The world’s premier auctions
 
 
WELCOME TO INVALUABLE
Be the first to know about
the latest online auctions.
Please enter a valid email address (name@host.com)
Sign Up »
PS: We value your privacy
Thank you!
 
 
Want to learn more
about online auctions?
Take a Quick Tour »
WE'VE CHANGED OUR NAME
is now
 
To celebrate, we’ve enhanced our site with
larger images and browsing by category to help
you easily find what you’re passionate about.
Remember to update your bookmarks.
Get Started »
 
Invaluable cannot guarantee the accuracy of translations through Google Translate and disclaims any responsibility for inaccurate translations.
Show translation options

Lot 23: Charles de Secondat, baron de La Brède et de MONTESQUIEU. Minute de 2 lettres par un secrétaire avec ADDITIONS autographes, Paris 3 août 1735 ; 2 pages in-4 (feuillet un peu froissé). [CM 431 et 432]

Succession Lally-Tollendal et à divers amateurs

by Le Brech & Associés

December 18, 2012

Paris, France

Live Auction
Sold
Looking for the realized and estimated price?

Description: Charles de Secondat, baron de La Brède et de MONTESQUIEU. Minute de 2 lettres par un secrétaire avec additions autographes, Paris 3 août 1735 ; 2 pages in-4 (feuillet un peu froissé). [CM 431 et 432]
Minute de deux lettres au comte de Bulkeley et à son ancienne maîtresse, Madame de Grave (copiées par le secrétaire E).
Au comte de Bulkeley. Il a été « huit jours à la fête » avec Mme de Berwick. La « grande marquise » [Mme de Renel] a quitté Cheverny et « est aux trousses du Duc d'Orléans qui fait son metier de devot en ne la regardant pas et point du tout son métier d'homme juste en lui rendant son bien ». Il a passé douze jours à Chantilly avec Mademoiselle de Clermont, Milord Bolingbroke et « quelque chose de plus politique que lui le Marquis de Matignon. On croit la guerre inevitable parce que nous proposons l'armistice non relativement au plan proposé par les maritimes et que l'empereur ne l'accepte que relativement audit plan, ce qui est different comme le jour et la nuit. Nous espérons que vous gens du Rhein tuerés tous les Moscovites ; on m'écrit de Bordeaux que les marchands anglois et hollandois ont enlevé tous les vins vieux parce qu'ils jugent la guerre inévitable. [...] On dit ici le duc du Maine dangereusement malade »... Montesquieu a noté au bas de sa main : « à Paris le 3 aout 1735 mr de Bocley à larmée du Rhin ».
À Madame de Grave, « Ma belle marquise »... « On croit qu'on n'aura pas la paix nous proposons une suspension d'armes pourvû que ce soit non relativement au plan proposé par l'Angleterre et la Hollande et l'empereur l'accepte pourvû que ce soit relativement audit plan. Ainsi ils ne sont pas plus d'accord que nous l'avons été vous et moi quand je vous ay demandé votre amitié relativement à ce que vous sçavés. Il y a d'ailleurs l'affaire de la Pologne pour laquelle nous demandons aussy suspension ; le pauvre Stanislas nous mande qu'il ne dort ni jour ni nuit quand il songe au sang qu'il a fait verser pour sa triste cause »... Etc. Montesquieu a noté de sa main la date : « à Paris le 3 aoust 1735 », et fait des calculs en marge.

Title
Lot title
$0 (starting bid)
Lot title
$0 (starting bid)
Lot title
$0 (starting bid)
 
Lot title
$0 (starting bid)
Lot title
$0 (starting bid)
Lot title
$0 (starting bid)
 
Lot title
$0 (starting bid)
Lot title
$0 (starting bid)
Lot title
$0 (starting bid)