Lot 66: ARTAUD. BERLIN VU DE L'EXTÉRIEUR. MANUSCRIT INÉDIT. [FIN AVRIL-MAI 1932 ?]. 24 P. IN-8. IMPORTANT TEXTE SUR LA CAPITALE.

Est: €10,000 - €15,000
€8,000 0 bids
Bid

Sotheby's

May 24, 2018, 2:30 PM CET
Paris, France
Live Auction
Register to bid
0 saved

Description: 24 p. in-8 sur 6 bifeuillets de papier quadrillé ; la fin manque. Trace de pliure en deux ; tache de café sur la dernière page.

Fasciné par la Berlin décadente de la République de Weimar.

Important texte totalement inédit.

Datation. Artaud a séjourné à Berlin, l’une des capitales du cinéma européen, pour la première fois en juillet-août 1930, pour jouer dans des scènes de La femme d’une nuit de Marcel L’Herbier, puis en octobre-novembre 1930, pour jouer dans une version française de L’Opéra de quat'sous de Pabst. Ce texte date de son troisième et dernier séjour berlinois, en avril-mai 1932, quand il y était retourné pour jouer dans un film de gangsters, puisqu’il écrit : "pour qui serait venu à Berlin vers le printemps de 1930, la vie de Berlin n’a pas changé". Notons que c’est durant ce troisième séjour qu’il situera, plus tard, sa rencontre avec Hitler dans un café à la mode de Berlin, peut-être l’un de ceux qu’il décrit ici.

En juillet 1930, Artaud écrivait de Berlin à René Allendy : "Berlin […] est une ville d’un luxe étonnant et d’une licence effarante. J’y suis constamment ahuri par ce que je vois" (Œuvres complètes, t. III, p. 183). Ce long texte de 24 pages denses permet de développer ces impressions, qu’il transforme en un portrait très vif de la capitale dans lequel se décèle sa fascination mêlée de dégoût pour Berlin.

Paris contre Berlin : un rythme. C’est d’abord le rythme différent des deux capitales qui le frappe : "Toutes les villes du monde ont un rythme, je veux dire une façon musicale d’être [souligné], de se comporter. Je veux dire que la vie y affecte une sorte de tempo musical [souligné], ce qu’en musique on appelle le tempo, comparable au battement d’un pouls, à la circulation du sang dans les artères, et que ce rythme si on pouvait l’entendre, le traduire auditivement composerait une singulière harmonie. Paris a un rythme rapide, en trois et même en quatre temps, pressé, dense, effervescent. Berlin a un rythme lent que les Berlinois et Berlinoises qui marchent dans les rues à grand pas et très vite [souligné], marchant leur marche d’un battement régulier des deux bras, accusent magnifiquement bien ce rythme extérieur humble qu’il est facile d’analyser." A ce rythme différent des villes correspond un rythme "intérieur", un "rythme de la vie même, la vie d’une grande ville" : "Ce nouveau rythme uniquement moral et qui reflète les inquiétudes et les préoccupations cachées d’une ville, son orientation intellectuelle, ses idées". Il se propose d’établir une "étude approfondie et patiente" de la ville, qui lui semble, en ces années 30, vivre "une véritable agonie". Il évoque le "Kurfürstendamm, imitation des Champs-Elysées dont les berlinois reconnaissent aux siens l’artifice", et en décrit l’agitation et le décor moderne : "arrangé comme une ville d’eau de luxe", le quartier "déborde au beau milieu de l’été, de fleurs, de plantes, de musiques, d’affiches alléchantes, et d’enseignes décoratives qui font l’effet d’un gigantesque tape-à-l’œil." Et de comparer l’impression de vie provinciale qui règne à Paris malgré un "débordement de luxe, de décor, de lumières" par rapport à la capitale allemande : "Nous ne connaissons pas, en effet à Paris, ces cafés de quatre étages qui occupent eux seuls tout un immeuble". Le visiteur se demande "comment Berlin est capable de fournir ce nombre […] excessif" de cafés de luxe ou de de consommateurs : "peut être parce que les cafés de Berlin sont sans terrasse. […] Il n’y a pas à Berlin des terrasses mais il y a devant chaque café une sorte de Bluekkens ou de pergola surélevées et ceintes de […] plantes." Artaud décrit les gens qui "font du bruit, beaucoup de bruit et parlant de leur affaires", parle de leur "accent tonique qui éclate comme une détonation". Il décrit ensuite les heures de vie, autre forme de rythme : "Je le répète le rythme extérieur de Berlin est très variable ; les gens se lèvent très tôt ou très tard […] et la journée est curieusement inversée. Les banques ouvrent à 9h et marchent sans arrêt jusqu’à 2 heures de l’après-midi heure à laquelle elles ferment définitivement et où le personnel va déjeuner".

Le luxe et la pauvreté. Artaud voit se mêler différentes catégories sociales, par exemple lors du déjeuner. Les employés "sortent de leur serviette d’hommes d’affaires" fromages et charcuteries ; on croise "dans les rues tout un peuple à serviette de notaire et qui marche […] à grand pas", puis ce sont les ouvriers, les vieillards, des gens avec des "casquettes courtes de marin [qui] se répondent dans les rues la serviette sous le bras […] comme s’ils amenaient avec eux leurs papiers d’affaires". Il décrit ensuite le "grand café […] à deux pas de la gare où s’arrête le train de Paris", très "caractéristique de l’art décoratif moderne à Berlin" qui resplendit le soir "comme un navire", avec "toute une végétation de lanternes". Il insiste encore sur la modernité et l’opulence qui se dégage de ces lieux toujours bondés : "on est ahuri au premier abord par cette impression de brillant, de luxe intense, d’opulence, de féerie artificielle", animé par les gens qui "s’empressent". "Au gros de l’été [?] de la canicule tous les Berlinois chics en bras de chemise et leur veste sous le bras arpentent le Kurfurstendamm. Le rythme des dîners est à son paroxysme à 3 heures et à 10 heures ½ du soir. Il y a une circulation intense de véhicules vers les 9-10 heures du soir. Et à Berlin d’ailleurs les tramways ne s’arrêtent jamais, les cinémas n’ouvrent qu’à 7 heures du soir et [?] la crise atroce qui sévit les théâtres et les cinémas". Mais le spectacle qui s’offre aux yeux d’Artaud est aussi celui des mendiants, qui ont une "absence absolue de pudeur, c’est-à-dire un mépris de la morale extérieure et des bonnes mœurs, les mendiants retournent leur pantalon et étalent une jambe artificielle d’une merveilleuse précision mécanique et flambant neuve. D’ailleurs l’orthopédie est admirablement développée et savante à Berlin. Et il arrive souvent de voir une ménagère allant à nouveau porter à côté de son panier d’œufs et de pommes de terre une jambe artificielle de rechange avec ses lacets flottant au vent." Artaud s’exerce à la psychologie des foules : "Il y a dans la physionomie de Berlin un certain côté chirurgical qui frappe l’œil et dont on aimerait s’expliquer les raisons. On dirait que les Berlinois ont les goûts de détrousseurs de cadavres, les manies des médecins des morts."

Pour rédiger son texte, Artaud a employé un brouillon de lettre, dont on parvient à lire ce passage (f. 6) : "Cher ami j’ai une espèce de regret de vous avoir embêté avec une de mes demandes habituelles".

Provenance : Jean-Marie Conty (1904-1999), voir lot 65.

Référence : Fl. de Mèredieu, C’était Antonin Artaud, Fayard, 2006, p. 429-430 et 451-454.

Condition Report: Trace de pliure en deux ; tache de café sur la dernière page.
"In response to your inquiry, we are pleased to provide you with a general report of the condition of the property described above. Since we are not professional conservators or restorers, we urge you to consult with a restorer or conservator of your choice who will be better able to provide a detailed, professional report. Prospective buyers should inspect each lot to satisfy themselves as to condition and must understand that any statement made by Sotheby's is merely a subjective, qualified opinion. Prospective buyers should also refer to any Important Notices regarding this sale, which are printed in the Sale Catalogue.
NOTWITHSTANDING THIS REPORT OR ANY DISCUSSIONS CONCERNING A LOT, ALL LOTS ARE OFFERED AND SOLD AS IS" IN ACCORDANCE WITH THE CONDITIONS OF BUSINESS PRINTED IN THE SALE CATALOGUE."
Request more information

Payment

Accepted forms of payment: Other, Personal Check, Visa
Shipping: Shipping Terms
Live bidding may start higher or lower
Buyer's Premium
€1 - 180,000: 25.0%
€180,001 - 2,000,000: 20.0%
€2,000,001+: 12.9%
From: To: Increment:
€0 €999 €50
€1,000 €1,999 €100
€2,000 €2,999 €200
€3,000 €3,199 €200
€3,200 €3,799 €300
€3,800 €4,199 €200
€4,200 €4,799 €300
€4,800 €4,999 €200
€5,000 €9,999 €500
€10,000 €19,999 €1,000
€20,000 €29,999 €2,000
€30,000 €31,999 €2,000
€32,000 €37,999 €3,000
€38,000 €41,999 €2,000
€42,000 €47,999 €3,000
€48,000 €49,999 €2,000
€50,000 €99,999 €5,000
€100,000 €199,999 €10,000
€200,000 €299,999 €20,000
€300,000 €319,999 €20,000
€320,000 €379,999 €30,000
€380,000 €419,999 €20,000
€420,000 €479,999 €30,000
€480,000 €499,999 €20,000
€500,000 €999,999 €50,000
€1,000,000 €1,999,999 €100,000
€2,000,000 €2,999,999 €200,000
€3,000,000 €3,199,999 €200,000
€3,200,000 €3,799,999 €300,000
€3,800,000 €4,199,999 €200,000
€4,200,000 €4,799,999 €300,000
€4,800,000 €4,999,999 €200,000
€5,000,000 €9,999,999 €500,000
€10,000,000+ €1,000,000
Shipping Terms: Shipping Terms
View full terms and conditions

Auction at a Glance

Livres et Manuscrits

by
Sotheby's
May 24, 2018, 2:30 PM CET Live Auction

Paris, France