, longtemps considérée comme la "troisième Bible allemande" (cf. Hain, 3131). La première Bible en langue allemande fut publiée vers 1466 à Strasbourg par Johann Mentelin. La seconde, imprimée avant 1470, est l'œuvre d'un collaborateur de ce dernier, Heinrich Eggestein. Dans l'édition publiée par Gunther Zainer, le texte a été soigneusement revu et corrigé sur la Vulgate et la traduction réglée sur la langue littéraire officielle en usage dans les cours et universités allemandes. La Bible de Zainer semble avoir été l'une des sources de la version établie par Martin Luther. LA PREMIERE BIBLE ILLUSTREE DEPUIS L'INTRODUCTION DES CARACTÈRES MOBILES. L'illustration gravée sur bois se compose de 73 initiales historiées (90 x 70 mm env.) placées au début de chaque livre, la plupart montrant des scènes bibliques. Ces vignettes naïves et animées comportent parfois plusieurs sujets. On y trouve aussi des séries de lettres qui n'ont pas toujours été identifiées : monogrammes de graveurs, ou abréviations de proverbes et devises. Les bois sont proches de ceux illustrant le Belial et le Plenarium publiés par Zainer en 1472 et 1473, mais l'artiste et le graveur sont visiblement différents. Tous les bois ont été délicatement coloriés à l'époque, probablement à Augsbourg, dans les tons vert, jaune, rose et brun. La première page de texte (f. a3) comporte, dans les marges supérieure et extérieure, une grande guirlande végétale peinte en couleurs avec rehauts d'or. Quelques lettrines ornées ont été rehaussées dans les tons jaune ou brun. Cet exemplaire comporte, comme celui d'Otto Schäfer, deux feuillets avec variantes : 336a et 421b contiennent en effet un texte augmenté. Il est en outre bien complet du carton annoncé par les bibliographes : un feuillet sur papier mince de la largeur d'une seule colonne contenant la Prière de Manassé, qui complète une lacune de 187b (le carton est placé ici après 185b). Mouillures dans la marge extérieure des 50 premiers et derniers feuillets ; réparation et tache noire au dernier feuillet ; le couteau du relieur a légèrement entamé la partie supérieure de la bordure ornementale peinte au deuxième feuillet. Bel exemplaire de cette publication illustre, imprimée sur un papier fort de grande qualité. Bibliographie Goff, B-627 ; Hain, 3133* ; Schreiber, 3456 ; CIBN, B-439 ; IGI, 1709 ; Schäfer, 50 (sans le carton) ; Proctor, 1577 ; BMC, II, 323 ; GW, 4298. Provenance - "Loci Capucinorum Landishuti" (XVe siècle) ; - Richard Heber (1773-1833), avec le cachet "Bibliotheca Heberiana", 1834, II, p. 36, n° 722. FIRST ILLUSTRATED BIBLE FOLLOWING THE INTRODUCTION OF MOVEABLE TYPE FONTS. THIRD (OR FOURTH) EDITION OF THE BIBLE PRINTED IN GERMAN.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
[ARS MORIENDI]  Quamvis secundum philosophum tertio Ethicorum... [f. 1a] Et tum des art moriendi qui est ars artium [f. 11b]

Lot 42: [ARS MORIENDI] Quamvis secundum philosophum tertio Ethicorum... [f. 1a] Et tum des art moriendi qui est ars artium [f. 11b]

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: [ARS MORIENDI] Quamvis secundum philosophum tertio Ethicorum... [f. 1a] Et tum des art moriendi qui est ars artium [f. 11b] Cologne, Nicolaus Götz, vers 1475. In-folio (275 x 197 mm) de 12 ff.n.ch. ; texte latin en caractères gothiques, 28-36 lignes, espace pour initiales sur 2 ou 3 lignes, initiale en rouge et rubriques au f. 1a, initiales à la plume pour les autres ff. ; in-fine : 8 ff. manuscrits au recto et au verso, écriture du XVe siècle à l'encre brune, 56 lignes environ ; demi-maroquin marron, dos lisse avec titre or en long, plats recouverts de papier brun avec décor de petits carrés verts réalisé au pochoir (relié aux États-Unis vers 1920 par Duprez-Lakey). Goff, A-1114 ; Copinger, 667 ; Voullième, 172 ; Schreiber, 3370 ; Schramm, VIII, p. 18 ; Schelechter-Ries (Heidelberg), 118 ; Proctor, 1115 ; BMC, I, 239 ; GW, 2572 ; Fairfax Murrray (German), n° 5 ; Hind, I, 224-230 ; E. Th. Musper, "Die 'Ars moriendi' und der Meister ES", in : Gutenberg-Jahrbuch, 1950, pp. 57-66. REMARQUABLE ET RARISSIME INCUNABLE ALLEMAND ILLUSTRE DE 11 BOIS GRAVES A PLEINE PAGE. Cette édition de l'Ars moriendi, probablement la cinquième que l'on ait confiée aux presses, est la deuxième illustrée. La première édition illustrée, imprimée par le même Nicolaus Götz vers 1474-75 (GW, 2571), comportait un texte sur deux colonnes, fautif, et des erreurs dans le placement des gravures. Ces fautes ont été corrigées dans cette deuxième édition composée en lignes longues et dans laquelle la séquence iconographique traditionnelle a été rétablie. L'ouvrage, l'un des classiques de la littérature religieuse médiévale tardive, est un manuel de la mort chrétienne où résonne encore l'écho de la grande épidémie de peste qui ravagea l'Europe au milieu du XIVe siècle. On en connaît deux versions : une longue, et une brève illustrée - celle que nous présentons ici - nommée Bilder Ars dans les pays germaniques. D'abord diffusé sous forme manuscrite, l'Ars moriendi fit l'objet, au milieu du XVe siècle, d'éditions xylographiques (blockbooks). Les premières versions typographiques virent le jour dans la vallée rhénane, à Cologne et à Strasbourg, ainsi qu'en Allemagne méridionale. En 1483, l'Ars Moriendi arrive en Espagne ; en 1488 il touche Lyon et la Hollande. Vers 1490, les plus importants centres de sa diffusion sont Leipzig, Paris et Venise. Le texte a été souvent attribué à un religieux français sur la foi d'emprunts à Jean Gerson et d'une allusion à ce dernier figurant dans le texte. L'attribution à Domenico Capranica (1400-1458) est moins sérieuse, le cardinal de Fermo n'étant probablement que l'auteur de la version italienne. Le succès de ce best-seller de l'automne du Moyen Âge fut constant jusqu'en 1530 environ, époque à laquelle se manifeste une sensibilité nouvelle, mettant plutôt l'accent sur l'art de bien vivre afin de bien mourir. En peu de pages, l'Ars moriendi traite des tentations auxquelles il faut résister lorsque la mort approche, tout en rappelant au chrétien ce qu'il doit craindre, désirer, croire. D'abord conçu à l'intention des prêtres pour les aider à assister les mourants, l'ouvrage séduira rapidement un public de laïcs. En réunissant des notions dogmatiques et des conseils pratiques, l'Ars moriendi constituait une sorte de pré-catéchisme qui, avec la mort comme horizon, aidait les fidèles à vivre selon la doctrine chrétienne. LES 11 GRANDS BOIS, DEJA UTILISES DANS UN CELEBRE BLOCKBOOK, SONT PARMI LES PLUS EXPRESSIFS ET LES PLUS SUGGESTIFS DE LA GRAVURE ALLEMANDE PRIMITIVE. Dans cette suite d'images fascinantes, les démons et les anges se disputent l'âme du mourant alité sous le regard du Christ, de la Vierge et des saints. Les tentations des diables et les arguments des anges sont résumés dans des phrases en lettres gothiques gravées directement dans le bois à l'intérieur de phylactères. Dans la dernière planche, le corps est inerte et le Christ reçoit l'âme enfin délivrée, représentée sous la forme d'un enfant. Ces grands bois (211 x 258 mm), gravés d'après les dessins d'un artiste baptisé "Master ES", avaient été déjà utilisés dans la seconde édition xylographique de l'Ars Moriendi, un livret recensé par Schreiber sous la cote IIC et dans lequel trois bois avaient été remplacés par rapport au blockbook primitif (IIA), lui-même appartenant à une tradition remontant à une édition xylographique (IA), "second only to the Apocalypse in aesthetic quality" (Hind). Il s'agit probablement, affirme Hugh W. Davies (Fairfax Murray), de la dernière utilisation de ces blocs. Quant à la typographie, "the gothic type is remarkable for the employment of capitals of different sorts, as, A, M, S, as well as roman, M, N, P, Q, &c." (Davies). Immatriculé à l'université d'Erfurt en 1456, l'imprimeur Nicolaus Götz est signalé comme orfèvre au début des années 1460. En 1470, il s'inscrit à la faculté de droit de Cologne et devient "legum doctor" en 1480. Son activité typographique fut de courte durée. Dès 1474, il travaille pour le compte de Johann Helman - beau-père de Heinrich Quentell -, qui lui fournit entre autres une partie du matériel de Johann Schilling. En 1477, son implication dans la publication d'un pamphlet dirigé contre la mairie de Cologne lui vaut la saisie des types et du matériel d'impression. Il quitte vraisemblablement Cologne vers 1480. PRECIEUX EXEMPLAIRE, COMPLET ET EN EXCELLENT ETAT, DE CE GRAND ILLUSTRE GERMANIQUE. Les trois premiers bois ont été en partie coloriés à l'époque ; les suivants sont à peine rehaussés au lavis. Le volume comporte de nombreuses annotations marginales contemporaines en latin et à l'encre noire : des extraits d'une Biblia pauperum pour le texte, des dialogues sur la mort pour les bois. Les huit feuillets reliés à la suite de l'Ars moriendi contiennent, sur seize pages, une chronique de Basse-Saxe se poursuivant jusqu'en 1486. D'une insigne rareté : le catalogue en ligne de la British Library ne recense que dix exemplaires complets de cette édition, ainsi que six exemplaires de la précédente. Provenance : Bernard Quaritch, cat. 353 (1919), n° 3. - Pierpont Morgan Library (Checklist n° 226), avec l'ex-libris et la mention au crayon "Double échangé. Agreement du 30 mai 1975. André Jammes" sur le premier contreplat. Quelques taches et brunissures, peu prononcées. EXTREMELY RARE GERMAN INCUNABULUM ILLUSTRATED WITH FULL-PAGE WOODCUTS. THE 11 LARGE WOODCUTS ARE AMONG THE MOST EXPRESSIVE AND SUGGESTIVE OF EARLY GERMAN ENGRAVING.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
[OFFICE DES MORTS]  Manuscrit enluminé sur parchemin

Lot 43: [OFFICE DES MORTS] Manuscrit enluminé sur parchemin

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: [OFFICE DES MORTS] Manuscrit enluminé sur parchemin Paris, vers 1493-1500. Petit in-8 (130 x 90 mm) de 52 ff., justification 66 x 40 mm, écriture bâtarde à l'encre noire, 15 lignes ; maroquin bleu nuit, dos lise orné de filets et fleurons quadrilobés, filets et dentelle en encadrement sur les plats, doublures et gardes de papier rose, feuillets de gardes de papier vergé, roulette intérieure, chaînette sur les coupes, coiffes guillochées, tranches dorées (reliure du début du XIXe siècle signée Lefebvre). EXQUIS MANUSCRIT PARISIEN ENLUMINE DE LA FIN DU XVe SIECLE. Composition du texte Ff. 1-52 : Office des morts (usage non identifié). Liste des répons : I Credo quod (14), II Qui Lazarum (72), III Domine quando veneris (24), IV Heu michi (32), V Ne recorderis (57), VI Peccantem me (68), VII Memento mei Deus (46), VIII Quem visurus sum (177), IX Libera me domine de morte eterna (38). Illustration du manuscrit Au premier feuillet : Job sur le fumier recevant ses trois amis et interlocuteurs. Le paysage est conforme au style de l'enluminure parisienne, avec arbres verts rehaussés de petits points dorés et collines bleues pour les lointains. L'enluminure est entourée de bordures sur fond or avec acanthes (bleues, roses, rouges) et deux oiseaux. Les bordures latérales réalisées à chaque page du manuscrit présentent un décor d'acanthes frisées d'un type légèrement plus ancien, datant probablement des années 1480. Initiales sur fond bleu et rouge alternés, avec lettres or et, sous la peinture, une lettre en bleu sur fond rouge (les deux rehaussés d'or). La miniature représentant Job est attribuable au Maître d'Étienne Poncher, enlumineur baptisé d'après ce prélat, évêque de Paris de 1502 à 1519, commanditaire de deux manuscrits : un Pontifical à l'usage de Paris (Paris, BnF. ms. Lat. 956) et un manuscrit intitulé Les Empereurs de Rome et d'Allemagne (vente Mensing, Amsterdam, 1929, lot 45). La carrière de cet artiste, qui a fait sans doute son apprentissage auprès du Maître de Jacques de Besançon, se déroule entre les années 1490 et 1510. La composition de ce manuscrit s'insère dans ce qu'Isabelle Delaunay a baptisé "nouveau répertoire parisien", un style présentant une sorte de fusion schématique et libre de compositions d'artistes ligériens - de Jean Fouquet à Jean Bourdichon - pratiquée par un groupe d'enlumineurs, certains de faible talent, d'autres plus habiles, comme le Maître d'Etienne Poncher (voir par exemple les manuscrits Paris, BnF. lat. 13294 et lat. 18032). Les miniatures du Maître d'Etienne Poncher dans la Légende dorée imprimée pour Antoine Vérard en 1493 (Angers, Université catholique de l'Ouest, f. 285v) font déjà appel à ces formules (cf. Isabelle Delaunay, Echanges artistiques entre livres d'heures manuscrits et imprimés produits à Paris vers 1480-1500, thèse de doctorat Paris Sorbonne sous la direction de F. Joubert, oct. 2000, vol. 1, texte, pp. 289-310 et plus spécialement pp. 298-300, pl. LIa, fig. 381). Provenance - François-Xavier Borluut de Noortdonck (1771-1837), collectionneur de livres et manuscrits issu d'une famille noble de Gand (ex-libris). - Cornelius Paine, amateur anglais dont la bibliothèque fut dispersée chez Sotheby's en 1891 (ex-libris). Cf. Catalogue of the extensive Library of the late Cornelius Paine, n° 1899. EXQUISITE END 15TH CENTURY ILLUMINATED PARISIAN MANUSCRIPT.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
Franciscus de RETZA, Franz von Retz dit  De generatione Christi, sive Defensorium inviolatae castitatis B.V.M.

Lot 44: Franciscus de RETZA, Franz von Retz dit De generatione Christi, sive Defensorium inviolatae castitatis B.V.M.

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: Franciscus de RETZA, Franz von Retz dit De generatione Christi, sive Defensorium inviolatae castitatis B.V.M. Bâle, Lienhart Ysenhut, vers 1487-1488. In-4 gothique (197 x 140 mm) de 28 ff.n.ch. (sur 30 : les ff. 1 et 30 sont absents) ; texte latin et allemand, 30 lignes ; vélin rigide, titre en noir au dos (reliure moderne). INTÉRESSANT ET RARE ILLUSTRÉ GERMANIQUE. Hugh W. Davies (Fairfax Murray) affirme qu'il s'agit de la troisième édition de ce curieux livret, que l'on rencontre le plus souvent incomplet d'un ou plusieurs feuillets. Cette interprétation symbolique des attributs et miracles de la Vierge Marie, œuvre du théologien dominicain autrichien Franz von Retz (1343-1427), est recherchée pour son illustration remarquable : 52 bois d'une facture vigoureuse et très expressive, souvent empreints de merveilleux, toujours très curieux. Parmi les sujets représentés : la Vierge à la licorne, une montagne magnétique qui attire la chair humaine, un sarcophage suspendu sous un plafond magnétique, Circé, Danaë dans la tour, le phénix, un pélican, une pluie de métal, la femme de Lot, des jumeaux doués de pouvoirs magiques, un miracle survenu à Toulouse, un perroquet, une salamandre, et toutes sortes d'animaux fantastiques. Le texte de ces interprétations symboliques de la virginité de Marie est en latin ; en haut de chaque page, des vers en latin et en allemand servent de légende aux bois."Au moyen-âge, il y a eu une discussion très animée sur la virginité de la Madone. On était bien d'accord à l'égard de la Conception immaculée, mais quelques-uns des théologiens étaient d'avis que la virginité eût cessé au moment que la Ste. Marie était devenue mère. Les dominicains, les fauteurs les plus zélés de Notre-Dame, luttaient contre cette opinion avec tous les moyens possibles et l'opuscule en question est un des traités publiés à cet effet" (Schreiber). L'un des rares exemples de la production plus que restreinte de l'imprimeur bâlois Lienhart Ysenhut († 1507), dont le seul livre daté porte le millésime 1489, et qui semble avoir pratiqué davantage la gravure sur bois que l'art typographique. Exemplaire lavé et relié dans le désordre ; le titre et le dernier feuillet (bois de la Vierge à pleine page) sont manquants. Bibliographie Goff, R-153 ; HC, 6086* ; Schreiber, 4047 ; Schramm, XXII, p. 42 ; Proctor, 7717 ; BMC, III, 780 ; GW, 10275 ; Fairfax Murray (German), 360. RARE AND INTERESTING GERMANIC ILLUSTRATIONS.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
Hermann NITZSCHEWITZ  Novum psalterium Beatae Virginis Mariae

Lot 45: Hermann NITZSCHEWITZ Novum psalterium Beatae Virginis Mariae

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: Hermann NITZSCHEWITZ Novum psalterium Beatae Virginis Mariae Zinna, Imprimé sur les presses du Monastère cistercien [par Johannes Luce ?] avec les types de Conrad Kachelofen, vers 1494-1496. In-4 (216 x 155 mm) de 116 ff.n.ch. signés : A-B8, C10 ; A-F8 (il n'y a pas de cahier G), H8, [ ]4, HH8, I-K8, L6 ; demi-peau de truie crème, dos muet à ners, plats de bois clair, plusieurs témoins (reliure et emboîtages modernes). TRES RARE PSAUTIER ILLUSTRE, LE SEUL OUVRAGE IMPRIME SUR LES PRESSES DU MONASTERE DE ZINNA, SANS CONTESTE L'UN DES PLUS BEAUX INCUNABLES ALLEMANDS ORNES DE BOIS GRAVES. C'est la première version de ce psautier marial, et la seule imprimée en latin. L'empereur Frédéric III de Habsbourg avait été sollicité pour couvrir les frais d'illustration et d'impression de ce précieux volume réalisé au sein du monastère cistercien de Zinna (Klosters Zinna, dans le Brandebourg) sous les auspices de la Confrérie du Rosaire. Frédéric mourut en 1493, et le financement de l'ouvrage fut complété par son fils, Maximilien Ier (1459-1519). Hermann Nitzschewitz, mort en 1503, était vicaire et protonotaire impérial à Lunebourg. Son Psalterium illustré, formidable répertoire des miracles contenus dans le Nouveau Testament, avait été composé comme un viatique spirituel destiné à contenir la peur de l'invasion turque. Le projet avait sans doute pris corps à la suite de la réunion d'une commission sur les affaires ottomanes tenue en 1486 au Reichstag de Nuremberg et à laquelle avait assisté le prince électeur de Brandebourg, souverain de l'auteur. "This new 'Marienpsalter' apparently was intended as a spiritual weapon against the ever-increasing power of the Turk. It owed its origin to the revival in 1475 of the old Rosenkranz-Brüderschaft by J. Sprenger, the prior of the Dominican convent at Cöln... Nitzschewitz finished the book in 1489, but it was not until Sept. 1492 that he received the Emperor's commission to print. The typographical part, however, was probably not commenced until Maximilian's succession in Aug. 1493... This book would be the first of the several magnificent publications encouraged by the Emperor" (Hugh W. Davies, in Fairfax Murray). L'ILLUSTRATION GRAVEE SUR BOIS - TRES RICHE, RUDE ET EXPRESSIVE - EST L'UN DES CHEFS-D'ŒUVRE DE LA GRAVURE GERMANIQUE DU XVE SIECLE. Elle se compose de 167 bois ici en premier tirage, dont 165 illustrant le psautier (77 x 86 mm env.) et 2 à pleine page répétés au premier feuillet (170 x 112 mm env.), auxquels il faut ajouter de nombreuses bordures historiées formées de 6 blocs verticaux (141 x 40 mm env.) et 8 paires de blocs horizontaux, répétés (43 x 134 mm env.). Un large et bel encadrement floral, répété trois fois, complète l'ornementation. La première gravure à pleine page montre une Vierge à l'enfant en majesté entourée des deux empereurs agenouillés et tenant une bannière. A ses pieds, un rosaire à la main : Albert von Klitzing, maire de Magdebourg ; Adolf von Anhalt, prévôt du chapitre de la même ville, avec ses armes ; Nicolaus, abbé de Zinna, avec les armes du monastère ; un religieux, très probablement Hermann Nitzschewitz. La seconde gravure représente Frédéric III agenouillé ; de sa poitrine jaillit une vision de la Vierge à l'enfant supportée par un croissant de lune ; de la main droite, Frédéric tend l'épée impériale à son fils Maximilien, à genoux derrière lui. Les 165 petites gravures du psautier montrent des scènes de la vie du Christ et de la Vierge intégrant plusieurs éléments iconographiques fantastiques (anges, diables, animaux monstrueux, miracles, visions de l'enfer et du paradis...), le tout dessiné et gravé avec un trait élémentaire et "brut", dans un évident souci pédagogique et expressif. Cette illustration luxuriante aurait été gravée à Magdebourg par deux artistes appartenant à l'atelier qui travaillait pour Simon Koch et Moritz Brandis. On ne connaît pas avec exactitude l'identité du typographe qui a ordonné cette rare impression monastique : "The types used in the Psalterium are previously found in the possession of Conrad Kachelofen at Leipzig, while a Low german version with some of the woodcuts is printed in those used by Johann Luce at Lüneburg... The Psalterium may thus have been printed by Kachelofen, possibly during his absence from Leipzig in 1495-6, after he had finished the Meissen Missal at Freiberg (...) and the German version with type bought from Luce when the latter gave up printing. Or the Psalterium may have been printed with the type borrowed from Kachelofen late in 1493, and the wood-blocks sold to Luce, who could then have printed the German version at Lüneburg in 1493-4" (BMC). OUVRAGE D'UNE INSIGNE RARETE, DONT SEULEMENT TROIS OU QUATRE EXEMPLAIRES SONT APPARUS SUR LE MARCHE DU LIVRE ANCIEN DEPUIS 1945. Excellent exemplaire, avec de bonnes marges et nombreux témoins. Quelques taches et réparations marginales. Bibliographie Goff, N-260 ; Hain, 11891* ; Schreiber 4859 ; CIBN, N-150 ; Schäfer, 252 (exemplaire Perrins - Broxbourne) ; Proctor, 3226 ; BMC, III, 700 ; GW, M-27158 ; Fairfax Murray (German), 309 ; Hind, I, 286 ; F. K. Clajus, "Der Marienpsalter der Klosterdruckerei Zinna vom Jahre 1493", in : Das Antiquariat, 13 (1957), n° 8/9, pp. 193-196 ; E. Hühns, "Der Marienpsalter des Klosters Zinna", in : Beiträge zur Inkunabelkunde, 3e série, n° 6 (1975), pp. 38-43 ; sur l'identité de l'imprimeur, voir : Geldner, Inkunabeldrucker, I, 286. Provenance - "Bibl. Univ." (?), cachet avec la mention "Duplum." - Renate König (étiquette sur le premier contreplat). VERY RARE ILLUSTRATED PSALTER, THE ONLY WORK PRINTED ON THE ZINNA MONASTERY PRESS, ONE OF THE MOST BEAUTIFUL GERMANY INCUNABULUM ILLUSTRATED WITH WOODCUTS. WOODCUT ILLUSTRATIONS ARE AMONG THE MASTERPIECES OF 15TH CENTURY GERMAN ENGRAVING. THIS IS AN EXTREMELY RARE WORK, AS ONLY THREE OR FOUR COPIES HAVE APPEARED ON THE RARE BOOKS MARKET SINCE 1945.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
AESOPUS & Sebastian BRANT  [Fables] Esopi appologi sive mythologi cum quibusdam carminum et fabularum additionibus Sebastiani Brant

Lot 46: AESOPUS & Sebastian BRANT [Fables] Esopi appologi sive mythologi cum quibusdam carminum et fabularum additionibus Sebastiani Brant

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: AESOPUS & Sebastian BRANT [Fables] Esopi appologi sive mythologi cum quibusdam carminum et fabularum additionibus Sebastiani Brant Bâle, Jacob Wolff de Pforzheim, 1501. In-folio gothique (305 x 210 mm) de 204 ff.n.ch. signés : a-b8, c6, d8, e6, f8, g6, h8, i6, k8, l6, m8, n6, o8, p-s6, A-B8, C-D6, E8, F6, G8, H6, I8, K6, L4, M6 (s6 et M6 sont blancs) ; maroquin brun décoré à froid : dos à nerfs orné de palettes, filets, bordures et fleurons encadrant les plats, dentelle intérieure, deux filets sur les coupes, tranches dorées (reliure du XIXe siècle). TRES RARE EDITION ILLUSTREE DES FABLES D'ÉSOPE PUBLIEE PAR SEBASTIAN BRANT. Elle contient, en plus du corpus ésopique latin, des fables nouvelles composées par Brant (1458-1521), littérateur strasbourgeois auteur du célèbre poème satirique Narrenschiff (La Nef des fous). Doyen de la faculté de Bâle entre 1492 et 1500, Brant fréquenta assidument les érudits réunis dans la ville suisse, qui était alors un centre culturel très vivant. Il s'y livra aussi à des travaux d'édition, parmi lesquels ce passionnant Ésope "augmenté". Au verso du titre, imprimé sur trois lignes, se trouve un portrait d'Ésope à pleine page, suivi d'une dédicace de Brant au doyen de l'église de Bâle, Adalbert de Rapperg, datée de Strasbourg, "vii kal. Feb. 1501". Viennent ensuite la Vie d'Ésope et les fables, en vers et en prose : les quatre livres canoniques, les Extravagantes, les Fabulae Novae, celles d'Avianus, de Poggio, d'Alphonsus… Le dernier feuillet de cette première partie (s6) est blanc. La seconde partie est entièrement consacrée aux 140 fables publiées par Brant, "some of a very remarkable character", selon Hugh W. Davies (cat. Fairfax Murray). Ces compositions en vers, abondamment commentées en prose, sont tirées des œuvres de Stace, Juvénal, Virgile, Ovide, Lucien... La première histoire, extraite d'Hésiode, passe pour être la plus ancienne fable connue. LE VOLUME EST ILLUSTRE DE 335 BOIS GRAVES DANS UN STYLE AUSSI SUGGESTIF QUE VARIE. Les 194 figures de la première partie, d'un style archaïque et "brut", sont presque toutes reprises de l'édition bâloise imprimée vers 1490 et attribuée à Michael Furter, Johann Amerbach, ou encore à l'associé de ce dernier, Jacobus Wolff de Pforzheim (l'imprimeur de notre Ésope). La suite illustrant les fables de Brant, extraordinaire, se compose de 141 bois gravés par une tout autre main, plus souple et "moderne", célébrée par Hugh W. Davies : "The remainder of the cuts are by a new artist, the style entirely differing from the older blocks. These are heavely shaded by thin close parallel lines, amalgamating into a solid mass in the deepest shadows. The perspective as a rule is fair : the faces are well rounded, the noses being broad at the bridge but well-shaped. The cuts have the appearance of metal, but they nevertheless are probably on wood". CES IMAGES TRES VIVANTES NOUS RENSEIGNENT SUR L'ENVIRONNEMENT CULTUREL ET LE BAGAGE ICONOGRAPHIQUE DU GRAND HUMANISTE STRASBOURGEOIS. L'intérêt de ces bois dépasse en effet le cadre strict de la fable : plusieurs figures illustrent avec beaucoup de finesse les costumes et les mœurs de l'époque ; d'autres montrent des scènes de la vie quotidienne à la ville ou aux champs ; d'autres encore contiennent des références à l'histoire civile ou ecclésiastique, à la mythologie, à la littérature (il y a même un portrait de Dante). Sans oublier les animaux fantastiques, ou les scènes d'alcôve signalées par Hugh W. Davies : "Several are bed-chamber scenes, in each case showing the absence of night-clothing". Quant à Sebastian Brant, il est représenté à genoux, près de son blason, au verso du premier feuillet de la seconde partie. L'imprimeur Jacobus Wolff de Pforzheim est aussi connu, dès 1481, sous le nom de "Jacob der Drucker". Devenu citoyen de Bâle en 1482, il s'associa la même année avec Johann Amerbach, et devint l'un des imprimeurs bâlois les plus appréciés. Plusieurs éditions non signées, longtemps attribuées à son associé, sortent en fait de ses presses. Jacobus continua à imprimer dans les premières années du XVIe siècle ; il est mort en 1519. Très bel exemplaire, grand de marges ; quelques annotations anciennes à l'encre noire dans les marges et au colophon. Quelques pâles rousseurs, plus prononcées aux deux derniers feuillets du cahier o. Bibliographie Fairfax Murray (German, p. 37-41) ; Adams A-291 ; VD16, A-435 ; Panzer, VI, 174, 3 ; Proctor, 14080 ; British Museum, STC (German), p. 6 ; Isaac 14080 ; Rahir II, 314 ; Contemporaries of Erasmus, p. 190-191. Provenance - Johann Pluelm, XVIe siècle (signature au colophon) ; - William Beckford (Hamilton Palace, 1882, première vente) ; - Robert Hoe (II, 1911, n° 26) ; - Raphaël Esmérian (I, 1972, n° 63). VERY RARE ILLUSTRATED EDITION OF AESOP'S FABLES PUBLISHED BY SEBASTIAN BRANT. ILLUSTRATED WITH 335 WOODCUTS IN A HIGHLY SUGGESTIVE AND VARIED STYLE.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
RABANUS MAURUS MAGNENTIUS  De Laudibus sancte Crucis opus, erudicione versu prosasq[ue] mirificum

Lot 47: RABANUS MAURUS MAGNENTIUS De Laudibus sancte Crucis opus, erudicione versu prosasq[ue] mirificum

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: RABANUS MAURUS MAGNENTIUS De Laudibus sancte Crucis opus, erudicione versu prosasq[ue] mirificum Pforzheim, Thomas Anshelm, mars 1503. In-folio (292 x 205 mm) de 86 ff., soit : 10 ff.n.ch., 59 ff.ch., 1 f.n.ch., 14 ff.ch., 1 f.n.ch. et 1 f. blanc (Aa6, Bb4, a-k6, A-B6, C4) ; caractères romains, 40 lignes et titre courant, impression en rouge et noir, initiales simples ou ornées sur six lignes ; maroquin bordeaux, dos à faux-nerfs, plats ornés d'un grand décor Renaissance à froid, bordure intérieure rehausée de trois filets à froid, tranches mouchetées rouges, étui-chemise (reliure moderne signée Gruel). LE PLUS CELEBRE RECUEIL DE TECHNOPAEGNIA, OU POEMES VISUELS, ET L'UN DES PLUS BEAUX LIVRES ILLUSTRES ALLEMANDS DE LA RENAISSANCE. Il s'agit de la première et unique édition de cet ouvrage fascinant. Publié sous les auspices de Sebastian Brant, Georg Simler, Jacob Wimpheling et Johannes Reuchling, il reproduit les compositions poétiques et graphiques (technopaegnia) du théologien et rhéteur allemand Rabanus Maurus, ou Raban Maur, abbé de Fulda et archevêque de Mayence (v. 780-856). Les carmina figurata, cancellata et autres procédés combinatoires de Raban Maur - qui prolongeaient une longue tradition remontant au rhéteur grec Simmias de Rhodes (IVe siècle avant notre ère) et perpétuée par le poète romain Publilius Optatianus Porfyrius (IVe siècle après J.-C.) - sont considérés de nos jours comme les ancêtres des Calligrammes d'Apollinaire et des travaux labyrinthiques de l'Oulipo (Ouvroir de Littérature Potentielle). Le volume est divisé en deux parties. La première contient, après les éloges de l'auteur et des pièces de circonstance, les "carrés magiques" de Raban Maur placés en regard des poèmes, chacun précédé d'une declaratio expliquant dans le détail le procédé adopté dans l'élaboration et l'illustration de chaque grille. La seconde partie ne renferme que des commentaires. L'ILLUSTRATION, MELANT TYPOGRAPHIE ET GRAVURE SUR BOIS, EST EXTRAORDINAIRE. Elle se compose de 30 figures à pleine page (numérotées I à XXVII, les deux premières non numérotées) dans lesquelles les compositions de Raban Maur sont disposées sous forme de grilles constituées de lettres imprimées en noir. A l'intérieur de ces grilles, on a isolé en rouge ou en noir un certain nombre de lettres qui, rassemblées sous une forme géométrique ou figurative, forment des vers ou devises indépendants, mais reliés au sujet traité dans le poème. Ces exercices poétiques et graphiques composés à la gloire de la Croix évoquent naturellement l'instrument du supplice du Christ, mais on y trouve aussi toutes sortes de variations numérologiques et symboliques sur le nom d'Adam, la conception de la Vierge, les béatitudes, les sacrements, les mots de la liturgie, le calendrier, les nombres sacrés et autres éléments scripturaux ou cultuels disposés selon un schéma plus ou moins cruciforme. Deux grandes figures, très célèbres, montrent l'empereur Louis le Pieux et le Christ en croix, dont les physionomies ont été reproduites d'après les peintures et miniatures carolingiennes. Tout aussi remarquables, les "calligrammes" représentant les chérubins et les séraphins, les symboles des évangélistes, un moine adorant la Croix, ou encore l'agneau pascal... Deux gravures en noir, plus traditionnelles, complètent l'illustration : imprimées au début du volume, elles montrent Raban Maur agenouillé devant le pape Grégoire IV ; dans la première figure, Raban est accompagné d'un autre moine, très probablement cet Alcuin, ami et conseiller de Charlemagne, qui s'illustra également dans les acrobaties des technopaegnia. LE PREMIER LIVRE DE POESIE VISUELLE OU L'ON AIT TENU COMPTE DE L'IMAGE PEINTE. Pour Antoine Coron, le De Laudibus est "non seulement le plus important recueil médiéval dans ce domaine, mais aussi un notable renouvellement de sa figuration. L'influence du De Laudibus sanctæ Crucis fut à longue portée. Premier recueil de poèmes figurés à être imprimé (...) il fut mis en lumière, en 1503, par l'élite de l'humanisme allemand : Sebastian Brant, l'auteur de la Nef des Fous, Georg Simler, Jacob Wimpheling et Johannes Reuchlin le cabaliste, accompagnèrent cette édition de leurs éloges. Wimpheling y insistait sur les "nombres mystiques" dont les vingt-huit poèmes figurés sont remplis. Le recueil de Raban Maur, en effet, n'est pas seulement une illustration de la théologie de la Rédemption des Pères de l'Église. Il se proposait de montrer en quoi le symbole de la Croix convient au thème numérique choisi pour chacun des carmina cancellata... Expression du formidable intérêt porté à la symbolique des nombres par les lettrés carolingiens, le recueil de Raban Maur est aussi le premier livre de poésie visuelle à tenir compte de l'image peinte. Jusqu'alors, les poèmes figurés représentaient des silhouettes pleines, ou des figures géométriques d'un certain intérêt décoratif, mais relativement schématiques. Celles-ci sont les plus nombreuses dans le De laudibus, mais on y découvre en outre cinq pièces comportant des versus intexti groupés à l'intérieur de personnages dessinés et peints..." Le Père Giovanni Pozzi, auteur d'un livre fondamental sur les technopaegnia - toujours en attente de traduction française -, insiste aussi sur la nouveauté de l'œuvre de Raban en ce qui concerne la représentation des traits physionomiques : "Personne avant Raban Maur n'avait visé un objectif si ambitieux ; et peu nombreux sont ceux qui ont suivi son exemple avant notre époque où, grâce au perfectionnement des outils typographiques-mécaniques d'abord et de l'électronique ensuite, on a pu atteindre des résultats optiques impensables autrefois". Bel exemplaire, avec de bonnes marges ; quelques taches et auréoles, très éparses ; petite réparation dans la marge de quatre feuillets, avec infime atteinte à l'imprimé. Bibliographie Fairfax Murray (German), n° 350 ; Adams, R-3 (2 ex. dont un incomplet) ; Giovanni Pozzi, La Parola dipinta, Milano, Adelphi, 1981 (rééd. 2002), p. 145 passim ; Antoine Coron, "Avant Apollinaire. Vingt siècles de poèmes figurés", in : Poésure et peintrie (cat.), Musées nationaux, 1993, pp. 24-45 (étude publiée à part en 2005 par les éditions le Mot et le Reste). Provenance - Université de Göttingen (cachet) ; - Franz Heerdt (ex-libris) ; - Michel de Bry (ex-libris "Pro captu lectoris"). THE MOST FAMOUS COLLECTION OF TECHNOPAEGNIA, OR VISUAL POEMS, AND ONE OF THE MOST BEAUTIFUL ILLUSTRATED GERMAN RENAISSANCE BOOKS. THE ILLUSTRATIONS, A COMBINATION OF TYPOGRAPHY AND WOODCUT, ARE EXTRAORDINARY. THE FIRST BOOK OF VISUAL POETRY WHERE THE PAINTED IMAGE IS TAKEN INTO ACCOUNT.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
[HEURES DE LA VIERGE]  Hore intemerate Virginis marie secundum usum Romanum...

Lot 48: [HEURES DE LA VIERGE] Hore intemerate Virginis marie secundum usum Romanum...

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: [HEURES DE LA VIERGE] Hore intemerate Virginis marie secundum usum Romanum... Paris, sans nom, 2 juillet 1505. In-8 gothique (154 x 100 mm) de 134 ff.n.ch. sur 140 signés a-r8, s4 (manquent b4-5, f8, g4-5 et o1), 21 lignes, impression en rouge et noir, calendrier pour 1503-1514 ; maroquin rouge, dos lisse et plats recouverts d'un riche décor "à la Fanfare", réserve centrale en ovale portant les inscriptions en lettres dorées "D. LOYSE" (plat supérieur) et "DE LA VIEUVILLE" (plat inférieur), dans les coins : deux lambda enlacés (Louise de Lorraine) enfermés dans une petite réserve circulaire, doublures et gardes de parchemin, filet sur les coupes, coiffes guillochées, tranches dorées (reliure de la fin du XVIe siècle). Rarissime livre d'heures imprimé sur vélin et orné de bois gravés. Le colophon, imprimé sur huit lignes en rouge et noir, porte : "Finit officium dive virginis marie secundum Romanu[m] castissime impressu[m] Parisius. Anno domini Millesimo quingentesimoqui[n]to. die vero secunda Julii. Amen". L'illustration se compose de 10 figures gravées sur bois, dont une placée sous le titre imprimé en rouge sur six lignes (le Christ et les emblèmes de la Passion) et 9 à pleine page (scènes de la vie de la Vierge et du Christ, représentation du paradis et de l'enfer, crucifixion). TOUS LES BOIS ONT ETE RICHEMENT COLORIES ET REHAUSSES D'OR A L'EPOQUE. Les figures comportent en outre d'élégants encadrements architecturaux dessinés à l'encre rouge et peints à l'or. De très nombreuses initiales et lettrines ornées finement tracées à l'or sur fond bleu ou rouge complètent l'ornementation. Intéressant spécimen de reliure "à la Fanfare" dont les plats portent, dans les angles, le chiffre de Louise de Lorraine (1553-1601) et, dans les réserves centrales, la marque d'appartenance de Louise de La Vieuville, carmélite. Fille de Charles Ier de La Vieuville (1583-1653) - le célèbre et influent Surintendant des Finances sous Louis XIII - et de Marie Bouhier de Beaumarchais (v. 1605-1663), Louise est morte dans le couvent de la rue Chapon, à Paris. Bien qu'incomplet de 6 feuillets, ce volume richement orné, réunissant sur les plats le double lambda de Louise de Lorraine et l'ex-libris d'une La Vieuville, témoigne de l'opulence et du goût de deux grandes familles françaises qui ont marqué aussi l'histoire de la bibliophilie. La structure du décor recouvrant les plats rappelle celui des reliures "à la Fanfare" réalisées vers 1575 pour Jacques-Auguste de Thou. Tache claire en marge de l'Adoration des mages avec légère atteinte à l'encadrement, petit trou touchant le texte du feuillet n5 ; reliure un peu frottée, départs de fente au mors inférieur. Bibliographie Édition non citée par Brunet, Bohatta, Lacombe et Brigitte Moreau. EXTREMELY RARE BOOK OF HOURS PRINTED ON VELLUM ILLUSTRATED WITH WOODCUTS. ALL THE WOODCUTS WERE RICHLY COLORED AND GILDED AT THE TIME IT WAS PRINTED.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
[HEURES]  Heures à l'usage de Rome imprimées sur vélin

Lot 49: [HEURES] Heures à l'usage de Rome imprimées sur vélin

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: [HEURES] Heures à l'usage de Rome imprimées sur vélin Paris, Gilles Couteau pour Guillaume Eustace, 1513. In-8 gothique (203 x 125 mm) de 119 ff.n.ch. (sur 120), 28 lignes ; vélin rigide, dos à nerfs, compartiments ornés de petits fers dorés, plats ornés d'un grand décor doré (dentellles, fleurons d'angle et chiffre IHS dans un cercle irradiant), dentelle intérieure, tranches dorées (reliure du XVIIIe siècle). Beau livre d'heures parisien imprimé sur vélin et illustré de bois gravés. L'ornementation se compose de 34 bois, soit : 18 figures à pleine page - la plupart illustrant la vie de la Vierge -, 16 vignettes dans le texte (la Vierge, saints et martyrs, etc.) et la marque du libraire Guillaume Eustace au recto du premier feuillet. TOUS LES BOIS ONT ETE REMARQUABLEMENT COLORIES A L'EPOQUE AVEC REHAUTS D'OR. La page de titre et les grandes figures comportent en outre de riches encadrements architecturaux dessinés à l'encre rouge et peints à l'or. Très nombreuses initiales et lettrines finement dorées sur fond rouge ou bleu. Exemplaire incomplet du feuillet E1; cette lacune n'était pas signalée, en 1885, dans le catalogue de la bibliothèque Landau. Mors supérieur fendu. Bibliographie Bohatta, 950 ; Lacombe, 241 ; Cat. Landau, I, 1885, pp. 249-250 : cet exemplaire ; Brigitte Moreau, II, 604, recense 3 exemplaires : Sainte-Geneviève (incomplet), Poitiers et Princeton. Provenance - "Perrette de Servin" (?), signature ancienne au bas du titre ; - Horace de Landau (ex-libris sur le premier contreplat). BEAUTIFUL PARISIAN BOOK OF HOURS PRINTED ON VELLUM AND ILLUSTRATED WITH WOODCUTS. ALL THE WOODCUTS WERE SUPERBLY COLORED AND GILDED DURING THAT PERIOD.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
[Johannes GEILER VON KEYSERBERG]  Der text der Passions, oder lidens Christi / uss den vier Evangelisten züsammen inn / eyn syn brac...

Lot 50: [Johannes GEILER VON KEYSERBERG] Der text der Passions, oder lidens Christi / uss den vier Evangelisten züsammen inn / eyn syn brac...

Estimated Price: Log in or create account to view price data

Description: [Johannes GEILER VON KEYSERBERG] Der text der Passions, oder lidens Christi / uss den vier Evangelisten züsammen inn / eyn syn bracht mitt schönon figüre... [traduit du latin en allemand par Matthias Ringmann] Strasbourg, Johann Knobloch, 1506. In-folio (270 x 190 mm) de 34 ff.n.ch. (A-C6, D4, E6, F6) ; veau havane, dos à nerfs orné de filets et petits fleurons dorés, pièce de titre de maroquin rouge, trois filets en encadrement sur les plats, dentelle intérieure, roulette sur les coupes, tranches dorées (reliure du XIXe siècle). BEAU LIVRE ILLUSTRE STRASBOURGEOIS. Le texte de la Passion, composé en latin par le prédicateur et théologien allemand Johann Geiler von Keyserberg (1445-1510), a été traduit en allemand par l'humaniste alsacien Matthias Ringmann (1482-1511), dont le nom figure au titre dans un poème acrostiche. L'illustration comporte de 26 bois gravés à pleine page : vingt-cinq figures ont été composées par le dessinateur, graveur et mercenaire suisse Urs Graf (1485 - v. 1529) - vingt sont signées de ses initiales -, et une est attribuée Hans Wechtelin, actif à Strasbourg entre 1506 et 1526. L'ornementation comporte en outre 23 lettrines historiées sur fond noir. "Les débuts d'Urs Graf sont encore placés sous le signe du gothique déclinant ; son premier modèle est Schongauer, que parfois il va jusqu'à copier, Au cours de son premier séjour à Strasbourg, il entre en contact avec les artistes de l'atelier de Grüninger et surtout avec la manière de Wechtelin" (Ritter). Entre 1506 et 1509, Jean Knoblouch imprima plusieurs versions de la Passion illustrée par Urs Graf, en allemand et en latin. Réparation dans la marge de fond du titre entraînant, au verso, une petite lacune sur le bord droit du bois ; le relieur a rogné la gravure représentant la Résurrection, supprimant le filet d'encadrement à gauche. Bibliographie Muller, II, p. 121, n° 73 ; Ritter, 952 ; Ritter (Histoire), p. 193 & 439 passim ; Oldenbourg (Wechtelin), 10 ; Graesse, V, 158-159 ; Adams, J-171 (édition de 1506). BEAUTIFUL ILLUSTRATED BOOK FROM STRASBOURG.

View additional info »
Realized: Log in or create account to view price data
Per page:
1
2
Next »